Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

L'art du Leadership

De
264 pages
Oui, le leadership sapprend !
Fort de son expérience personnelle et professionnelle, Stéphane André nous propose une toute nouvelle approche pour développer naturelle­ment une posture de leader.
Sinspirant du théâtre, il met en parallèle le leadership et lalchimie qui se crée entre les comédiens, lauteur et le metteur en scène pour réussir à chaque représentation à transporter le public.
Parce que trop de managers, chefs dentreprise plaquent des discours désincarnés, aux ficelles trop visibles qui étouffent la confiance et la motivation de leurs équipes, lauteur a conçu la méthode Regard-Dos-Voix. Cette technique apprend au nouveau leader à poser son regard, corriger sa posture et placer sa voix. Le tout favorise la pertinence intuitive de sa pensée dans laction. Ainsi, les entretiens, les réunions et les meetings deviennent un moment de forte cohésion, dans lesquelles chaque participant trouve naturellement sa place et contribue à la réussite du projet commun.
Lart du leadership propose une méthode accessible à tous pour incarner son rôle de leader dans lentreprise, en politique ou même à lécole.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Stéphane André
L’art du LeadershipComposition : Myriam Dutheil
Couverture : Arnaud Lhermitte
© 2016, ESF sciences humaines
SAS Cognitia
20, rue d’Athènes
75009 Paris
www.esf-scienceshumaines.fr
ISBN 978-2-7101-3169-4
e eLe Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2 et 3 a,
d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste
et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes
citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale,
ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou ses ayants droit, ou ayants cause, est
illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit,
constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code
de la propriété intellectuelle.À Joce et mes enfants

« Le paradoxe est que la vie n’est pas rationnelle,
et qu’elle requiert pourtant l’usage de la raison,
pour maîtriser nos rapports avec les choses,
avec les êtres. »
Laurent Terzieff, Seul avec tous, Presses de la Renaissance, 2010
3Remerciements
Claude Corbin qui fut professeur à l’Essec. À la tête
de son cabinet de conseil, il m’a initié au monde de
l’entreprise, à ses structures, et il m’a offert la chance
d’y donner mes premiers séminaires.
Natalie Rastoin, présidente du groupe Ogilvy France,
communicante visionnaire qui m’offrit l’accès au monde
des politiques et m’y accompagna souvent.
Jean-Marc Moret, directeur général de l’École de l’Art
Oratoire, qui m’a amicalement poussé à écrire ce livre, et
Florence Mana, animatrice pédagogique de notre école.
Ils critiquèrent utilement mes premiers feuillets.
Bénédicte Charles, journaliste et scénariste, Didier
Miraton, professeur au collège des Ingénieurs et
ancien gérant du groupe Michelin, Marc Solery, haut-
fonctionnaire, mes premiers lecteurs qui m’éclairèrent
de leurs judicieux conseils.
Sophie Courault qui accepta mon manuscrit et Carole
Fossati. Directrice et éditrice avisées, toujours soucieuses
du confort du lecteur, je leur dois les finitions qui font
d’un texte un livre.
Marie-Sophie Ahmadi, Natalie Castera, Nathalie Dorval,
René Goliard, Marie-Martine Juzon, Florence Mana,
Laurence Martin, Thomas Roche, Alexandra Royan,
Denise Virieux et Paul Williate, les professeurs de
l’École de l’Art Oratoire, mes compagnons et formidables
sparing partners tout au long de nos séances de travail.
5L’art du leadership
Anne-Laure Boisseau, Sylvie Bordiec, Marie-Martine
Cheveaux, Christine Glossi, Samantha Marciszewer,
Emma Parenti, Maud Verrhiest, l’équipe
administrative de l’école. Au fil des années, elles m’ont apporté un
indéfectible soutien moral.
Jean-François Guillot, Mathieu Rousseau et Jean-Marie
Thumerelle, les actionnaires qui m’ont fait confiance
pour fonder l’École de l’Art Oratoire.
Tous mes élèves qui, depuis plus de quarante ans,
par les défis qu’ils m’ont proposés n’ont cessé de me faire
progresser dans la construction de ma technique.
6Sommaire
Remerciements ............................ 5
Avant-propos ............................. 9
Introduction 15
Première partie
Le théâtre pour penser le leadership
Chapitre 1 – Mon combat .................... 23
Chapitre 2 – Le modèle du théâtre ............ 37
Chapitre 3 – L’entreprise,
royaume de l’autorité ...................... 59
Chapitre 4 – Le théâtre inversé ............... 73
Deuxième partie
Le rendez-vous avec la technique
Chapitre 5 – À la recherche d’une technique .... 93
Chapitre 6 – Une technique respectueuse
de la Nature ............................ 113
Chapitre 7 – Des retrouvailles difficiles
avec la Nature .......................... 133
7L’art du leadership
Troisième partie
La reconstruction du leadership perdu
Chapitre 8 – Le miroir…
ou le raisonnement ....................... 149
Chapitre 9 – La feuille de route .............. 169
Chapitre 10 – Pour commencer
la reconstruction ........................ 199
Chapitre 11 – L’aboutissement .............. 227
Conclusion ............................. 259
8
Avant-propos
Ce livre propose à tous ceux qui exercent une
fonction ou un mandat, en entreprise, à l’école ou
en politique, un parcours initiatique vers une
pratique ordinaire du leadership.
L’introduction distingue d’abord le leadership du
charisme et de l’autorité, afin de ne pas y revenir
par la suite.
Le parcours commence par la prise de conscience
du manque. Dans le premier chapitre, je raconte
quand et comment j’ai souffert pour la première
fois de mon propre manque de leadership. En écho,
le lecteur pourra retrouver quand et comment il
a éprouvé pour la première fois le sien, car cela
nous est arrivé à tous. Vivre le leadership par le
manque, c’est déjà cerner sa nature et se préparer
à combler le vide laissé par son absence.
Le deuxième chapitre conduit au théâtre. Ceux
qui vivent au dehors le voient comme un paradis
inaccessible. Du coup, ils le traitent souvent par le
mépris, comme le renard affamé de la fable qui ne
peut sauter assez haut pour atteindre les raisins
de la treille, et qui, dépité, s’en va prétendant qu’ils
ne sont pas mûrs. « Moi, je ne fais pas du théâtre !
» Pourtant, le théâtre produit ses représentations
payantes grâce à des relations de pur leadership.
Et, en toute logique, elles ont sur le public, qui
s’y rend sans y être contraint, un effet de pur
leadership qu’Aristote appelait la catharsis. C’est dire
9L’art du leadership Avant-propos
la performance de l’entreprise humaine qu’est le
théâtre… Car le théâtre est aussi une entreprise.
Le troisième chapitre est un électrochoc qui
donne le vrai départ du parcours et coupe toute
envie de retour en arrière : on passe sans
transition du monde du théâtre à celui de l’entreprise,
du paradis à l’enfer. On comprend soudain que
le leadership n’existe pas dans l’entreprise. Même
pavée de bonnes intentions, elle reste le royaume
de l’autorité. On voit les dégâts que cette dernière
entraîne tant sur les individus que sur la
performance collective. Vient alors l’idée de structurer
l’entreprise comme un théâtre.
Le quatrième chapitre part de l’idée que le
théâtre est le miroir de notre réalité sociale. Il
nous renvoie donc comme tout miroir son image
inversée. Mais son processus d’inversion n’est pas
droite-gauche comme celle qu’opère un miroir
ordinaire. Il est plus complexe. L’analyser et
l’inverser, conduit à découvrir le processus par lequel
nous devrions construire, ou plutôt reconstruire,
la réalité sociale de nos entreprises, de nos écoles
et de notre vie politique. Elles se structureraient
en « théâtres inversés ». Elles atteindraient alors,
comme les performances théâtrales, le niveau des
relations de pur leadership. Le projet est établi. Il
faut maintenant trouver les moyens de le réaliser.
Fin de la première partie.
Le cinquième chapitre se met en quête d’une
technique de reconstruction. Elle impliquera les «
acteurs » du « théâtre inversé » comme elle implique
ceux du théâtre, car le comédien ne construit pas
son personnage sans technique. Mais lorsque ce
10Avant-propos
dernier entre en scène, tout est déjà structuré
autour de lui, même l’écoute de son public, et le
texte est écrit bien avant la représentation. Au
théâtre inversé de l’entreprise, de l’école et de la
politique, rien n’est construit avant qu’entre en
scène le manager, l’enseignant ou le politique.
C’est à partir de l’incarnation de leur fonction que
tout va se construire. Il leur faut donc une
technique plus solide encore que celle de l’acteur. Ce
chapitre passe en revue toutes les techniques et
théories qu’on leur a déjà proposées : pas une n’est
à la hauteur, car toutes font l’impasse sur le corps.
Comment incarner sans carne ? Il faut inventer
une nouvelle approche.
