Le web social et la e-réputation

De
Publié par

Fondé sur la mise en relation et le partage d’informations, le Web social est un nouveau mode de communication dont le développement s’appuie sur les réseaux sociaux.


Dans ce nouveau monde, l’internaute n’est plus le récepteur à qui on demande d’adhérer à un message. À lui tout seul, il est désormais un relais, un émetteur, un acteur, un ami ou un ennemi. Il a pris le pouvoir ; il donne son avis, propose, exige, sanctionne et il peut faire ou défaire un succès d’autant plus facilement qu’il se regroupe en communautés. La culture Web, fondée sur la conversation, est née et a créé le consom-acteur.


Mais si le réseau social est une opportunité pour entrer en conversation avec autrui, il représente un vrai danger pour sa réputation. Il faut donc savoir gérer les risques et les opportunités de sa e-réputation.
Ce livre est tout entier consacré au nouveau monde des réseaux sociaux, de la communication conversationnelle et de la e-réputation. Il vous livre les recettes pour éviter le pire et envisager le meilleur.


Gil Adamy anime Adamy Consulting, cabinet conseil en stratégie de marque, en marketing de l’innovation et en communication (traditionnelle, digitale, social média). Il est également chargé de cours en écoles supérieures de commerce et est membre de plusieurs think tanks qui imaginent et proposent des solutions alternatives à nos modèles de société actuels.

