LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS

De
Publié par

Contraintes de production et concurrence internationale font que les entreprises gèrent la main d'œuvre en flux tendu. Par ailleurs, beaucoup de nouveaux emplois créés le sont à titre précaire. Face à ce "précariat" grandissant des employeurs se sont regroupés en association pour gérer ensemble de la main d'œuvre en fonction de leurs besoins occasionnels ou saisonniers.
Publié le : mercredi 1 mars 2000
Lecture(s) : 301
EAN13 : 9782296407145
Nombre de pages : 143
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Les groupements d'employeurs
Une innovation économique et sociale

@ L' Harmattan,

2000

ISBN: 2-7384-8877-3

Brigitte Biche - Audrey Desbois Jean Le Monnier - Yves Monteillet

Les groupements d'employeurs
Une innovation économique et sociale

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) - CANADA H2Y lK9

Cet ouvrage s'appuie principalement sur les résultats d'une étude nationale sur les groupements d'employeurs réalisée à la demande conjointe de l'AGEFOS PME et du GREP. Elle s'est déroulée pendant le dernier semestre de l'année 1998 et a été conduite sur le plan technique par le cabinet YM Conseil et le GREP. Face à l'émergence de ce dispositif et à son développement, il s'agissait de mieux connaître la diversité des groupements existants. L'étude a conduit l'AGEFOS PME à définir les orientations générales de son action pour le développement des groupements, orientations se déclinant sous la forme d'un plan d'action. Elle a permis au GREP de diffuser largement les résultats dans ses réseaux en organisant des séminaires de formation de formateurs et en échangeant avec ses partenaires européens. L'étude a été financée par le GREP sur son projet ADAPT EUROPEA FP, concernant la gestion des ressources humaines dans les territoires ruraux, et par l'AGEFOS PME dans le cadre de son assistance technique (objectif 4 du FSE).

Sommaire

Introduction

9

Chapitre I État des lieux des groupements d'employeurs Le cadre légal Une innovation liée au milieu agricole Extension aux différents secteurs économiques Les grandes familles Un échantillon diversifié Un repérage national Les caractéristiques de l'échantillon étudié Chapitre II Comment et pourquoi naissent les groupements ? Un déclencheur presque toujours extérieur à l'entreprise La recherche d'alliance La mobilisation des entreprises ou comment prend la greffe?

15 15 17 20 21 23 25 28

33 34 39 50

Chapitre III Une réponse aux besoins des entreprises... et des salariés La réponse aux besoins des entreprises Le schéma de l'iceberg De la précarité subie à la mobilité organisée Les contrats utilisés Comment les salariés partagent-ils leur temps? La formation découlant de l'objet du groupement La création d'emplois

61 67 72 72 77 80 85

Chapitre N Gestion et animation d'un groupement d'employeurs Convention collective, gestion des risques, seuil de rentabilité 90 Les différents modes de gestion 93 Les stratégies de développement 96 Les équipes de direction et d'animation 99 Conclusion Bibliographie Annexes Note méthodologique Les fédérations de groupements d'employeurs L'AGEFOS PME Le GREP Adresses utiles 8 105 113

117 119 129 133 137

Introduction

À la fin du xxème siècle, des millions de personnes en situation précaire cherchent un vrai travail et, à travers lui, une stabilité, un statut, une dignité. Beaucoup n'en trouvent que des morceaux, puisque aujourd'hui, en période de reprise économique, 80 % des emplois créés le sont à titre précaire: intérim, contrat à durée déterminée, temps partiel, stages. Avoir un emploi précaire, c'est vivre dans l'insécurité, ne pas savoir de quoi l'avenir sera fait, enchaîner les missions courtes, avoir l'impression d'être un bouche-trou, un pion que l'on jette après usage. Sans un minimum de sécurité d'emploi, il est difficile de se projeter dans l'avenir. Il est par exemple difficile à un intérimaire d'emprunter auprès d'une banque pour acquérir un logement. La précarité qui est presque devenue la règle prend des formes multiples, touche pratiquement tous les secteurs d'activité, accélère et durcit les phénomènes d'exclusion sociale. Cette précarité persistante préoccupe maintenant les économistes dans la mesure où elle ne permettrait pas à la croissance de

