Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Mon chemin vers la réussite

De
160 pages


« Trouvez vous aussi votre chemin vers la réussite »



Etre indépendant financièrement, mener plusieurs vies de front, exercer différents métiers, avoir plusieurs passions... et ne travailler que quelques heures par semaine tout en gagnant toujours plus d’argent : tout le monde en rêve... Elise Franck l’a fait !



Elle révèle dans ce nouveau livre comment vous aussi vous pouvez atteindre cet objectif.



En retraçant son parcours entre le moment où elle était « comme tout le monde » et celui où elle a pris son envol pour la liberté, Elise Franck vous explique quels leviers, quelles ressources, quelles énergies il est important de mobiliser pour s’engager sur la voie du succès et de l’épanouissement personnel.



« Je me suis efforcée de vous décrire à travers ce livre mon expérience personnelle et de vous livrer les points essentiels qui m’ont permis d’avoir la vie que je mène aujourd’hui. Découvrez comment il est possible, en partant de rien, de s’offrir une vie de rêve et d’abondance où tout est possible grâce à deux éléments essentiels : le temps et l’argent. »



Devenue rentière en quatre ans et auteur du best-seller sur ce sujet, Elise Franck est complètement autodidacte. Elle est aujourd’hui chef d’entreprise, investisseur, formatrice, mais aussi artiste peintre et décoratrice.


Voir plus Voir moins

Couverture

Cover

4e de couverture

Cover

Titre

Title

Copyright

 

Élise Franck a quitté son emploi salarié pour acheter et revendre ou louer des biens immobiliers. Partie avec un modeste capital, elle dispose aujourd’hui de revenus mensuels réguliers sous forme de loyers et a monté sa structure de conseil dans le domaine de l’immobilier.

Vous pouvez consulter son site internet à l’adresse suivante :

www.elise-franck.com

et la joindre en écrivant à elise.franck@maxima.fr

Vous pouvez également réagir sur son blog : www.rentiere.fr

 

www.maxima.fr

Suivez-nous sur twitter : @maximaediteur

Rejoignez-nous sur facebook.com/EditionsMaxima

 

images/image001.png

8, rue Pasquier, 75008 Paris.

Tél : + 33 1 44 39 74 00 – infos@maxima.fr

© Maxima, Paris, 2014.

EAN Epub : 9782818804957

 

 

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés pour tous pays.

Dédicace

À mes parents, Marianne et André
qui m’ont donné l’essentiel :

le goût de l’indépendance et l’envie de le transmettre.

À Davide mon ami de toujours qui a largement contribué
à ma réussite.

1 – Avez-vous les moyens de choisir votre vie ?
2 – Monter sa propre affaire et rester libre
3 – Consommez et continuez à vous enrichir
4 – Trouvez un sens à votre vie

 

Conclusion

Introduction

En 2002, alors que j’étais assistante de direction dans un grand groupe bancaire, j’ai décidé de prendre mon destin en main, car mon avenir devenait de plus en plus étriqué et peu réjouissant.

Une collègue, assistante comme moi, venait de passer 20 ans au sein de la société et partait à la retraite, remerciée par un pot de départ pour ses bons et loyaux services. J’ai eu un déclic : je me suis imaginée d’un seul coup à sa place quelques années plus tard.

Quitter la banque n’est pas chose facile, on nous bassine à longueur de journée qu’on a une chance inouïe de se trouver là et que des milliers de personnes voudraient bien être à notre place… Pourtant, je ne me sentais pas vraiment à ma place. Aucune possibilité de carrière susceptible de m’intéresser ne se profilait à l’horizon, et je n’avais aucune envie non plus de gravir lentement les échelons pour de toute façon finir par m’ennuyer au bout de quelques années… Aucune envie surtout de finir ma vie professionnelle remerciée par un pot de départ pour avoir fait tous les jours la même chose pendant des années.

Je me suis dit qu’il était temps que je fasse quelque chose pour rendre ma vie plus exaltante. Après tout pour l’instant je m’en étais toujours bien sortie…

image1

Je suis complètement autodidacte, j’ai passé mon bac après deux redoublements et j’ai raté mon BTS de bureautique. J’étais ce qu’on appelle un cancre et depuis ma plus tendre enfance mon avenir semblait devoir être peu réjouissant.

Au...