Publié le : samedi 1 décembre 2012
Lecture(s) : 13
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782297033961
Nombre de pages : 144
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le pouvoir des consomacteurs
L’affaire Trierweiler est un très bon exemple pour comprendre ce que permet la technologie du Web 2.0 et ce que représente le Web social dont sont issus lesréseaux sociauxet par voie de conséquence laeréputationde. Souvenezvous. Beaucoup bruit pour rien ? Un tweet public de 140 signes à l’attention d’Olivier Falorni, candidat à la députation à La Rochelle contre Ségolène Royal, a suffi à déstabiliser la campagne des élections législatives et à remettre en cause l’image de François Hollande, qui prétendait ne pas se mêler de ce scrutin en tant que pré sident de la République.
Voilà. Le décor est planté. La nature de l'exercice politique a changé. Les citoyens se rassemblent et s’expriment librement sur les réseaux sociaux. Certains élus, à l’instar de Nadine Mo rano, en usent et en abusent pour créer la polémique, informer ou désinformer. Comme le montre le texte du tweet envoyé par Franck Staub, conseiller au cabinet de la ministre Nadine Morano : «Fadela, ni pute, ni soumise, mais un peu quand mêmel'intéressé s'est excusé de ce « trait d'espritBien sûr,  ». mal placé », mais le mal est fait.
Aujourd’hui, personne ne peut nier que le monde change et que, dans ce monde en profonde mutation,les effets des ré seaux sociaux sur la vie quotidienne représentent une des grandes révolutions de ce moment historique.Tous les ac teurs de la société sont entrés brutalement en zone de risque. La démocratie est en première ligne avec, comme illustration majeure, le développement du Printemps arabe qui fait déjà date. Certains politiques se sont approprié cet outil de démo cratie directe.
Les entreprises aussi sont sous les feux des projecteurs et souvent sans leur consentement. Hugo Boss en a fait les frais lorsque leWashington Posta révélé que la marque était à l’ori gine des uniformes nazis et que les réseaux sociaux se sont engouffrés dans la brèche. Hugo Boss n’a pas renié son passé controversé et a accepté de verser 500 000 livres sterling au fonds d’indemnisation des travailleurs forcés de la seconde guerre mondiale. Cette transparence était inimaginable il y a encore quelques années.
Le propos de ce livre ne sera pas de vous alimenter de chiffres qui ne cessent d’évoluer mais demettre en perspective ce nouveau monde qui s’écrit au travers du développement des réseaux sociaux, de la communication conversa tionnelle et d’un de ses effets collatéral : la eréputation.
XLe phénomène Facebook
Qui ne connaît pasFacebook qui nous permet de communi quer avec nos relations proches ou lointaines ou mieux avec la terre entière, d’échanger des photos, d’écouter de la musique ou de visionner des films.
Ni forum, ni blog, mais entre les deux,Facebookest le roi des réseaux sociaux sur Internet. Il donne la possibilité à toute per sonne de créer son profil et d'y publier des informations, dont elle peut contrôler la visibilité par les autres personnes. L'usage de ce réseau s'étend du simple partage d'informations d'ordre privé (par le biais de photographies, liens, textes, etc.) à la constitution de pages et de groupes visant à faire connaître des institutions, des entreprises ou des causes variées. L'intégralité des informations publiées peut, sauf restriction, être consultée par n'importe quel internaute sans qu'il soit nécessaire d'ou vrir un compte. C’est certes une opportunité de communiquer avec le monde entier sans entraves, mais cela constitue aussi un vrai danger pour les imprudents. Selon Mark Zuckerberg, le fondateur deFacebook, un milliard d'utilisateurs se sont connectés à son site en septembre 2012 pour140,3 mil liardsde relations entre « amis » (source :webrankinfo). Une paille ! Et pour ne parler que de la France, ils sont24 millionsde membres.
6
Et pour continuer à vous donner le tournis,219 milliards de photos sont actuellement stockées surFacebook,3,2 mil liardsde «J'aime» et commentaires chaque jour. Il n’est pas étonnant que pour certains, échanger, converser surFacebookpuisse donner un sentiment de toute puissance, d’universalité ! On ne peut donc pas dissocierFacebookde la notion même de réseau social, decommunication conversationnelleet de laeréputationqui en découle. Il est devenu incontournable et est entré dans nos vies. Au fond,Facebook a réinventé le modèle des échanges de conversations entre villageois relayées par d’autres villageois pour véhiculer de l’information, créer une ambiance, un bruit de fond ou la rumeur ; bref pour exister.Ce qui était circons crit à la commune ou au canton l’est devenu au plan planétaire et en temps réel. Sur ce réseau social, comme sur d’autres, les amis de mes amis sont mes amis et nous sommes tous des amis et, de ce fait, nous pouvons à peu près tout savoir sur tout le monde dans le monde, en temps réel. Vous, moi, pouvons y mettre un peu ou beaucoup de nos his toires personnelles, où de celle de nos amis ou de nos ennemis, au vu de tout le monde. Chacun peut aussi se servir d’avatars pour mentir, manipuler ou bien attiser les plus bas instincts de l’homme.
XLa soif d’exister estelle sans danger ? Attention danger, ce qui relevait de l’anecdote et de la plaisan terie est passé au crible par les recruteurs qui vérifient si ce que vous déclarez dans votre CV correspond bien à votre per sonnalité. Ceux qui arrosent copieusement leurs soirées avec preuves photographiques à l’appui, ou qui ont enjolivé un peu trop leur curriculum vitae peuvent être pris les doigts dans la confiture.
7
La main dans le sac, vous êtes pistés, décortiqués, analysés par les webanalytics qui vous mettent en équation et qui vendent vos données les plus personnelles à des organismes ou à des so ciétés qui ont quelque chose de précis à vous vendre car, avec l’accès à vos données personnelles, elles savent précisément ce que vous attendez. Jeunes, adultes, vieux, vous n’y échapperez pas si tant est que vous utilisez un ordinateur, un smartphone ou un iPad.
Meeticest un réseau social représentatif de ce type de site de rencontres pour célibataires (ou non) qui se soussegmente enMeetic Affinity(mise en relation de célibataires qui ont de fortes affinités) ou encore enMeeticMobile,Meetic VIP,Meetic Gay,MeeticLive.
Ce réseau social utilise une technologie qui détermine les fac teurs de compatibilité entre deux personnes à la recherche d’un partenaire idéal. La multiplication des réseaux sociaux thématiques, avec les technologies qui permettent de profiler psychologiquement finement les internautes par centres d’in térêt, le développement des réseaux sociaux n’est pas prêt de s’arrêter.
Et ce n’est pas fini.De nombreux petits logiciels per mettent de parler librement sur Internet entre amis. C’est le cas du leader en la matière,MSN Messengerqui est installé d’origine sur chaque ordinateur ayant le système d’exploitation Windows.SkypeC’est, se place également en tête de peloton. un outil permettant d’envoyer des messages textes mais aussi de parler à son interlocuteur en le visualisant sur le mode de la téléconférence. L’interface et son utilisation sont faciles. Il n’est pas besoin d’avoir de grandes connaissances dans le domaine.
Il ne faut pas oublier les boîtes mail, qui permettent d’envoyer des messages écrits, des documents, des photos, de la musique, de la vidéo, etc.
Les nouvelles technologies de l’information et de la communi cation ne se résument pas à l’ordinateur. L’Internet est comme un grand magasin où l’on trouve tout, souvent « moins cher que gratuit ».
Le développement des téléphones portables intelligents, les smartphones,les tablettes de type iPad témoigne de la migration
8
prochaine de l’ordinateur vers ces nouveaux outils nomades. C’est dire qu’avec le développement des nouvelles technolo gies et des applications, téléphoner sur son téléphone devien dra une activité basique ou accessoire. Nous pourrons nous exprimer pleinement sur les réseaux sociaux en marchant dans la rue ou bien, pour certains addicts, en marchant sur la tête.
Sur un smartphone, il est possible d’envoyer un message texte (SMS) accompagné d’une image, de photos, de musique, de vi déos, etc. (MMS), mais aussi envoyer des emails ou surfer sur Internet.
La relation de ces outils et applications avec les réseaux sociaux est directe. Qui n’a pas pris des photos ou tourné de courtes vidéos que vous postez en un clic dans l’instant surFacebookpour les partager et pour créer des conversations ?
Plus fort encore, avec les applications que possède votre Smartphone, vous pouvez optimiser vos conversations sur les réseaux sociaux en vous géolocalisant par GPS, en partageant instantanément l’écoute d’une visite guidée dans une ville d’art en se connectant aux bornes tout en se promenant !
Si vous ne le saviez pas déjà, le nouveau monde est déjà bien là. À travers ces deux seuls exemples d’Internet et des smart phones, nous voyons qu’avec les nouvelles technologies de l’in formation et de la communication,l’ère des conversations ne fait que commencer.
Et les TIC peuvent générer des tocs (trouble obsessionnel com pulsif), ce trouble anxieux caractérisé par l'apparition récur rente de pensées intrusives liées généralement à une phobie : «Et si je n’existais plus si je ne suis plus connecté. Alors, je tweete, je tchat, j’échange sur tout, sur rien, surtout sur rien». Et cela, je peux vous l’assurer, ce n’est pas du toc !
Dans ce contexte de communication protéiforme instanta née et toujours plus simple d’accès et d’utilisation, l’objet de cet ouvrage est demettre en perspective les risques et les opportunités que représentent le web social et la e réputationla fois excroissance et produit dérivé de l’Internet,, à des réseaux sociaux et de tous ces TIC qui provoquent des tocs.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.