La Russie, l'Europe et la Méditerranée dans la crise

De
Publié par

L'Union européenne est fortement secouée par la crise ; les pays de la Méditerranée et des Balkans aussi. La Russie, avec ses matières premières, semble épargnée pour le moment. Cet ouvrage montre la diversité des modalités d'adaptation de ces différents pays face à la crise.
Publié le : vendredi 1 mars 2013
Lecture(s) : 50
Tags :
EAN13 : 9782296530768
Nombre de pages : 344
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

C o Cl lo eClclo teliclotenico tLni’o ELnS’ EP LSR’ EPI TSR PIÉ TR C IÉOTCN ÉO CNMO OINMQOUIMQEUI QEU E C o CCCl looo eClllclllo teeeliccclottteniiicooo tLnnni’o ELLLnS’’’ EEEP LSSSR’ EPPPI TSRRR PIIIÉ TTTR C IÉÉÉOTCCCN ÉOOOO CNNNMO OOOINMMMQOUIIIMQQQEUUUI QEEEU EC l l e c t i o n L’ E S P R I T É C N O I C o l l e c t i o n L’ E S P R I T É C O N O M I Q U E
S É SR ÉI ESR ÉILER E I LEME L O MEN ODM NE O D NE END E QN EU QNEU SQETUSI OET NSI OT NI O N S É SSSR ÉÉÉI ESRRR ÉIIILEEER E I LLLEMEEE L O MMMEN OOODM NNNE O DDD NE EEEND EEE EQNNN EU QQQNEUUU SQEEETUSSSI OETTT NSIII OOOT NNNI O NS É R I E L E M O D EE N Q U E S T I S É R I E L E M O N D E E N Q U E S T I O N
La RLLLa Ra Ra RLua RLa Rsuuu ssssuiesssusiii, l’eeesssi, l’, l’, l’eEie, l’uEEE, l’ruuuEoErrrupuooo re erpppooe ee ee eppt le ee et lt lt la Mt lt la Ma Ma Ma Médéééidddéétediiidtttrieeeitrtearrrerrrrnraaarraénnnane ééénée e e ée e
dans la crisedadna s lns la crisreisreise
L’Union européenne est fortement secouée par la crise ; les pays voisins de L’UnL’iUon nL’iUoenn uiroen upéereoupéenronpéee nnee snt nefe sot retfeso t mrtfeomnrtt esmn ect esonecut ée souée poaur plaa r pclara ir sce la ri; sce leris ; se lpe; s aylpes s avypos aisvyinos is sviondis e sinds e de
la Méditerranée et des Balkans aussi. La Russie, avec ses matières premières, la Mllla a a édMMMla itédédédeMrriiitttédaeeenrrrirrrée taaaennnrrée ée ée eat ndée eeeet t t s dddeBeeet as s s dlkBBBeas aaanlllkkkBs aaaaannnlkus s s asnaaasiuuus . sssLa asssiiiu. . . sLa La La Rsiu. sRRRsiuuuesss, Rsssaiiiueeevs, , , ec saaaievvv, ec ec ec saevs sssmeees s s astmmme iès aaaremtttiiis èèèarrrpteeeis s s rèerpppmes rrreeeièpmmmrreeiiisèèèm, rrreeeisssè, , , res,
semble épargnée, au moins pour le moment. Mais il est impossible d’imaginer sem ssseeebmmmle sebbbémlllpe e e abééérlpppge naaaérrréepgggannn, réeéeéeagu n, , , éemaaau u u o, mmmainu s ooomiiiponnns s s ouipopoponr s luuue por r r mlllue e e or mmmmle oooemmmmntoeee. mMnnntttea. . . inMMMs taaai. l iiiMs s s esaiiil l l t is eeeimsssil t t t poeiiimmmst spopoposimibssspolssse iiibbbdslllse e e ’iimbddd lae ’’’iiigmmmdinaaa’imegggr iiinnnageeer r r iner
que la crise qui afecte la majeure partie de cet ensemble euro-méditerranéen que qlua e qculra ie sce lra iqsce uri iqsae ufeci q autfe eci ala tfe ecmla tae jmela uarmje euaprjee aurptrie arpdtiae rtdciee t dcee nt scenmt sebnmle sebemlue rboelue -mreoédu-mroitéd-merritédaenriréetaenrn réeann éen
puisse ne pas avoir de conséquences sur cet élément essentiel de l’Europe que
puispsue ipsnsue ispnse as npae vs opair vs doaie r vocdoie r n dcsoe éqn csuoéqennsuéqcens u cseuns r csceues r t scéuelr ét cmée lét emnét léeemn st seenst stei nsl stdeiee nl tldi’eEe l udlr’oEe upe lr’oEupe qruoe pe que que
constitue l’immense Russie.
concsotintcusote lintus’ite lmitum’ie lmemn’imsee Rmnseue Rnssiue Res. siues. sie.
Pourtant, si, au sein de l’économie mondiale, l’ensemble euro-méditerranéen
Pou PPProootauuuPnrrrotttt, aaau snnnrit, ttta, , , asssnu iiit, , , s, aaaesu u u ii, n sssaeeeu diiin n n e selddd’écin e e e ollld’’’écécécne ooool’mécnnnoooioe mmmnmoiiie e e mommmn ie doooimannnldddeoiii, naaa llll’deeeein, , , alllsl’’’eeeeennn, mlsss’eeeebnmmmle sebbbe mlllue e e rboeeeluuu-me rrreoooédu-m-m-mroitédédéd-merriiitttédaeeenrrrirrréetaaaennnrn réeéeéeann n n éen semble avoir une unité réelle, les transformations profondes des institutions
sem sebmle sebamle vobailr e vouainr ve ouinr ue nuintué e nirutéeé nilrtléeé e, lrléees , llte r, s anltesrs afontrsmafon arstmfioarnmts io anptis ronpfos ronpfdoreon s fdo den s eds des ien s sdtieints ustiintousntis tou ntis ons et de l’organisation de l’activité éconoique dans la Russie d’aujourd’hui, qui
et dee t dle’oe t rgdl’oae nrgli’saoarntgisaoann tisaodn e tiodl’n ae cdtl’iae vcitlé ’iavciécté ivo iéctn é o mécnoiqmnuoe iqmudie aqnuds e alna ds aR lna us sRsla iue sRsdiue ’asusdije ’oaudrj’odau’hjroudui’, hrqduui’, h i quiu, i qui Claude BERTHOMIEU, Jean-Paul GUICHARDsont analysées dans cet ouvrage, ainsi que celles à l’œuvre dans les pays des
ClCCCaulllCaaaduuulae dddue e e BdEe BBB REEEBTRRREHTTTR OHHHTMOOOHOMMMIEMUIIIEEE,IUUU JE,,,Ue J J J a,eee Jnaaae-nnnPa---anPPP u-aaaPl uuuaGl l l uUGGGl IUUUGCIIIUHCCCIAHHHCRDAAAHRDRDRDARDsonst oannst oaanlynt saéealynss aéeldysas éen ds as cndes at cnoes ut cvoeruat gvore ua, gvareian, gsai ein, qsaui ie nqsuci ee qlluceee s llà cees ll’œlà es ul’œvà re ul’œvdrue anvdrs e alneds alnpes aylpes s adypes as dyes s des Balkans et u Maghrb, montrent la diversité des modalités d’atation de ces et Elena PONOMARENKO
BalkBanlkBs aenlt ks adenu t s dMeu t agdM hu a rgMehbar, gemhbor, emnb to, remn ntot renla ntrt delina vt edlria svietd é risvdieteé rss ditmeé s oddmeas odlmitéaods litdéa’s alidtéa’s ap dta’aptdiotan ptitod an e tiocden e s cdee s ces et Eeeet Et Et Eelet Elllneeea lnnnePa a a nOa PPPOOONPOONNNMOOONOMMMAMREAAAREREREAN REKNNNOKKKNOOOKOdiférents pys face à la crise.
difédddreiiifffnééé dtrrreeeis pfnnnértttaes ps ps pyCns fetaaas pt yyyaos fs fs fcuae à lvyaaars fcccae à le à le à lga caec, e à lrqa ca ca cisue i rrr.a ciiirsssegeeer...risoeu.pe les communications présentées et discutées lors
de la rencontre des 4 et 5 mai 2011, à Nice, entre économistes et politologues Cet C oeut Cvoeruat gvore ua, gvq reua, i gqreueg, i q ruegoi urpe egourpe loeus pe lceos mlceoms mcuomnmicuamntiiucoantis ico apntris oépsners énpsteéeréss teéeent ts éedit scdu istéecd uiss téecluts rées los rs lors
des trois régions, est le premier compte rendu d’une réfexion collective qui va de dla e rdela ne rceloa n rcteorne ctdore ens tdr4 e es edt 4 e5 s 4 t m 5 eat i m 5 2a0mi 121 a, 0 i 1à 21N0, 1à ic1eN, , à iceNen, itcre e , técere notécnre o mécnoismtneois smtet is spotet s lpoietot logpoitoulogiteo s loges ues
se poursuivre, concernant le devenir de cet espace euro-méditerranéen au sens des dteros dits eros régits rorioégis nrsioég, neiso, t nele s, t pele rset pmle reipmr recieomr mcieopr mtce op rmte e np rteu nrdeu ’nudnu e ’urndé’ufenrxée ifoern xéifoceon xlilocecon ltlciecvoe ltleciqvue ti iqve ua i q vua i va
large (de l’Atlantique au Pacifque) au sein de l’association C E M A F I International.se pose uposre supoirvsrueir, vscrueo i, vncreo, nrcncoeanrnct ealre n nt dalene vt delee nvidr eednve ir ecdneie r t cdeee st pceasct pe eaescpue aroecue -mreoédu-mroitéd-merritédaenriréetaenrn réeanu n éesaeu n nsas eu nss ens
largllle (aaarrrgggdlae (e (e (e lrgddd’e (Ae le le ltlda’’’AAAe lnttttllliaaa’Aqnnn uttttlae aiiiqqqn uuutu Pie ae ae aquau Pu Pu Pe acifaaau Pqcccu iiifffeaqqq) acuuuifeeeu sq) a) a) aueeu su su s) ain deeeu siiin dn dn de l e’ian de le le lss’’’ocaaae lssssssia’ocococatsiosiiiaaaocn tttiiioooCian n n EtiMoCCC An EEE FMMMCI IAAAEnFFFMtIIIe I I IAnnnrFntttIeee Iantrrrinnnto eaaanrtttaniiiooola.nnntiaaaolll...nal.
La Russie, l’EuropeClaude Berthomieu est professeur d’économie à l’université de Nice Sophia Antipolis. Spécialiste de
macroéconomie et de fnance internationale, il est président de l’association CEMAFI International LLLLaLaaa Ra RRR uRuuusussssssssiesiiieee,i e,,,l ’,lllE ’’’lEEEu’EuuuruorrrooorpopppepeeeeClaude Claude BerClaude thomieu Berthomieu Berthomieu est prest ofesseur prest professeur d’économie d’écd’économie à l’univà l’università l’université de ersité Nicde é e Nicde Sophia e NicSophia e ASophia ntipolisAntipolisA . ntipolisSpécialist. . Spécialiste de e de e de qui a pour mission de faire travailler ensemble des économistes et des spécialistes de géopolitique
macr macroéc macronomie oécoéconomie et de et fnancde et fnancde e intfnance ernationaleinte internationale, il est , il prest , ésident il prest ésident prde ésident l’ade ssociation l’de al’association CEMAFI CEMAFI CEMAFIInternational Int International et la Méditerranéede l’Union européenne, des pays de l’Est et des rives sud et est de la Méditerranée.
qui a qui qui qui pour a a a qui pour pour pour mission a pour mission de fairde de de e fffairairairde trave e e fairailler trtrtravavave ailler ailler ailler trensemble availler ensemble ensemble des écdes des des onomistdes écécéconomistonomistonomistéconomistes et es es es des et et et es spécialistdes des des et des spécialistspécialistspécialistspécialistes de es es es géopolitique de de de es géopolitique géopolitique géopolitique de géopolitique eeeete tttl talll aaa lMa MMM Méééédédddidtiiietttieeetrerrrrarrrraaarnannnénéééeéeeeede l’Union eurde l’Union eurJean-Popéenneaul Guicharopéenned est professeur d’économie à l’université de Nice err Sanéeophia erranée.errAanéentipolis. . . Il est titulaire dans la crised’une chaire Jean Monnet de l’Union européenne « Europe - Pays de l’Est » et est, avec A. Brunet,
auteur du livre La visée hégémonique de la Chine, l’impérialisme économique (L’Harmattan, Jean-P Jean-Paul Jean-PGaul uichar Gaul uichard Gest uichard prest ofesseur d prest professeur d’économie d’écd’économie à l’univà l’università l’université de ersité Nicde é e Nicde Sophia e NicSophia e ASophia ntipolisAntipolisA . ntipolisIl est . Il titulairest . Il titulairest e titulaire e d dddadaaanannnsnsss ls alll aaa lca cccr cirrrsiiirssseiseeee2011) publié en Russie sous le titre Guéopolitika mercantilisma.d’une d’une chaird’une chaire Jean chaire Jean Monnet e Jean Monnet de l’Union de l’Union de eurl’Union opéenne eureuropéenne « Eur « ope Eur« ope - EurPays ope - Pays de - Pl’Est ays de l’Est » de et l’Est » est, et » est, av et ec est, av A. ec avBrunet, A. ec Brunet, A. Brunet,
auteur autautautdu eur eur eur aut livreur du du du e livrlivrlivrdu La e e e livrvisée LLLa a a e visée visée visée La hégémonique visée hégémonique de la de de de Cla la la hinede CCCla hinehinehine, lC’impérhine, , , lll’’’impérimpérimpér, ialisme l’impérialisme ialisme économique écécéconomique onomique onomique économique (L’Harmattan, (L(L(L’Harmattan, (L
Elena Ponomarenko est professeur d’économie à l’université russe de l’Amitié des peuples, à Moscou. e Guéopolitike e e Guéopolitike a mer a mera mera mercan a mertilismacancancantilismatilismatilismacan . tilisma... .
Elle est directeur de la chaire d’économie politique et est l’auteur de plus de soixante publications
(y compris des articles dans des revues étrangères) sur les problèmes de la réforme et des Elena Elena PonomarElena PonomarenkPonomaro enkest o enkprest ofesseur o prest professeur d’économie d’écd’économie à l’univà l’università l’université russe ersité russe de é russe l’Ade mitié l’de Amitié l’des Amitié des peuples des peuples, peuplesà Mosc, à Mosc, ouà Mosc. ou. ou.
mécanismes des fnances publiques, de la gestion de l’économie dans l’après-crise, et les questions Elle Eest lle dirEest lle ectdirest eur ectdir de eur ect la de eur chairla de chaire la d’ chairéce onomie d’éce d’économie politique politique et est et l’est autet l’eur est autl’de eur aut plus de eur plus de soixplus de antsoixde e antsoixpublice antpublice ations publications ations
de développement territorial socio-économique de la Russie.
(y c(y ompris c(y ompris compris des des articles des articles ardans ticles dans des dans des revues des revues étrrevues angèrétrangèrétres) angèrsur es) es) sur les sur prles oblèmes prles problèmes de la de réforme la de réforme la réforme et des et des et des
mécmécmécmécanismes mécanismes anismes anismes anismes des fnancdes des des des fnancfnancfnances fnancpubliqueses es es publiquespubliquespubliqueses publiques, de , , , la de de de gestion , la la la de gestion gestion gestion la gestion de l’écde de de onomie l’l’l’écécécde onomie onomie onomie l’économie dans dans dans dans l’aprdans l’l’l’èsapraprapr-crisel’èsèsèsapr---crisecrisecrise, èset -criseles , , , et et et questions les les les , et questions les questions
de dé de déde déde développement tde dévvveloppement teloppement teloppement tveloppement territorial socioerriterriterriterritorial socioorial socio-économique de la Russie---écécéc-éc . ... .
ISBN : 978-2-336-29282-3
35 €
35 € 35 € 35 €
ESPRIT-ECONOMIQUE_GF_S_MONDE-EN-QUESTION_BERTHOMIEU_RUSSIE-EUROPE-MEDITERRANEE-CRISE.indd 1 08/02/13 16:49 08/02/13 16:4908/02/13 16:4908/02/13 16:4908/02/13 16:4908/02/13 16:49
La Russie, l’Europe
Claude BERTHOMIEU,
LLLLa Ra Ra Ra R uuu ussssssssiiieeeie, l, l, l, l’’’’EEEEuuuurrrrooooppppe e e e
CCClllaaauuudddCe Be Be BlauEEEdRRRe BTTTHHHEOOORTMMMHIIIOEEEUUUM , , , IEU,
Jean-Paul GUICHARD
et la Méditerranée
La Russie, l’Europe
Claude BERTHOMIEU,
Jean-Paul GUICHARD
JJJeeeaaan-n-n-PPPaaauuul Gl Gl GUUUIIICCCHHHAAARRRD D D et la Méditerranée
et Elena PONOMARENKO eeet lt lt la Ma Ma Mééédddiiittteeerrrrrraaannnééée e e
dans la crise
Jean-eP t Eau lel Gna PUICO HNAO R MD ARENKO
et la Méditerranée
eeet Et Et Ellleeennna Pa Pa POOONNNOOOMMMAAARRREEENNNKKKOOO
dans la crise
d d daaannns ls ls la ca ca crrriiissseee
et Elena PONOMARENKO
dans la crise








LA RUSSIE, L’EUROPE
ET LA MÉDITERRANÉE
DANS LA CRISE




























































© L’Harmattan, 2013
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-336-29282-3
EAN : 9782336292823Claude BERTHOMIEU, Jean-Paul GUICHARD
et Elena PONOMARENKO






LA RUSSIE, L’EUROPE
ET LA MÉDITERRANÉE
DANS LA CRISE
















Collection « L’esprit économique »

fondée par Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis en 1996
dirigée par Sophie Boutillier, Blandine Laperche, Dimitri Uzunidis

Si l’apparence des choses se confondait avec leur réalité, toute réflexion,
toute Science, toute recherche serait superflue. La collection « L’esprit
économique » soulève le débat, textes et images à l’appui, sur la face
cachée économique des faits sociaux : rapports de pouvoir, de production
et d’échange, innovations organisationnelles, technologiques et
financières, espaces globaux et microéconomiques de valorisation et de
profit, pensées critiques et novatrices sur le monde en mouvement...
Ces ouvrages s’adressent aux étudiants, aux enseignants, aux chercheurs
en sciences économiques, politiques, sociales, juridiques et de gestion,
ainsi qu’aux experts d’entreprise et d’administration des institutions.

La collection est divisée en six séries :

Dans la série Economie et Innovation sont publiés des ouvrages
d’économie industrielle, financière et du travail et de sociologie
économique qui mettent l’accent sur les transformations économiques et
sociales suite à l’introduction de nouvelles techniques et méthodes de
production. L’innovation se confond avec la nouveauté marchande et
touche le cœur même des rapports sociaux et de leurs représentations
institutionnelles.

La série L’économie formelle a pour objectif de promouvoir l’analyse des
faits économiques contemporains en s’appuyant sur les approches
critiques de l’économie telle qu’elle est enseignée et normalisée
mondialement. Elle comprend des livres qui s’interrogent sur les choix des
acteurs économiques dans une perspective macroéconomique, historique
et prospective.

Dans la série Le Monde en Questions sont publiés des ouvrages
d’économie politique traitant des problèmes internationaux. Les
économies nationales, le développement, les espaces élargis, ainsi
que l’étude des ressorts fondamentaux de l’économie mondiale sont
les sujets de prédilection dans le choix des publications.

La série Krisis a été créée pour faciliter la lecture historique des problèmes
économiques et sociaux d’aujourd’hui liés aux métamorphoses de
l’organisation industrielle et du travail. Elle comprend la réédition
d’ouvrages anciens, de compilations de textes autour des mêmes
questions et des ouvrages d’histoire de la pensée et des faits
économiques.

La série Clichés a été créée pour fixer les impressions du monde
économique. Les ouvrages contiennent photos et texte pour faire ressortir
les caractéristiques d’une situation donnée. Le premier thème directeur
est : mémoire et actualité du travail et de l’industrie ; le second : histoire et
impacts économiques et sociaux des innovations.

La série Cours Principaux comprend des ouvrages simples, fondamentaux
et/ou spécialisés qui s’adressent aux étudiants en licence et en master en
économie, sociologie, droit, et gestion. Son principe de base est
l’application du vieil adage chinois : « le plus long voyage commence par le
premier pas ».

Sommaire

Avant-propos des éditeurs ............................................................................ 9


Partie 1. L’Europe, la Russie et la Crise .................................................. 13
N. Gusakov, La Russie et les défis globaux ........................................... 15
A. Brunet et J.-P. Guichard, Les matières premières désormais
au cœur du bouleversement mondial ....................................................... 23
X. Richet, L’Europe et la Chine face à la crise : politiques,
performances, enjeux ............................................................................... 37
I. Andronova, Les intérêts économiques de la Russie, de l’Union
européenne et de la Chine sur l’espace postsoviétique ............................ 51
E. Dmitrieva, I. Umerova, N. Shevtsova, Les relations économiques
et technologiques de la Russie avec la France et l’Allemagne
dans le cadre de la stratégie de « Partenariat pour la modernisation » .... 61
A. Savinskiy, Les BRICS, un résultat de la mondialisation .................... 69

Partie 2. La Méditerranée, les Balkans et la Crise .................................. 77
S. Redzepagic, M. Danon, J. Zafiroski, La Serbie et la perspective
de son entrée dans l’Union européenne dans le contexte de la Crise ...... 79
A. Ghorbel, La Tunisie après la révolution du 14 janvier : repenser
la coopération euro-méditerranéenne ...................................................... 91
A. Benabdennour, M. El Weriemmi, M. O. Sidi Mouhamed, La crise
financière internationale et la gouvernance économique et politique :
quels enjeux pour les pays maghrébins ? ................................................. 99
M. Zemmouri, A. Merazga, La menace de la crise économique
dans les pays MENA. Le cas de l’Algérie ............................................. 111

Partie 3. La stratégie de développement de la Russie ........................... 123
E. Ponomarenko, La réforme du secteur public dans la Russie
d’aujourd’hui ......................................................................................... 125
V. Matyushok, Le chemin épineux vers l’Economie de l’Innovation .. 141
A. Bystryakov, Le « gouvernement électronique », première étape
de la formation de la société de l’information ....................................... 163
E. Stolyarova, L’Etat-Entrepreneur dans la Russie
de l’« après-crise » ................................................................................. 173
E. Ponomarenko, A. Chernikov, L’industrie automobile de la Russie :
gestion anticrise et évolution prévisible ................................................ 181
M. Mironova, La gestion du développement régional en Russie :
tendances essentielles de la politique régionale contemporaine ............ 197
7 I.V. Lazanyuk, Y.N. Sazonova, L’attractivité des régions
de la Fédération de Russie pour l’investissement .................................. 211
M.F. Mizintseva, L’informatisation comme élément innovant
du développement de la Fédération de Russie ....................................... 223
A. Naoumov, Modèles de développement de l’agriculture :
des scénarios pour l’Europe et pour la Russie 231
V. Kholina, La Russie et France sur le marché alimentaire mondial :
tendances et perspectives ....................................................................... 241
R. Denisov, Les caractéristiques du recours aux méthodes de
« l’intelligence économique » en Russie ............................................... 251

Partie 4. Les aspects financiers de la Crise ............................................. 259
I. Syssoyeva-Masson, C. Berthomieu, « Vitesse » de libéralisation
financière et performances économiques dans les pays en transition.
Etude du cas des dix pays ex-socialistes entrés
dans l’Union européenne ....................................................................... 261
M. Ignatskaïa, N. Koulikovkaïa, G. Koulikovkaïa, Crise financière et
économique mondiale : opinion sur les problèmes, controverses et
perspectives de règlement ...................................................................... 283
T. Panova, La révolution financière dans le monde actuel ................... 293
M. Samizafy, Les indicateurs conventionnels de soutenabilité de la dette
publique revisités ; le cas des pays de l’Union européenne 297
S. Larina, Le développement de la coordination et de l’interaction des
autorités fédérales et régionales dans le processus budgétaire de la
Fédération de Russie .............................................................................. 319
P.A. Vyssotski, Quel système d’exigences dans le domaine de la gestion
des finances publiques ? ........................................................................ 325
V.V. Mizintseva, Les méthodes de contrôle financier en Russie dans les
conditions de la crise socio-économique ............................................... 331
8 Avant-propos des éditeurs

L’Union européenne est fortement secouée par la crise ; les pays voisins
de la Méditerranée et des Balkans aussi ; la Russie, avec ses matières
premières, semble épargnée, au moins pour le moment. Pourtant, les
relations de toutes natures tissées au fil du temps entre l’Europe de l’Ouest,
celle de l’Est et leurs environs du Sud sont d’une densité telle qu’il est
impossible d’imaginer que la crise qui affecte la majeure partie de cet
ensemble euro-méditerranéen puisse ne pas avoir de conséquences sur cet
élément essentiel de l’Europe que constitue l’immense Russie. Au sein de
l’économie mondiale, l’ensemble euro-méditerranéen a une unité réelle : le
comportement des différents pays qui le composent, notamment face à la
crise, doit être analysé en prenant en compte non seulement les relations
« externes » entre ces pays et le reste du monde mais aussi les relations
« internes » entre les différentes composantes de cet ensemble.
A l’initiative de l’Université de l’Amitié des Peuples de Russie (RUDN),
à Moscou, de l’Université de Nice Sophia-Antipolis et de son Institut
d’économie (ISEM), de la Chaire Jean-Monnet « Europe-Pays de l’Est » de
1cette Université et de l’Association « CEMAFI international », s’est tenue à
Nice, en mai 2011, une Rencontre pluridisciplinaire, à dominante
économie/gestion, réunissant des universitaires et des chercheurs de Russie,
de l’Union européenne, des pays méditerranéens et des Balkans. Le thème de
cette réunion concernait, précisément, les relations entre les composantes de
cet ensemble euro-méditerranéen dans le contexte de la crise. Ce qui suit, qui
regroupe les communications présentées et discutées lors de cette Rencontre,
les 4 et 5 mai 2011, constitue un premier dossier d’une réflexion collective
qui en est à ses débuts et qui va se poursuivre, concernant le devenir de cet
espace euro-méditerranéen qui s’étend de l’océan Atlantique jusqu’à l’océan
Pacifique.
Les communications reproduites dans cet ouvrage sont regroupées dans
quatre parties de taille inégale autour des thèmes suivants : 1. l’Europe, la
Russie et la Crise ; 2. la Méditerranée, les Balkans et la Crise ; 3. la stratégie
de développement de la Russie ; 4. les aspects financiers de la Crise.
Dans la première partie, ce sont les aspects géoéconomiques et
géopolitiques de la Crise et les manifestations de celle-ci, en Europe et en
Russie, ainsi que les relations qu’elles entretiennent avec la Chine qui sont
analysés. Le « modèle chinois » de développement y est présenté, du point
de vue de sa réussite économique, comme un exemple dont la Russie

1 L’association « CEMAFI international » regroupe des universitaires et des chercheurs de
différents pays qui s’intéressent au devenir de l’espace euro-méditerranéen, notamment d’un
point de vue économique. C’est un club qui vise à faciliter les échanges intellectuels dans ce
domaine par le biais des institutions que sont les universités.
9 pourrait s’inspirer, mais, du point de vue géopolitique, comme une source
potentielle de rivalité, notamment si l’on se penche sur les rectifications de
frontières que la Chine a déjà obtenues en négociant séparément avec
plusieurs pays de l’espace postsoviétique, et même avec la Russie de la
période Eltsine…
La deuxième partie, plus réduite, traite des conséquences de la Crise au
Sud-est et au Sud de l’Europe, c'est-à-dire, d’une part, dans les Balkans, avec
l’exemple de la Serbie, pays qui souhaite entrer dans l’Union européenne
pour mieux résister, à l’avenir, à ce genre de choc macroéconomique, et,
d’autre part, dans la rive Sud de la Méditerranée où la Crise, en 2011, a été
l’une des causes profondes, même si elle n’a pas été la seule, du « printemps
arabe ».
La troisième partie, intitulée « La stratégie de développement de la
Russie », regroupe plusieurs textes qui décrivent, soit de façon analytique,
soit de façon didactique, les raisons et les démarches des diverses réformes
mises en œuvre dans cet immense pays, pour sortir de la Crise. Plusieurs
contributions présentent les déterminants et les modalités de la réforme du
secteur public dont le caractère principal et novateur réside dans
l’introduction des nouvelles techniques de l’information et de la
communication en matière de management public, ce qui, de façon très
imagée, est appelé « le gouvernement électronique ». Les dimensions
régionale (déconcentration de ce « management » et son informatisation au
niveau des collectivités régionales et locales, « oblasts », « kraïs »,
municipalités,… et sectorielle (agriculture, secteur de l’agroalimentaire et
secteur de l’automobile) de ces changements sont successivement abordées,
de même que la nécessité, pour les entreprises russes, d’entrer dans le monde
de l’« intelligence économique ».
Dans la quatrième partie, enfin, les aspects financiers de la Crise sont
abordés sous l’angle de la globalisation et de l’intégration financière, et font
l’objet de plusieurs types d’approches, les unes analytiques (faisant appel à
diverses techniques statistiques ou économétriques de traitement de données
financières macroéconomiques), les autres plutôt didactiques. On retiendra
notamment l’intérêt porté, dans certaines de ces communications, à la
question du financement et de la gestion des budgets publics et à celle de
leur soutenabilité.
L’importance et l’actualité des thèmes de réflexion abordés ici font que
cet ouvrage ne saurait en épuiser la discussion ; ces réflexions, qui se situent
au cœur même de l’Economie politique d’aujourd’hui, méritent d’être
poursuivies. Ce sera l’objet des travaux à venir que notre Association CEMAFI
International s’efforcera de développer et de coordonner sur l’Europe, la
Méditerranée et la Russie.


10 Remerciements

L’édition de cet ouvrage a exigé un important travail de traduction en langue
française des nombreuses communications présentées en langue russe lors de
cette Rencontre, puis de relecture, d’interprétation et de mise en forme de
ces traductions. Ce travail d’édition a mobilisé à Moscou, à l’Université
RUDN, les contributions de Victoria Lukovtseva et de Natalia Bogdanova
pour les traductions, et d’Elizaveta Stolyarova pour son aide technique ; à
Nice, à la demande de notre Association CEMAFI International, Katia
Borodulina, Anastasia Ri, Kamilya Suleymenova et Irina Syssoyeva-Masson
nous ont aidés pour la relecture des traductions initiales et leur adaptation au
vocabulaire approprié qu’utilisent les économistes de langue française, aides
auxquelles s’est ajoutée l’assistance technique très efficace d’Alexandru
Monahov, étudiant de Master.

Qu’ils en soient tous vivement remerciés !



