Anatomie de l’espace rétro-péritonéal et du petit bassin

De
Publié par

L’Anatomie de l’Espace Rétro-péritonéal et du Petit Bassin est riche et complexe. Elle est présentée selon une approche didactique pour faciliter l’intégration progressive des connaissances anatomiques. Les nombreuses illustrations : dessins originaux et coupes anatomiques facilitent la tâche aux étudiants et leur permettent de rendre l’étude de l'Anatomie moins aride, plus compréhensible et plus agréable. Cet ouvrage est complété par 1072 questions d’entraînement pour l’examen. Ces questions, classées par chapitre, sont conçues selon une nouvelle approche, permettant de transmettre plus d’informations et de réduire au maximum les ambiguïtés.
Publié le : vendredi 1 août 2014
Lecture(s) : 8
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789938893106
Nombre de pages : 328
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
AORTE ABDOMINALE
L’aorte abdominale correspond au segment terminal de l’aorte descendante ; elle constitue le tronc nourricier de la partie infra-diaphragmatique du corps.
I- ANATOMIE DESCRPTIVE.
1- Origine.
L’aorte abdominale fait suite à l’aorte thoracique au niveau del’hiatus aortique, en regard du bord inférieur du corps de la vertèbre thoracique T12.
2- Trajet.
Elle descend sur le anc gauche de la colonne vertébrale, suivant une direction légèrement oblique en bas et à droite. Elle en décrit dans son ensemble une courbure à convexité antérieure qui épouse la lordose lombaire. (Fig.01)
3- Terminaison.
L’aorte abdominale se termine habituellement en regarddu tiers inférieur du corps de la vertèbre lombaire L4(70 %)où elle se divise en trois branches : deux artères divergentes,les artères iliaques communes droiteetgauche,et une artère verticale,l’artère sacrale médiane. Parfois la bifurcation aortique se produit en regardde la moitié supérieure de la vertèbre lombaire L5 (bifurcation basse), ou à la hauteurdu tiers supérieur de la vertèbre lombaire L4 (bifurcation haute).
4- Dimensions.
L’aorte abdominale mesure en moyenne 15 à 18 cm de longueur, et 18 à 20 mm de calibre.
5- Anatomie de surface.
L’aorte abdominale se projette sur la paroi abdominale sur le bord gauche de la ligne xipho-ombilicale. La région ombilicale correspond à la zone de compression de l’aorte pour assurer en urgence une hémostase temporaire chez un sujet allongé en décubitus dorsal, cuisse en extension.
8
II- BRANCHES COLLATERALES.
L’aorte abdominale fournit 9 artères viscérales, et 10 artères pariétales. (Fig.01)
A- ARTERES VISCERALES.
Les artères viscéralessont plus volumineuses que les artères pariétales. Elles comprennent : le tronc cœliaque, l’artère mésentérique supérieure, l’artère mésentérique inférieure, les artères rénales, les artères surrénales moyennes, et les artères gonadiques (artères testiculaires ou ovariques).
1- Tronc cœliaque.
Le tronc cœliaque irrigue les viscères de la région supramésocolique.
Origine.-Le tronc cœliaque se détache de la face antérieure de l’aorte abdominale au-dessous des artères phréniques inférieures, à la hauteur du bord inférieur de la vertèbre thoracique T12.
Trajet. -se porte obliquement en avant, en bas et à droite jusqu’au bord supérieur du col duIl pancréas où il se divise en trois branches :l’artère gastrique gauche,l’artère hépatique communeet l’artère splénique.
Dimensions.-Le tronc ccœliaque mesure 15 mm de longueur et 7 mm de calibre.
Rapports-Le tronc cœliaque répond latéralement aux lymphonœuds et ganglions cœliaques, et en avant au péritoine pariétal postérieur de la bourse omentale.
2- Artère mésentérique supérieure.
L’artère mésentérique supérieure est l’artère nourricière de la plus grande partie de l’intestin grêle, du côlon droit et d’une partie du pancréas. Elle est volumineuse et mesure 8 mm de calibre à son origine.
