Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

L’énergiologie : un autre regard sur notre santé

De
224 pages

L’énergiologie, c’est une nouvelle thérapie spirituelle qui dévoile la constitution subtile de l’être humain et de la nature, et perçoit les différents plans d’existence de tout ce qui est présent dans notre monde.

La vision intérieure de l’énergiologie détecte dans l’homme tous les déséquilibres récents et anciens qui le déstabilisent dans son ensemble. Tous ces désordres de fond vont générer des complications comme les maladies, les accidents, les pathologies...

L’énergiologue, à l’aide de sa pensée-conscience rétablit l’équilibre et l’harmonie de tous les plans de vie oubliés par les sciences des hommes.

Des nombreux exemples attestent l’utilité de cette nouvelle thérapie qui décèle dans la matière subtile, les origines de nos problèmes de santé.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Les pensées de l'évidence

de editions-amalthee

Manon d'Amor…t !

de editions-baudelaire

Eclats d'insomnie

de grasset

Jean-Michel MÉRIC L’ÉNERGIOLOGIE, UNAUTREREGARDSURNOTRESANTÉ
Préface L’être humain est en grande difficulté. Il n’a aucune connaissance réelle de l’espace autour de lui. Il ne sait toujours pas pourquoi il est là et à quoi il peut servir. Heureusement, il a compris comment il pouvait se reproduire et gagner en puissance tout en se protégeant ; tous les sports en ont gardé l’empreinte. Le désir de la gagne l’a guidé à travers les âges. C’est à peu près tout, aucune nouveauté à l’horizon.
« Tiens, une fleur s’est ouverte ! »
L’homme est issu d’une source, de La Source ; comme la totalité de la manifestation, il peut y puiser ce dont il a besoin, mais, pour l’instant, il en est ignorant. Les millénaires de barbarie ont un peu retardé ce contact. Il est encore utile de réparer les blessures et les souffrances causées par des rencontres hasardeuses et des émotions tenaces, mais les outils d’aujourd’hui sont de moins en moins adaptés aux urgences. Eh oui, la Source s’impatiente et commence à nous offrir d’autres moyens plus efficaces. C’est pour cela que l’énergiologie semble venir d’un autre niveau de conscience, ou d’une autre planète. Elle est arrivée d’un coup, sans prévenir les experts, pourtant à l’affût de la nouvelle pensée. Ce sont les gens simples qui peuvent recevoir et assimiler cette connaissance, et ils ont faim de cela. Enfin, les êtres un peu sensibles peuvent s’exprimer et aider leurs prochains en pleine dérive, qui ne savent même plus dans quel camp ils sont. L’ancien se sclérose ou dégénère avec de lourdes inflammations. Ce temps est fini, la Vie reprend la main. Le renouveau est déjà là ; il respire dans tout ce qui Est. C’est Son souffle que chacun peut ressentir, sans pouvoir le nommer. C’est le premier pas de l’homme qui se prépare…
Prélude On est d’autant plus émerveillé que l’on est ignorant. L’olivier Ce magnifique olivier pétillant de petits pétales blancs se chauffe au soleil du grand sud. Sa partie subtile, invisible pour la vision physique, mais bien vivante et d’aspect humain, se tient fermement en son milieu. Des dizaines de personnes passent quotidiennement près de lui en montant à la citadelle. La plupart ne le voient pas ; ils regardent leurs pieds dans cette montée. « Il fait chaud » ; c’est ce qu’il entend tout le temps. « Il fait froid » ; c’est ce qu’il saisit parfois. Quelques-uns le regardent comme un arbre : un tronc, des feuilles et des branches. « Comme il est beau, s’étonnent certains badauds, on dirait un tableau. » À peu de choses près, il est sans autre attrait. C’est de la déco pour les bobos. Lui, l’olivier sacré, n’en est pas contrarié. Depuis des centaines d’années, il est heureux parce qu’il EST, et il le sait. Sa conscience d’être caresse tous les êtres. Un doux effluve d’Amour, c’est son œuvre du jour, sans rien attendre en retour. Il EST. Je peux simplement ajouter que le petit faune, tout poilu à son pied, est resplendissant de bonheur, puisque l’esprit de l’arbre, son maître, est son cœur. Cette même contrepartie subtile existe en chacun de nous, mais, inconnue de nos aînés, elle ne peut être enseignée. C’est pourtant notre lien au Divin ! L’esprit de l’arbre et l’arbre sont d’une même nature, à peine différenciée. Cet aspect subtil, si fragile et heureusement peu