Dans le sixième chapitre, nous découvrons
une technique comportementale, qui implique le
corps, et laisse enfin l’esprit libre. C’est une
technique d’Art Oratoire, sœur de la technique d’Art
Dramatique. La Nature l’a inscrite dans le corps
des hommes qui s’en sont détournés. Ce faisant, ils
ont trahi la Nature, dont ils sont pourtant l’œuvre
la plus aboutie sur notre planète. Ils peuvent, s’ils
le décident, la réinviter dans leurs comportements.
En leaders, ils offriront alors le premier élément
structurel du théâtre inversé de l’entreprise, de
l’école et de la politique. Autour d’eux, le reste
suivra. Mais peuvent-ils s’y décider du jour au
lendemain ?
Le septième chapitre montre que réinviter la
Nature dans le corps des adultes chevronnés qui
l’ont trahie est un véritable défi. Car, s’ils l’ont fait,
c’est aussi pour se conformer aux usages imposés
par leurs éducateurs et mériter en échange leur
place dans la société. Ils ne sont pas prêts à risquer
11L’art du leadership Avant-propos
de la perdre en changeant leur façon de faire. Seul
l’effet cathartique de leur reflet dans le miroir du
théâtre pourrait les décider. Mais peu d’œuvres
dramatiques traitent de l’entreprise ou de l’école.
Certaine traitent de politique, mais combien de
politiques vont encore au théâtre ? Il nous faut
donc chercher un miroir ailleurs qu’au théâtre.
Fin de la deuxième partie du parcours, avant la
dernière ligne droite.
La troisième partie, oriente résolument les
lecteurs vers la reconstruction de leur leadership
perdu. Car, s’ils ont trahi la Nature, c’est qu’ils ont
déconstruit son œuvre.
Le huitième chapitre leur présente un miroir qui
essaie de les mettre sur la voie de la
reconstruction. Ça n’est pas un jugement, car un miroir ne
juge pas. Pour ceux que ce reflet ne déciderait pas,
il tente un passage par leur point fort, le
raisonnement. Et si cela ne suffisait toujours pas, il leur
présente trois personnages exemplaires, derrière
lesquels ils pourront avancer sans peur, en se
sentant protégés.
Voici maintenant ouverte la route vers
l’avènement du leadership et l’abandon de l’autorité dans
l’entreprise, à l’école et en politique. Le neuvième
chapitre présente la « grille du leadership » qui
permettra à chaque lecteur de tracer sa propre
route, depuis son point de départ (chacun a le sien,
les séquelles de l’éducation ne sont pas les mêmes
pour tous) jusqu’à la reconstruction complète du
leader qui est en lui. Cette grille met en évidence
une vérité surprenante : la Nature a donné à tous
les hommes la capacité de se comporter en leader.
12Avant-propos
Le dixième chapitre accompagne le début de
la reconstruction. Il présente des exercices par
lesquels, quel que soit son point de départ sur la
grille, le lecteur devra passer. Il pourrait être tenté
d’aller directement à ce chapitre en sautant les
précédents. Il aurait tort, car appliquer une
technique comme un robot, sans compréhension
préalable du projet qu’elle prétend servir, ne saurait
aboutir à sa réalisation. Lorsqu’on n’a pas la bonne
raison pour appliquer une technique, surtout si
c’est une technique comportementale, on l’applique
de travers… et on ne construit rien.
Le onzième chapitre montre l’aboutissement.
« I have a dream ! » Dans l’entreprise, le réseau
des corps s’est reconstruit et avec lui le réseau des
esprits, les relations sont partout de leadership.
L’exemple est donné d’une méthode de mise en
réseau des esprits par celle des corps, que nous
avons contribué à réaliser au sein de la
direction de la recherche et du développement d’une
grande entreprise française, et qui a parfaitement
fonctionné. Du local au global, on imagine sur
ce modèle la reconstruction de l’ensemble de nos
structures sociales tout autour de la planète et
jusqu’aux instances internationales. On ne voit
pas comment l’ensemble des problèmes qu’elle vit
aujourd’hui ne trouveraient pas leur solution.
La conclusion met un coup de projecteur sur
l’éducation reconstruite, car c’est au cœur de notre
système éducatif que se trouve le germe de la crise
de leadership qui sévit dans toutes nos structures
sociales. Et elle envisage l’une de ses tâches
prioritaires aujourd’hui : une intégration heureuse de la
googlisation des classes. Du globale au local.
13

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin