Comprendre ma cuisine intérieure

De
Publié par

Loin des livres de contrôle de poids ou de diététique, l’ouvrage redonne à l’acte de manger toute sa place et sa signification dans notre vie pour nous permettre de nous libérer de nos problèmes alimentaires ou corporels. En faisant le lien entre sens et sensations, entre notre façon de manger et notre vécu, nous comprenons que notre « cuisine intérieure » est révélatrice de notre développement personnel. Ce livre n’est pas un guide pour simplement mieux maigrir mais un guide pour pacifier notre rapport à la nourriture. 
Publié le : mercredi 21 avril 2010
Lecture(s) : 71
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782729611071
Nombre de pages : 208
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Introduction
LA NOURRITURE, UNE MERVEILLEUSE FÊTE DES SENS
L’ARTCULINAIREqui rendest une véritable fête des sens, honneur à la vie dans ce qu’elle a de plus étonnant, de plus raffiné et de plus merveilleusement simple à la fois. À travers la nourriture, c’est notre appartenance à un pays, une culture, une région, une tradition familiale qui se dévoile. En effet, chaque peuple possède ses particularités culinaires. Les Anglais ne sont-ils pas réputés pour leur petit-déjeuner gargantuesque : œufs, bacon, haricots à la sauce tomate, saucisses, frites, boudin, champignons, salade de fruits ? Les Asiatiques, quant à eux, nous subjuguent par la légèreté de leurs mets parfumés à la vapeur, sautés au wok, ou encore crus en sushis. Les Nord-Africains aiment à se rassembler autour d’un tajine, y puiser avec les mains, rire et partager leur contentement en humant les épices et les ingrédients associés. Quel bonheur en effet lorsque le couvercle fumant dégage une délicieuse odeur de poulet aux olives et citrons confits !
2
COMPRENDREMACUISINEINTÉRIEURE
La gastronomie française est réputée pour la finesse de ses asso-ciations, la beauté de ses présentations, l’explosion des saveurs, la mise en valeur des terroirs. Pour nous mettre l’eau à la bouche, que diriez-vous d’une cassolette de noix de Saint-Jacques et gambas aux girolles, ou encore d’une charlotte aux poires et chocolat ? Les Américains se distinguent par la quantité, la rapidité et la thématique d’une nourriture proposée dans les restaurants de chaque État. Le hamburger est moelleux, frais, savoureux et ne souffre pas de l’image détestable de «junk food» que nous lui attri-buons. Leur viande de bœuf est réputée ; le «prime rib» est l’une des plus tendres. La formule populaire «all you can eat» (« tout ce que vous pouvez manger ») vous permet, pour une poignée de dollars, de goûter à tout. Les tortillas et les tacos sont la marque du Mexique. Quant à la nourriture créole, son mariage sucré-salé, en réalité moins épicée que la nourriture cajun, se rapproche de la cuisine typique de Louisiane. L’Inde touche nos sens grâce à l’orchestration savante de ses épices:ouviandes, poissons les multiples currys de légumes, encore les mélanges à base de riz, comme lebiryanicuit avec des morceaux de poulet, de bœuf, d’agneau ou de crevettes, très épicés et relevés de safran. L’Italie nous enchante avec ses pizzas ou son osso bucco, l’Allemagne nous évoque les choucroutes, les saucisses et les bières… Malheureusement, d’autres régions sont moins favorisées par l’abondance et manger y signifie tout simplement subsister. Il est également un dénominateur commun à notre appétit d’humain, à notre soif et notre faim instinctive, vitale : nous avons tous faim d’amour, de reconnaissance, d’estime, de partage… Notre besoin de nourriture s’étend à un élan vers la complétude, le bien-être, le sentiment d’être pleinement satisfait et à notre juste place, l’irrésistible tentation de créer, de bouger, de nous trans-former, de nous mettre en mouvement dans la danse infinie de la vie ! La nourriture est ainsi intimement liée au monde affectif, et cela depuis nos origines.
Introduction
3
Pourtant, de nos jours, l’acte consistant à se nourrir est de plus en plus soumis à une intervention extérieure, qui cherche à flatter nos attentes et nos goûts, voire à les créer pour mieux les satisfaire. S’élèvent alors des voix pour réglementer la manière dont il convient de se nourrir. Certains nous disent, par exemple, que le lait est essentiel à notre équilibre, et sans doute ont-ils raison,de leur point de vued’autres nous affirmeront avec force que ce. Mais même lait est responsable de quantité d’allergies, du fait de son inadéquation à l’organisme humain, et probablement ont-ils raison eux aussi. Bon nombre d’entre nous optent alors pour le laitdesoja,maisquenest-ilréellemen?tLa Fondation Weston A. Price de Washington, dans sa recherche : «Soy Alert !», prétend que ce dernier ne serait au final qu’un pur poison… Et s’ils n’avaient pas tort eux non plus ? Dès lors, comment s’y retrouver dans un tel foisonnement d’informations, où chacun semble avoir raison et où, en fin de compte, peu de personnes trouvent une réponse satisfaisante? D’insatisfactions en frustrations, nombre d’entre nous recherchent vainement « la » méthode miracle qui va tout résoudre. En vain. Ne pouvant plus nous fier à cette profusion de sources scientifi-ques, diététique ou autres, pourquoi ne pas revenir à notre propre bon sens ? Écouter la seule personne capable de savoir ce qui est bon pour notre organisme, comme pour notre vie en général, à savoir… nous? Trop facile, répliquerez-vous? J’aimerais vous approuver, mais mon expérience me souffle le contraire. Nous aimons tant nous éviter nous-mêmes ! Le mot « diététique » provient de la racine grecque «dieta» qui signifie «la manière de vivre, l’art de vivre».Voilà qui nous éloigne fortement du sectarisme alimentaire actuel qui provoque plus de dérégulation que de plaisir! Comment s’étonner par ailleurs qu’autant de régimes stricts qui sont basés sur la violence tant physique que morale, ne parviennent en définitive qu’à nous faire grossir ? La nourriture est affaire de noblesse – de corps et de cœur –, de plaisir, de partage, de reconnaissance.
L’objectif de ce livre est de vous accompagner à renouer plei-nement et sereinement avec l’acte charnel et spirituel qui consiste à se nourrir, à retrouver enfin l’énergie essentielle de la vie, de votre vie!
4
COMPRENDREMACUISINEINTÉRIEURE
C’est à un voyage peu conventionnel que je vous convie. Nous y parlerons des relations éminemment personnelles que nous entretenons quotidiennement avec la nourriture, des liens que nous avons à tisser entre toutes nos croyances et nos automatismes inconscients, puis des pistes profitables à expérimenter pour vivre dans l’harmonie, la fluidité et la liberté afin demanger bien. Je me garderai cependant de tout exposé scientifique, et j’essaierai encore moins de vous inculquer une méthode ou un système quelconque, car pour moi, il ne s’agit aucunement de faire travailler vos neurones. Pour une fois, laissons de côté notre intellect tout-puissant : nous ne mangeons pas avec la tête, mais bien avec nos tripes. Laissons enfin parler ce ventre tellement muselé par les corsets du politiquement correct ! Ce n’est pas de cette façon que nous parviendrons à transformer l’agir en être, que nous parviendrons à sentir et à ressentir chaleureusement l’intimité subtile de notre ventre. «Ventre affamé n’a point d’oreilles» dit le dicton, il se met à souf-frir et nous le fait entendre, de gré ou de force. Il entre alors dans l’opposition, la clandestinité. De là, la porte est ouverte sur tous les types de troubles alimentaires : boulimie, anorexie, orthorexie ou encore l’obsession du poids et des régimes. En vérité, toute notre histoire alimentaire, et cela dès notre conception, n’est qu’un gigantesque périple en quête de la source originelle, celle du ventre fondateur et nourricier…
Le mot « restauration » fait référence à l’antiquaire qui restaure, enlève les couches superficielles d’un vieux meuble pour parvenir à son essence, son identité, et en révéler finalement la beauté naturelle. Lorsque j’accueille des personnes en souffrance dans leur rela-tion à la nourriture, elles sont toutes animées d’un même besoin : la reconnaissance intime, personnelle et inconditionnelle de leur véritable beauté intérieure. Souvent, elles se posent les questions suivantes, qui révèlent ces questionnements essentiels : • Quelle est ma valeur ? • Ai-je de l’estime pour moi ? • Suis-je fier de moi ? • Suis-je à la hauteur de mes attentes ?
Introduction
• Ai-je confiance ? • Suis-je juste ? • Suis-je fidèle à ce que je suis en essence ? • Comment je me traite ? • Est-ce que je m’aime ?
5
Mon rôle de « restaurateur-thérapeute » n’est certes pas seule-ment de vous nourrir, mais bien de vous aider à révéler votre talent particulier, à faire briller votre or. Un travail important consistera donc à retrouver ces sensations brutes, à mieux vous habiter, à vous redécouvrir… À dévoiler sans pudeur la nudité parfaite de votre cœur. Cet ouvrage est le reflet de ma pratique de psychothérapeute, de gestalt-thérapeute. La Gestalt se focalise sur la sensation, le ressenti, l’émotion – c’est-à-dire, ce qui est symboliquement rattaché au ventre. « Gestalt » vient de l’allemand «gestalten», qui signifie «mettre en forme, donner une structure». Elle nous ramène dansl’ici et maintenantet nous invite à vivre chaque situa-tion au présent. Nous n’avons de prise que sur le présent, et c’est dans cet instant que nous construisons notre avenir. Lorsque nous sommes habités de ce présent, nous ne risquons rien. C’est notre aptitude à nous réfugier dans le passé, à en regretter les beaux moments, ainsi que notre insatiable besoin de rêver notre avenir qui nous éloignent de notre centre, de notre équilibre naturel. Notre corps se vide de son essence et devient vide… de sens. La Gestalt-thérapie nous rend notre part de responsabilité, revalorisant l’êtrepar rapport à l’avoirle, émancipant savoirpar rapport aupouvoir. C’est ainsi que se fondant sur mon expérience de gestalt-thérapeute, ce livre vous aidera dans la recherche de votre « nourriture magique » afin que s’installe la plénitude dans votre vie. Décodons ensemble « votre cuisine intérieure ». Manger, c’est vouloir vivre et vouloir être ! Comment ce désir et cette volonté s’expriment-ils en vous ? Partons tout de suite à la recherche de qui vous êtes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.