La Force à travers la sagesse

De
Publié par

Le déroulement de notre vie sur cette terre est une succession de causes à effets liée à nos pensées. D'un sourire nous changeons toute une journée et même la vie. Le cœur s'affaiblit avec l'ennemi que l'on surnomme la peur. Celle-ci paralyse l'esprit, empêchant de créer des pensées positives, à fortiori de les transmettre à l'énergie cosmique. Rééduquons nos pensées car c'est grâce à elles que nous construisons la vie. « Le malheur n'existe pas là où l'on ne le conçoit pas. » Dès à présent, commençons le retour vers la positivité, la sérénité, le pardon, la gratitude, l'amour. Merveilleux, oui nous sommes des êtres merveilleux ! Alors cessons d'avancer dans la mauvaise direction ! Subirez-vous encore la triste réalité de votre vie ou deviendrez-vous maître de votre destin ?


Publié le : jeudi 15 janvier 2015
Lecture(s) : 20
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332830036
Nombre de pages : 82
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-83001-2

 

© Edilivre, 2015

 

J’ai ouvert ce livre aujourd’hui,

Tout simplement parce que j’ai été attiré vers lui, parce que l’univers a guidé mes pas, mon attention vers ce livre.

Je cherche à présent à comprendre les bienfaits de la sagesse, à découvrir comment m’emparer de ces joyaux divins qui illuminent ma vie.

Celle de la guérison, de l’évolution spirituelle, émotionnelle et physique.

 

 

Ce livre a été écrit au moment où le monde avance avec un train de vie devenu négatif.

Nous avançons tels des robots dans un système plus ou moins programmé.

Nous sommes obligés de vivre selon des modèles imposés.

Nous n’osons pas paraître différent, de peur des regards et des jugements.

Au-delà de tout, nous avons heureusement des rêves, mais qui restent pour beaucoup d’entre nous des rêves.

Chacun veut croire au geste positif de son prochain, attend le miracle qui va changer sa vie, une solution contre le vieillissement, la maladie, la misère, espère l’amour, la chance, le bonheur, un travail, de l’argent, la santé, des amis, le meilleur regard des autres…

À savoir que les épreuves de la vie n’ont jamais été simples et je suis sûr que nous sommes conscients qu’un minimum de volonté et de persévérance conduit aux résultats qui font notre bonheur.

Comme il est écrit dans la Bible :

« Aide-toi et le ciel t’aidera !»

Derrière cette phrase se cachent quelques informations que nous découvrirons dans ces écrits, mais déjà nous comprenons que le premier effort doit venir de chacun d’entre nous.

Tout au long de ces écrits, vous commencerez à réveiller l’énergie qui est en vous, qui vous donnera la force de vous lancer avec sagesse vers les objectifs qui vous semblaient hors d’atteinte jusqu’à aujourd’hui.

Vous découvrirez tout ce qu’il vous faut pour que « le ciel » vous aide.

Je dirais que : « l’univers vous aide ».

Introduction

J’ai été motivé et inspiré pour écrire ce livre, suite à un accident de voiture.

Je suis passé à côté du pire, mes pensées ont complètement changé lors de mon retour parmi les miens, ce qui a modifié ma vision globale.

Au moment où je réalisais la fragilité et l’importance de la vie, il m’est venu une multitude de questions, dont certaines que je me posais déjà il y a bien longtemps et que j’avais laissées de côté.

Toutes ces questions ont refait surface.

Bizarrement, je voulais vivre autrement, je commençais à apprécier la vie.

J’ai découvert en moi une immense énergie, que tout le monde possède, mais laisse en veille. Une énergie que nous n’utilisons qu’occasionnellement, et de plus inconsciemment.

Je vous rassure, il a fallu que j’apprenne à m’en servir.

Après quelque temps de compréhension, je viens de faire le bilan de ma vie : je découvre qu’avec ma famille, nous avons suivi le plus souvent possible notre instinct, fait usage de notre énergie interne et sommes en train d’arriver aux différents souhaits que nous avions formulés.

