Loi de justice et loi d’amour

De
Publié par

« Celui qui est véritablement habité par la lumière et la force de l’esprit est capable de surmonter cette haine qui s’empare ordinairement du cœur des hommes et des femmes injustement persécutés. Au milieu de ses souffrances, il se dit : « La conduite de mes ennemis révèle qu’ils sont privés de tout ce qui fait la richesse de la vie spirituelle ! Et même si je suis leur victime, ils ne sont pas les plus forts, car ils ne peuvent rien contre cette partie de moi qui se nourrit tous les jours de vérité, de beauté. » C’est ainsi qu’il obtient ce qu’il n’aurait jamais pu obtenir par un autre moyen : cette liberté intérieure qui lui donne le pouvoir de pardonner à ses ennemis. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov


Publié le : lundi 18 avril 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782818404041
Nombre de pages : 36
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Cover

Table des Matières

LOI DE JUSTICE ET LOI D’AMOUR

I On n’échappe pas à la justice divine

II Renoncer à la vengeance nous libère et nous grandit

III La toute-puissance du pardon

Omraam Mikhaël Aïvanhov

LOI
DE JUSTICE
ET LOI
D’AMOUR

314FR

 

 

 

© Copyright 2011 réservé à S.A. Éditions Prosveta pour tous pays.

Toutes reproductions, adaptations, représentations ou éditions quelconques ne sauraient être faites sans l’autorisation de l’auteur et des éditeurs. De même toutes copies privées, toutes reproductions audiovisuelles ou par quelque moyen que ce soit ne peuvent être faites sans l’autorisation des auteurs et des éditeurs (Loi du 11 Mars 1957 révisée).

Éditions Prosveta S.A. – CS30012 – 83601 Fréjus Cedex (France)

ISSN 0763-7233

ISBN 978-2-8184-0008-1

Édition numérique : ISBN 978-2-8184-0404-1

 

Également diffusé en impression papier

www.prosveta.fr

www.prosveta.com

international@prosveta.com

 

L’utilisateur est informé que ce livre peut contenir des schémas et des caractères spéciaux qui risquent de se déplacer en cas d’agrandissement important.

L’enseignement du Maître Omraam Mikhaël Aïvanhov étant strictement oral, ses ouvrages sont rédigés à partir de conférences improvisées, sténographiées ou enregistrées sur bandes magnétiques.

I
On n’échappe pas à la justice divine

Depuis des millénaires les humains essaient de vivre en société, et les multiples expériences, heureuses ou malheureuses qu’ils ont faites, leur ont appris que l’existence en commun n’est possible qu’à une condition : être fondée sur la loi de l’échange, de l’équilibre entre prendre et donner. Cette loi de l’échange, ils l’ont appelée « justice » : si on prend quelque chose, on doit, en compensation, donner l’équivalent pour rétablir l’équilibre. Après des millénaires d’expériences, donc, les humains ont compris que, pour pouvoir vivre ensemble, tous devaient respecter cette grande loi de l’équilibre. Ils ont réclamé la justice, ils se sont battus pour la justice, souvent même ils sont morts pour elle.

De nos jours, quand on parle de rendre la justice, on a conscience qu’il s’agit aussi de l’exercice d’une vertu non seulement utile, nécessaire, mais d’une grande noblesse. Toutes les tentatives des humains pour remédier aux désordres, aux crimes qu’engendre l’injustice peuvent être considérées comme de véritables progrès. Mais, en réalité, la justice qui règne sur la terre est par nature très imparfaite, et quoi qu’on fasse elle restera imparfaite. Pourquoi ? Parce que c’est une justice matérialiste.

Quelqu’un va déposer une plainte devant un tribunal : un voisin a empiété de quelques mètres sur son terrain, ou bien au cours d’une discussion il lui a donné quelques coups dont il montre les marques. Puisqu’il peut fournir des preuves matérielles à l’appui, le tribunal va évidemment enregistrer sa plainte. Mais prenons le cas d’un homme qui a consciemment donné de mauvais conseils à un autre ; avec beaucoup d’habileté, par des paroles insidieuses – et il y a des personnes qui sont vraiment des as dans ce domaine – il l’a poussé à prendre des décisions contraires à ses intérêts, qui ont fini par entraîner sa ruine. Matériellement, on ne peut rien lui reprocher, et si la victime va exposer son cas devant le juge en disant : « Cet homme a profité de la confiance que je lui faisais pour me détruire. J’ai écouté ses conseils parce que j’étais persuadé de sa bonne foi, et maintenant j’ai perdu ma fortune, ma réputation… », le juge lui répondra que son cas n’est pas prévu par le code pénal, qu’il ne peut rien faire pour elle.

Combien de gens, sachant qu’il n’y a aucun tribunal humain pour punir les mauvaises intentions, les paroles mensongères, les promesses non tenues, sont assez rusés pour se montrer impeccables dans le domaine des actes et ne pas être pris ! Il existe des milliers de façons de mal agir sans tomber sous le coup de la loi. Tant que les juges n’auront pas la possibilité de faire des recherches dans les plans subtils pour découvrir les intentions, ils ne pourront pas rendre correctement...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

La clef essentielle

de editions-prosveta

suivant