reprendre sa courbe normale; en effet les travailleurs précaires ne pouvant consommer comme les autres, ils ne soutiennent pas la reprise par la consommation. Dans le même temps, des milliers d'entreprises tentent de s'adapter à un environnement en pleine évolution. L'essor des nouvelles technologies et la concurrence toujours accrue leur demandent beaucoup de réactivité et augmentent les exigences de qualité. Cela se traduit par une tendance à une plus grande flexibilité dans la gestion de l'emploi pour s'adapter à la diversité et aux multiples incertitudes du marché. Les entreprises gèrent la main d' œuvre à flux tendu. Les salariés doivent alors s'adapter aux fluctuations du marché, accepter de travailler davantage quand les commandes sont là et moins en péliode creuse. Cette demande de souplesse est encore plus forte quand les entreprises ont une activité saisonnière. Cela concerne de nombreux secteurs d'activité et types d'entreprises: l'agroalimentaire, le tourisme ou le bâtiment, traditionnellement cités, ne sont pas les seules branches où l'emploi demande à être géré avec souplesse. Cette double facette du monde de la production, demande de flexibilité d'un côté, demande de sécurité d'emploi de l'autre, est la conséquence d'un changement radical et sans doute irréversible des fonnes et des contenus du travail.

10

La flexibilité coûte cher. Elle fragilise les individus mais aussi les entreprises. Elle touche peu à peu toutes les activités humaines, activités professionnelles mais aussi par contrecoup les activités de loisir et la vie sociale. Elle modifie profondément les relations au temps et à l'espace. Nous voilà confrontés à des questions qui bousculent notre histoire, nos références, notre cadre juridique, notre culture. Face à cette réalité, un dispositif propose la possibilité de construire des solutions adaptées. TI pennet, du moins en théorie, de concilier la part de flexibilité nécessaire aux entreprises et les exigences de stabilité indispensable aux salariés. TIporte un nom qui prête à beaucoup de confusion, "groupement d'employeurs", une expression qui ne donne qu'un court aperçu de l'originalité et du caractère très spécifique du dispositif. Instituée par la loi de 1985, cette nouvelle fonne d'organisation du travail est longtemps restée dans la confidentialité hors du secteur agricole. C'est sans doute la raison pour laquelle les travaux consacrés à cette question traitent des procédures pour monter un groupement. Mais jusqu'à présent, il n'existait pas d'analyse nationale sur les groupements d'employeurs. C'est maintenant chose faite avec l'étude nationale dont les résultats sont présentés dans cet ouvrage. Aujourd'hui, les politiques de fonnation et de développement local passent au second plan des préoccupations, éclipsées par les questions de l'emploi. L'emploi intéresse les élus,

11

concerne des organismes et des institutions longtemps restés cantonnés dans des discours et des modes d'action un peu figés et impose un autre regard sur l'organisation du travail. La recherche de fonnes nouvelles d'emploi préoccupe déso1111aises acteurs et les actrices des teITÎtoireset s'inscrit l dans un grand nombre de politiques locales. Si le groupement d'employeurs n'est pas à considérer comme la recette miracle et la réponse idéale à toutes les questions d'emploi et de développement local, il apparaît néanmoins comme un dispositif original et novateur en matière d'emploi qui retient l'attention d'organisations de plus en plus nombreuses. L'étude a permis pour la première fois de mieux comprendre l'état actuel du développement des groupements d'employeurs sur l'ensemble du territoire. Fondée sur une analyse des pratiques de terrain, elle donne une idée de la place et de l'impact des groupements d'employeurs, dispositif précurseur de nouvelles formes d'organisation du travail. Les groupements d'employeurs ne résoudront pas à eux seuls le problème de la précarité. Ils sont jeunes, encore hésitants et ne sont sans doute pas à l'abri de certaines dérives. Mais ils donnent un cadre pour expérimenter des réponses nouvelles aux changements du travail, ils peuvent contribuer à organiser la mobilité dans l'intérêt des entreprises et des salariés.

12

Le combat contre la précarité est une priorité absolue. Ce n'est pas seulement un engagement contre le chômage, mais une lutte pour faire évoluer la culture des entreprises, les termes du dialogue social et faire progresser les conditions de la vie dans notre société.

13

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.