Pourquoi nos entreprises boudent la communication (et ne devraient pas)

De
Publié par


Pédagogique, clair et pertinent, cet ouvrage met la communication et son intérêt à la portée de chacun.



Après avoir conseillé et consulté environ 200 TPE/PME pendant un an, l'auteur livre dans cet essai une analyse sans illusion de l'état de la communication auprès de ces entreprises. Il montre notamment qu’une "communication à deux vitesses" est à l’œuvre et pénalise lourdement le développement économique de 94% des entreprises françaises.



Les principales idées reçues sur la communication sont d'abord analysées, expliquées et combattues. L'auteur s'attache ensuite à identifier les responsables de cet état de fait, puis "6 propositions essentielles" sont avancées dans le but de rendre égale chaque entreprise face à la communication.


Les TPE/PME le disent elles-mêmes : "personne ne nous a jamais vraiment expliqué la pertinence et la teneur d'une stratégie de communication".



Thibault Di Maria est diplômé de l’École des hautes études en sciences de l’information et de la communication (CELSA – Paris Sorbonne). Il travaille tant en agences de publicité, cabinet de stratégies et lobbying qu'au sein de différentes directions de la communication. En 2009 il crée son propre cabinet conseil en stratégies de communication, dont l'un des départements est consacré aux "petits budgets".

Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 125
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999991823
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
INTRODUCTIONAbordons sans ambages la problématique de cet essai : pourquoi, en France, existe-t-il une:communication à deux vitesses celle des grosses entreprises et celle des petites ? Pour-quoi 94 % du tissu entrepreneurial français n’a pas accès à ce que l’on appelle le « planning stratégique », c’est-à-dire la réflexion et l’éla-boration d’une stratégie de communication pour une marque ou un produit donné ? Cela alors même qu’une stratégie de commu-nication efficace est porteuse de succès ? Après avoir côtoyé, conseillé et écouté les 1 TPE/PME pendant de nombreux mois , il en ressort un paradoxe saisissant : leur besoin en « stratégie » pour grandir est patent, la de-2 mande de leur part (quasi) inexistante . Sans 1  Environ 200 TPE/PME ont ainsi été interrogées sur une période de 12 mois. 2 On dénombre ainsi seulement 45 % de TPE/PME menant des actions de marketing-communication (contre près de 90 % pour les plus grandes sociétés).
9
compter la crise économique et financière débutée en 2009 qui a amplifié ce phéno-mène. Pour autant, et malgré des évènements majeurs mais ponctuels de ce type, cet essai s’attache à dégager les causes structurelles qui empêchent les TPE/PME de s’adjoindre une stratégie de communication performante. Notre analyse s’adresse en premier lieu aux entreprises non sensibilisées à la commu-nication, soit la plus grande majorité des TPE/PME, c’est-à-dire 94 % des sociétés fran-3 çaises . Elle interpelle aussi les différents corps de métiers de la communication. Elle se veut accessible sans être simpliste, et percu-tante sans être moralisatrice. Pour être plus précis dans notre vocabu-laire, nous avons choisi de parler des TPE/ PME comme d’un tout relativement homo-gène sur cette problématique de la communi-cation. En effet, selon la définition officielle en cours, une PME est une entreprise in-dépendante ayant moins de 250 salariés.
Encore faut-il souligner que ces « actions de com-munication » ne sont pas du même ordre en fonc-tion du type d’entreprises. Sources : Enquête SESSI, ministère de l’Industrie, 2005. 3 Chiffres-clés des PMEMinistère de l’Économie, – de l’Industrie et de l’Emploi – DGCIS – 10/2009.
10
Sachant que 81 % de celles-ci sont composées de 1 à 3 salariés et 94 % de 1 à 9, nous avons donc décidé de les réunir sous une seule et même appellation :TPE/PME. Étant enfin considéré que plus une entreprise possède un nombre important de salariés, plus elle est sensibilisée aux questions de communication, tant internes qu’externes. Dans notre analyse seront souvent indiffé-remment utilisés les termes « communica-tion » et « stratégie de communication ». Notre postulat étant qu’une communication efficace est toujours précédée d’une réflexion en amont, appelée communément « stratégie de communication » ou « planning stratégique ». Lorsque nous voudrons différencier la com-munication en tant qu’action de communi-cationet la communication en tant queré-flexion stratégique, il en sera fait explicitement mention. Nous commencerons donc notre essai par le passage en revue et la déconstruction des idées reçues les plus fortes au sujet de la communication. Celles-ci sont fondamentales qui permettent de comprendre pourquoi sont amalgamées « publicité », « communication », « actions de communication », et pourquoi sont inconnus des TPE/PME les métiers de
11
« planning stratégique » ou relatifs à la « stra-tégie de communication ». Suit un chapitre analysant les freins majeurs qui empêchent les TPE/PME d’accéder cor-rectement à la communication, ainsi que la responsabilité de chacun, entreprises et agences conseil, devant cet état de fait. Le dernier chapitre concerne les diffé-rentes actions à mettre en œuvre, tant de la part du monde de la communication que celui de l’entreprise, pour tenter d’éradiquer lacommunication à deux vitessessévit en qui France. Il incite donc à étudier6 propositions essentielles que nous mettons en avant afin d’assainir et renforcer les relations entre le monde des TPE/PME et celui de la com-munication.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication