Comment s'organiser dès septembre pour ne pas frôler le burn out en octobre

De
Publié par

20 étapes (20 jours) pour remplir une promesse, 4 pages par étape.

Publié le : mercredi 21 août 2013
Lecture(s) : 15
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782501091718
Nombre de pages : 92
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

© Hachette Livre (Marabout) 2013 pour la présente édition.

Tous droits réservés. Toute reproduction ou utilisation de l’ouvrage sous quelque forme, et par quelque moyen électronique, photocopie, enregistrement ou autre, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’éditeur.

ISBN : 978-2-501-09171-8

sommaire

1    Pourquoi on redoute la rentrée
2    Pourquoi on aime (quand même) la rentrée
3    Et si l’été, c’était toute l’année ?
4    Organiser… c’est simplifier !
5    S’alléger… c’est trier !
6    Assumez le syndrome Mémé
7    Renouez avec le pouvoir de l’écrit
8    Faites un grand point en début de mois
9    Sachez dire non !
10  Arrêtez de porter votre maison sur le dos
11  3 idées cuisine facile pour journées difficiles
12  Petits conseils pour ne pas jeter ses enfants par la fenêtre
13  Encore plus de petits conseils pour ne pas jeter ses enfants par la fenêtre
14  Ensemble, c’est tout !
15  Retombez in love… de votre job
16  Petits rendez-vous avec vous
17  Votre nourriture anti burn-out (version salée)
18  Votre nourriture anti burn-out (version sucrée)
19  Astuces de copines pour une rentrée sans pression
20  Cette année, je réussis ma rentrée !

introduction

1er septembre : moral au top ! On est sur un petit nuage après 2 mois d’été à ralentir le rythme / faire semblant de bosser / lézarder en terrasse / envoyer les enfants à la campagne / s’adonner à la slow food du resto et au slow tout court en disco / siroter un apéro / contempler sa mine dorée dans le miroir / siroter un deuxième apéro / dîner à la fraîche de tomate-mozza et jambon Bellota…
1er octobre : moral en berne… Dans les chaussettes même, après avoir rangé les sandales pour de bon / réappris à faire sécher le linge en machine et non plus sur un fil /ouvert la pile de factures / résisté aux crises de l’enfant hurlant : « Pourquoi y’a plus de corn-flakes mamaaaan ?! » / être arrivée quatre fois plus qu’en retard au bureau / avoir terminé cinq soirs bien au-delà d’une heure raisonnable / réalisé qu’on avait oublié l’inscription du petit dernier au judo / et zappé toutes les séances d’aquagym…
Mais que s’est-il passé en un seul petit mois (de 30 jours en plus, même pas 31 !) ? Tout simplement le très classique syndrome de la rentrée, que nous connaissons par cœur, mais qui continue de nous mettre un uppercut chaque année. Après avoir abandonné notre organisme au tempo d’une dolce vita agréablement ronronnante, au cours de laquelle si ce n’est la cuisson al dente
des pâtes, rien n’avait réellement d’importance, on se retrouve noyée sous la déferlante soudaine du travail, des impératifs, des urgences à régler.
Car la rentrée n’est pas une période comme les autres : c’est en général à ce moment-là que sont posés les objectifs professionnels à atteindre. C’est aussi durant ces mêmes semaines qu’il faut songer à une armada d’inscriptions tous azimuts. Il y a de nouveaux trajets à étudier, des timings à respecter, toute une nouvelle organisation à mettre en place. Cela sur fond de feuilles d’impôt et de feuilles mortes qui tombent du ciel comme si l’atmosphère n’était pas déjà assez plombée comme ça !
Mais rassurez-vous, le burn-out annoncé n’est pas une fatalité. Tout se résume à un mot d’ordre : organisation. C’est grâce à elle que la rentrée peut se dérouler avec la même douceur que les mois d’été. C’est grâce à elle que l’on arrivera toute guillerette jusqu’aux mois d’hiver, époque bénie durant laquelle on ne pense plus que cadeaux, guirlandes, baisers sous le gui et lettre au Père Noël. C’est dit, c’est écrit : cette année, on va s’or-ga-ni-ser !

1

POURQUOI ON REDOUTE LA RENTRÉE

Il paraît que les 3/4 des Français ont le blues en rentrant de vacances. Est-ce parce que nos vacances sont si délicieusement longues (comparées à celles des Américains qui, avec 1 ou 2 semaines maxi, n’ont même pas le temps de caser le blues dans leur planning de surhomme) ? Il faut dire aussi que qui dit septembre, dit…
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Un Noël plein de suprises !

de casterman-jeunesse

Mémoires d'un cactus

de chemins-de-tr-verse

Le Premier Noël du père Noël

de les-editions-quebec-amerique