Anatomie du membre thoracique

De
Publié par

L’Anatomie du membre thoracique est riche et complexe. Elle est présentée selon une approche didactique pour faciliter l’intégration progressive des connaissances anatomiques.


Les nombreuses illustrations : dessins originaux et coupes anatomiques, ainsi que les études synthétiques présentées sous forme de tableaux, facilitent la tâche aux étudiants et leur permettent de rendre l’étude de l'Anatomie moins aride, plus compréhensible et plus agréable.

Cet ouvrage est complété par 800 questions d’entraînement pour l’examen. Ces questions, classées par chapitre, sont conçues selon une nouvelle approche, permettant de transmettre plus d’informations et de réduire au maximum les ambiguïtés.
Publié le : dimanche 1 juin 2014
Lecture(s) : 43
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789973979315
Nombre de pages : 252
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
PREFACE -------
Le Professeur Habib TRIAA a été formé sous notre direction pendant deux années successives (1989 - 1990) ; il a montré sa prédisposition à fournir autant d’effort pour apprendre et transmettre l’Anatomie sous l’angle qu’elle mérite.
 Après deux décennies, il publie six volumes de qualité remarquable portant sur l’Anatomie descriptive et topographique des : Membre thoracique ; Membre pelvien ; Parois du tronc ; Contenu du thorax ; Appareil digestif abdominal ; Espace rétro-péritonéal et petit bassin.
 Les composants ostéo-articulaires et musculaires, ainsi que les viscères du tronc et leurs pédicules trophiques sont décrits avec précision et simplicité.
Les dessins sont nets et colorés pour faciliter la lecture.
 La nomina internationalis francisée est utilisée à bon escient. Elle doit être acceptée à nos jours par tous les médecins.
 5000 questions (QROC ; QCM ; Questions de synthèse) en annexe permettent aux étudiants de s’entraîner pour l’examen.
 Ce sont bien sûr, des ouvrages de compilation à visée didactique avant tout. Il n’y a pas - et pour cause - de photos de dissections et, partant, d’introduction aux techniques chirurgicales.
 Pour les étudiants des disciplines médicales et paramédicales, ce sont des excellentes bases d’approche de cette matière difIcile et complexe qu’est l’Anatomie.
Professeur Maurice LAUDE Professeur Emérite d’Anatomie  Doyen Honoraire de la Faculté de  Médecine d’Amiens – France
3
PREFACE
La diversité des Traités modernes d’Anatomie, inspire aux médecins que cette science est parvenue au plus haut degré de perfection et qu’il n’y plus rien à dire sur cette discipline et qu’il serait désormais difIcile ou malaisé de trouver « du nouveau » en Anatomie ; mais la Science est un champ dont les limites reculent au fur et à mesure qu’on avance. « La Science est un monument toujours inachevé ».
L’Anatomie reste toujours une discipline difIcile à retenir du fait qu’elle s’oublie très vite. Elle nécessite des révisions périodiques, une mémoire prodigieuse et une grande intelligence d’interprétation.
L’exposé théorique des différents chapitres attire l’attention par sa qualité et sa Inesse descriptives et topographiques, débarrassant l’Anatomie de toutes ambiguïtés ; il est enrichi par des schémas anatomiques d’une qualité remarquable, accompagnés par des légendes fort explicites, conIrmant le talent, le savoir faire et la rigueur de l’auteur.
Les questions d’entraînement pour l’examen (QCM ; QROC et Questions de synthèse) présentées à la In des ouvrages, facilitent la tâche aux étudiants et leur permettent de rendre l’étude de l’Anatomie moins aride, plus compréhensible, plus agréable et aussi plus utile.
Le langage anatomique, utilisé dans ces ouvrages, est basé exclusivement sur la nomenclature latine ofIcielle, adaptée à la langue française.
Pour apprendre l’Anatomie, nous proposons aux étudiants de reproduire plusieurs fois les schémas sans accorder beaucoup d’importance aux effets tridimensionnels mais en respectant la convention des couleurs.
Nous espérons que ces ouvrages enrichissent les connaissances acquises de l’Anatomie et contribuent à éduquer et à stimuler l’enthousiasme des étudiants pour une discipline qui constitue la science de base des études médicales et paramédicales et le fondement des techniques opératoires.
Nous souhaitons à ces ouvrages le plein succès qu’ils méritent, et nous présentons nos félicitations et nos encouragements à l’auteur le professeur Habib TRIAA. ProfesseurDaniel LE GARS  Professeur d’Anatomie  Doyen de la Faculté de  Médecine d’Amiens – France
4
INTRODUCTION
Le membre thoracique est caractérisé par sa mobilité et son aptitude à la préhension et à la manipulation. Ces caractéristiques sont plus marquées au niveau de la main et particulièrement au niveau des doigts. Le membre thoracique comprend quatre segments : l’épaule, le bras, l’avant-bras et la main.
-L’épaule relie le thorax au bras. Elle est constituée par la clavicule, la scapula et le tiers supérieur de l’humérus, et par trois régions disposées autour de l’articulation scapulo-humérale : la région axillaire, la région deltoïdienneetla région scapulaire.
