Manuel pour le diagnostic systémique des relations humaines

De
Publié par

Ce Manuel pour le diagnostic systémique des relations humaines veut donner, aux spécialistes de la consultance et de l'intervention, une méthode précise et rigoureuse pour analyser ce qui se passe du point de vue des échanges dans les entreprises et les groupes humains dans lesquels il y a des tensions et des conflits. Ce Manuel veut donc préciser ce que sont les règles de la « vision systémique » des choses et de « l'interprétation systémique des communications ». Il veut aussi montrer comment il faut s'y prendre pour arriver à faire une « modélisation » systémique et une analyse qui s'appuie sur cette modélisation.

L'ouvrage précise les règles d'un travail intellectuel qui vise à mener à la compréhension du fonctionnement des échanges entre les acteurs d'une même situation. Ce travail est hors de portée de l'homme de la rue, car il nécessite la mise en oeuvre d?un outillage intellectuel spécial : des règles de procédure, des concepts, des techniques de représentation graphique et des principes d'interprétation. C'est tout ceci que le présent Manuel entend mettre à la portée des lecteurs.

La compréhension des phénomènes de communication à laquelle mène l'analyse systémique qualitative des communications passe par une schématisation des échanges entre les acteurs. Cette schématisation est appelé une « modélisation ». Cette « modélisation » se fait en deux étapes. Pour la première étape, il s'agit d'observer, de catégoriser les échanges récurrents et de dessiner le schéma liant ensemble toutes les catégories d'échanges repérées.

Pour la deuxième étape, il s'agit de prendre chaque catégorie d'échange et de la mettre dans le contexte global formé par le premier schéma et de trouver, pour chaque catégorie, ce qu'elle signifie dans le contexte des échanges. Ce travail de « contextualisation » mène à la modélisation finale qui montre comment fonctionne le système des échanges.

L'analyse systémique des communications cherche à expliciter les significations des échanges et le sens final du « système des échanges » mis à jour. C'est une méthode scientifique, car c'est un analyste, extérieur au système des échanges, qui va construire le contexte dans lequel les significations des échanges émergeront.

Le « contexte » dont on parle ici, c'est le systéme formel des échanges. Il n'est pas un donné immédiat de la situation. Il demande une élaboration méthodique. C'est une fois qu'il est construit, qu'il sert de toile de fond à la compréhension des phénomènes.

L'analyste en systémique des relations doit avoir en sa possession un certain nombre de concepts tels que : le « cadrage », la « forme d'un échange », la « forme signifiante d'un échange », la « causalité circulaire », la « logique d'un jeu d'échanges »... Ce sont ces concepts qui « informent » sa recherche orientée vers la mise à jour d'un « système de communications ».


Alex Mucchielli, est professeur des universités honoraire. Il a quitté l'Université pour devenir consultant, formateur auprès de diverses entreprises internationales et directeur associé d'une société d'E-Learning.

Alex Mucchielli veut diffuser, dans le monde professionnel, les procédures d'analyse qu'il a mises au point lorsqu'il était responsable d'un centre de recherche universitaire renommé. C'est la raison de cette collection de Manuels qui s'adressent aux responsables de tous les niveaux, aux spécialistes de la communication et aux professionnels des diagnostics humains dans les organisations.
renommé. C'est la raison de cette collection de Manuels qui s'adressent aux responsables de tous les niveaux, aux spécialistes de la communication et aux professionnels des diagnostics humains dans les organisations.

Publié le : mardi 1 janvier 2008
Lecture(s) : 124
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9999998589
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
MANUEL POUR LE DIAGNOSTIC SYSTEMIQUE DES RELATIONS HUMAINES Lorsque lon parle de « systémique », on nest pas sûr que tout le monde entende la même chose, car il existe plusieurs sortes de systémique qui sont connues de par ailleurs : la systémique cybernétique, la systémique mathématique, la systémique des informaticiens, la systémique des sociologues, la systémique de Palo Alto, et la systémique des gestionnaires. Je voudrais rapidement préciser ce que jentends, ici, par « systémique des relations » et « analyse systémique des rela-tions ». Cest une systémique différente des systémiques que je viens de citer. La systémique dont je vais parler dans ce Manuel est la systémique « qualitative » des relations. Elle est dite « qualitative » car elle sintéresse aux « significations » des échanges qui ont lieu à lintérieur dun système stabilisé. Les autres systémiques nexplicitent jamais les « significtions » des échanges internes aux systèmes. Certes, elles mettent les éléments dun système en « relation », mais ces « relations » nont pas, comme nous le verrons, les propriétés que peuvent avoir les significations des échanges humains. Contrairement aussi aux autres systémiques, la systémique qualitative ne propose pas de « modèle canonique» de réfé-rence quil faut, à tout prix, retrouver à travers les analyses. Le « système » quil faut mettre à jour est toujours spécifique à la
situation déchange. On sait quil existe, mais on ne connaît pas sa forme finale. Il faut le construire pas à pas, à partir dobservations. Cette construction est une étape de la méthode et elle sappelle la « modélisation ». Après lélaboration du schéma rituel des échanges (la modélisation), la systémique qualitative demande que lon trouve les significations des formes des échanges en mettant chaque forme typique déchange dans le contexte du système. Cest seulement ensuite que lon peut raisonner sur le système et atteindre « lanalyse systémique qualitative ». Nous savons que la systémique de lécole de Palo Alto a apporté une révolution dans la compréhension des échanges entre les acteurs humains. Au lieu de concevoir ces échanges comme déterminés par les personnalités des acteurs et leurs propres objectifs, elle a fait comprendre que les échanges étaient liés aux situations, aux problèmes inhérents aux situations et aux enchaînements des communications qui se mettaient en place progressivement pour faire face à la situation. Cette façon de voir donne des moyens dintervention totalement nouveaux qui intéressent évidemment, au premier chef, les responsables et les consultants. Pour faire évoluer les choses, il ny a plus à intervenir sur les personnalités des acteurs, ce qui revenait à faire de la psychologie ou de la psychothérapie, il est nécessaire dintervenir sur le « système des échanges ». Ce type dintervention, comme nous le verrons, est plus facile, car le « système des échanges » offre de multiples possibilités daction de changement. Les écrits de lécole de Palo Alto (Watzlawick) ont donné les fondements théoriques de lanalyse systémique des relations humaines et des interventions systémiques. Mais ces écrits nont pas précisé ce que devait être une méthode rigoureuse
menant de lobservation à lintervention en passant par la modélisation du système et son analyse. Ce Manuel, sapuyant sur les travaux que jai menés pendant quinze ans (Mucchielli, 1999, 2001, 2002, 2005), va donc préciser comment il faut sy prendre pour arriver, sans erreurs interprétatives, à faire une analyse systémique ouvrant la voie à des interventions effi-caces. La systémique qualitative est une méthode interprétative du fonctionnement des ensembles humains. Elle se focalise sur les formes des échanges entre les acteurs en laissant de coté de nombreux autres phénomènes psychologiques (qui, dune manière ou dune autre, dailleurs, se retrouvent dans les échanges). Elle met, tout dabord, à jour un « système formel » des échanges rituels entre les acteurs dune situation qui a été arbitrairement définie par un « cadrage » lié au problème à étudier. Elle procède ensuite à des interprétations permettant de comprendre comment un tel système déchanges fonctionne et sur quelle logique partagée par les acteurs, il repose. Cest à partir de cette compréhension que lanalyste peut choisir différentes pistes dintervention destinées à faire évoluer le système ritualisé. La systémique qualitative na pas la prétention dexpliciter toutes les significations et tous les sens qui peuvent appartenir à un phénomène humain. Elle est bien consciente que son travail ne lui permet que de mettre en évidence certaines de ces significations et certains de ces sens. En ayant explicité, par le détail, le fonctionnement de la genèse de certains ensemble de relations signifiantes, la systémique qualitative relationnelle a fait uvre scientifique, car la science a pour mission dexpliciter, toujours de plus en plus précisément,
comment fonctionnent les choses du monde. Ici, ces « choses du monde » ne sont pas rien, puisque ce sont les ensembles relationnels dans lesquels nous sommes insérés dans notre existence et qui, dune certaine manière, nous « pilotent » malgré nous. Jespère que de nombreux praticiens et consultants en relations humaines pourront se référer à cette méthode et en diffuser les règles et la procédure pour montrer aux scientifiques « durs » et aux managers qui mènent le monde, quune bonne théorie et une bonne méthode pour comprendre ce qui se passe « dun point de vue humain », peut être utile et profitable à tous.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.