Étape I

LES DÉBUTS /
POSEZ LES BASES

1.
Elise Franck : Avant / Après

Lorsque j’étais salariée et que j’occupais un poste de secrétaire dans la banque, je ressemblais à tout le monde, une fille rangée, qui partait travailler tous les jours à la même heure et revenait tous les soirs (à la même heure). J’étais pour ainsi dire transparente, sans intérêt. J’étais plutôt timide et je n’avais pas vraiment confiance en moi. Ma vie se résumait à aller travailler, préparer le repas du soir, aller au cinéma le week-end. Une vie triste, routinière et sans relief. Au début cela me convenait, je pensais que ma place était là, que je ne savais rien faire d’autre. Mais je devenais stressée et angoissée à l’idée de perdre mon emploi, j’avais peur de ne pas retrouver un poste aussi souple en termes d’horaires et d’avantages, et de me retrouver un jour à la rue, sans emploi, sans logement.

Je gagnais moyennement ma vie et je ne pouvais pas me permettre de m’acheter beaucoup de choses ni de trop voyager car tout ce que je gagnais partait en dépenses indispensables : les courses, le loyer, l’électricité, le transport, quelques sorties de temps en temps.

Aujourd’hui, je suis chef d’entreprise, à la tête d’une société en pleine expansion, créatrice d’un nouveau concept et je suis largement à l’abri financièrement en raison de mes biens immobiliers qui me procurent un supplément de revenus et m’apportent la sécurité financière et la liberté.

La seule chose qui n’a pas changé depuis l’époque où j’étais secrétaire c’est l’appartement que je loue depuis de nombreuses années et que je n’ai jamais quitté.

Aujourd’hui, libre, épanouie et sereine, je mène une vie que tout le monde m’envie entre Paris et Aix, Buenos Aires et Barcelone. Tout ce que j’entreprends tous les jours me passionne et me motive. Mon avenir est plein de bonnes surprises et le nombre de portes qui s’ouvrent devant moi me permet chaque jour de réinventer ma vie.

J’ai non seulement la possibilité de continuer à m’enrichir sans faire l’effort d’épargner, mais je peux aussi organiser mon emploi du temps comme je le souhaite. J’ai la sensation d’être plus forte et beaucoup plus heureuse qu’avant, de maîtriser ma vie. Je ne suis plus inquiète pour mon avenir que j’envisage maintenant sous les meilleurs auspices. Les gens recherchent ma compagnie et j’ai l’agréable sensation que j’apporte quelque chose aux autres. Je suis reconnue pour ce que je fais.

J’ai la liberté de faire exactement ce que je souhaite de ma vie tout en continuant à faire fructifier mon capital et à développer mon entreprise. Je travaille aujourd’hui l’équivalent d’un mi-temps et je pourrais tout aussi bien le faire depuis l’autre bout de la planète, si tant est que l’on puisse même considérer mes activités comme un travail, car pour moi je n’ai absolument pas l’impression de travailler, mais j’ai plutôt l’heureuse sensation d’assouvir mes passions.

Entre mes soirées de tango et de West Coast, mes parcours de golf, mes peintures et mes cours d’espagnol et bien sûr mon heure de sport tous les jours, je suis comblée et je réfléchis aux nouveaux rêves que je pourrais envisager pour l’année prochaine, peut-être prospecter un peu le monde à la recherche d’un coin de paradis, en tout cas un projet est déjà en route : l’achat d’une surface atypique en plein cœur de Paris que je vais transformer en loft. Je pense acheter un appartement à Barcelone, ma ville préférée, pour m’y installer quelques semaines par an. Mon objectif est de vivre dans trois villes différentes tout au long de l’année : de mars à Juin à Barcelone, puis à Paris jusqu’en octobre, et enfin de novembre à février à l’île Maurice ou à Buenos Aires.

Je suis plus active que jamais, chaque jour est pour moi une nouvelle aventure, me propose un nouveau challenge et m’offre de nouvelles possibilités. Je me suis construite peu à peu une vie que beaucoup de gens rêveraient d’avoir.

2.
Faites votre propre expérience

Voyagez

Si vous avez l’opportunité de voyager à l’étranger après le bac ou après vos études, faites-le. J’ai passé un an en Angleterre comme jeune fille au pair et cela m’a beaucoup apporté. L’apprentissage de la langue, bien sûr, mais aussi l’ouverture à d’autres cultures, d’autres façons de voir les choses et la vie. Si vous avez déjà envie de créer votre entreprise, cela vous permettra aussi de trouver de nouvelles idées à développer. Beaucoup de chefs d’entreprise ont d’abord voyagé et se sont inspirés de leur voyage pour mener à bien leur projet. Combien de concepts existent déjà aux Etats-Unis ou au Japon, et qui ne sont pas encore...

3.
Trouvez le job
qui vous permettra de rebondir

Je m’étais fixé comme objectif de trouver un poste qui aurait le meilleur rapport rémunération/charge de travail, histoire de ne pas passer ma vie à travailler pour payer mon loyer en fin de mois. Sans diplôme, j’étais obligée de commencer dans la vie active par un travail peu intéressant, donc autant qu’il ait quelques avantages. L’un de ceux que je recherchais était qu’il ne devait pas être trop stressant, avec une charge de travail peu importante mais avec une rémunération suffisante, et si possible dans une ambiance sympathique. Je me disais que puisqu’il fallait travailler, autant le faire le moins possible et profiter de la vie le reste du temps. L’important pour moi était de travailler dans un cadre agréable et de gagner suffisamment d’argent pour profiter du temps qu’il me resterait pour mes activités de loisirs. Je me voyais déjà rentrant à 5h de l’après-midi et passer par la salle de gym avant d’aller rejoindre des copains dans un bar ou suivre un cours de cuisine.

Ma stratégie de recherche d’emploi était la suivante : passer le plus d’entretiens d’embauche possible pour avoir un large choix de postes et privilégier celui qui se rapprocherait le plus de mes exigences.

Comme j’ai un bon sens du contact et que j’avais modifié légèrement mon cv pour le rendre plus « attractif » aux yeux des recruteurs, je n’ai pas eu beaucoup de mal à décrocher beaucoup de rendez-vous. J’avais le profil idéal pour le type de poste que je recherchais, à savoir assistante ou secrétaire : entre 20 et 30 ans, bonne présentation, études courtes, langues, un peu d’expérience mais pas trop. Je rentrais exactement dans le créneau où les offres sont abondantes. Alors que pour certains de mes camarades rechercher un emploi était une vraie épreuve, je reconnais que pour ma part, je prenais les choses avec plus de recul. Je ne cherchais pas un poste pour faire carrière, mais plutôt un poste pas trop contraignant qui me permettrait de m’épanouir en dehors de mon travail. Mes critères de sélection n’étaient donc pas habituels.

Une fois que vous vous serez essayé à plusieurs jobs différents sans rester trop longtemps dans chacun d’entre eux, je vous conseille...

4.
Votre premier logement :
un élément déterminant

Le but pour vous est de trouver un logement dont le loyer n’est pas trop élevé – afin de préserver au maximum votre capacité d’emprunt – mais dans lequel vous resterez suffisamment longtemps puisque, si vous suivez ma méthode, vous n’allez pas acheter votre résidence principale (en tout cas pas avant d’avoir fait quelques investissements immobiliers fructueux).

Moins votre loyer sera cher, plus vous pourrez emprunter à la banque, et plus vous pourrez mettre la priorité sur les investissements immobiliers qui vous garantiront votre indépendance financière. Choisissez avec soin votre premier logement, car si celui-ci vous fait dépenser la moitié ou les trois quarts de vos revenus vous êtes déjà coincé avant d’avoir commencé quoi que ce soit.

Lorsque je suis arrivée à Paris sans un sou, j’ai eu beaucoup de mal à me loger. Les loyers étaient trop chers par rapport à ce que je gagnais avec mes « petits jobs ». J’avais loué un petit studio (le moins cher que j’avais trouvé à l’époque) et j’y suis restée deux ans, mais un jour, en me réveillant j’ai été envahie par les cafards et un clochard dormait contre ma porte d’entrée et m’empêchait régulièrement de sortir de chez moi. J’étais un peu désespérée et au bout du rouleau, mais j’ai...

Étape II

RÉFLÉCHISSEZ
ET DÉMARQUEZ-VOUS

1.
Votre vie vous
convient-elle vraiment ?

Quelle sensation extraordinaire de pouvoir se dire tous les matins : je n’ai besoin de personne et je ne suis pas obligée de travailler du matin au soir pour me payer de quoi vivre. Pour moi, c’est bien de cela qu’il s’agissait. Gagner 1 500 euros par mois me permettait uniquement de payer mon loyer, faire les courses, m’autoriser de courtes vacances et quelques sorties et m’acheter des choses dont j’allais me lasser au bout de quelques mois.

Je préférais mille fois ne pas travailler et gagner deux fois moins. Il suffisait que je réduise mon train de vie et que j’habite dans un appartement plus petit ou que je partage le mien avec un colocataire. Après avoir évalué le pour et le contre, je n’ai pas hésité une seconde. C’était devenu une certitude : il fallait que je sorte de la prison dorée du salariat. Plus rien ne pouvait me faire changer d’avis. Les 1 500 euros que j’allais perdre n’étaient qu’un détail comparé à tout ce que j’allais gagner en temps, en énergie, en bonheur, en tranquillité et en liberté. Tout ce qui pour moi représente la vraie richesse.

Avec la décoration, j’avais enfin trouvé ma voie, celle qui allait me permettre non seulement de m’épanouir mais aussi de ne plus me fixer comme limites celles que les autres m’imposaient.

J’allais passer d’une personne lambda, insignifiante, à quelqu’un...

2.
Pourquoi investir
dans l’immobilier est important

Un jour, je rentrais en métro d’une formation quand j’ai fait la connaissance d’une dame qui m’a raconté sa vie et sa situation plus que préoccupante. Elle avait une soixantaine d’années et travaillait comme cadre supérieur dans un grand groupe. Son mari était directeur financier, également dans une grande entreprise. Avec leurs trois enfants, comme ils gagnaient très bien leur vie lorsqu’ils étaient plus jeunes, ils avaient loué un grand appartement dans un quartier chic de Paris.

Cette femme était désespérée car elle était au chômage depuis 8 mois et ne retrouvait pas d’emploi, en raison de son âge disait-elle. Son mari, qui était tombé malade, a également été licencié et ne retrouvait pas de travail lui non plus. Deux de leurs enfants n’avaient pas encore terminé leurs études, et la plus jeune avait des difficultés financières car elle avait choisi une carrière artistique qui ne lui permettait pas encore de gagner assez d’argent. Cette dame et son mari allaient se retrouver dans quelques mois obligés de quitter leur appartement dont ils ne pourraient plus payer le loyer. « Si j’avais su, me disait-elle, j’aurais acheté un appartement à l’époque, car on avait largement les moyens de le faire ».

Alors pourquoi ne pas l’avoir fait ? Elle me répondit « Tout le monde nous déconseillait d’acheter car le marché allait baisser, et de toute façon jamais...

3.
L’indépendance financière,
voilà la clé de votre réussite

Parvenir à se faire plaisir sur le court terme est assez facile : le début d’une relation amoureuse, la réussite à un examen, une voiture neuve, un nouvel appartement… tous ces événements nous apportent un bien-être temporaire. C’est vrai aussi lorsque l’on change radicalement une situation qui nous pesait, comme par exemple abandonner le poste d’employé de bureau dans lequel on s’ennuie pour devenir guide de montagne ou professeur de tennis quand c’est ce qu’on aime faire. Ce changement va nous procurer un bonheur certain, mais malheureusement ce bien-être ne va pas durer. Tout simplement parce que l’on s’habitue au changement. Des études ont montré par exemple qu’un cadre ayant obtenu une promotion ou une prime est heureux sur le moment, mais son niveau de bonheur va s’estomper au fur et à mesure que le temps passe, en moyenne en à peu près un an. Les mêmes constats ont été faits pour les couples qui se forment. La première année leur bonheur est au plus haut mais au bout d’un certain temps le niveau de...

4.
Gérer l’affectif

Ce que j’appelle l’affectif regroupe vos désirs, vos envies, vos goûts, tout ce qui vous est personnel, tout ce que vous avez envie d’avoir, de posséder, de faire, de consommer…

Si vous laissez ce besoin, qui est tout à fait naturel et normal chez chacun d’entre nous, prendre le dessus, vous allez vite vous rendre compte que cela va vous mener vers une situation de « blocage » d’où vous ne pourrez pas vous échapper.