-Le braset par deux régions disposéesrelie l’épaule à l’avant-bras. Il est formé par l’humérus autour de cet os :la région brachiale antérieureetla région brachiale postérieure.
-L’avant-brasrelie le bras à la main. Il est constitué par le radius et l’ulna et par deux régions disposées autour de ces deux os :la région antébrachiale antérieureetla région antébrachiale postérieure.
-La main prolonge en bas l’avant-bras. Elle est formée par le carpe, le métacarpe et les phalanges et par deux régions,la régionpalmaireetla régiondorsale. La main est composée par la paume de la main, le dos de la main, et les doigts.
-Coude.- La partie inférieure du bras (située au-dessous de la ligne circulaire passant à deux travers de doigts au-dessus de l’interligne articulaire radio-ulnaire) et la partie supérieure de l’avant-bras (située au-dessus de la ligne circulaire passant à deux travers de doigts au-dessous de l’interligne articulaire radio-ulnaire) sont souvent décrites comme une région distincte :la région du coude.
- Poignet.- La partie inférieure de l’avant-bras (située au-dessous de la ligne circulaire passant au-dessus de la tête de l’ulna) et la partie supérieure de la main (située au-dessus de la ligne circulaire passant par l’interligne articulaire carpo-métacarpienne) sont souvent décrites comme une région distincte :la région du poignet.
Les lésion d’une partie du membre thoracique se traduisent par des troubles fonctionnels d’importance variable. Le traitement de ces lésions consiste à préserver ou à restaurer les fonctions du segment atteint.
7
DEVELOPPEMENT DES MEMBRES
I- MORPHOGENE EXTERNE.
A- APPARITION DES BOURGEONS.
Au cours de la quatrième semaine de la vie embryonnaire (embryon de 4 mm de longueur), la somatopleure induit de chaque coté du tronc un épaississement longitudinal de l’ectoblaste qui s’étend en avant de la colonne des somites depuis la région cervicale jusqu’à la partie basse de l’insertion du cordon ombilical.
ème Au 26 jour, la crête longitudinale disparaît rapidement, laissant subsister deux bourgeons au extrémités proximale et distale de la crête : le bourgeon du membre thoracique et le bourgeon du membre pelvien.
Le bourgeon du membre thoracique est situé en regard des six derniers segments métamériques cervicaux et des deux premiers thoraciques ; il est destiné à la formation du membre thoracique (Fig.01).
Le bourgeon du membre pelvien est situé en face des quatre derniers métamères lombaires et des trois premiers métamères sacraux ; il commence à se développer un peu plus tard (28ème jour) et conserve ce retard tout au long du développement.
B- EVOLUTION DES BOURGEONS.
Au cours de la cinquième semaine (embryon de 5 à 7 mm), l’ectoblaste de l’extrémité distale du bourgeon s’épaissit rapidement et forme un épithélium prismatique pseudo-stratiIé,la crête ectoblastique apicale. On attribue à cette crête une action inductive sur la croissance et la différenciation du mésenchyme sous-jacent. Ainsi l’excision expérimentale de la crête apicale sans altération du mésoblaste sous-jacent conduit à un arrêt du développement de la partie distale du membre, la partie proximale étant intacte. (Fig.02 ; 03)
Au cours de la sixième semaine (embryon de 7 à 11 mm), l’extrémité du bourgeon s’aplatit, pour former les palettes des mains et des pieds et un sillon circulaire (poignet ou cheville) sépare la palette du segment proximal, devenu grossièrement cylindrique.
Au cours de la même période, apparaissent dans les palettes des sillons longitudinaux qui préIgurentla formation des doigts et des orteils. Un processus de mort cellulaire programmé au niveau de ces sillons achève la formation des extrémités. Le pouce et l’index sont les derniers à se séparer. Plus tard, un deuxième sillon circulaire apparaît et divise la portion proximale en deux segments (bras et avant-bras pour le membre thoracique ; cuisse et jambe pour le membre pelvien). Le cylindre jusqu’alors à peu près rectiligne s’incurve en bas et en dedans, réalisant sur les membres thoraciques un coude, et sur les membres pelviens un genou. A ce stade les deux membres présentent la même orientation. La future face d’extension est dorsale alors que celle de la exion est ventrale.
8
ème C- ROTATION DES MEMBRES.8ème semaines)(7 ,
A la In du deuxième mois (embryon de 16 à 31 mm), les membres qui étaient jusqu’alors échisdans le même sens, vont subir une rotation de 90 degrés autour de leur axe (Fig.02 ; 03).
Les membres thoraciques accomplissent une rotation externe de telle sorte que le coude qui pointait au début vers l’extérieur se dirigera vers l’arrière. A l’inverse, les membres pelviens accomplissent une rotation interne de telle façon que le genou qui pointait aussi vers l’extérieur se dirigera vers l’avant. Le jeu articulaire est identique pour les quatre membres jusqu’au début du deuxième mois ; il s’inverse après la rotation : le coude plie en avant, le genou en arrière. Le pied est totalement plat et ressemble à la main. Les courbures plantaires n’apparaissent que tardivement.
9
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.