Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 20,00 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

PRÉFACE La phytothérapies’appuie sur trois méthodes qui permettent de prévenir les diverses maladies dont le corps pourrait souffrir, de soulager et guérir de façon notable grâce à certains mélanges habile-ment dosés. Afin de mieux comprendre les bénéfices que les plantes arrivent à procurer, nous allons commen-cer ce chapitre en expliquant les méthodes à mettre en œuvre pour que les cures que vous commence-rez soient efficaces. Ces trois méthodes seront appelées cures et vise-ront à : 1. La désintoxication 2. La revitalisation 3. La stabilisation Plus que de pratiquer des cures, il s’agit aussi de modifier notre façon de nous alimenter. Nous ne parlons pas ici de régimes restrictifs, mais de ré-forme douce et efficace.
5
Le phytothérapeute est un conseiller qui œuvre en amont de la maladie. Il exerce un rôle préventif. Son activité est complémentaire de celle du corps médical car il propose une nouvelle hygiène de vie et une aide précieuse pour une guérison parfaite. Par son action de prévention et d’orientation, le phytothérapeute a sa place dans le monde de la santé. Ce conseiller précieux, par son action, permet d’augmenter la vitalité, de renforcer le système immunitaire et de maintenir l’équilibre du terrain. Ne nous trompons pas, l’homme n’est pas né seul « par une graine tombée par hasard ». « L’homme est le fruit d’une mère nature porteuse qui lui donna le sein le temps de quatre saisons » (A. Rodriguez). L’homme ne peut s’éloigner de sa propre famille sous peine de s’isoler et de se fra-giliser. L’homme est le fruit de la fusion de l’eau, de la terre, des fruits et plantes qui le nourrissent, et qui le place au niveau structurel de la vie. Cette chaîne qui entraîne toutes les espèces vivantes de la vie à la mort permet aussi de repousser la mort et de parfaire la vie. C’est ainsi que si l’homme s’éloigne de sa mère porteuse, il se fragilise, se retrouve seul et l’har-monie de ses racines est déportée, un peu comme un émigré qui, partant vers de nouveaux horizons, se sent rappelé par sa propre terre.
6