//img.uscri.be/pth/962a762e92f3a7238855bfbcf12e7581226c0d84
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 23,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Politiques d'innovation et PME en France

De
318 pages
Depuis les années 1990, les pouvoirs publics reconnaissent la contribution des PME à la croissance tirée par l'innovation et à la création d'emplois. Mais la politique de l'innovation en France se soucie peu de celles-ci. Ce livre retrace l'histoire de la mise en œuvre des politiques d'aide à l'innovation dans les PME, soulignant le rôle de l'Anvar, institution-phare d'aide aux PME.
Voir plus Voir moins
C o l l e c t i o nL’ E S P R I TÉ C O N O M I Q U E S É R I EÉ C O N O M I EE TI N N O V A T I O N
ZetingLiu
Politiques d’innovation et PME en France
Une histoire de liens faibles
POLITIQUES D’INNOVATION ET PME EN FRANCE
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00749-6 EAN : 9782343007496
Zeting LIUPOLITIQUES D’INNOVATION ET PME EN FRANCE Une histoire de liens faiblesPréface de Geneviève Schméder Postface de Pierre Papon
Collection « L’esprit économique » fondée par Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis en 1996 dirigée par Sophie Boutillier, Blandine Laperche, Dimitri Uzunidis Si l’apparence des choses se confondait avec leur réalité, toute réflexion, toute Science, toute recherche serait superflue. La collection «L’esprit économique »soulève le débat, textes et images à l’appui, sur la face cachée économique des faits sociaux : rapports de pouvoir, de production et d’échange, innovations organisationnelles, technologiques et financières, espaces globaux et microéconomiques de valorisation et de profit, pensées critiques et novatrices sur le monde en mouvement... Ces ouvrages s’adressent aux étudiants, aux enseignants, aux chercheurs en sciences économiques, politiques, sociales, juridiques et de gestion, ainsi qu’aux experts d’entreprise et d’administration des institutions. La collection est divisée en six séries : Dans la sérieEconomie et Innovation sontpubliés des ouvrages d’économie industrielle, financière et du travail et de sociologie économique qui mettent l’accent sur les transformations économiques et sociales suite à l’introduction de nouvelles techniques et méthodes de production. L’innovation se confond avec la nouveauté marchande et touche le cœur même des rapports sociaux et de leurs représentations institutionnelles. La sérieL’économie formelle apour objectif de promouvoir l’analyse des faits économiques contemporains en s’appuyant sur les approches critiques de l’économie telle qu’elle est enseignée et normalisée mondialement. Elle comprend des livres qui s’interrogent sur les choix des acteurs économiques dans une perspective macroéconomique, historique et prospective. Dans la sérieLe Monde en Questions sontpubliés des ouvrages d’économie politique traitant des problèmes internationaux. Les économies nationales, le développement, les espaces élargis, ainsi que l’étude des ressorts fondamentaux de l’économie mondiale sont les sujets de prédilection dans le choix des publications. La sérieKrisisa été créée pour faciliter la lecture historique des problèmes économiques et sociaux d’aujourd’hui liés aux métamorphoses de l’organisation industrielle et du travail. Elle comprend la réédition d’ouvrages anciens, de compilations de textes autour des mêmes questions et des ouvrages d’histoire de la pensée et des faits économiques. La sérieClichésété créée pour fixer les impressions du monde a économique. Les ouvrages contiennent photos et texte pour faire ressortir les caractéristiques d’une situation donnée. Le premier thème directeur est : mémoire et actualité du travail et de l’industrie ; le second : histoire et impacts économiques et sociaux des innovations. La sérieCours Principauxcomprend des ouvrages simples, fondamentaux et/ou spécialisés qui s’adressent aux étudiants en licence et en master en économie, sociologie, droit, et gestion. Son principe de base est l’application du vieil adage chinois : « le plus long voyage commence par le premier pas ».
A mes parents et mes grands-parents que j’aime de tout mon cœur
Préface La France, contrairement à d’autres pays développés, a peu de culture et d’expérience en matière d’évaluation des politiques publiques. L’action publique s’y exerce sans que l’on se soucie réellement de savoir si les objectifs initiaux ont finalement été atteints et si, en ce cas, cela n’a pas été à un coût excessif au regard des résultats obtenus. Même lorsqu’à partir des années 1980 les décideurs publics ont commencé à se préoccuper d’évaluation, ils ont cherché leur inspiration dans les pratiques de management du secteur privé, selon une conception « visant beaucoup plus à imposer une culture du résultat à l’administration qu’à accroître la cohérence globale de son action » comme le déplorait en 2011 un rapport du Comité d’évaluation et de contrôle de l’Assemblée nationale sur la révision générale des politiques publiques (RGPP). Ce défaut d’évaluation est particulièrement sensible dans le domaine des politiques scientifiques et technologiques, où il est attribuable non seulement à une culture politique qui ne brille guère par sa transparence démocratique,mais aussi en partie à un problème de données- la nature même des indicateurs à retenir pour ce type d’exercice était sujette à caution, les problèmes de mesure difficilement surmontables et les informations rarement disponibles, fiables et exhaustives - et en partie à un certain consensus national en la matière , la perception des problèmes et des solutions s’avérant dans notre pays fortement idiosyncrasique. Il faut ajouter que les institutions chargées de concevoir, appliquer et évaluer ces politiques sont à la fois juges et parties et que les administrations concernées sont en compétition plutôt qu’en coopération. C’est dire si ce livre consacré à l’évolution des politiques en faveur de l’innovation dans les PME en France depuis les années 1960 est utile et bienvenu. Issu d’un travail de recherche ayant donné lieu à une thèse soutenue en 2011 au CNAM, dont le sujet a été en partie déterminé par l’opportunité d’un contrat doctoral CIFRE à l’ANVAR, il a pour auteur une jeune
9