Le Guide pratique des mamans débutantes

De
Publié par

Un guide simple et pratique, qui a fait ses preuves, pour accompagner la mère et son enfant pendant les douze premiers mois de la vie. Mois par mois, les grands sujets : l'alimentation (que lui donner, nourrir à l'heure ou à la demande), les soins (le bain ), le sommeil, le mode de garde, les dangers, les apprentissages (la position assise, l'habileté manuelle, le babillage ), la santé (premières dents, érythème fessier, fièvre, régurgitations ), l'éducation et la psychologie (les pleurs du soir, le doudou, la tétine, la conscience de l'entourage ).
Publié le : mercredi 10 septembre 2014
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782501080293
Nombre de pages : 192
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
INTRODUCTION
Le livre est devenu le partenaire obligé de la femme enceinte et des jeunes parents. Les conseils entendus sont si contradictoires, les modes si fragiles, les nouveaux parents si inexpérimentés et l’exigence de réussite si grande, qu’il faut maintenant des manuels pour retrouver son instinct et des idées de bon sens. Autrefois, dans nos pays, et encore maintenant dans quelques régions du monde, les jeunes femmes arrivaient préparées à la maternité. Les autres femmes de la famille ou du groupe leur avaient transmis la manière traditionnelle d’attendre un enfant et de s’en occuper. Ce savoir n’était sans doute pas scientifique, mais, plein d’expérience et de sagesse, il rassurait et guidait. Aujourd’hui les « experts » ont remplacé la tradition et les médecins ont remplacé les femmes de la famille. Le problème est que les modes et les conseils ont changé souvent. Si les femmes sont mieux informées (mais le sont-elles vraiment ? hors d’un cercle privilégié, il est permis d’en douter), elles sont moins bien préparées, et tout cela génère de l’anxiété dont la famille fait les frais.
Je n’ai pas souhaité faire un ouvrage de plus sur la question mais un guide destiné aux parents convaincus qu’il faut tenter de dépasser les phénomènes de mode pour se remettre à l’écoute de l’enfant. En tant que mère, j’ai écrit le livre que j’aurais aimé trouver lorsque mon premier enfant est né. En tant que psychologue de crèche, vivant au contact des mères et des enfants, il m’a semblé important de dépasser les problèmes de couches et de biberons pour parler du bébé comme d’une personne humaine et pas seulement comme d’un objet de soins attentifs. J’ai souhaité faire un livre différent des autres, qui insisterait moins sur le médical, le pathologique ou l’exceptionnel, moins sur les règles de puériculture, toujours sujettes à caution, mais développerait longuement les aspects concrets et relationnels de la vie de tous les jours.
Une compétence instinctive Les conseils de puériculture ne sont pas très importants : ils ont changé souvent et changeront encore. Ne les suivez que s’ils vous semblent pertinents et en accord avec votre sentiment profond et avec ce que vous connaissez de votre bébé. Comme l’a développé le pédiatre et psychanalyste britannique Donald Winnicott, la mère, pendant les premiers mois de la vie de son bébé, se trouve dans un état de « préoccupation maternelle primaire » qui fait d’elle la plus compétente pour répondre de manière adéquate aux besoins de son enfant. Personne ne le connaît mieux qu’elle car elle s’y identifie instinctivement. Noyer cette mère de conseils techniques et rigides ne peut que troubler cette merveilleuse et instinctive compétence qu’elle a pour prendre soin de son bébé. L’idée de ce livre est plutôt de renforcer cette compétence, cette sensibilité au bébé, cette confiance en soi : les parents sont les premiers spécialistes de leur bébé.
Un nouveau regard sur le bébé Depuis quelques années, du fait de nouvelles recherches et connaissances sur le fœtus et sur le nouveau-né, le regard que l’on porte sur les jeunes enfants a changé : la façon de les élever également. On ne s’occupe plus des bébés aujourd’hui comme hier. Il n’est plus possible avec ce que l’on sait maintenant, quoi qu’en disent certaines grands-mères ou voisines, de mettre sur le pot un enfant d’un an, de laisser pleurer un nouveau-né pour qu’il
fasse ses poumons, de suralimenter un petit parce que « être rond est un gage de santé » ou de lui attacher les mains le long du corps pour l’empêcher de sucer son pouce. Mais ses « nouvelles compétences » mises en évidence ne justifient pas non plus qu’on lui passe tout pour ne pas le traumatiser ou qu’on lui apprenne à lire le japonais à l’âge de six mois. Il est dépassé également, dans une société comme la nôtre, de perdre un temps fou à appliquer des règles d’hygiène, de rigueur et de perfection. En revanche, on a découvert que le nourrisson était merveilleusement équipé pour communiquer, se faire aimer, se faire comprendre et réguler seul la quantité de nourriture et de sommeil dont il a besoin. Le respecter, c’est aussi être à son écoute et lui faire confiance. Passer du temps avec lui et non pour lui.
L’essentiel, pour moi, est de donner confiance aux parents dans leur valeur en tant qu’éducateurs, afin qu’ils puissent, progressivement, trouver eux-mêmes leurs réponses. J’ai voulu aborder avec eux les vraies questions que se posent les parents d’aujourd’hui, qui concernent l’éveil, l’équilibre et l’épanouissement physique, social, affectif et intellectuel de leur enfant.
Chaque enfant est unique S’il tient compte des nouvelles découvertes, ce livre s’appuie avant tout sur l’expé rience et le bon sens. Il aidera les parents, je l’espère, à trouver l’attitude appropriée à leur enfant. Dans ce but, il fournit des informations et des conseils qui ont fait leurs preuves. Mais surtout, il permet aux parents de comprendre qui est leur enfant. Le connaissant mieux, ils peuvent se mettre à sa place et agir en accord avec lui, en complicité plutôt qu’en malentendu.
Quelles grandes étapes traverse-t-il ? À quelles difficultés et à quelles peurs est-il confronté ? Que se passe-t-il dans sa tête et dans son corps à tel ou tel âge ? Ce livre répond à cela. Donner à son enfant tout ce qui est nécessaire d’amour, d’expérience et d’éducation pour qu’il se développe de la meilleure façon ne demande nullement un don ou des études particulières. Un mélange de tendresse, de patience, d’écoute, d’enthousiasme, de connaissances et de réflexion donne d’excellents résultats.
Un jour ou l’autre, tout parent se sent perdu et démuni devant son enfant qui semble pleurer sans raison, qui refuse la cuiller, qui se met à avoir peur du bain, qui tarde à être propre, qui se relève la nuit ou qui se plonge dans d’effroyables colères. On se voudrait calme et disponible, ferme et tendre, on se retrouve épuisée et tendue, ne sachant s’il faut laisser faire, consoler ou sévir.
J’aurais aimé vous parler simplement de votre enfant en ce qu’il a d’unique. Parce que chaque famille a sa particularité et sa culture, que chaque parent a son histoire, un simple livre ne peut suffire à répondre précisément à toutes les interrogations. Aussi est-ce à chacun de prendre ses responsabilités et de déterminer, en relative connaissance de cause, ses choix éducatifs. Mes conseils, s’ils sont psychologiques, et forcément culturels, s’efforcent de n’être que des repères, des points de départ pour une réflexion. À chaque parent, à sa manière, de faire ses choix et d’inclure l’enfant dans une relation de confiance, de respect, de sécurité et d’amour.
Se préparer et s’organiser
Neuf mois de grossesse, ce n’est pas un temps trop long pour se préparer psychologiquement à la venue d’un bébé et pour lui aménager une place dans sa vie. Le nouveau-né est tout petit, mais l’espace qu’il occupe ne l’est pas ! Je ne parle pas seulement de l’abondant matériel qu’il va falloir prévoir, mais surtout du bouleversement que la venue d’un bébé va entraîner dans la vie de ses parents. Déjà, avant la naissance, ils sont très occupés : aménager un coin pour bébé, s’équiper, préparer le trousseau, chercher un mode de garde. Quand la date se rapproche, il faut prévoir la valise pour la maternité et la couleur des faire-part, remplir le congélateur, se mettre enfin d’accord sur les prénoms choisis. Sans compter le temps pour rêver, caresser le bébé blotti dans son abri, faire des projets, des câlins, et se raconter à deux combien la vie sera douce à trois.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.