Sans racines et sans repères

De
Publié par

C'est l'histoire d'une jeune fille, née sous X en France et adoptée à l'âge de 3 mois. Après une petite enfance heureuse, elle a franchi l'adolescence en cherchant sa mère biologique et en exprimant beaucoup de révoltes. Multipliant toutes les expériences pour se détruire : sacrifications, alcool, clinique psychiatrique, délinquance, elle a vécu une véritable descente aux enfers. Ce récit,raconté de façon chronologique par sa mère pour lui transmettre son histoire, montre l'impuissance des parents et des travailleurs sociaux à éviter la souffrance d'un enfant.
Publié le : samedi 9 juin 2007
Lecture(s) : 326
EAN13 : 9782748197969
Nombre de pages : 247
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Sans racines et sans repères
3
Sylvie Dufour
Sans racines et sans repères
Lettre à ma fille, adolescente en souffrance
Témoignage
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9796-8 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748197969 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9797-6 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748197976 (livre numérique)
6
7 Éditions Le Manuscrit
8
3 juin1989
Chapitre 1 . .
CHAPITRE1
Ce jour là, nous devions être un mardi ou un mercredi du mois de juin 1989. Une simple petite carte dans le courrier, au milieu des factures et des relances… une simple carte pour nous annoncer la naissance sous X, le 3 mars dernier, de notre fille. Un prénom, celui de ta naissance que nous t’avons gardé en deuxième prénom : Laura et l’adresse d’un hôpital parisien pour terencontrerpar le prochain vol pour Paris. Une «rencontre» en vue d’une adoption réciproque. Nous t’adoptons, nous t’accueillons ; nous, c’est un père, une mère et un frère de trois ans ton aîné, adopté trois ans auparavant. De ton côté, il te faudra aussi nous « adopter » comme tes nouveaux parents et ta famille tombée du ciel.
9
Sans racines et sans repères
C’est drôle comme l’histoire d’une vie se répète. C’est dans ce même hôpital ; l’hôpital Saint Michel à Paris que nous avons « rencontré » notre petit Raphaël Damien, trois années auparavant. Il est né lui, un 3 avril. Et il était dans ce même établissement, centre d’accueil de la DDASS pour des problèmes de santé et de malnutrition. Toi tu es née un 3 mars et tu t’es retrouvée là parce qu’il n’y avait plus de place en pouponnière. Tu avais juste trois mois et tu étais réellement ce que l’on appelle un beau bébé… tout en rondeurs et en douceur. Nous t’avons appelée Alice pour que tu arrives, au propre comme au figuré, au pays des merveilles dans ta nouvelle famille. Que tu étais grande ma fille ! Ton frère était une petite crevette à trois mois, toi, déjà solide et gigantesque. Les infirmières t’avaient mis une belle robe de velours rose pour l’occasion. Mais elles ont eu du mal à dissimuler tes traits tirés, ton visage de bébé épuisé manquant de sommeil. Ton affectation était dans une grande salle contenant une quinzaine de lits au milieu de cris et de pleurs. Rien à voir avec la petite chambre douillette et calme d’un nouveau-né. Difficile de pousser et de gazouiller quand on est un bébé parqué là dans un lit parmi d’autres, sans une voix douce pour s’endormir, sans les câlins d’une maman. Difficile d’être mignonne « à croquer » quand une électrode sur la tête a
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.