Origine. -L’artère mésentérique supérieure naît de la face antérieure de l’aorte abdominale, à 1 cm environ au-dessous du tronc cœliaque, à la hauteur du bord supérieur de la vertèbre lombaire L1.
Trajet. -L’artère mésentérique supérieure descend d’abord verticalement en arrière du corps du pancréas et de la veine splénique ; elle est appliquée sur la face antérieure de l’aorte dont elle est séparée par la veine rénale gauche.
Au niveau du bord inférieur du corps du pancréas, l’artère mésentérique supérieure s’écarte à angle aigu de l’aorte et pénètre dans la loge duodéno-pancréatique. Elle s’inéchit ensuite en avant, croise la face antérieure du processus unciné et s’engage dans la racine du mésentère, à gauche de la veine mésentérique supérieure.
9
3- Artères rénales.
Les artères rénales constituent les branches collatérales viscérales les plus volumineuses de l’aorte abdominale (7 mm de calibre). Elles jouent un double rôle,nutritifetfonctionnelce sont les artères principales de l’épuration : sanguine, et les artères nourricières des reins, d’une partie des voies excrétrices et des glandes surrénales.
Origine.-Elles naissent des faces latérales de l’aorte abdominale un peu au-dessous de l’artère mésentérique supérieure, à la hauteur de la vertèbre lombaire L1. L’origine de l’artère rénale droite est légèrement plus basse que celle de l’artère rénale gauche.
Trajet.-Le trajet de l’artère rénale est différent à droite et à gauche.
*L’artère rénale droitese dirige obliquement en bas, en dehors et en arrière, faisant avec l’aorte un angle de 60 degrés. Elle passe en arrière de la veine cave inférieure, en décrivant une courbure à concavité postérieure qui se moule sur la saillie de la colonne vertébrale et du muscle grand psoas. Elle longe ensuite le bord supérieur de la veine rénale droite. Sa longueur moyenne est de 5 à 6 cm.
*L’artère rénale gauchese porte en dehors, en arrière et légèrement en bas, faisant avec l’aorte un angle de 70 degrés. Sa longueur moyenne est de 3 à 4 cm.
Terminaison.-Les artères rénales se terminent au voisinage du pelvis rénal où elles se divisent en deux rameaux, l’artère prépyélique, et l’artère rétropyélique.
4- Artère mésentérique inférieure.
L’artère mésentérique inférieure est l’artère nourricière du côlon gauche et du rectum.
Origine. -L’artère mésentérique inférieure naît de la face antérieure de l’aorte, un peu à gauche de la ligne médiane, à 3 ou 4 cm au-dessus de la bifurcation de l’aorte, en regard du bord inférieur de la vertèbre lombaire L3.
Trajet.-L’artère mésentérique inférieure croise obliquement en bas et à gauche sur la face latérale gauche de l’aorte, puis la face antérieure du tronc sympathique lombaire. Elle s’engage ensuite dans le mésocôlon descendant où elle chemine obliquement en bas et à gauche, entre l’aorte et l’uretère lombaire. Elle se continue au-dessus de l’artère iliaque commune gauche par l’artère rectale supérieure.
5- Artères surrénales moyennes.
Les artères surrénales moyennes, inconstantes, se détachent des bords latéraux de l’aorte, entre le tronc cœliaque et l’artère mésentérique supérieure. Elles se portent transversalement en dehors ; l’artère droite passe en arrière de la veine cave inférieure. Elles se ramiIent sur le bord médial des glandes surrénales.
10
11
6- Artères gonadiques : artères testiculaires ou ovariques.
Les artères gonadiques constituent les artères nourricières principales des testicules et des épididymes chez l’homme, ou des ovaires et des trompes utérines chez la femme.
Origine. -Les artères gonadiques naissent de la face antérieure de l’aorte abdominale, à la hauteur du bord inférieur de la vertèbre lombaire L2, entre l’origine de l’artère rénale et l’artère mésentérique inférieure.