visible, est protégé ainsi des dards que lanceraient tous nos regards. L’homme n’a pas la connaissance de cette science, puisqu’elle n’est pas perceptible par ses sens. S’il veut bien s’installer plus profondément dans sa présence-conscience, il percevra cette essence d’être. Cet être subtil est aussi en nous, EST nous, sans remous, tranquille, comme l’esprit de l’arbre qui regarde passer les gens. À la différence de l’arbre, nous n’avons pas de faune dévoué qui s’occupe de nos besoins ; l’âme, en son temps, faisait cela, mais elle s’est un peu embourbée dans le mental. L’Esprit, au-delà, n’a rien cédé, il est toujours là. D’autre part, nous vivons de nos jours, une situation mondiale un peu apaisée. Le contexte reste fragile, mais on a l’impression d’avoir plus de temps qu’avant. Certes celui-là est compté, mais sans urgence. C’est ainsi que les centres et les thérapies de bien-être se multiplient. Enfin, les gens peuvent accéder à une certaine liberté d’être et certains peuvent s’éveiller à d’autres ressentis, perceptions ou visions. Enfin, la connaissance de soi, la spiritualité et la santé peuvent cohabiter sans trop de dangers. De ces mouvements et rencontres naquitl’énergiologie. Dans cette ambiance, nous allons observer la constitution subtile de la vie dans la manifestation. On va s’attarder sur la perception et la compréhension thérapeutique de cette vision, puis on va ouvrir ce champ d’investigation sur la nature de notre terre et ses éléments. Nous allons faire ensuite un petit saut dans l’histoire ancienne de l’humanité et ses vestiges qui nous racontent encore le pourquoi de leurs présences parmi nous.
Il y aura une évidence à découvrir dans un prochain livre, ce sont nos liens profonds et lointains avec l’univers.
« Là, une étoile bleue, regarde… »
L’énergiologie C’est une connexion intime, subtile, privilégiée avec tout ce qui existe.grand Tout, Ce c’est l’Univers ou monde spirituel (littéralement : issu de l’Esprit), constitué des mondes visibles et invisibles. L’énergiologie peut être science, philosophie, médecine, développement personnel… Il y a plusieurs domaines d’étude dans ce concept innovant d’unions libres qui a la capacité de voir à l’intérieur de la matière, la contrepartie subtile de tout ce qui est. En effet, tout ce qui est manifesté dans notre monde, est fait à partir d’une seule substance totalement invisible, mais réelle, la substance universelle et donc spirituelle. Celle-ci permet, en plus, un ancrage de tout ce qui existe, comme une accroche sur un décor de fond : son propre espace subtil. Le pommier ou la graine apparaissent et se développent ainsi, la planète Terre également. Chaque caillou, bout de métal, chaussure, poisson… est fait de cette même matière subtile, manifestée dans notre monde à une même fréquence. Elle définit des formes et des volumes, c’est notre réalité ! Si ce taux vibratoire change, c’est une autre réalité qui se manifeste ; elle est invisible à nos yeux ; ce qui n’interdit pas son existence, comme les fées ou d’autres entités. Autrement dit: tout ce qui existe est vivant. Ce « vivant » est le même en tout ce qui est ; que l’objet soit de création naturelle ou fabriqué. On peut dire que c’est une « qualité d’être » présente en toutes choses. L’énergiologue peut confirmer cette affirmation et dire que tout ce qui est visible ou invisible est interconnecté et vivant. Quel est le processus alchimique de la création et de la manifestation ? Les « énergies sources »issues des hautes sphères spirituelles (universelles) se mettent en mouvement, en expression, puis en forme, en conservant leur contenu et leurs présentations subtiles. De mutations en transformations, elles donnent les couches denses, visibles des volumes, les cellules, molécules, les corps. Ensuite, pour l’être humain, elles créent « l’aura » aux magnifiques couleurs émotionnelles qui s’échappent de la forme et qui se voient les yeux semi-ouverts. L’énergiologie permet ainsi de comprendre et d’accepter la dimension « divine » de l’être humain, logiquement, sans intervention de la foi ou des croyances ! L’énergiologue voitréellement au-delà ou au-dedans de la matière physique, les plans subtils d’existence qui constituent la réalité de notre manifestation. Certains de ceux-ci sont naturellement proches de la matière physique et se confondent avec elle. Ce sont ces plans qui lui permettent d’exister et de vivre dans ce monde. Plus les plans de vie sont à une fréquence de fonctionnement élevée, moins ils sont visibles, même par le regard intérieur. Ils peuvent cependant se présenter à notre regard en adaptant leurs fréquences d’apparition ; ils sont donc apparemment intelligents. En réalité ils sont bien plus, ils sont conscients d’être.Ces plans savent qui les regardent et pourquoi. Les scientifiques ont perçu un peu cet aspect « quantique » de la matière. Pour « entrer » en énergiologie, il est nécessaire d’avoir l’esprit un peu ouvert et curieux. La remise en question est ainsi réservée à l’homme humble. Ce n’est pas l’intellect qui se déclenche pour comprendre, mais la conscience d’être, individualisée en chacun. On parle alors d’un être, conscient d’être, ayant un niveau d’éveil personnel ponctué par différents états d’être. Il définit par ses compréhensions et son comportement sa place au sein de la totalité. Cela change de la pensée commune qui verra sûrement comme sectaire ce point de vue ; à chacun d’interpeller ses propres limites. Ces hautes énergieségalement nous enseigner une partie de leurs connaissances peuvent en fonction de nos capacités d’intégration et d’assimilation et, bien sûr, d’ouverture. Elles sont à
l’origine de notre création et de notre parcours terrestre. Elles sont ce que l’on appelle de tout temps,notre entité spirituelle, non pas hypothétique, mais bien réelle, en continuité du corps physique. Dans cette dimension de vie, qui pourrait représenter 90 % de notre être, nous allons étudier certains plans qui sont en interrelations avec notre santé au quotidien. Notre outil de travail est le « regard intérieur ». Cette vision particulière est un autre regard. Elle n’utilise pas les yeux. Le centre de la vision subtile est, dans un premier temps, le troisième œil, situé entre les sourcils. Ensuite, avec la pratique, la vision intérieure se révèle dans tout l’être,elle devient omniprésente. En effet, l’être humain est un ensemble uniquement énergétique, malgré son apparence parfois massive. En réalité,tout objet est une onde vibratoire « à l’arrêt » et en suspension (ou en accroche) dans l’éther ou espace.Sa vitesse d’exécution le rend visible ou pas.
D’autre part, notre regard, notre pensée, notre conscience et même notre imagination ou notre intuition sont dans une même fourchette vibratoire de perception, de fonctionnement, d’action et de réalisation. Nous ne savons utiliser qu’une partie basse, élémentaire de ce créneau et cela n’a rien à voir avec une plus grande utilisation de nos neurones. Les différentes parties correspondent à des niveaux de compréhension. À chaque étage il y a un pack de connaissances supplémentaires à assimiler. Maisl’homme ne peut rien obtenir dans cette ascension par son travail personnel, il y est conduit.
« Tiens ! Regarde ce reflet dans l’eau, on dirait un visage qui sourit. »
Sachant cela, notre participation au monde devient tout autre. Nous baignons alors, dans une source d’énergie vive et légère, spontanée où la participation intellectuelle est minimale ; nous sommes cette Source et œuvrons avec ses intentions : un délice ! Celle-ci est présente et éternellement vivante, transformatrice et révélatrice, consciente. Elle EST. Elle est tout CE QUI EST ! CE QUI EST, est une réalité multidimensionnelle que nos moyens actuels ne peuvent pas explorer. Donc tout ce qui existe a une conscience d’être plus ou moins révélée. L’être subtil est la réalité de l ’individu ; l’être physique en est sa contrepartie. L’être subtil est comme accroché au corps anatomique, il est doté d’une grande élasticité. L’être subtil dans ses hautes fréquences est indestructible, alors que le corps physique se dégrade irrémédiablement. L’être humain devrait ainsi s’identifier davantage à sa partie subtile qui est son être vrai. C’est pour cela que les humains constatent leur vieillissement sans le ressentir en eux.
L’énergiologie thérapeutique en trois points C’est une thérapie holistique, vibratoire, puisque énergétique. Elle s’intéresse uniquement aux différents volumes subtils profonds de l’être humain ! Ce sont les plans ou volumes relais entre les deux dimensions énergétiques de l’individu : l’être physique et l’être subtil incarné, observable par le regard intérieur (les yeux fermés). Du début à la fin de votre vie, vous n’êtes que soleil. Le plan vital est de ceux-là ; c’est lui qui est principalement activé par la nourriture ; sans lui, aucune digestion n’est possible, ni alimentaire, ni émotionnelle, ni subtile. Le plan d’existence énergétique, de même, soutient l’objet dans sa dimension (ou apparition) physique. Si ce plan s’éteint, l’objet ou la personne disparaît instantanément. L’énergiologue observe les décalages de ces plans subtils, par rapport au plan de l’être physique et, par conséquence, leur degré de souffrance. Ces déséquilibres signent les causes des problèmes de surface, autrement dit les maladies. En effet, la référence de santé de l’ensemble d’un individu dans ce monde est, pour l’énergiologie, le corps anatomique en équilibre énergiologique parfait. C’est lui qui est l’ancrage de l’être dans la matière physique. Comme tous les édifices, l’être humain doit être équilibré et aligné pour ne pas tomber en morceaux. Ainsi les dizaines de plans qui le constituent, du corps physique aux corps célestes, doivent être superposés et présents au même endroit. Si l’un de ces plans déraille ou glisse au-delà de son empreinte corporelle de base, il perd sa tranquillité, son harmonie et perturbe l’ensemble. Si l’on ne perçoit que le déséquilibre du corps physique, on ne peut avoir qu’une partie de la solution de remise en conformité, et non de guérison. Chaque plan, du plus subtil au plus grossier, a plus ou moins d’importance dans cet échafaudage de plusieurs dimensions vibratoires. Chaque déséquilibre entraînera ainsi des conséquences spécifiques, plus ou moins vitales ou morbides pour la personne. Exemple simpled’observation en énergiologie :
On comprend aisément pourquoi et où il peut y avoir souffrance. De même, on peut envisager que si le tout revient à sa place, cela devrait aller mieux. Autre exempleplus précis : vision énergiologique du plan vital lié aux besoins alimentaires.
Explication : Comme chaque individu, ces deux êtres apparemment de même silhouette, ont besoin, en priorité, de remplir leur propre volume vital pour se nourrir. L’absorption de l’énergie vitale (vivante) des aliments est l’élément stabilisateur du repas ; lorsque ce plan subtil est saturé, nous arrêtons de manger, ou, du moins, nous devrions. Si ce plan correspond aux limites du corps physique, un repas classique apporte ce qui est nécessaire en énergie subtile. Dans le cas du boulimique, les doses normales de nourriture ne suffisent pas, car le volume subtil à remplir est très large. Il faut absorber deux ou trois fois plus d’aliments pour tenter une jonction avec le volume subtil qui réclame son dû. Par exemple, une pomme offre son propre volume en énergie vivante ; deux pommes donnent deux volumes. Si l’être n’est pas conscient de cela, il absorbe pour une pomme, approximativement, un huitième du vivant de celle-ci. S’il mange en conscience, c’est 100 % ! Dans le cas de l’anorexique, peu de nourriture sature rapidement le subtil très étriqué. Ce qui met fin au repas. Il peut avoir faim, mais il ne peut pas s’éterniser à table puisque c’est immédiatement plein. De plus comme c’est toujours un être sensible, il absorbe surtout le vivant de l’aliment, ce qui écourte rapidement le déjeuner. Car c’est bien l’énergie vitale absorbée qui soutient et nourrit l’être ; que l’aliment soit pur ou impur, bio ou pas, à croquer ou à déglutir, en eau ou en feuilles. En énergiologie, on voit également pourquoi et depuis quand ce décalage, trop large ou trop petit, du corps subtil s’est installé. Le thérapeute efface alors la cause observée (souvent émotionnelle) et facilite ainsi le réalignement des deux plans. Sur le même principe : si un individu sait, en conscience, digérer et assimiler l’énergie vivante en lui et autour de lui, une simple salade verte, assaisonnée de soleil, lui suffira à chaque repas. Pour le moment, à l’étage évolutif où nous sommes, nous avons besoin d’absorber et de mastiquer l’alimentpour en extraire le plan de vie. Plus tard, il suffira de l’aspirer.
« Là, regarde, un papillon, c’est étonnant ici, avec la pollution… »
Monsieur Athérome est venu au cabinet cet après-midi pour des endormissements fréquents et de l’hypertension, avec des essoufflements récurrents et des jambes lourdes. Il a soixante-sept