Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La chance vous boude, réagissez !

De
160 pages
Cette histoire vraie de Marc Arthur pourrait être la vôtre?! Avec talent, il relate sans concession avec des mots simples, émouvants comme savent le faire les Chtis, voisin à quelques pas de la frontière du Nord, là où il vit.Selon l'auteur, même dans le fond du puits, il y a toujours une solution et elle est en vous?! Il en révèle les clefs pour vous donner la volonté d'aller puiser dans votre moteur : l'esprit.C'est un ouvrage sur le développement personnel, chaque point y est expliqué avec sa solution, du rêve à l'idée, la détermination ainsi que la positive attitude, le sourire, etc.Ce livre écrit avec le cœur est l'histoire de l'homme et de toute sa richesse qui va vous enrichir?!
Voir plus Voir moins
Extrait
Préface

La chance vous boude, réagissez !

Dans un monde où les perspectives d’avenir sont de plus en plus caractérisées par le manque prégnant d’optimisme, il est des livres dont l’utilité n’est plus à démontrer. Le témoignage de vie de Marc-Arthur De Waele est de ceux-ci.
Si la chance peut bouder, l’optimisme boude toujours si l’on ne s’assure pas d’en faire preuve. La chance vous boude, réagissez ! me fait étrangement penser au célèbre Indignez-vous de Stéphane Hessel, à ceci près qu’il intègre en ces lignes, récits autobiographiques et expériences de vie.
Pour nous convaincre de l’inexistence du facteur « chance » face à l’influence décisive de nos choix, l’écrivain nous emmène au cœur même de sa vie d’homme, le cœur d’un homme qui n’a pas toujours cru en son pouvoir de changer le cours de sa vie, mais qui crie aujourd’hui qu’il est du devoir de l’humanité de lutter contre cette fatalité qui aurait pu l’affaiblir.
« Chaque homme doit inventer son chemin », disait Sartre. J’ajouterais modestement, m’inspirant du présent ouvrage, que chaque homme ne s’invente pas par nature : il est de son devoir de lutter contre les contingences du destin, puisqu’elles mènent souvent là où l’on ne peut s’épanouir. « N’essayez pas, faites-le », lisons-nous à plusieurs reprises.
Si j’ai eu l’occasion de préfacer de nombreux ouvrages dédiés à des thématiques sociétales, touchant tantôt à la construction européenne, tantôt à mes valeurs philosophiques et politiques, aucun n’était, de près ou de loin, lié aux enjeux de la « conscience de soi ». Le libéral que je suis est convaincu que l’homme est acteur de son destin personnel et partenaire engagé et solidaire de celui des autres ; que l’homme doit participer à la création d’un monde plus juste. La liberté sans le droit, sans la justice sociale, sans une redistribution équitable, sans la justice garantie par l’État impartial, ce n’est pas la liberté. Nous devons rester vigilants à ce que la démocratie ne soit pas un leurre, mais un idéal concrétisé dans la réalité : celle d’un état juste, celle d’un état de droit et de libertés. Faut-il rappeler que le citoyen conscient de l’impact de ses choix, convaincu qu’il peut influer sur les moments déterminants de son histoire, est seul en mesure de faire prospérer nos valeurs démocratiques ? L’auteur nous dit de ne pas laisser en paix nos consciences, car ce sera au péril de ce qui est le préalable nécessaire d’une société pacifique.

Nul ne peut lire Marc Arthur De Waele sans lui attribuer la paternité d’un hymne à la liberté. Où se trouve la liberté, lorsque l’on cède au moment de décider ? Comment parler de liberté, lorsque l’on refuse l’effort, inhérent à toute action humaine ? Qu’est-ce la liberté, lorsque l’on s’enferme dans le carcan de l’inertie et de la facilité ? La liberté n’est pas divisible. Là où est la liberté d’entreprendre n’existe pas, il n’y a que rarement sinon jamais de liberté politique.
De par l’intimité de ses confessions et l’extrême honnêteté d’esprit dont il fait preuve, l’auteur nous livre un message d’espoir. En agissant, en orientant nos discours, en exprimant nos opinions, nous sommes en prise sur la réalité. « La vie », comme l’a souligné Jacques Brel « est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille. » Il n’est pas possible de concevoir une réussite sans s’exposer au risque de l’échec. Et comme le dit encore Jacques Brel, il n’appartient qu’à nous « d’atteindre l’inaccessible étoile » ou, j’ajouterais, de tout mettre en œuvre pour l’atteindre.
Je suis ravi que l’auteur conte notre rencontre dans son ouvrage, en y associant les valeurs d’écoute et de simplicité. Outre ma vision politique du présent livre, vision dont j’ai du mal à me défaire, je me dois aussi d’évoquer la beauté du message humain qui est transmis. Si l’humanité avait un visage, j’accepterais que Marc-Arthur, militant de la « pensée positive », le dessine.
La chance vous boude, réagissez ! me convainc que j’ai raison d’avoir foi en l’homme, en sa capacité à agir sur sa vie et à imaginer le changement dont il est l’inéluctable moteur.
Je conclurais en révélant au futur lecteur qu’il aura le privilège d’une succincte analyse d’une fable de Jean de La Fontaine, fable que j’apprécie beaucoup Le laboureur et ses enfants. La leçon que l’histoire retient est la suivante : « Le travail est un trésor ».

J’y lis, en outre, un plaidoyer en faveur du partage et de la transmission du savoir. J’ai la conviction que ce sont les soubassements d’une libre société. Je remercie vivement Arthur du joli moment littéraire qu’il nous procure. Surtout, je le remercie d’user de sa libre pensée pour partager, pour nous transmettre son idéal de la conscience humaine.

Louis Michel
Ministre d’État, député européen.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin