Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 2,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Zone Franc et sous-développement en Afrique

De
124 pages

Ouvrage des Éditions Arcade en coédition avec NENA


La recherche sur cette brochure entre dans le cadre de la lutte pour la souveraineté monétaire, qui constitue l'une des batailles majeures pour l'indépendance économique de l'Afrique. La question de la souveraineté monétaire a quitté le cercle restreint des intellectuels pour devenir l'un des principaux chantiers de développement au niveau continental, avec les projets de Banque centrale africaine (BCA) et de Fonds monétaire africain (FMA) de l'Union africaine. En Afrique de l'Ouest, le projet de monnaie unique de la CEDEAO, plusieurs fois différé, semble avoir pris un nouvel élan au niveau politique, avec la création de la Taskforce Présidentielle, chargée de veiller à la bonne marche du processus vers l'échéance de 2020. Ces développements au niveau continental et sous- régional confortent les vues de tous ceux qui, depuis des années, luttent contre la Zone Franc et le franc CFA et appellent à leur remplacement par une monnaie souveraine. Au cours de ces dernières années, cette lutte s'était amplifiée, notamment au sein du mouvement social et au niveau des économistes et chercheurs. Cette brochure est une contribution à cette lutte, et en particulier à la campagne du Réseau Africain pour la Souveraineté Monétaire (RASM).

Voir plus Voir moins
Introduction
La Zone Franc est une des plus vieilles survivances coloniales en Afrique. Elle est parmi les rares institutions qui ont survécu au processus de décolonisation, c’est-à-dire à la vague des indépendances des anciennes colonies françaises d’Afrique, à partir du milieu des années 1950. La Zone Franc continue d’être un des principaux instruments par lesquels la France continue encore d’exercer sa tutelle sur les politiques économiques de certain pays en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale. Cette tutelle n’a cessé d’alimenter la polémique depuis plus de 50 ans. Une polémique qui avait atteint un nouveau palier suite à la dévaluation de 1994.

Les arguments en faveur du maintien de la Zone Franc s’appuient principalement sur la « garantie de convertibilité illimitée » du franc CFA par la France. Mais cet argument semble avoir oublié que la contrepartie de cette « garantie » est la confiscation d’au moins la moitié des réserves de change des pays africains par le Trésor français ainsi que la contrainte des Banques centrales africaines à mettre en œuvre des politiques monétaires en déphasage avec les besoins et réalités économiques des pays membres.

Ainsi l’objectif majeur de cette étude est-il de démontrer que la Zone Franc et le franc CFA sont parmi les principaux obstacles au développement des pays africains membres, comme en témoigne leur piètre bilan économique et social, illustré notamment par leur classement au bas de l’indice de développement humain du programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD).

Certes, l’appartenance à la Zone Franc n’est pas le seul facteur explicatif de ce bilan. Mais il montre que les atouts que devaient représenter la Zone Franc et le franc CFA n’étaient que pure illusion. Les comparaisons avec les autres pays africains ayant leurs propres monnaies sont dans la plupart des cas en faveur de ces derniers.

Et pour cette raison, l’argument principal de l’étude est d’exhorter les pays africains de la Zone Franc à mettre fin à cette relation et à opter pour la souveraineté monétaire, une des conditions essentielles de leur développement économique et social.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin