Le blocage des télécommunications au Congo-Zaïre

De
Publié par

L'auteur analyse l'état des télécommunications du Congo-Zaïre. Aucun progrès n'est réalisable sans l'échange et la circulation rapide de l'information. Notant que le pays ne peut se dérober à son devoir de progrès, l'auteur scrute les voies et les angles du virage à prendre pour la maîtrise des télécommunications servant l'envol du pays.
Publié le : lundi 1 octobre 2012
Lecture(s) : 9
EAN13 : 9782296506664
Nombre de pages : 266
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ISBN : 978-2-29-66962-327 7eLLb egacoed eét smmunLécoionsicatc no  uaïaerogZ-caLobgemmocéLétoitacinusn snal ecDteau aurreivl,  tedéatesl anylicatmmunlécos téaZ-ognoC ud snoie èravsl  Ie.ïrà etmoc nerp erde qu ples aysihén etsr aéilaslbquaucun progrèsc al te italucri lnssae geanchéamitfnroc  eno; apidon r lie dee ncs deexlteistne- dne iuqsuost de tratement ed  ertiauspprostredià-t-esc, ci-ellec ed tropsniquetronélecons acituminc mol seurtoonncdee blna eiv al .enredomi sos quevennt dnué eu stni élem, ue lon cessionerèdnat  tôtmmoc Dans les pays éemgrnestd Arfqio nu emmoc tôtnainteatà f tiecbjd  uetruv ce enut, temenloppdévetneml à laraelèlsaliontilia rabéecm mê erd eap rement. Pdéveloppun eruev00,2ne2 uniccommns satiosétivitcélét ed iqotha c aes dueevsrle« c noectpé un service unin sap aéd stércÉ lt tangcoaiolal dinimle msemb nneeru -àidse-tc,  »icblpue icvres ed enredom out poinx, sur tru snuaitilaset lus uess titoà g senaraes ecivrx ab prià un et isl A sulb.eroadenoy mux aèsccaitacinummoc ed sritoire t du ter , ànum anitnola dauque e êmvenires ecivtilaed é eapapngnu e sdtiqupolisisee assed rus serusem lisoe  d, téridanor seets uoim sà des contrainteof ssetr,te moc  imenel a somccbru non sel ruope rtmoe tret lressnaâpitsy ,-eaprièrlar de ainsttenL .e ela tsee urciso flactranod meueuminacità la come droit én bnes t enciésniom seeélpuep chel dé perle »ed sap sefst «feoggéphraueiqpés ed ttis itau sno que les zones lanilastnsep raecpee  sutpae  nys à r noséd eebore dabonnd nombrtnq eul én.soNat tsoû crseu lirarg nu ertne sexopéraux ant mettaptr eérsrd taue sedélétmmoccinuioat snsvaer lntaregà p erdnerp our la maîtrise v sel et te seioglans leviu  desrid edovgoèr erpauts, lscrueur as  aptrV B kusaAmbroisenshasa, e seiK turB llexPaà s,riontie alitanm luu enadsnage pass un prèsa ,eriatisrevinU. yspau  dolnvers organismes. puèr sedp ulisuet esnscotaul antsed dac .ser lI ectiperfmentonneacnifaira  u etee  dontie itéll à epiciamrof al
GÉOPOLITIQUE MONDIALE
Ambroise V Bukassa
  
L e  des  au c ongo -Z aïre
  
 
 
   
 
Le blocage des télécommunications au Congo-Zaïre
Collection « Géopolitique mondiale »  Dirigée par Mwayila TSHIYEMBE
  Lobjet de la collection « Géopolitique mondiale » est de susciter les publications dont la vocation est double : dune part, donner un sens  aux mutations provoquées par la mondialisation, étant donné la perte des repères du monde ancien et la nécessité dinventer des repères du monde nouveau ; dautre part, analyser la complexité des enjeux territoriaux, des rivalités dintérêt et de stratégies qui pousse les acteurs à user de la force ou de la diplomatie,  pour modifier ou tenter de modifier le rapport de force (ressources naturelles, humaines, culturelles), selon des idéologies qui les animent. A cette fin, la prospective et la pluridisciplinarité sont des approches privilégiées.   Déjà parus : Edmond MOKUINEMA BOMFIE, Géopolitique de leau et gouvernance en province orientale/RDC, 2012 Pétillon MUYAMBI DHENA, Normes internationales impératives et droit dingérence humanitaire , 2012. Jean-Pierre LOTOY ILANGO-BANGA, Partenariats entre les multinationales et lEtat , 2012. Mwayila TSHIYEMBE, Organisations internationales, Théorie générale et études de cas, 2012. Mwayila TSHIYEMBE, Régionalisme et problèmes dintégration économique. Aléna, Mercosur, Union européenne, Union africaine , 2012. Évelyne GARNIER-ZARLI, Les risques de la fragmentation de la recherche scientifique sur les enjeux sociétaux , 2011. Théophile YUMA KALULU, Géopolitique de la violence des jeunes dans la ville de Kinsagani , 2011.
  Ambroise V Bukassa      Le blocage des télécommunications au Congo-Zaïre                           LH ARMATTAN
 
 
 
 
 
 
 
 
 
À Cécile pour son dévouement
 
 
I NTRODUCTION  
Les axes du développement économique et du progrès social pour un pays sont variés. Lindustrie, lagriculture, les communications, les services et lenseignement fourmillent de diverses actions dentreprendre. Le nombre de ces actions croît sans cesse. Telle la population du Congo, elles enregistrent des naissances et des décès. Les télécommunications congolaises ont répondu à lappel jusquen 1957, trois ans avant lindépendance. Après cest la désuétude qui a duré plusieurs décennies. En matière de développement de télécommunications les raccourcis sont possibles. Ils sont même recherchés. Des itinéraires de directions opposées ou parallèles se rejoignent à terme, pourvu quon y ait réfléchi au départ. Ainsi, parler du blocage de télécommunications congolaises, cest nous poser la question de savoir à quoi ressembleront ces outils en 2015 par exemple, et nous interroger sur laccueil que le pays et le citoyen réserveront à cet événement. Mais pourquoi aborder cette question aujourdhui ? Nous le faisons parce que nous pensons que lavènement de la société dinformation au Congo est pour demain. Dans cinq ans disent les optimistes. Dans dix ans, répètent les pessimistes. Dans tous les cas, dix ans au Congo cest peu de chose. Disons que la société dinformations est pour demain, parce que le reste du monde ne nous laissera pas le choix. Il est donc question de la prévision et de la prospective ; deux concepts très contrastés face à lavenir, qui nous obligent pour le premier, à examiner le passé et le présent pour dresser le portrait dun futur de tendances observées et pour le second, de constituer un scénario futur et de remonter le temps en direction du présent pour tracer à rebours une ligne qui parcourt dans le sens direct, mène pas à pas vers lavenir rêvé. En dautres termes, nous voulons dire que létude, portant sur le cadre technique et réglementaire des télécommunications appelées aujourdhui communications électroniques, donne aux congolais une réelle occasion de savoir doù ils viennent et où ils se situent dans la société mondiale de linformation, afin de déterminer dans quelle mesure leurs infrastructures de télécommunications suffiront-elles, à répondre aux besoins futurs des particuliers et des entreprises et détudier les raccourcis que devront prendre les réseaux actuels pour satisfaire les exigences de demain. En effet, après plusieurs décennies de léthargie, le Congo-Zaïre hésite à comprendre quaujourdhui aucun développement nest envisageable sans léchange et la circulation rapide de linformation. Ce qui sous-entend lexistence des supports de son traitement et de son transport, c'est-à-dire les nouvelles télécommunications ; considérées dans beaucoup de pays sous équipés tantôt comme un vecteur du développement tantôt comme un
7  
objectif à atteindre par ce même développement, pour assurer la survie de lÉtat. Le rôle de télécommunications dans le progrès économique et social est aujourdhui reconnu de tous. Pour tous les pays du monde, la Poste et les Télécommunications sont comptées parmi les infrastructures de base dune économie moderne. La République Démocratique du Congo « RDC » étant un pays très large, trois facteurs militent en faveur de laccroissement des télécommunications. Il sagit dabord du type durbanisation très étendue et peu dense des villes qui incite à développer le téléphone urbain pour limiter les déplacements longs et coûteux entre divers quartiers. Ensuite il y a la grande dissémination géographique de grosses sociétés minières et industrielles ayant dimportants besoins de télécommunications internationales quelles ne pourront satisfaire que via un réseau national fiable. Enfin les difficultés dinvestissements et les coûts très élevés dexploitation dans les voies de transport rendent dautant plus utiles les liaisons interurbaines téléphoniques, parce que quand les moyens de transport sont aussi rares et coûteux, il est nécessaire de les organiser et de les économiser au maximum grâce à la circulation dinformations essentielles. Soulignons que dans un pays aussi fragmenté, les liaisons horizontales et verticales de télécommunications sont plus que nécessaires pour assurer les relations administratives et sociales indispensables à léquilibre national entre les régions éloignées les unes des autres et ayant des caractéristiques socio-économiques diverses. De ce point de vue, les insuffisances constatées dans ce secteur heurtent la géostratégie de la RDC et sont beaucoup plus graves que celles qui résulteraient du réseau de transport pour lequel les compagnies daviation assurent déjà tant bien que mal une partie de besoins. Les télécommunications sont un élément incontournable de la société humaine. La globalisation de léconomie, la mondialisation de la pensée occidentale et la création de la société dinformation nont été possible que suite à lévolution de télécommunications et leur fusion avec linformatique. Pourtant, lorsquon regarde de plus près les télécommunications congolaises, un constat simpose à lattention de lobservateur : la densité téléphonique est passée de 0,07 terminal en décembre 2001 à 12 téléphones pour 100 habitants en décembre 2009. Une véritable révolution ! Cependant ce changement nest quun trompe-lil. Il cache mal les défaillances du système. Lobservateur averti ne perçoit pas le progrès notable dans lévolution de ce secteur. Les tarifs pour le consommateur final sont restés les mêmes et la qualité de services inchangée. Le monde rural, par manque délectricité et par la faiblesse de son pouvoir dachat, nintéresse pas les opérateurs de télécommunications, alors quil représente 64% de la population.
8  
Le contrat de performance que constituent les spécifications contenues dans le cahier des charges et qui devait permettre aux opérateurs du secteur de cimenter le cadre de leurs activités pendant le délai convenu, sur base des agrégats acceptés par le Ministère des PTT, est souvent, pour des raisons diverses, mis en veilleuse. Le secteur évolue en marge de normes de toute bonne gouvernance et de transparence. Face à cette situation un problème se pose : comment concilier limpératif de sécurité nationale et le développement des télécommunications au Congo, développement basé sur les concessions accordées aux firmes étrangères souvent filiales de multinationales ? Des firmes qui, dans leurs pays dorigine, développent la technologie, investissent dans la Recherche-Développement et créent des emplois ! Au Congo elles sont transnationales, des véritables pieds à terre, qui transfèrent les bénéfices dans les pays dorigine à la manière des pompes aspirantes foulantes. La fusion de linformatique avec les télécommunications, du contenant avec le contenu font de ce secteur à la fois une chance à saisir à pleines mains et un défi à relever. Force est cependant de constater que cette chance nest pas encore perçue par le décideur congolais. Le prolongement de la situation actuelle entraînerait dune part la dégradation du service rendu au public et dautre part le retard du pays sur la technologie. Aujourdhui, de quelque point dobservation que lon se tienne, le peuple congolais est divisé en deux camps. La ligne de facture en est perceptible aux yeux de tous. Il y a dun côté, ceux qui ont le téléphone et de lautre côté ceux qui ne lont pas. Les circonstances du moment, le nouveau paradigme du développement et la technologie de linformation qui soffrent au Congo convergent raisonnablement vers son incitation à des effets de persévérance dans la modernisation des communications électroni ues. On eut disserter à lon ueur des ournées au su et du dévelo ement de télécommunications du Con o-Kinshasa. Des études ont dé à été faites à ce sujet. On en produira encore bien dautres. Nous avons choisi our en arler : de traiter dans la remière artie : létat actuel du secteur de télécommunications con olaises ; de scruter dans la deuxième partie, les voies et les angles du virage à prendre pour la maîtrise des communications électroni ues de demain. Larrivée de linformati ue dans les télécommunications combinée à la multi lication de technolo ies et sciences nouvelles ue ce maria e a en endré, amène our raison de com réhension et de récision, à la création de beaucou de termes neufs dans la Télécommunication mondiale. A ces naissances des mots nouveaux, sa oute lhabitude américaine dabréviation de termes pour gagner du temps et de lespace. Ces termes et ces s mboles un eu rébarbatifs our les non habitués rendent la compréhension de la discipline très malaisée. Cest cette raison qui nous a
9  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.