Les nouveaux paradis artificiels

De
Publié par

Selon l’auteur de ces lignes : : J’ai hésité entre « Les Nouveaux Paradis artificiels », « Les Mémoires d’un dealer », « L’Homme naît drogué », « La Drogue naturelle », « La Drogue est le propre de l’homme », « La Fin de la guerre de la drogue », voire même « Pourquoi je ne prends pas d’héroïne ? » ou « J’ai arrêté de fumer du shit afin de ne pas enrichir le roi du Maroc » pour le titre de ce livre dans lequel j’ai du me mettre en scène afin de ne pas offrir le sempiternel discours stérile des fonctionnaires français qui ne peuvent pas se vanter d’avoir essayer toutes les drogues.Des psychanalystes et des hommes de loi analysent le phénomène de la drogue.
Publié le : samedi 3 août 2002
Lecture(s) : 291
EAN13 : 9782748117042
Nombre de pages : 168
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Les nouveaux paradis artificiels
Pierre-Olivier Chanez
Les nouveaux paradis artificiels Enquête sur la drogue
DOCUMENT/ REPORTAGE/ INVESTIGATION
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2-7481-1705-0 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-1704-2 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
Pierre-Olivier Chanez, est journaliste et écrivain. Il est spécialiste en produits pharmaceutiques et enquête sur la thèse des drogues écologiques, pour lesquelles il propose la tolérance.
« Il faut être toujours ivre. Tout est là : cest lunique question. Pour ne pas sentir lhorrible fardeau du Temps qui brise vos épaules et vous penche vers la terre, il faut vous enivrer sans trêve. »
Charles Baudelaire. Petits poêmes en prose. 1869
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.