Trajet. -Les artères gonadiques, très exueuses, descendent dans l’espace rétro-péritonéal, obliquement en bas et en dehors. L’artère gonadique gauche contourne la face latérale de l’aorte abdominale ; l’artère gonadique droite croise la face antérieure de la veine cave inférieure. Chaque artère gonadique croise ensuite la face antérieure de l’uretère lombaire à la hauteur de la vertèbre lombaire L3 ; puis elle descend verticalement en dehors de ce conduit, appliquée sur la face antérieure du muscle grand psoas.
B- ARTERES PARIETALES.
Les artères pariétales sontplus grêles que les précédentes ; elles sont destinées à la paroi abdominale et au diaphragme. Elles comprennent:les artères phréniques inférieures droite et gauche, et les quatre premières artères lombaires.
1- Artères phréniques inférieures.
Les artères phréniques inférieures sont au nombre de deux, l’une droite, l’autre gauche. Elles se détachent de la face antérieure de l’aorte abdominale juste au-dessous de l’hiatus aortique.
Trajet.- Elles se dirigent obliquement en haut, en dehors et en avant, contre la face antérieure des faisceaux musculaires, issus des piliers du diaphragme. (Fig.18)
Terminaison.- Elles se divisent en deux rameaux principaux, l’un médial, l’autre latéral qui se distribuent au diaphragme.
2- Artères lombaires.
Origine.-Les artères lombaires, sont au nombre de cinq.Les quatre premières artères naissent de la face postérieure de l’aorte abdominale, en regard de la partie moyenne des corps vertébraux lombaires ; la cinquième artère lombaire se détache souvent de l’artère sacrale médiane, et parfois de l’artère ilio-lombaire.
Trajet.-Les quatre premières artères lombaires se portent en dehors en passant en arrière du tronc sympathique. Les deux premières artères passent en plus en arrière du pilier correspondant du diaphragme. Les artères droites passent en arrière de la veine cave inférieure.
12
Les artères lombaires s’engagent ensuite sous les arcades Ibreuses du muscle grand psoas ; puis elles contournent la face latérale des corps vertébraux lombaires. Les deux premières artères lombaires passent ensuite en arrière du muscle carré des lombes, mais les deux dernières artères passent en avant de ce muscle. Les artères lombaires perforent ensuite la lame profonde du fascia thoraco-lombaire et cheminent entre le muscle transverse et le muscle oblique interne de l’abdomen. La cinquième artère lombaire se porte en dehos et s’épuise dans la partie basse de la paroi antéro-latérale de l’abdomen de la même manière que les artères précédentes.
Branches collatérales.- Les artères lombaires fournissent :
*des rameaux vertébraux, destinés aux corps vertébraux lombaires ;
*un rameau dorso-spinaldestiné à la moelle épinière et aux parties molles du dos ;
*des rameaux musculairesdestinés au muscle grand psoas, au muscle carré des lombes et aux muscles de la paroi antéro-latérale de l’abdomen.
III- ANATOMIE TOPOGRAPHIQUE.
L’aorte abdominale contracte des rapports différents en avant, en arrière et latéralement.
A- RAPPORTS POSTERIEURS.
L’aorte abdominale répond au anc gauche de la colonne vertébrale depuis la vertèbre thoracique T12 jusqu’à la vertèbre lombaire L4. Elle répond en plus à sa partie supérieure au bord médial des piliers droit et gauche du diaphragme. (Fig.02 ; 03) En regard de la vertèbre lombaire L1, elle répond en plus à la citerne de chyle et l’origine du conduit thoracique
B- RAPPRTS ANTERIEURS.
L’aorte abdominale présente trois portions : une portion supérieure ou cœliaque, une portion moyenne ou rétro-duodéno-pancréatique, et une portion inférieure ou infra-duodénale.
1- Portion cœliaque.
La portion cœliaque de l’aorte abdominale s’étend du ligament arqué médian au bord supérieur du corps du pancréas. (Fig.02 ; 03 ; 05 ; 22) Elle répond au tronc cœliaque, au plexus cœliaque et aux lymphonœuds pré-aortiques. Elle répond aussi mais par l’intermédiaire de la bourse omentale, à la petite courbure de l’estomac et à la face viscérale du foie.
13
14
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.