//img.uscri.be/pth/ea759d2f4d178dbcabba8d9a3d54ebf61f1c5ef7
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Zen au volant

De
198 pages
Pour rester zen au volant, il faut combattre sans relâche le stress routier dans toutes ses manifestations. Pour aider le lecteur à gérer son zen comportement au volant, voici quarante-deux clés ou conseils et ses techniques de détente-relaxation. L'ouvrage comprend une table d'exercices de détente-relaxation. Il est accompagné d'un CD qui reprend en "version light" tous les conseils.
Voir plus Voir moins

Jean-Marc BAILET Pierre RAFFANEL
ZEN
AU VOLANT
Le conducteur Zen ressent toujours du plaisir à conduire en adoptant et
en observant un comportement plus prudent, plus responsable et plus ZEN
anticipatif.
La Zen-attitude au volant, c’est user le moins possible son cœur, ne pas AU VOLANTpolluer son esprit, donner des plages-plaisir à son cerveau, écouter son
corps, et faire des exercices de détente-relaxation lors des pauses de GUIDE DU MIEUX CONDUIREZEN
sécurité.
Quand une diffculté surgit sur la route, parfois on panique, on fait n’importe
quoi pour tenter de résoudre le problème… c’est le stress qui se manifeste. AU VOLANT
Bref, le stress routier existe, il est un bon ou mauvais compagnon avec lequel GUIDE DU MIEUX CONDUIR E
il faut savoir composer pour éviter le pire !
Pour rester Zen au volant, il faut combattre sans relâche le stress routier dans
toutes ses manifestations.
Pour aider le lecteur à gérer son Zen-comportement au volant, on lui
donnera 42 clefs ou conseils, et 25 techniques de détente-relaxation. Par
auto-évaluation à l’aide d’une échelle de stress routier, chacun pourra se
positionner sur la Zen-réglette par rapport à la prise de risque sur la route :
plage verte : on peut conduire ; plage orange : prudence ; plage rouge : le
risque d’erreur et d’accident est important ; plage noire : il vaut mieux laisser
le volant !
Cet ouvrage comprend une table d’exercices de détente-relaxation, et il est
accompagné d’un CD qui reprend en « version light » tous les conseils pour
le Zen-comportement sur la route.
Docteur en psychologie cognitive et comportementale, Jean-Marc
Bailet est un expert en éducation, prévention et sécurité routières. Il a
été chargé de missions auprès du délégué interministériel à la Sécurité
routière (2000/2005) et codirecteur des CRICR de Lille et de Metz. Il a
publié L’éducation routière (PUF, 1999), Le volant rend-il fou ? Psychologie
de l’automobiliste (L’Archipel, 2006), et Je stresse au volant, au guidon… mais je me
soigne ! (L’Harmattan, 2010).
Compositeur, spécialiste de musiques de bien-être, Pierre Raffanel
recherche, dans le champ émotionnel et énergétique, l’impact des
vibrations sonores dans notre quotidien. Il a réalisé chez Solélam la
collection « Relaxations guidées » pour le label Dom et Believe : Vivre le
sommeil (2003/rééd. 2008), Stop au stress (2009), Libérez-vous du tabac
(2012), Confance en soi (2013)… et l’album de musiques zen pour les tout-petits Bébé
Veilleuses (2010). Parallèlement, il est illustrateur sonore et enseigne le piano.
Conception - réalisation : Rodolphe Ponchet by Weforyou.
+1 CD
ISBN : 978-2-343-05449-0
22 €
Jean-Marc BAILET
ZEN AU VOLANT
Pierre RAFFANEL







ZEN AU VOLANT
























































































































© L’Harmattan, 2015
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-05449-0
EAN : 9782343054490 Jean-Marc BAILET et Pierre RAFFANEL



ZEN AU VOLANT
Guide du mieux conduire...
















DU MEME AUTEUR
Bailet J.M (1998), La dimension éducative de la formation à la conduite
routière, Diplôme d’Etudes Approfondies en Sciences de l’Education,
Ecole doctorale université Charles De Gaulle Lille 3, Lille.
Bailet, J.M. (1999). L’éducation routière. (N°. 3522). Paris : Presses
Universitaires de France.
Bailet J.M (1999), Sécurité routière : Evaluation de la dimension
éducative du permis de conduire à points, Lauréat du 3ème concours de
l’Institut des Hautes Etudes de la Sécurité Intérieure.
Bailet, J.M. (2004). Les représentations des risques routiers par les
conducteurs de véhicules automobiles : Incidences sur la modélisation
des relations entre la prévention et la répression. Thèse de
psychologie, Ecole doctorale du Conservatoire National des Arts et Métiers,
Paris.
Bailet, J.M. (2006). Le volant rend-il fou ? Psychologie de
l’automobiliste. Editions de L’Archipel, Paris.
Bailet, J.M. (2010). Je stresse au Volant, au guidon… mais je me
soigne ! Editions L’Harmattan, Paris.
Bailet J.M & Raffanel P (2011), No stress au volant, CD double : voix
off version homme et voix off version femme, SOLELAM,
Ivry-surSeine 94.
Bailet J.M (2012), in Sécurité et facteurs humains dans les moyens de
transport : une approche multidisciplinaire. Sous la direction de
Sandrine Gaymard et Angel Egido, Paris : Edition L’Harmattan,
collection logiques sociales.
6
A toutes les victimes de la route,
et en particulier à Bernard Pryen qui a trouvé la mort
le 23 janvier 1993 à l’âge de 52 ans.

A Romain, Eric.

René, Josette, et Charlette.


INTRODUCTION
eLe Zen s’est développé au Japon au XIII siècle. Il est
basé sur la recherche de la sagesse et de la maîtrise de soi.
Dans le Zen, le concret avec des travaux manuels où l’on
doit s’appliquer à bien faire est plus important que les
concepts. Le Zen a largement inspiré une forme de civilisation
raffinée, comme par exemple la cérémonie du thé, le code
de l’honneur, les samouraïs et tout l’art japonais. Enfin, la
Zen-attitude se caractérise par une recherche d’harmonie et
de sérénité, en premier lieu, en soi, puis en toute chose. Il
s’agit non seulement de rétablir un équilibre mental,
émotionnel et physique, mais également d’obtenir celui existant
dans toute situation et relation. Le but du Zen est d’être
serein et bien dans sa tête.
Le conducteur Zen ressent toujours du plaisir à conduire
en adoptant, et en observant un comportement plus prudent,
plus responsable, et plus anticipatif-défensif. L’objectif de la
conduite Zen est d’user le moins possible son cœur en ne le
fatigant pas inutilement, de ne pas polluer son esprit
d’émotions négatives, de donner des plages-plaisir à son
cerveau, d’écouter les signaux d’alerte de son corps, et enfin de
se ressourcer en permanence en effectuant des exercices de
détente-relaxation lors des pauses de sécurité. Pour résumer,
je conduis Zen lorsque « je conduis bien ma voiture, et je me
conduis bien envers tous les autres usagers. » Le
Zencomportement est un état d’esprit, un choix-déplacement !
De façon sous-jacente, lorsque l’on se projette dans la
dimension Zen, on se situe obligatoirement dans le champ
des émotions, autrement dit dans le champ de la
psychologie sur le terrain, de la gestion du stress. Les
manifestations du stress font partie de la vie quotidienne : on court,
on a peur de rater son train ou son bus, on stresse autant à
l’idée d’une journée bouleversée par son retard que des
justifications à donner au patron ! Souvent on stresse aussi
avant, pendant et en attendant les résultats d’un examen ou
d’un concours, car cela peut changer son propre avenir
professionnel. Quand une difficulté surgit, chez soi, dans
le travail ou sur la route, parfois on panique, on fait
n’importe quoi pour tenter de résoudre le problème… c’est
encore le stress qui se manifeste. Bref, le stress existe, il
est un bon ou mauvais compagnon avec lequel il faut
savoir composer pour éviter le pire !
C’est au docteur Hans Selye, physiologiste canadien,
originaire d’Autriche, que l’on doit le mot stress. Dans les
années 1950 Selye a défini le stress comme un syndrome
général d’adaptation dans les situations difficiles.
Autrement dit, face aux agressions extérieures, le corps dispose
de réponses appropriées, il sait s’adapter pour faire face aux
menaces, en déclenchant des mécanismes de survie. Cette
notion de stress se décline de deux manières : celle du stress
positif qui permet d’accroître la performance individuelle et
celle du stress négatif qui détruit l’organisme. En fait, le
stress peut s’observer de multiples façons : sur le plan
physique (fatigue, douleurs, maladies, etc.), comportemental
(agressivité, inhibition, perte d’efficacité, etc.), et mental
(peur, dépression, anxiété, etc.)
10 Le stress peut coûter cher, socialement, affectivement
surtout, dans la mesure où il peut conduire à la mort de
celui qui choisit la voie du suicide. En effet, on pense que
l’on ne pourra pas faire face à la nouvelle situation
familiale ou professionnelle, que cela est devenu vraiment
insurmontable, qu’il n’existe aucune solution de
remplacement, et c’est devenu tellement insupportable à
vivre, que le choix de la mort s’impose comme une
libération ! Le Japon utilise le mot « karôshi » pour désigner
l’excès de travail qui mène à la mort. On pense également
au stress qui s’installe dans les familles avec des
désaccords importants entre les parents et les enfants. Notons
aussi le stress que génère tout déplacement sur le réseau
routier en voiture, à deux-roues ou à pied. On compte en
France, chaque jour, plus de 250 collisions avec son
nombre de blessés ou de morts.
Tenant compte de l’intérêt porté par le lecteur qui a
choisi ce livre sur la conduite Zen, on décrira tout d’abord
une série de 42 Zen-comportements sur la route pour
évacuer les situations délicates : l’hypovigilance, les portes du
sommeil, les bouchons, la queue de poisson, l’agressivité,
le verglas d’été, les contrôles de police, les radars… Cet
ouvrage est accompagné du CD ZEN AU VOLANT qui
reprend en « version light » tous les conseils pour le
Zencomportement sur la route. Ensuite, on montrera qu’il faut
sans cesse combattre le stress routier pour rester Zen au
volant. Le stress routier est une composante naturelle
nécessaire à la vie, variable selon le sexe, l’âge et la classe
sociale, et faisant partie intégrante de la conduite
automobile : chacun doit en prendre conscience, chacun doit
pouvoir le reconnaître dans ses manifestions sur le corps et le
mental, et chacun doit savoir le gérer pour que le
déplace11 ment routier se fasse dans les meilleures conditions. Enfin,
toute la pédagogie Zen sera déployée pour préserver son
corps et son mental, et chaque conducteur aura une idée
claire de son Zen-comportement routier en se positionnant
sur la Zen-réglette : mascotte VERTE, tout va bien…
jusqu’à la mascotte NOIRE où l’on doit laisser
temporairement le volant, et faire des exercices de détente-relaxation.
Par ailleurs, en fin d’ouvrage, le lecteur retrouvera une
batterie de 25 techniques de détente-relaxation comme la
respiration abdominale, l’évacuation des tensions par les
mains, l’équilibration des hémisphères du cerveau, le
signe-signal de protection pendant un contrôle de police,
la stimulation de la vigilance, la revitalisation des muscles
des yeux et du nerf optique…
Bonne lecture, et bonne route !
12 PARTIE 1

42 conseils
pour le Zen-Comportement sur la route
1. POURQUOI ROULER ZEN ?
Conduire un véhicule, n’est pas si facile, car on doit en
permanence s’adapter aux autres usagers pour éviter
l’accident. En fait, le conducteur est bombardé du stress
routier causé par les bouchons, la queue de poisson,
l’agressivité, la conduite de nuit, les radars et les contrôles
de police…
Tout cela provoque de grandes émotions comme la peur
ou la colère… Parfois, le cerveau s’affole, car il n’est plus
capable de prendre la bonne décision !
Le conducteur est encore plus perturbé dès que l’alerte
stress se manifeste sur le corps avec, par exemple, le
tremblement des mains ou des jambes, la boule au ventre ou à
la gorge, la transpiration… Ou encore, ce qui est le plus
grave, on a le cœur qui s’emballe avec une accélération
brutale du rythme cardiaque.
Pour prendre toujours la meilleure décision avec un
cerveau qui fonctionne à 100 %, et pour garder son niveau
de rythme cardiaque habituel, il faut pratiquer la respira-
tion abdominale ou ventrale. Plus on est fatigué, plus on
est énervé et plus la pratique de la respiration abdominale
est nécessaire !
Comment pratiquer la respiration abdominale ?
La respiration abdominale consiste à prendre
conscience de sa respiration avec le cycle de la vie
INSPIRATION / EXPIRATION.
A l’inspir le conducteur doit sentir le chemin de l’air
frais qui passe par le nez, et rentre dans ses poumons, puis,
à l’expir il peut constater que c’est de l’air chaud qui sort
de sa bouche.
Avec cet exercice de respiration le conducteur doit voir
son ventre qui se gonfle et se dégonfle comme un ballon.
Quelle est la technique
de la respiration abdominale ?
Tout en gardant la tête haute, la technique de la
respiration abdominale s’effectue en 2 temps :
– 1er temps / INSPIRATION : J’inspire lentement et
profondément par le nez tout l’air que je peux, en le
stockant dans mon ventre. (Pour bien apprendre, je
fais l’exercice en posant mes 2 mains sur le ventre,
et je regarde mon ventre se gonfler comme un
ballon).
– 2ème temps / EXPIRATION : Je chasse rapidement
par la bouche tout l’air de mon ventre et de mes
poumons (pour bien apprendre, je fais l’exercice en
appuyant avec les 2 mains pour plaquer mon ventre
contre la colonne vertébrale).
14 Après une bonne maîtrise de la technique, le
conducteur pourra faire la respiration abdominale tout en roulant
et en gardant les 2 mains sur le volant. Il possédera toute
l’énergie nécessaire pour affronter plus efficacement les
éventuelles difficultés.
La conduite Zen, c’est lorsque je conduis bien ma
voiture, et quand je me conduis bien envers les autres. Rouler
Zen permet de bien gérer sa conduite et surtout de ne pas
user inutilement son cœur. Le conducteur Zen doit
ressentir le plaisir de conduire en adoptant un comportement
plus prudent, plus responsable, plus anticipatif.
2. CONSEILS POUR ROULER ZEN
Rouler Zen, c’est rouler cool ?
Oui quand on roule Zen, on roule forcément cool ! Pour
cela il faut adopter une démarche économique et
écologique avec les 6 recommandations suivantes :
1) Entretenir régulièrement son véhicule (freins,
remplacement des filtres, vidange, moteur, parallélisme).
2) Vérifier très souvent l’état et la pression des
pneumatiques (le sous-gonflage augmente la
consommation de carburant et peut entraîner l’éclatement d’un
pneu ; le sur-gonflage réduit le confort des
passagers).
3) Ne jamais laisser tourner le moteur à l’arrêt.
4) Limiter la climatisation, car elle est grosse
consommatrice d’énergie (ouvrir les vitres, utiliser la
ventilation, se garer à l’ombre).
5) Utiliser le frein moteur pour économiser le carburant
et aussi les freins.
15 6) Rouler à bas régime entre 2000 et 2500 tours/mn, et
proscrire la conduite sportive (démarrages rapides et
freinages brusques qui usent les pneumatiques et
augmentent la consommation de carburant).
Rouler Zen, c’est un état d’esprit qui passe par
l’utilisation d’un véhicule régulièrement bien entretenu, et
la recherche permanente d’un compromis entre la
performance moyenne et toutes les économies possibles. C’est
mon état d’esprit, c’est mon choix-déplacement !
3. L’ECO-CONDUITE, C’EST QUOI ?
L’éco-conduite, c’est la dernière mode automobile ?
Cela fait 30 ans que l’on parle d’éco-conduite ! Avant,
c’était surtout pour des raisons économiques avec
l’augmentation du prix des carburants. De nos jours
l’écoconduite est devenue un mode de vie en société : on ne
gaspille plus et on économise chaque fois que c’est possible.
De nos jours, le succès automobile passe par la voiture
aux différents niveaux d’hybridation, dont le principe
général de fonctionnement consiste à combiner un moteur
électrique avec un moteur thermique. Ce type de motorisation
diminue de 10 à 30 % la consommation des véhicules.
Demain ce sera le tour de la voiture électrique, une voiture
écologique en alternative au bon vieux moteur à explosion.
L’éco-conduite est un comportement de conduite
citoyen, permettant de diminuer le risque d’accident, de
réduire sa consommation de carburant et de limiter
l’émission de gaz à effet de serre, responsable du
réchauffement climatique.
Avec l’éco-conduite, je lève le pied, j’anticipe, et j’ai
beaucoup de plaisir à conduire cool, à conduire Zen.
16 4. UNE VOITURE QUI ME RESSEMBLE
Pourquoi dit-on souvent
que la voiture nous ressemble ?
Elle exprime notre personnalité au volant et n’est donc
pas seulement un morceau de tôle avec 4 roues qui roulent
sur le bitume. On ne choisit pas par hasard la marque, la
forme, la couleur, la puissance de son véhicule...
Pour cette voiture qui me ressemble, je conseille de la
rendre encore plus conviviale, plus agréable, en
l’aménageant sur 4 points :
1) D’abord on dispose sur le tableau de bord la photo
d’un être cher (enfant, compagne, parents…) pour se
ressourcer en cas de difficulté. Cela nous rappellera,
en se concentrant sur la photo, que rien n’est plus
fort que le bonheur familial.
2) Ensuite, on met, près du levier de vitesse, un objet
fétiche : en le touchant on reste en contact avec celui
ou celle qui nous l’a offert.
3) On apporte également dans sa voiture un ensemble
de ses musiques préférées pour recréer une ambiance
familière et heureuse.
4) Enfin, on n’oublie pas le pouvoir des parfums, sur le
corps et l’esprit, car ils donnent une sensation de
bien-être.
Pour les parfums, optons de préférence pour les huiles
essentielles : quelques gouttes de lavande sur un coton
dans le cendrier ont des vertus relaxantes et équilibrantes
(10 % de fortifiants, 25 % de stimulants psychiques, et
40 % d’actions apaisantes).
17 Que faut-il ne jamais faire dans une voiture ?
« Laisser pendouiller » un objet au rétroviseur intérieur
peut être dangereux car le cerveau prend l’habitude du
balancement sur la droite, et il ne signalera plus aucun
mouvement impromptu venant de la droite. Si on aime tant
ces objets, religieux ou sportifs, plaçons-les ailleurs dans
la voiture et non pendus au rétroviseur !
Ma voiture n’est pas seulement un morceau de tôle
avec 4 roues qui roulent sur le bitume, mais aussi un
moyen de déplacement qui me ressemble à l’intérieur
comme à l’extérieur.
5. LE STRESS ROUTIER
Le stress routier c’est quoi ?
Le stress, c’est naturel, le stress, c’est la vie. Le stress,
c’est une émotion plus ou moins forte qui accélère le
rythme cardiaque en fonction du comportement des autres
et des difficultés pour conduire. Le stress routier existe,
c’est un bon ou un mauvais compagnon avec lequel il faut
savoir composer pour éviter le pire !
Quel est le profil du conducteur stressé ?
– Le conducteur qui stresse va insulter,
– Il va faire des gestes obscènes ou de colère,
– Il va freiner brutalement ou accélérer comme un fou,
– Il va poursuivre celui qui a commis une erreur,
– Il va agresser avec son pare choc,
– Il va coller derrière un véhicule, klaxonner ou faire
des appels de phares pour passer à tout prix !
18