Claude Berthomieu, professeur d’économie, Université de Nice Sophia
Antipolis, Président de CEMAFI International.
Jean-Paul Guichard, professeur d’économie, Université de Nice Sophia
Antipolis, Chaire Jean-Monnet « Europe Pays de l’Est ».
Elena Ponomarenko, professeur d’économie, Université RUDN
(Moscou), directrice de la Chaire de l’économie mondiale







Première partie

L’EUROPE, LA RUSSIE ET LA CRISE
LA RUSSIE ET LES DEFIS GLOBAUX

2Nikolaï Gusakov

La fin du XXème et le début du XXIème siècle ont été marqués par deux
grandes crises financières et économiques. La première est née en Thaïlande
et a d’abord touché les pays de l’Asie du Sud-est, ensuite l’Amérique latine
et enfin, la Russie. La deuxième s’est déclenchée aux Etats-Unis et a fini par
toucher le monde entier.
Le paradoxe est que, dans le contexte de l’économie mondiale
d’aujourd’hui, aucun état n’est épargné de l’influence de la vague de crises
mondiales qui peut surgir au sein des économies développées aussi bien qu’à
la périphérie de l’économie mondiale. Ce phénomène est lié au fait que la
mondialisation des relations a engendré une nouvelle situation plus ou moins
stable dans le monde d’aujourd’hui, avec une interdépendance croissante des
économies nationales caractérisée par l’implantation de certaines sphères de
3reproduction sociale en dehors du cadre national .
L’interdépendance des activités du commerce international se traduit par
un système de relations économiques stables dont l’effet économique, pour
différents agents, est déterminé par le potentiel des avantages de ces derniers
à un moment donné concret, et qui influent sur l’avenir.
Ceci dit, la mobilité des facteurs de production, les succès de certains
pays et leurs positions de leaders dans l’économie mondiale s’expliquent
plutôt par l’utilisation efficace de ces facteurs que par leur simple existence.
Les facteurs les plus appréciables pour la création des avantages
concurrentiels dans un grand nombre d’industries des économies
développées ne sont pas « héréditaires », ils sont créés par les processus qui
se différencient d’un pays à l’autre et d’un secteur à l’autre. C’est la raison
pour laquelle la possession d’une grande quantité de certains facteurs peut
renforcer aussi bien que saper les avantages concurrentiels, et leur absence,
d’une façon paradoxale, peut amener à la constitution d’un nouvel avantage
dû à la modernisation de la production ou au perfectionnement des
stratégies de développement.
Il existe une hypothèse selon laquelle les ressources naturelles
considérables de la Russie lui ont joué un mauvais tour et ont retardé son
évolution technique. D’ailleurs, outre les facteurs naturels, il y a aussi des
facteurs humains qui peuvent jouer un rôle redoutable, aux différents stades
des cycles économiques d’un pays. Par exemple, la crise financière et
économique née en 2007 aux Etats-Unis, a montré que les grandes

2Doyen de la faculté d’Economie de l’université RUDN (Moscou)
3Gusakov, N.P. (éditeur). 2009. L’Intégration de la Russie dans l’économie mondiale,
monographie, 2ème édition, Moscou, les Editions de RUDN, 2009.
15 institutions financières du pays ont joué un rôle ambigu dans l’apparition et
la résorption de la crise.
Premièrement, la vente aux étrangers de titres hypothécaires et d’autres
instruments financiers dérivés a provoqué la fuite de près d’un quart des
crédits hypothécaires ; autrement dit elle a provoqué l’extension de la crise
hors des Etats-Unis. Deuxièmement, selon Joseph E. Stiglitz, il est
inadmissible de créer des banques trop grandes auxquelles, ensuite, on ne
4peut permettre de faire faillite .
C’est justement pour cette raison que, pendant la crise, les dirigeants
américains furent contraints d’injecter plusieurs milliards de dollars dans le
système bancaire afin de maintenir à flot les plus importantes institutions
financières en détournant les fonds du secteur non financier.
L’expérience pratique de certains pays, en particulier celle de la Chine et
de l’Inde, a fait la preuve, pendant la mondialisation, de la mobilité des
facteurs, du changement des priorités et des succès dans le domaine de la
compétitivité nationale. Les avantages comparatifs de ces pays les ont
transformés en principaux centres de production mondiale. Les acquis dans
ce domaine ont permis à certains pays émergents de devenir créanciers des
économies développées, ce qui représente, sans doute, un phénomène
spécifique de la fin du siècle dernier.
Par ailleurs, en 1968, le futur lauréat Nobel en économie, Gunnar Myrdal,
dans son ouvrage « Le Drame Asiatique… » (Asian Drama : An Inquiry into
the Poverty of Nations) affirmait que, pour l’Inde et d’autres pays en voie de
développement surpeuplés, il est impossible de résoudre le problème du
mieux-être à partir de la croissance économique car les taux de cette dernière
sont largement dépassés par la natalité. A son avis, le « drame » est qu’il est
impossible d’assurer, dans la région, la priorité de la croissance économique
puisqu’elle nécessite des investissements dont le volume dépasse le potentiel
de l’économie nationale et l’assistance extérieure.
Dans les années 1970-1980 du XXème siècle, la plupart des économistes
partageaient ce point de vue. Seule la mondialisation, de pair avec le progrès
technique, a permis de retourner la situation au cours de la dernière
décennie. La croissance du PIB de l’Inde a dépassé de loin le taux de sa
natalité, les structures économiques se sont améliorées, ce qui est prouvé par
les données rappelées ci-dessous.
Pendant la période postcoloniale, les taux annuels de natalité ont été au
moins de 3% par an, au cours de plusieurs décennies et la croissance du PIB
était inférieure ; c’est ce qui, selon Gunnar Myrdal, était à l’origine du drame
national ; mais dès le milieu des années 90, la tendance des taux de natalité

4 Stiglitz, J. 2011. Freefall: America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy,
traduction de l’anglais en russe par Lopatka V., Moscou, Eksmo, 2011.
16 à la baisse s’est manifestée et celle de l’augmentation annuelle du PIB s’est
élevée jusqu’à 6% de hausse.
Aujourd’hui, la natalité de l’Inde ne dépasse pas 1,5%, et la croissance
annuelle du PIB est l’une des plus élevées dans le monde et se situe au
niveau de 10%. La question se pose : qu’est-ce qui a permis à l’Inde d’en
finir avec la situation socio-économique dramatique antérieure et de devenir
leader en matière de croissance économique? A notre avis, deux groupes de
facteurs y ont joué leur rôle : des facteurs objectifs et des facteurs subjectifs.
D’une part, les opportunités offertes par la mondialisation et, d’autre part, le
bon choix des mesures prises par le gouvernement pour les mettre en œuvre.
Finalement, le pays a connu un afflux d’investissements étrangers, ce qui
a été très important pour la création de nouveaux emplois, pour la
modernisation de l’économie nationale et pour le renouvellement de ses
structures. Selon les scientifiques de la faculté d’Economie de l’université de
l’Amitié des Peuples de Russie, le potentiel économique important de l’Inde
attire les investisseurs. Le fait que rien qu’en deux ans, avant la crise,
l’afflux annuel des investissements étrangers dans le pays a triplé et a
5représenté 6.676 millions de dollars US, en est la preuve .
Au milieu des années 80 du XXème siècle, l’Inde a procédé à des
réformes économiques. Il est à signaler que, pendant la même période, en
URSS, a été déclenchée la « perestroïka ». Mais à la différence de l’URSS,
en Inde, la désétatisation et la libéralisation de l’économie ne sont pas restées
lettres mortes, elles ont été décrétées et mises en pratique, ce qui a encouragé
l’afflux des capitaux étrangers, des capitaux venant des non-résidents
hindous, et a stimulé l’arrivée des technologies étrangères.
Il convient de noter que, déjà au début des années 90 du XXème siècle,
c’est-à-dire, vingt ans avant la Russie, l’Inde a adopté une loi permettant de
créer des fonds à risque et de favoriser les innovations. Ce ne fut pas une
simple déclaration, c’est tout un programme qui est entré en réalisation et qui
conduirait, selon les paroles des analystes de Goldman Sachs, à ce que, en
2050, l’Inde se classe au troisième rang mondial en matière de PIB, et, ce qui
est surtout important, qu’elle soit parmi les dix meilleures économies
6mondiales pour le volume du PIB par habitant .
L’hindouiste de notre Université, le professeur Nikiforova T.V., a très
justement noté que les succès de l’économie de l’Inde se basent sur les
innovations et que l’Inde… « est presque le seul pays du tiers monde dont la
réussite économique n’est pas due à l’exploitation des ressources naturelles

5 Nikiforova, T.V. 2009. « La recherche scientifique en Inde : les particularités de la
règlementation publique », Vestnik RUDN, Série « Economie », 2009, no. 2.
6 Balashova, C.A., Lazanuk, I.V. 2004. «Le développement de la branche de la technologie de
l’information en Inde », Vestnik RUDN, Série « Economie », 2004, no.1.
17 ni à la main-d'œuvre bon marché, mais à l’utilisation de son potentiel
7 intellectuel » .
A présent, la plupart des grandes compagnies informatiques possèdent
des filiales en Inde. Plus de deux cents des cinq cents multinationales qui
figurent dans le palmarès mondial ont leurs filiales en Inde et y placent leurs
commandes pour y élaborer des logiciels.
Ne sommes-nous pas une nouvelle fois témoins d’un autre paradoxe de la
mondialisation, quand un pays en voie de développement devient un des
leaders de l’économie mondiale ?
Cet exemple prouve que même les économistes renommés, tels que des
lauréats Nobel, ne pouvaient pas prévoir le caractère et l’ampleur des
changements dans l’économie mondiale qui s’y sont opérés sous l'influence
de la mondialisation.
L’expérience de la Chine est encore plus intéressante et même édifiante.
La percée de la modernisation de l’économie chinoise a dépassé toutes les
prévisions les plus osées. Aujourd’hui, la Chine possède une économie
moderne concurrentielle capable de faire face à la concurrence des meilleurs
produits à haut niveau technologique, à l’échelle mondiale. Par exemple,
dans l’industrie aéronautique civile, la Chine se prépare à lancer la
production en série d’un avion de ligne du type Advanced Regional Jet,
avion turboréacteur régional du XXIème siècle. Ses concurrents sur le
marché aéronautique de même taille sont le Canadien Bombardier, le
Brésilien Embraër, le Japonais Mitsubishi et le Russe Superjet-100.
Les succès de la Chine dans l’exploration de l’espace cosmique sont aussi
impressionnants. Le budget chinois de 2011 a affecté à ces fins 4,0 milliards
de dollars, l’UE, 11,5 milliards de dollars, les USA, 19,0 milliards de dollars,
et la Russie 3,05 milliards de dollars.
Il est tout naturel de poser la question suivante : comment s’expliquent
les grands succès du développement économique de la Chine pendant une
période relativement longue et pourquoi l’économie nationale n’a-t-elle pas
été touchée par la dernière crise et a même enregistré une évolution
importante ? Il est évident qu’il existe deux principaux facteurs de succès.
Premièrement, un important avantage concurrentiel durable provenant du
prix de la main-d’œuvre. Cet avantage a permis à la Chine de se transformer
en une usine mondiale qui a inondé le monde entier de ses produits (de haut
de gamme et de bas de gamme). Il existe différents points de vue au sujet de
la durée de l’avantage concurrentiel. Nous nous permettons de supposer que
l’ouverture des frontières et le développement des systèmes informatiques,
c’est-à-dire l’accès de la population chinoise à l’information concernant le
niveau de vie dans différents pays du monde, les revendications pour
augmenter les salaires, la mise en place d’un régime de retraite et d’autres

7 Space Foundation, « Thespacereport 2010 ». URL : www.thespacereport.org
18 mesures de protection sociale conduiront à la croissance du coût de
production des biens et des service en Chine, ce qui diminuera sa
compétitivité sur le marché international et, en partie, sur le marché national.
Il est logique d’émettre l’hypothèse que, avec la perte d’un avantage aussi
important que celui d’une main-d’œuvre bon marché, la Chine, très peuplée,
connaîtra une défaillance économique. Et c’est bien le moment de nous
rappeler quel est le deuxième facteur important de son succès. Il s’agit de sa
politique extérieure souple et dynamique, en matière économique. La
République populaire de Chine ne se limite pas à la fabrication de produits
bon marché à forte intensité de travail mais elle la déplace partiellement en
dehors du pays. Parallèlement, elle met l’accent sur le développement de la
production à partir des innovations pour renforcer sa position sur le marché
mondial des produits à haute technicité. A cet effet, la Chine acquiert des
marques très connues qui lui permettent d’augmenter ses quotas
d’exportations dans de très fortes proportions.
Et la Russie ? Quels sont ses avantages concurrentiels à l’époque de la
mondialisation ? Comment sa politique économique répond-elle aux défis de
la mondialisation ?
A cet égard, le plus difficile est de répondre à la question suivante : que
représentent, en effet, pour la Russie, ses richesses en ressources naturelles
qui, par deux fois au moins, dans l’histoire moderne de la Russie, ont joué un
rôle décisif ? La première fois, les prix bas du pétrole au marché mondial ont
contribué à l’effondrement de l’URSS et, la deuxième fois, les prix
excessivement élevés des ressources énergétiques ont favorisé
l’assainissement de l’économie nationale après deux crises financières et
économiques.
Aujourd’hui, le pétrole et le gaz jouent un rôle déterminant dans la
balance énergétique de l’économie mondiale. Près de 66% des centrales
électriques sont thermiques, seulement 15% de l’énergie électrique
proviennent des centrales nucléaires et 17% des centrales hydrauliques. Les
sources alternatives ne fournissent que 2% de l’énergie électrique.
Jusqu’à la fin du XXème siècle, les Etats-Unis et certains pays d’Europe
restaient les principaux importateurs d’énergie. Il convient de souligner que
les USA ne possédaient que 3% des réserves pétrolières mondiales et 2% du
gaz (excepté le gaz de schistes), alors qu’ils consommaient 24% des
principales ressources énergétiques (de pétrole et de gaz).
Le centre de l’extraction mondiale s’est déplacé en Asie. Le fait que 85%
du pétrole et du gaz sont exportés des pays du golfe Persique vers la Chine,
l’Inde, le Japon et d’autres pays en est la preuve. La situation géographique
de la Russie lui permet de livrer le gaz et le pétrole à partir de ses principaux
gisements en Europe ainsi que dans les pays de l’Asie et de l’Extrême
Orient. Il est évident que les dépenses liées à l’installation des infrastructures
19 de transport sont très élevées, mais, vu le volume important des livraisons,
elles sont remboursées relativement vite.
La question qui se pose est donc : est-il judicieux de développer cette
orientation de l’activité économique et d’en négliger d’autres? Et pendant
combien de temps peut on « se doper » à partir des ressources en matières
premières ? Il n’est pas facile de répondre à cette question mais, à notre avis,
la réponse devrait être la suivante : tant qu’il n’y a pas d’alternative, il
convient d’exploiter d’une manière efficace notre avantage naturel.
Comment assurer cette efficacité et comment créer des sphères d’activité
alternatives dont la rentabilité ne serait pas inférieure à celle provenant des
secteurs du pétrole et du gaz ? C’est déjà une autre question.
Il est clair que, jusqu’ici, les dirigeants russes se sont heurtés à un
dilemme : soit mener une politique de modernisation du complexe pétrolier
et gazier en misant sur son rendement à court et à long terme, soit profiter
des réserves accumulées et de la conjoncture favorable sur le marché
mondial du pétrole et du gaz pour accélérer la modernisation des branches
économiques qui permettraient de développer l’économie nationale à partir
de l’innovation, et analyser ses avantages comparatifs pour faire face à la
concurrence mondiale en matière de biens et de services.
Dans le premier cas, nous aurons une politique économique plutôt
conservatrice. Il est facile d’en prévoir ses avantages et ses inconvénients.
D’un côté, on jouit de l’existence de grandes réserves énergétiques, des
relations bien établies avec les consommateurs, des possibilités d’alimenter
rapidement le budget et les réserves de change monétaires nationales. De
l’autre côté, apparaît la nécessité de grandes dépenses pour le
renouvellement des équipements, des réseaux de transport et la création de
nouvelles unités de transformation, avec la concurrence croissante des
livraisons à destinations asiatique et européenne, (surtout pour le gaz) et
l’impossibilité de prévoir l’influence des facteurs extérieurs, notamment,
politiques sur la formation des prix.
Dans le deuxième cas, les inconnues sont plus nombreuses parce qu’il
faut intervenir dans des créneaux du marché où les positions de la Russie
sont déjà perdues ou ne sont pas encore gagnées. Donc, la situation de la
Russie reste assez incertaine.
En 2009, la part de la Russie sur le marché des lancements des fusées
spatiales s’élevait à 2,4 milliards de dollars, tous les lancements étant
effectués uniquement par l’aérospatiale russe. La même année, le volume du
marché mondial de l’équipement spatial terrestre était de 76,1milliards de
dollars et la participation de la Russie n’y représentait que 0,1 milliard de
dollars, c’est-à-dire à peine plus de 0,1%. La part de la Russie concernant les
prestations de services en matière de satellites ne dépassait pas 0,4% des
90,6 milliards de dollars de ce marché.
20 Il est à remarquer que les entreprises de Chine et d’Inde sont de plus en
8plus dynamiques sur le marché des satellites à usage civil .
L’agriculture représente des réserves considérables pour l’économie
russe. L’augmentation du rendement de ses douze millions d’hectares de
terres agricoles placerait la Russie non seulement parmi les pays couvrant
leurs propres besoins en produits agricoles, mais également parmi ceux qui
les fournissent au marché mondial. C’est surtout important à l’heure actuelle,
quand la hausse des prix des produits pétroliers nous pousse à transformer de
plus en plus de blé et d’autres produits agricoles en combustibles
biologiques. Seuls les Etats-Unis transforment un tiers du maïs récolté en
éthanol biologique ; une grande partie du soja et de certains oléagineux
cultivés au Brésil, en Colombie ou au Pérou et dans bien d’autres pays sont
également transformés en combustibles biologiques.
Quelle est donc la solution pour la Russie ? Bien sûr, la diversification de
l’économie doit mettre l’accent sur les innovations. La Russie possède des
facteurs-clés de production et les facteurs qui lui manquent, lui sont
accessibles dans le cadre de la mondialisation. Il ne lui reste qu’à appliquer
ses savoir-faire pour gérer ces facteurs, ce qui est aussi important que le fait
de les posséder. D’ailleurs, c’est justement ce que prouve l’expérience de la
Chine et de l’Inde et d’une série d’autres pays qui ont obtenu l’effet
synergétique de la bonne application des prémisses de l’évolution
économique offertes par la mondialisation.
L’objectif actuel, pour les dirigeants russes, est d’élaborer une stratégie
de développement économique adaptée aux défis de la mondialisation,
compte tenu du fait que, aujourd’hui, il n’existe pratiquement pas de
production nationale mais qu’il y a un système de filières de production
internationales qui créent l’économie mondiale. Tout échec essuyé dans ces
filières de production se répercute inévitablement non seulement sur
l’économie nationale, mais aussi sur l’ensemble de l’économie mondiale.


Bibliographie :

Balashova, C.A., Lazanuk, I.V. 2004. « Le développement de la branche
de la technologie de l’information en Inde », Vestnik RUDN, Série
« Economie », 2004, no.1.
Gusakov, N.P. (éditeur). 2009. L’Intégration de la Russie dans
l’économie mondiale, monographie, 2ème édition, Moscou : Edition de
RUDN, 2009.

8 Kholina, V.N., Yakovlev, T.A.2008. « La dynamique du marché mondial du soja dans le
contexte de la sécurité alimentaire régionale : fin du XXème – début du XXIème siècle »,
Vestnik RUDN, Série « Economie », 2008, pp.37-42.
21 Kholina, V.N., Yakovlev, T.A.2008. « La dynamique du marché mondial
du soja dans le contexte de la sécurité alimentaire régionale : fin du XXème
– début du XXIème siècle », Vestnik RUDN, Série « Economie », 2008,
pp.37-42.
Nikiforova, T.V. 2009. « La recherche scientifique en Inde : les
particularités de la règlementation publique », Vestnik RUDN, Série
« Economie », 2009, no. 2.
Space Foundation, « The space report 2010 », www.thespacereport.org
Stiglitz, J. 2011. Freefall: America, Free Markets, and the Sinking of the
World Economy, traduction de l’anglais en russe de Lopatka V., Moscou,
Eksmo, 2011.


22 LES MATIERES PREMIERES DESORMAIS
AU CŒUR DU BOULEVERSEMENT MONDIAL

9Antoine Brunet
10Jean-Paul Guichard

La crise économique qui frappe principalement les pays développés
occidentaux, n’est nullement terminée en cette année 2011. Elle résulte
d’une stratégie mercantiliste de guerre économique mise en œuvre par la
Chine qui vise rien moins qu’à assurer à ce pays l’hégémonie mondiale.
Certains pays émergents, notamment ceux qui produisent des matières
premières, ont pu croire qu’ils étaient à l’abri du grand bouleversement qui
est en cours ; il n’en est rien : compte tenu de la visée de la Chine,
l’affrontement ne peut être que mondial et la gestion des matières premières
y a désormais une importance cruciale ; la détention de celles-ci ne constitue
nullement une garantie d’indépendance et de prospérité pour les pays
concernés.
La Russie, pays immense entre l’Europe de l’Ouest et la Chine, disposant
d’énormes ressources naturelles, est particulièrement concernée par la
stratégie chinoise, notamment par ce qui, au sein de celle-ci, se rapporte aux
matières premières. Sauf à accepter de se transformer en une sorte d’émirat
dont la population (qui serait alors bien plus faible qu’aujourd’hui) vivrait de
l’assistance procurée par les rentes du pays, la Russie devrait, pour assurer
son avenir industriel et technologique, et donc l’avenir de sa société, se
tourner bien davantage vers l’Europe que vers un mirage « BRIC » qui ne
serait, en fait, qu’une forme de soumission à la Chine.

La crise des pays occidentaux, résultat de la stratégie mercantiliste
chinoise

Depuis prés de quatre siècles l’histoire du monde a été celle de la
domination de l’Europe et de sa projection outre Atlantique sur le monde et,
d’un point de vue économique, celle du mercantilisme, une stratégie
d’excédents commerciaux.

A l’origine, il s’agit de faire rentrer de l’or dans un pays puisque l’or est
identifié à la richesse ; l’Espagne a fait cela grâce au pillage, ce qui a conduit

9 Après avoir été désigné premier au classement Greenwich des économistes de marché
parisiens (de 2003 à 2006), A. Brunet a quitté la banque pour fonder, en 2007, « AB
Marchés », une société d’analyse de la conjoncture et des marchés.
10 Professeur d’économie, université de Nice Sophia Antipolis, chaire Jean-Monnet « Europe
Pays de l’Est ».
23 ce pays à développer ses importations, occasionnant la ruine de ses
manufactures naissantes et finalement le déclin du pays ; l’Angleterre,
comme Colbert en France, a fait entrer de l’or en exportant les biens qu’elle
fabriquait : là est le secret de sa réussite !
Tout pays à la recherche de la richesse et de la puissance, les deux sont
liées, cherche à être excédentaire dans ses échanges extérieurs ; si ce pays est
grand, il peut alors, grâce à la mise en œuvre de cette stratégie, avoir une
visée hégémonique. Ce fut le cas de l’Angleterre qui mit un siècle et demi
pour pouvoir s’imposer face à la France, et qui régna sur le monde de 1815 à
1914. Ce fut aussi le cas des Etats-Unis qui menèrent, de façon constante, au
dix neuvième siècle et durant la première moitié du vingtième, une politique
protectionniste leur permettant de réaliser des excédents commerciaux de
plus en plus considérables ; le Japon s’y essaya de 1950 à 1989…
La crise de 1929, qui ne se termina réellement qu’en 1948 (grâce à la
dévaluation par rapport au dollar des monnaies européennes), est née d’un
immense déséquilibre commercial entre les Etats-Unis excédentaires et
l’Europe déficitaire. Elle marque une transition : le passage de l’hégémonie
de la Grande-Bretagne aux Etats-Unis. La crise d’aujourd’hui est de même
nature mais, cette fois-ci, la Chine est dans le rôle des Etats-Unis d’hier et le
monde occidental dans celui de l’Europe.
Après avoir été dépecée par les puissances Européennes, par les
EtatsUnis et le Japon, au dix-neuvième siècle et au début du vingtième, la Chine
est le théâtre d’une guerre civile se soldant par l’instauration d’un régime
communiste. Ce système totalitaire, collectiviste et bureaucratique, va
s’avérer désastreux, aussi bien sur le plan économique que sur le plan
humain avec les dizaines de millions de victimes que l’on sait. Le retour de
M. Deng Xiao Ping aux affaires en 1978 va marquer un tournant décisif : fin
du collectivisme, retour progressif au capitalisme mais maintien du système
totalitaire. La répression impitoyable du « printemps de Pékin », en 1989, au
cours de laquelle on massacra sur la place Tian-an-men des milliers
d’étudiants qui manifestaient pour l’instauration de la démocratie, en est une
illustration.
Appuyée sur le maintien du totalitarisme, la stratégie chinoise sera
structurée autour de l’économie : ouverture commerciale, développement de
la production dans le cadre de contrats de sous-traitance pour des firmes
étrangères, « joint-ventures » permettant des transferts de technologies, le
tout grâce à la conjonction de salaires dérisoirement bas et d’un taux de
change très largement sous-évalué. Celui-ci constitue une arme de combat et
résulte d’une manipulation permanente fondée sur un contrôle des changes
très rigoureux et sur des interventions de la Banque centrale de Chine sur le
marché des changes.
Cette stratégie très cohérente correspondait et continue de correspondre
aux intérêts des firmes occidentales ; celles-ci sous-traitent leurs productions
24 à des entreprises chinoises qui ne sont pas, pour elles, des concurrentes, à
l’inverse de ce que furent et continuent à être les firmes japonaises. Cela
conduit à la désindustrialisation du monde occidental ainsi qu’aux déficits
considérables que connaissent certains pays (Etats-Unis, Grande-Bretagne,
France, Europe du sud) et cela, sans aucune entrave depuis que la Chine a
été admise au sein de l’Organisation mondiale du commerce, en 2001. Ainsi,
de 2003 à 2005 par exemple, le déficit commercial des Etats-Unis est
énorme, de l’ordre de 6 % de leur PIB ; pour compenser ce handicap très
lourd, le Gouvernement américain, dans une perspective à courte vue et
considérant sans doute que les déficits extérieurs n’étaient pas préoccupants
(rejoignant en cela les gouvernements européens), développait une politique
de stimulation de la dépense intérieure et donc d’endettement à tout va. Cela
conduisait à endetter des couches insolvables de la population ; un peu plus
tôt, un peu plus tard, la crise était inévitable ; comme elle l’était en Europe
d’ailleurs, certains pays ayant développé un endettement excessif des
ménages grâce à l’immobilier, certains autres pays ayant développé un
endettement excessif de l’Etat (Grèce, Portugal, mais aussi France et Italie).
Cette crise qui n’est pas mondiale et qui ne concerne que les pays
occidentaux, résulte du déséquilibre commercial géant organisé par la
11politique de protectionnisme monétaire de la Chine et par son acceptation
tacite, jusqu’à présent, par les gouvernements occidentaux. Sauf à trahir
leurs peuples, ceux-ci devraient cesser leur politique d’accommodement et
de démission rappelant Munich, face à la guerre économique que mène la
12Chine .
Dans un contexte d’économies asphyxiées par leurs déficits extérieurs
respectifs, qui retentissent de façon intolérable sur leurs finances publiques,
ces dirigeants devraient avoir la sagesse de mettre en place des dispositifs de
protection de leurs économies de façon à redresser leur commerce extérieur,
seule voie praticable pour mettre un terme durablement à leurs déficits
publics.
Les économies occidentales sont considérées, dans leur ensemble, dans
une situation assez critique. Les pays émergents, notamment les producteurs
de matières premières, s’ils peuvent enregistrer en ce moment des résultats
économiques encourageants, ne sont pas pour autant à l’abri de tout danger,
comme on va le voir. Et les pays producteurs de matières premières sont
menacés.

11 Cette politique s’exprime par la manipulation permanente du taux de change de la monnaie
chinoise permettant à celle-ci d’être très largement sous-évaluée.
12 A ce propos, on pourra consulter utilement les ouvrages suivants : Richard Bernstein and
Ross H. Munro, The coming conflict with China, Alfred A. Knopf inc. New York, 1997;
Martin Jacques, When China rules the world (the rise of the middle kingdom and the end of
the western world), Allen Lane, published by the Penguin Group, London, 2009 ; Antoine
Brunet et Jean-Paul Guichard, La visée hégémonique de la Chine, l'impérialisme économique,
L'Harmattan, Paris, 2011.
25
Croissance forte et hausse des cours des matières premières

La stratégie mise en œuvre par la Chine, à base de manipulation
monétaire, afin d’obtenir une très forte croissance et des excédents extérieurs
considérables, conduit à une forte hausse des cours mondiaux des matières
premières, que celles-ci soient fossiles, minérales ou végétales. Sachant que
13le PIB réel de la Chine est actuellement de l’ordre de 20% du PIB mondial ,
une croissance de ce PIB au rythme de 10% par an signifie que la Chine, à
elle seule, explique deux points de croissance du PIB mondial, ce qui pousse
14la croissance du PIB mondial aux environs de 5% l’an .
Avec une croissance mondiale aussi forte, les indices des prix des
matières premières (prix exprimés en dollars) croissent à un rythme voisin de
20% par an, ce qui est énorme ; il suffirait toutefois que le taux de croissance
chinois soit ramené à 5% l’an pour que la croissance mondiale passe de 5% à
153% , ce qui ramènerait la progression des indices de matières premières à
10% par an au lieu de 20% : ce serait là une progression nettement plus
supportable par le Japon et l’Europe qui n’ont que peu de matières premières
et qui, de ce fait, sont fortement importateurs de tels biens.
Un tel scenario de réduction de sa croissance, la Chine n’en a cure ! Elle
déroule imperturbablement sa stratégie de très forte croissance fondée sur les
16exportations , ce qui pénalise très durement les économies de la plupart des
pays développés, et cela de deux façons : les exportations chinoises
contribuent toujours davantage à la désindustrialisation et à la perte de
substance économique des pays développés, en même temps que la très

13 Selon nous, le PIB de la Chine, en utilisant les parités de pouvoir d’achat, est de l’ordre de
20% du PIB mondial, et non pas de 10% à 11% comme l’indiquent les statistiques
internationales basées sur un taux de change manipulé.
14 Nos ordres de grandeurs sont les suivants. Pour le PIB mondial : Chine (20%), Pays
développés (40%), « émergents » et autres pays (40%). En leur appliquant des taux de
croissance annuels qui sont, respectivement, de 10%, 2,5% et 5% on obtient alors : 2 points de
croissance pour la Chine, 1 point pour les pays développés, 2 points pour les autres pays.
15 Une baisse de cinq points de la croissance chinoise entraînerait directement une baisse de
un point de la croissance mondiale ; celle-ci perdrait aussi un autre point de croissance du fait
des répercussions de la baisse de la croissance chinoise sur les autres économies.
16 Certains économistes prétendent que la Chine pourrait tout aussi bien avoir une croissance
de 10% l’an sans pour autant avoir un commerce extérieur déséquilibré ; il lui suffirait alors
de dépenser davantage, d’épargner moins ; en somme, les dirigeants chinois, en misant sur le
commerce extérieur, feraient une « erreur ». Il y a bien là une « erreur » mais celle-ci est faite
par ces économistes et non par les responsables chinois qui ont une stratégie très cohérente ;
ces économistes méconnaissent le fait qu’il n’y a pas indépendance entre le mode de
croissance et la répartition des revenus. Un recentrage de l’économie chinoise sur la
consommation intérieure constituerait une atteinte forte aux taux de profit que réalisent les
capitalistes chinois (la Chine est championne du monde des inégalités) en même temps
qu’une négation de l’impératif absolu que constitue l’impérialisme pour la classe au pouvoir
en Chine.
26 violente hausse des prix des matières premières, dont la croissance chinoise
est largement responsable, constitue un handicap supplémentaire pour ces
pays.
Le gouvernement de la Chine apporte en permanence la preuve qu’il est
très attaché à ce modèle de croissance forte et d’exportations, notamment par
sa relative indifférence à l’inflation. Pourtant, on se souvient de l’année
1989 ; en ce temps-là, l’inflation qui était importante, avait suscité, du fait de
la baisse de pouvoir d’achat de la population, des mouvements sociaux
aboutissant à la « commune étudiante », l’occupation par les étudiants de la
place Tienanmen. En même temps qu’ils avaient décidé de réprimer
férocement ce mouvement, les dirigeants s’étaient certainement juré qu’il
n’y aurait plus jamais d’inflation en Chine. Pourtant, vingt ans plus tard,
force est de constater qu’ils ne font rien pour lutter contre l’inflation
importée par la hausse des prix des matières premières qui, elle-même,
découle largement de la très forte croissance de leur économie.
Dans les priorités qui sont celles des dirigeants chinois, la croissance et
les exportations semblent bien passer avant le contrôle de l’inflation ; en
effet, s’ils souhaitaient lutter contre l’inflation, ils prendraient certaines
mesures : augmenter les taux d’intérêt, réévaluer le yuan, limiter les
dépenses budgétaires. Or, ils se gardent bien de réévaluer le yuan, sa parité
étant la première de leurs variables stratégiques ; mieux même, ils le laissent
17se déprécier contre l’ensemble des monnaies autres que le dollar . De
même, ils laissent les taux d’intérêt réels devenir négatifs, attachés qu’ils
sont au maintien de la forte croissance et au verrouillage du cours du yuan :
alors que l’inflation est de l’ordre de 5.5% l’an, les taux d’intérêt nominaux
s’étalent entre 3.25% et 6.25%, soit une moyenne approximative de 4.75%,
18ce qui est inférieur au taux de hausse des prix .
Les autorités chinoises, dans toute cette affaire, n’agissent pas à la
légère ; elles sont bien conscientes des risques que peuvent comporter
certaines hausses des prix ; c’est la raison pour laquelle elles subventionnent
le fuel, l’électricité, l’essence. En dépit de ces risques, elles poursuivent leur
politique de croissance forte qui est aussi une politique de hausses fortes des
cours des matières premières.

17 La forte demande de matières premières fait monter le cours des monnaies des pays
producteurs ; par ailleurs, l’Europe suscite d’importantes entrées de capitaux pour financer les
déficits publics de sorte que l’euro monte. Au total, alors que la parité yuan/dollar est
maintenue à un niveau fixe, la hausse des cours des autres monnaies par rapport au dollar
signifie une baisse du taux de change effectif du yuan. On peut se demander si, dans cette
affaire, la Chine se contente de maintenir à un niveau fixe le yuan par rapport au dollar. En
détenant la bagatelle de 4.400 milliards de dollars de réserves, elle a une force de frappe
financière lui permettant, notamment par le volume de ses achats de titres publics européens,
de faire monter l’euro, ce qui équivaut à provoquer une dépréciation du yuan.
18 Ce taux, faut-il le rappeler, ne prend pas en compte les prix de l’immobilier : or ceux-ci ont
tendance à augmenter fortement actuellement.
27 Sur la voie de l’hégémonie, la hausse des cours des matières premières
est utile

La stratégie chinoise contribue à asphyxier les économies des pays
développés n’ayant pas, ou pas assez, de matières premières : Europe,
EtatsUnis, Japon. Ces pays ont déjà le handicap d’un fort déficit externe, à
19l’exception du Japon et de l’Allemagne ; à cela s’ajoute donc un autre
handicap : la très forte hausse des cours des matières premières. Celle-ci
devrait, à terme, faire basculer des pays comme l’Allemagne et le Japon dans
le club des pays déficitaires si rien n’est fait pour redresser durablement le
20commerce mondial .
D’autres pays font partie des victimes potentielles : des pays émergents
comme la Corée, la Turquie, l’Inde qui, bien que dépourvus de matières
premières, arrivent encore à tirer leur épingle du jeu du fait de leurs bas
salaires ; cela pourrait n’être que de courte durée : la hausse des cours des
matières premières les touche en effet de plein fouet. De la sorte, on le voit,
la stratégie chinoise, qui est mondiale, constitue une agression, immédiate
ou à terme, de presque tous les pays du monde. Il reste, bien sur, le cas des
pays exportateurs de matières premières, les heureux « rentiers » qui
semblent bien être les grands bénéficiaires de ces bouleversements du
monde: Russie, Arabie, Pays du Golfe persique, Iran, Venezuela, etc.
Ces pays sont conscients du fait que la Chine, locomotive économique du
monde, tire leurs ressources d’exportation vers le haut : celle-ci, qui est
21devenue pour nombre d’entre eux, le premier client , en tire une
reconnaissance politique indéniable ; il n’y a pas que cela toutefois. Alors
même que la mise en œuvre de la stratégie chinoise compromet la croissance
des pays développés, ce qui constitue un facteur dépressif pour les
exportations chinoises, le relais est, en quelque sorte, pris par les pays
exportateurs de matières premières dont les revenus d’exportation se
transforment en importations en provenance de Chine. Les exportations
chinoises peuvent donc continuer leur ascension de sorte que le handicap
dont peut souffrir l’économie chinoise, du fait des prix de plus en plus élevés
des matières premières importées, est de toute façon, très largement
compensé par les avantages que représente un solde extérieur très largement
22positif .

19 On notera que l’Allemagne est fortement excédentaire, pour son commerce extérieur, avec
les pays de la zone euro ; toutefois, la zone euro prise dans son ensemble est déficitaire,
notamment vis-à-vis de la Chine, ce qui est aussi le cas de l’Allemagne.
20 A ce propos, on peut rappeler ici la proposition qui est la nôtre : créer une « OMC bis »
fonctionnant selon d’autres critères que l’actuelle OMC qui est devenue, de fait, un
instrument au service de la Chine.
21 La Chine est, désormais, le premier client de la Russie et de l’Arabie Saoudite.
22 Il est important de noter que la Chine est un très grand pays : par l’étendue de son territoire,
par l’importance de sa population, par ses industries manufacturières qui sont les premières du
28 Les rentes, un cadeau empoisonné ?

La grande facilité que constituent les revenus liés à l’exportation de
matières premières peut être parfois un danger pour ces pays : d’une part,
cela peut contribuer à démobiliser les populations qui prennent l’habitude
d’être « assistées » ; d’autre part, cela peut provoquer un mouvement de
désindustrialisation. Le taux de change est une variable importante pour ces
23pays, au moins pour ceux qui n’ont pas d’ancrage sur le dollar ; la montée
des cours des matières premières détermine alors, d’une manière ou d’une
autre, une appréciation du cours des monnaies de ces pays : cela est vrai pour
le Canada, la Russie, l’Afrique su sud, le Brésil, le Chili, etc.
Une telle appréciation, lorsqu’elle est importante, peut conduire, en
l’absence d’une politique volontaire visant à la contrer et à développer
24l’industrie , à la désindustrialisation d’un pays : les produits fabriqués
localement sont en effet de moins en moins compétitifs par rapport à ceux
qu’il est possible d’importer ; à court terme , les consommateurs peuvent être
satisfaits des baisses de prix sur les biens qu’ils consomment ; à plus long
terme, le pays est désindustrialisé (ou non industrialisé) ; toutes les activités
dépendent alors directement ou indirectement des exportations dans ce
schéma d’épanouissement du « syndrome hollandais » (« Dutch disease »).
Cette dépendance des activités et de la population dans son ensemble au
secteur exportateur est particulièrement flagrante dans le cas de l’Arabie
Saoudite. Ce pays, qui n’a jamais été industriel, détient 20% à 25% des
ressources mondiales de pétrole ; l’exploitation de celles-ci explique prés de
50% du PIB du pays, 85% de ses recettes budgétaires, plus de 90% de ses
exportations ; les autres activités économiques du pays, notamment celles
des industries de transformation, sont liées directement ou non, à l’existence
sur place d’une population dont il faut satisfaire les besoins, qui sont
25« induites » par cette population . L’Arabie Saoudite constitue le cas
extrême d’une société entièrement dépendante de ses ressources naturelles ;

monde. Les importations de matières premières qui sont les siennes sont énormes, qu’il
s’agisse de pétrole, de minerais ou de riz ; toutefois elles sont relativement modestes en
comparaison des consommations globales du pays. Ainsi, pour ce qui concerne l’énergie, il
faut savoir que la Chine produit et consomme annuellement de l’ordre de 1.300 millions de
tonnes de charbon (65% de ses besoins énergétique), qu’elle produit aussi de l’ordre de 150
èmemillions de tonnes de pétrole par an (5 producteur mondial) de sorte qu’elle n’importe
« que » de 200 à 250 millions de tonnes de pétrole par an !
23 L’Arabie Saoudite est un exemple de pays dont la monnaie est ancrée sur le dollar.
24 Un moyen efficace de lutte contre l’appréciation de la monnaie, en dehors du contrôle des
changes, peut consister en des importations massives de biens d’équipement pour développer
les infrastructures et les industries du pays.
25 Il y a 27 millions d’habitants parmi lesquels environ 7 millions de travailleurs étrangers.
Les activités « induites » par la population sont celles des commerces, services, des
administrations mais aussi des industries du bâtiment et des travaux publics, certaines
industries alimentaires, la production et distribution d’électricité, d’eau, etc.
29 ce pays fait partie de la « zone dollar » mais son gouvernement entretient
d’excellentes relations avec celui de la Chine, son premier client.
La rente pétrolière, qui est en partie redistribuée à vingt millions
26d’habitants , est fondée sur l’exploitation de 500 millions de tonnes de
produits pétroliers par an, sans compter le gaz : de la sorte, le revenu annuel
moyen est relativement élevé, de l’ordre de 15 000 dollars par habitant, ce
qui est appréciable ; toutefois, il faut bien voir que peu de pays peuvent avoir
une telle disproportion entre les revenus tirés des ressources naturelles et le
27niveau de la population . Des pays comme le Brésil ou la Russie, malgré
l’importance de leurs ressources naturelles, ne peuvent prétendre à un niveau
de rente leur permettant d’entretenir la totalité de leur population. Leur
transformation en une sorte « d’émirat » est un objectif inaccessible pour
eux ; en revanche, le danger d’une destruction progressive de leurs tissus
industriels respectifs est bien réel.

La constitution d’un monopole mondial des industries manufacturières

Les dynamiques envisagées dans ce qui précède sont inquiétantes ;
d’autant plus inquiétantes qu’elles sont très convergentes : elles aboutissent,
à terme, à la constitution d’un monopole mondial des industries
manufacturières exercé par la Chine. Reprenons cela dans l’ordre.
Les Etats-Unis, la Grande Bretagne, l’Europe du sud (dont la France) ont
leurs économies asphyxiées par la conjonction de leurs déficits extérieurs et
de la hausse des prix des matières premières : leurs taux de croissance
s’étiolent, leur désindustrialisation se poursuit.
L’Europe du nord, le Japon et la Corée qui, jusque là, maintenaient leurs
potentiels industriels et enregistraient des excédents extérieurs, devraient
basculer à leur tour dans le club des pays déficitaires ; ils connaissent alors à
leur tour le processus de désindustrialisation.
Les pays émergents fortement importateurs de matières premières comme
l’Inde, la Turquie, l’Indonésie, sont fortement pénalisés par la hausse des
prix de ces biens. Leurs industries perdent de leur compétitivité, leur
commerce extérieur est de plus en plus déficitaire ; leur taux de croissance
est atteint, leurs industries stagnent ou reculent.
Enfin, les pays producteurs de matières premières profitent à fond des
« bienfaits » de la sous-évaluation du yuan : en même temps que leurs rentes
augmentent, ils importent de plus en plus de biens produits en Chine à des
niveaux de prix que leurs entreprises sont incapables d’assumer. Ces pays
deviennent alors doublement dépendants de l’extérieur : du fait de leurs

26 On peut penser que cette redistribution concerne essentiellement la population nationale (et
non pas les étrangers), soit moins de vingt millions d’habitants.
27 Cette disposition est encore plus marquée dans le cas des émirats du Golfe Persique ; il
s’agit de très petits pays.
30 exportations de matières premières, d’une part, du fait de leurs importations
en biens de consommation, d’autre part.
Ces dynamiques qui concourent à concentrer sur la Chine les industries
du monde ont des conséquences importantes en termes de puissance :
puissance économique, monétaire, politique et militaire.

L’émergence d’une hégémonie

La concentration de l’industrie mondiale en Chine, si rien n’est fait pour
l’arrêter, aura pour conséquence de faire du yuan la monnaie de réserve du
monde ; le processus est déjà engagé avec des crédits pouvant être faits en
yuans à Hong-Kong et, plus récemment, à Singapour ; de plus, depuis
quelques années, l’Etat chinois développe une pratique consistant à prêter à
certains pays comme l’Argentine en leur ouvrant un compte en yuans : cela
oblige ces pays à « dépenser chinois »…
Bref, la poursuite du double processus de concentration industrielle et de
concentration financière s’exprimant par l’obtention d’un double monopole,
industriel et monétaire, ne pourrait aboutir qu’à une domination absolue de
la Chine sur le monde.
Dans tous les domaines de la technologie la Chine sera alors le leader,
notamment dans les technologies de l’espace, de la communication, les
nanotechnologies, et même les technologies de l’environnement et du
développement durable !
Prisonniers de leurs difficultés économiques, les Américains sont
contraints de réviser à la baisse leurs programmes militaires et spatiaux ; au
moment même où ils renoncent à leur objectif de station lunaire, la Chine
développe un très ambitieux programme de militarisation de l’espace
incluant précisément cet objectif là.
Il faut bien voir que les pays qui n’ont pas d’industries sont, de ce fait,
dans l’incapacité de développer des programmes militaires qui, en sens
inverse, ont une influence énorme dans la mise au point de nouvelles
technologies industrielles, d’où l’importance des technologies « duales ».
La poursuite de la désindustrialisation du monde au profit de la Chine
offrirait à celle-ci une domination sans partage : son gouvernement l’a très
bien compris, à tel point que l’un des volets importants de la stratégie qu’il
met en œuvre est le contrôle des sources de matières premières à travers le
monde.

La production d’une pénurie de matières premières

On s’est beaucoup moqué, jadis, de la volonté américaine de s’assurer
des approvisionnements énergétiques durables à travers le monde ; cette
politique impériale était alors considérée comme désuète ; pourtant, c’est
31 bien cette politique là que reproduit la Chine, à une échelle bien plus vaste ;
elle procède d’une stratégie bien plus construite et cohérente que celle des
Etats-Unis dans le passé.
La Chine essaie d’acheter directement certaines grandes compagnies
28pétrolières ou minières, même si parfois elle échoue dans ses tentatives ;
elle achète d’immenses étendues de terres agricoles, en Afrique ou en
Amérique du Sud (bientôt en Europe ?) où viendront s’établir des exploitants
et des travailleurs chinois ; elle prend aussi nombre de participations ou de
contrôles portant sur des gisements de minerais ou de pétrole ; enfin, l’Etat
chinois multiplie des prêts aux gouvernements les plus corrompus de la
planète qui sont gagés sur des ressources naturelles, ce qui, bien souvent, les
rend maîtres à bon compte de ces ressources au bout d’un certain temps. On
a pu dire, à juste titre, à propos de ces pratiques : « La Chine achète
l’Afrique » !
Mais comment donc expliquer cette boulimie de matières premières qui
dépasse très largement les besoins immédiats de la Chine ? La réponse est,
pour qui sait lire entre les lignes, donnée dans le « Financial Times » par l’un
des princes de la finance, le patron de HSBC, Stephen King, qui, parlant de
ces achats de gisements de matières premières par la Chine, déclare en
substance « mais pourquoi reprocher à la Chine de vouloir échapper à la loi
29du marché ? » . Tout est dit : avec la gigantesque force de frappe financière
qui est la sienne, la Chine est en mesure de prendre possession,
progressivement, d’une grande partie des ressources naturelles du monde ;
une fois cet objectif assuré, elle pourra alors réserver ces ressources à son
usage exclusif et, dés lors, ne plus être contrainte par les « lois du marché »
qui poussent les prix vers le haut ; le reste du monde devra alors se contenter
des ressources résiduelles, échappant à son contrôle, donnant lieu à des
marchés de pénurie sur lesquels les prix pourraient alors, suivant les lois du
marché, s’élever vertigineusement…
La stratégie chinoise vise ainsi à enfermer le reste du monde dans une
pénurie en matières premières pénalisant encore un peu plus la croissance de
celui-ci et accélérant sa désindustrialisation.


28 Le gouvernement américain a bloqué le projet d’achat de la société pétrolière Texane ; de
même l’OPA sur Rio-Tinto a échoué du fait de l’intervention de l’Etat australien. Bien sûr ce
n’est pas à proprement parler l’Etat chinois qui procède à de tels achats ou à de telles
tentatives : ce sont toujours des sociétés chinoises ; toutefois derrière ces sociétés, l’Etat n’est
jamais très loin.
29 Voilà au moins un capitaliste qui ne glorifie pas la « loi du marché » et manifeste de la
compréhension à qui veut y échapper !
32 Quel devenir pour la Russie ?

La Russie, avec son commerce extérieur basé sur les matières premières,
est-elle en train de prendre le même chemin que celui qui est suivi par
l’Arabie Saoudite ou l’Algérie ?
Cette question a de quoi surprendre alors que l’on parle d’un pays qui est
encore la deuxième puissance militaire du monde par son arsenal nucléaire et
qui dispose encore d’un potentiel technologique très important, notamment
dans le domaine spatial. La question centrale concernant l’avenir de la
Russie est, évidemment, celle de la possibilité que les industries
manufacturières de ce pays puissent ou non se développer.
On se souvient de l’épisode calamiteux des années 1990 au cours
desquelles le PIB de ce pays fut divisé par deux en moins de dix ans : c’était
là le résultat d’une politique très libérale, dans son inspiration, caractérisée,
sur le plan des échanges extérieurs, par une monnaie bien trop forte ; la
« force » du rouble ne reflétait pas du tout celles des entreprises russes mais
bien le fait que le pays vivait de façon de plus en plus marquée de l’aide
extérieure, notamment de celle des institutions internationales. La
libéralisation de l’économie russe, au lieu de permettre la restructuration et
la réorganisation des entreprises industrielles, conduisit au contraire à la
destruction du tissu industriel. De ce point de vue, la crise de 1998 fut très
salutaire dans la mesure où elle mettait un terme, au moins provisoirement, à
la politique du « rouble fort », ce qui donnait un peu d’oxygène aux
industries manufacturières. Le déclin industriel était stoppé alors que la forte
demande extérieure stimulait le secteur des matières premières qui
connaissait, de ce fait, une forte croissance ; globalement, l’économie russe
pouvait donner l’impression d’être sauvée : la croissance restaurée effaçait
progressivement les catastrophes sociales engendrées par les années de la
« transition ».
Toutefois, vers 2005/2006, la croissance mondiale était forte : le prix des
30matières premières n’allait pas tarder à s’envoler … pour le plus grand
bénéfice du solde commercial russe et des finances publiques de ce pays ;
revers de la médaille, le rouble se remettait à monter de sorte que le handicap
récurrent des industries manufacturières revenait à l’ordre du jour.
La crise des pays développés avait alors un effet immédiat sur
l’économie ; certes, les exportations souffraient d’une baisse de la demande
extérieure combinée à une baisse des prix de matières premières ; toutefois
l’élément décisif fut que les anticipations des entrepreneurs, orientées à la
31baisse, conduisaient l’économie russe à une récession marquée . Le rouble,

30 On rappelle qu’un sommet à 160 dollars le baril fut atteint en juillet 2008.
31 Sans doute eût-il fallu, pour éviter cette récession, la mise en œuvre d’une politique de
stimulation de la demande intérieure et donc d’endettement ; l’Etat russe avait largement les
moyens d’assumer une telle politique…
33

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.