La plupart de nos vœux concernent notre bien-être, et en priorité celui de nos enfants.

Nous progressons, pas toujours sans difficulté, mais toujours vers le haut, et cherchons ce qu’il y a de mieux pour l’évolution de nos enfants.

Nous leur enseignons les pensées positives, le développement de l’énergie qui est en eux.

À l’âge de douze ans, de par mon innocence, j’étais déjà contre certains langages de ma religion qui n’étaient pas conformes à ma pensée et ma logique.

Jusqu’à mes vingt-trois ans j’accompagnais ma grand-mère à l’église tous les dimanches, où je priais avec elle – je ne vous cache pas que j’étais un petit peu obligé !

Je respectais les coutumes, je connaissais par cœur les lectures des évangiles, et à chaque période et événement, les prêtres faisaient lecture d’un passage de la Bible, ce que j’avais entendu régulièrement depuis mon plus jeune âge.

Après le départ de ma grand-mère, je me suis plus ou moins éloigné de l’église, mais j’ai gardé des liens car je crois en Dieu et j’ai des enfants à qui j’enseigne les informations conforment à ma philosophie.

Longtemps et jusqu’à récemment, résonnait en moi les paroles peu positives de mes parents, des prêtres, des instituteurs et tant d’autres, et j’ai dû apprendre à modifier ces expressions. Aujourd’hui encore je travaille à changer mon langage, j’aide quand c’est possible mon entourage à faire de même en enseignant à leurs enfants de nouvelles directives.

Ne jamais leur dire :

– Tu es nul

– Tu ne peux pas

– Tu ne vaux rien

– Tu es un incapable

– Tu n’y arriveras jamais

– Et autres…

Que ce soient mes enfants, les vôtres ou vos futurs.

Si l’on remplace le “tu” ci-dessus par le “je”, on prend conscience que tous les conseils données aux autres valent aussi pour nous.

Cela fonctionne, et ceux qui prononcent ces mots finissent toujours par dire :

« Je te l’avais dit. »

Quand vous comprenez le fonctionnement de votre pensée, pour l’amour de votre entourage familial, vous faites l’effort de changer votre langage, ce qui devient très bénéfique pour eux et pour vous.

Les mots vont se graver dans le cerveau car celui qui les prononce croit en ses propos, or ses propos sont négatifs. Celui à qui sont adressés ces propos négatifs les entend, et leur incrustation dans son cerveau sera d’autant plus forte que sa conviction sera grande. Inconsciemment son comportement l’amènera à concrétiser les propos négatif.

À force de les entendre, ces mots se gravent en nous. C’est la raison pour laquelle il est très difficile de changer la pensée négative en positive.

Nous verrons plus loin que ce à quoi nous pensons à répétition conditionne notre vie.

Afin de limiter ceci, faites attention à votre langage et réfléchissez avant de dire.

Aidez votre entourage à penser positivement, cela vous aidera à votre tour.

Si nous prenons l’habitude de mettre le positif de notre côté, nous finissons par le vivre.

Transmettons les bonnes informations.

Ne pas dire : « Je ne peux pas », car si d’autres l’ont fait nous aussi le pouvons.

Affrontons la peur, car elle est notre pire ennemie, source de notre premier blocage.

Notre arme, c’est la confiance en nous.

Nous pouvons réussir dans multiples activités, il nous suffit d’avoir confiance et de vouloir.

Nous avons en nous un potentiel physique, énergique et psychologique puissant, utilisons-le.

Ayons des projets, des vœux, de l’ambition.

Donnons-nous les moyens d’être les meilleurs dans tous nos actes et nous pouvons être les meilleurs.

Nous avons des possibilités.

Soyons fiers de nous.

Organisons notre vie, fixons-nous des objectifs, et allons jusqu’au bout, tel celui qui martèle le rocher depuis quelque temps pour y prendre un trésor caché dedans.

Nombreux abandonnent avant la...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.