//img.uscri.be/pth/0e74160221f27784b5c8be0f43e11386a9d185c8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,00 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Relais pour l'emploi

De
152 pages
Ce livre montre que le reclassement, l'accès à l'emploi passent d'abord par la prise en compte d'une situation concrète, celle du salarié devenu demandeur d'emploi. Privilégier l'accompagnement des salariés à leur faire reprendre le chemin de l'emploi telle est l'aventure que poursuit Relais pour l'emploi, qui veut donner à tous les meilleures chances d'accéder à un emploi avec la création des "passeports pour l'emploi", dans un réseau de partenaires.
Voir plus Voir moins

Relais pour l'emploi
Solidaires et acteurs de leur reclassement

Du même auteur

Les Transformations du Comité d'Entreprise. Ed. L'Harmattan. 1995. En collaboration avec Michel MARCON. Les Gens de la Radio. Histoire sociale de la Thomson à Cholet. Ed. L'Harmattan. 1997

Nadia SIMONY

Relais pour l'emploi
Solidaires et acteurs de leur reclassement

Préface de Michel Bernard Directeur général ANPE

L 'Hannattan 5-7.rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L 'Harmattan
. .55,

Inc.

rue Saint-Jacques

Montréal (Qc) - CANADA H2Y IK9

@ L' Harmattan, 1998 ISBN: 2-7384-6753-9

PREFACE
Si la perte de son emploi est souvent un drame personnel, un licenciement collectif est toujours une épreuve lourde à surmonter pour une entreprise, un bassin de vie et surtout pour les femmes et les hommes qui en sont victimes. Cette dure réalité de l'économie, ce défi aux équilibres individuels et collectifs de notre Société, les salariés de Disco et leurs syndicats ont su l'affronter, et le relever, en devenant les acteurs de leur avenir, en mobilisant leur volonté et leur foi dans l'Homme, en fédérant les énergies et les partenaires locaux dans leur lutte pour leur reclassement. Et ce mouvement, ils ont su le prolonger pour aider ceux que la société laisse momentanément, ou plus durablement, au bord du chemin, en leur proposant un "Passeport pour l'emploi". Pour tous ceux qui, comme les agents de l'ANPE, oeuvrent au quotidien pour corriger les dysfonctionnements du marché de l'emploi, cette aventure est, et donne, une leçon d'espoir, comme 7

le donnent les multiples expériences où l'action a été conduite par ceux qui n'ont pas voulu baisser les bras. Cette aventure est-elle reproductible? Chaque situation appelle sa propre réponse. Est-ce que je partage toutes les analyses et appréciations de cet ouvrage? Là n'est pas l'essentiel. Je ne retiens que ce qui nous réunit et nous moti ve: donner l'espérance de l'emploi etdu reclassement professionnel à tous ceux qui l'ont perdu, ... et y réussir.

Michel BERNARD Directeur Général ANPE

8

Avertissement
Ce livre relate l'histoire de salariés licenciés qui ont fait le choix de la solidarité pour devenir acteurs de leur reclassement dans le cadre de l'Association des ex-salariés de Disco. Ce choix de la solidarité, ils continuent de le faire au sein de Relais Pour l'emploi, en mettant leurs compétences et leur savoir-faire à la disposition d'un public élargi. Raconter une histoire alors que celle-ci se poursuit, en ne cessant d'évoluer et de se transformer, n'est pas chose aisée. Pour y parvenir, je me suis appuyée sur des documents, chaque fois que cela était possible, et sur des entretiens conduits auprès des personnes concernées par l'entreprise en question: salariés de Disco, liquidateur, mandataire, responsables du cabinet de reclassement, experts économiques ou en gestion et en développement, responsables de l'ANPE... Qu'ils soient tous ici remerciés pour leur participation. Les textes en italiques sont extraits de ces entretiens collectifs ou individuels. Je leur ai accordé une grande place dans cette restitution, parce que leur parole éclaire la diversité des points de vue, des situations et des positions, et aussi parce que je crois à la force du témoignage des acteurs.
Nadia SIMONY

9

INTRODUCTION
De la liquidation d'une entreprise à la création de Relais Pour l'Emploi, en passant par une cellule de reclassement gérée par ses salariés: l'Association des ex-salariés de Disco, il s'est passé trois années. Trois années fertiles en rebondissements, depuis les manifestations de rue de l'automne 1994, jusqu'à la signature d'une convention avec un comité de bassin d'emploi en septembre 1997, et à la mise en place d'un "Passeport vers l'emploi". Relais Pour l'Emploi est né de la volonté de quelques-uns, de la rencontre d'hommes et de femmes venus d'horizons différents, puis d'une ambition: appréhender le reclassement des salariés privés d'emploi avec les meilleurs chances de réussite. Quelle antenne peut s'enorgueillir aujourd'hui d'un taux de reclassement voisin de 80% après seulement quinze mois de fonctionnement? Que se cache-t-il derrière ces chiffres que tous les spécialistes de l'emploi considèrent comme excellents et rares? Quand le groupe Disco ferme ses portes, ses salariés sont les "rescapés" d'un groupe de la distribution qui eut ses heures de gloire dans les années 80, mais qui, comme beaucoup d'entreIl

prises, a été la proie des raiders et des financiers. Proie facile que cette entreprise qui vivait à intervalles réguliers des situations - fusions, achats, cessions... - qui faisaient que les salariés euxmêmes ne s'y retrouvaient plus. Avec le concours d'un cabinet de reclassement, dans le cadre d'un partenariat bien compris, l'association va prendre le problème du reclassement de ses membres à bras-le-corps. Elle va aller de découvertes en découvertes, de réalisations en réalisations. Dans l'Association des ex-Disco d'abord, puis dans Relais Pour l'Emploi, c'est l'idée que le reclassement est une affaire trop sérieuse pour être traitée uniformément partout et pour tous, qui a dominé. Elle a été la clé des découvertes respectives des uns et des autres. Quand la liquidation est prononcée, quelques-uns de ses salariés exigent qu'un véritable plan social soit mis en oeuvre et qu'une partie des indemnités soit mutualisée. La création d'une association de salariés pour "abriter" une cellule de reclassement est décidée. Cette expérience est-elle reproductible? Et si oui, à quelles conditions? Certes, beaucoup de conditions étaient réunies qui ont contribué à son succès: des acteurs particulièrement motivés, la mutualisation des fonds... Mais c'est d'abord la détermination d'un groupe d'hommes et de femmes qui a été à la source de cette aventure. Les évolutions économiques et sociales enregistrées au cours de ces dernières années ont entraîné de profondes modifications du contrat de travail, de la nature des emplois, du travail et de son environnement. Les plans sociaux sont toujours d'actualité. L'emploi demeure précaire, les inégalités se creusent, les emplois considérés comme peu qualifiés du secteur tertiaire continuent de croître, le taux de

12

chômage longue durée demeureélevé, l'emploi occupéne correspond pas toujours à la formation acquise. C'est dans ce contexte que l'Association des ex-Disco, cellule de reclassement, a pris en charge le reclassement des salariés. Aujourd'hui, en 1998, Relais Pour l'Emploi vit et se met au service des demandeurs d'emploi et des salariés des entreprises concernés par des plans sociaux. Son ex périence, ses découvertes, ses réflexions doivent servir à une communauté élargie, celle qui est confrontée aux problèmes de l'emploi et du reclassement. Belle réalisation. Bel exemple. "Ensemble, dans un réseau de partenaires, pour favoriser l'accès vers l'activité du plus grand nombre", c'est le mot d'ordre de Relais Pour l'Emploi qui, avec la création des "Passeports vers l'emploi", une initiati ve originale, veut donner à tous, quels que soient leurs antécédents, les meilleures chances d'accéder à un emploi, ou, à tout le moins, de ne pas rester isolés face à la recherche d'un emploi. Exemplaire, l'aventure des ex-Salariés Disco? L'ambition de ce livre est de montrer que le reclassement, l'accès à l'emploi ne sont pas tout à fait impossibles ou inaccessibles dès lors que l'on se donne une ambition et des objectifs. Ce qu'il faut retenir de cette histoire qui se poursuit, c'est que, pour reclasser, il faut revenir à une évidence: le reclassement, c'est d'abord la prise en compte d'une situation concrète, celle du salarié devenu demandeur d'emploi. La résolution de sa situation doi t devenir l'objectif priori taire. Quand les plans sociaux sont mis en place, les négociations portent trop souvent sur les moyens et sur les conditions du départ de l'entreprise, et beaucoup moins sur celles du retour à l'emploi. En choisissant l'autre logique, en privilégiant l'accompagnement des salariés, l'antenne de reclassement des ex-Disco a contribué à leur faire reprendre le chemin de l'emploi. 13

UNE ENTREPRISE DANS LA TOURMENTE

Lorsque le 25 novembre 1994, la liquidation de la société Disco, reprise par Altus Finance, est prononcée par le tribunal de commerce de Paris, le licenciement de tous les salariés devient effectif. Nul ne pouvait alors prévoir que cette décision serait le début d'une grande aventure. Commencé par la lutte pour un plan social, afin qu'aucun salarié ne soit confronté, seul, à son reclassement, le combat "des Disco" se poursuivra jusque dans "Relais Pour l'Emploi". Comment en est-on arrivé là ? Pour mieux en saisir les enjeux, les avancées, les échecs et les succès, mais aussi pour mieux comprendre l'immense espoir soulevé par la création de cette association, il faut faire un large retour en arrière. Comment une société dont certains acteurs ou experts, et beaucoup d'observateurs pensaient et disaient qu'elle était viable et prospère a-t-elle vu son chiffre d'affaire baisser, ses partenaires l'abandonner?

15