Aspects de la résistance bactérienne aux antibiotiques

De
Publié par

Les avertissements concernant l'extension de la résistance bactérienne se multiplient. Déjà en 194, Fleming n'avait-il pas mis en garde la population contre une utilisation abusive de la pénicilline pouvant conduire à l'apparition et à la propagation de bactéries résistantes ? Manque de détermination, inconscience, profit financier ou manque de crédits, emprise de multinationales ? Voici une vision d'ensemble des problèmes de la résistance bactérienne aux antibiotiques.
Publié le : jeudi 1 novembre 2012
Lecture(s) : 66
EAN13 : 9782296508897
Nombre de pages : 322
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
EDFWpULHQQH VH PXOWLSOLHQW HQ  0DLV HQ¿Q HQ  )OHPLQJ Q¶DYDLWLO SDV PLV HQ JDUGH OD SRSXODWLRQ FRQWUH XQH XWLOLVDWLRQ
SURSDJDWLRQ GH EDFWpULHV UpVLVWDQWHV " HW WDQW G¶DXWUHV HQVXLWH 0DLV VL OD UpVLVWDQFH HVW JpQpWLTXHPHQW LQpOXFWDEOH RQ GRLW OLPLWHU VRQ
G¶DQWLELRWLTXHV HW OHV WDX[ GH UpVLVWDQFH OHV SOXV pOHYpV /D PrPH HQWUHSULVH SKDUPDFHXWLTXH SURGXLW XQ DQWLELRWLTXH j ODUJH VSHFWUH
YLQJWV HQWUHSULVHV GLIIpUHQWHV SURGXLVHQW HQ ,QGH XQ DQWLELRWLTXH [ GRQW LO HVW GLI¿FLOH GH FRQWU{OHU OD ¿DELOLWp /¶8QLRQ HXURSpHQQH pOLPLQH HQ  OHV PDUTXHXUV GH UpVLVWDQFH DX[ DQWLELRWLTXHV GDQV OHV 2*0 PDLV WROqUH HQ  XQ JqQH GH UpVLVWDQFH j OD
0DQTXH GH GpWHUPLQDWLRQ LQFRQVFLHQFH SUR¿W ¿QDQFLHU RX PDQTXH GH FUpGLWV HPSULVH GH PXOWLQDWLRQDOHV " /HV GLIIpUHQWV FKDSLWUHV GH FH OLYUH GRQQHQW XQH YLVLRQ G¶HQVHPEOH GHV SUREOqPHV GH OD UpVLVWDQFH EDFWpULHQQH DX[ DQWLELRWLTXHV &H OLYUH HVW XQ RXYUDJH GHVWLQp j XQ ODUJH SXEOLF LPSOLTXp GDQV OHV SUREOqPHV GH VDQWp  pWXGLDQWV ELRORJLVWHV YpWpULQDLUHV SKDUPDFLHQV PpGHFLQV
 
<YRQ 0,&+(/%5,$1'
<YRQ 0,&+(/%A5,S$1P'ECTS DE LA RÉSISTANCE
BACTÉRIENNE AUX ANTIBIOTIQUES
ASPECTS DE LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE AUX ANTIBIOTIQUES
Du même auteur Mécanismes moléculaires de l’action des antibiotiques. Préface de Julian Davies. 1986, 370 p. ISBN : 2-225-80769-8, Paris, Masson éd. Épuisé. Une histoire de la résistance aux antibiotiques. A propos de six bactéries. 2009, 360 p. ISBN 978-2-296-10677-2, Paris, L’Harmattan éd. Edvard Munch - Échos et reflets.2005, 96 p. ISBN : 2-9524626-0-7. Éditions du Dix-Neuf. Oskar Kokoschka - Échos et reflets. 2011, 96 p. ISBN : 978-2-9524626-1-7. Éditions du Dix-Neuf. (editionsdudixneuf@orange.fr) © L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00546-1 EAN : 9782336005461
Yvon MICHEL-BRIANDASPECTS DE LA RÉSISTANCE BACTÉRIENNE AUX ANTIBIOTIQUES
Acteurs de la Science Collection dirigée par Richard Moreau, professeur honoraire à l’Université de Paris XII et Claude Brezinski, professeur émérite à l’Université de Lille La collection Acteurs de la Science est consacrée à des études sur les acteurs de l’épopée scientifique moderne ; à des inédits et à des réimpressions de mémoires scientifiques anciens ; à des textes consacrés en leur temps à de grands savants par leurs pairs ; à des évaluations sur les découvertes les plus marquantes et la pratique de la Science. Dernières parutions Roger Teyssou,Charcot, Freud et l’hystérie, 2012. Djillali Hadjouis,Camille Arambourg, Une œuvre à travers le monde, 2012. Jacques Marc,Comment l’homme quitta la Terre, 2012. Georges Mathieu,La Sorbonne en guerre (1940-1944), suivi de Journal de la Libération de Versailles, 2011. Norbert Gualde,L’épidémie et la démorésilience, 2011. Jean-Pierre Aymard,Karl Landsteiner. L’homme des groupes sanguins, 2011. e Pierre Pageot,La santé des Limousins et des Périgourdins au XIX siècle, 2011. Yves Delange,Conversation au bord de la Sorgue : Jean-Henri Fabre et Louis Pasteur, 2011. André Audoyneau,D’un pays à l’autre. Chroniques d’un médecin colonial, 2011. Roger Teyssou,L’Aigle et le Caducée. Médecins et chirurgiens de la Révolution et de l’Empire, 2011. Henri Delorna,Les Tribulations d'Henri en Pologne occupée (1941-1945). Témoignage, 2010. J. Boulaine, R. Moreau, P. Zert,Éléments d'histoire agricole et forestière, 2010. Jean Céa,Une vie de mathématicien. Mes émerveillements, 2010. Bernard Faidutti,Copernic, Kepler, Galilée face aux pouvoirs, 2010. David Hanni,Rencontres avec des guérisseurs. Magnétiseurs, radiesthésistes et rebouteux en Champagne-Ardenne, 2010. Richard Moreau,Pasteur et Besançon. Naissance d’un génie, 2009. Jean Dominique Bourzat,Une dynastie de jardiniers et de botanistes : les Richard. De Louis XV à Napoléon III, 2009.
AVANT-PROPOS
 Ce livre est une suite du livreUne histoire de la résistance aux antibiotiques – A propos de six bactéries.Dans cet ouvrage, nous avions envisagé les trois catégories de mécanismes biochimiques qui intervenaient dans l'apparition de la résistance : l'antibiotique est inactivé par des enzymes produites par la bactérie, l'antibiotique ne peut pas réagir avec sa cible, l'antibiotique n'arrive pas à atteindre sa cible. Quant aux mécanismes génétiques, ils étaient regroupés en deux grandes catégories : la résistance par mutation d'un gène, la résistance par acquisition d'un gène.
 Pour illustrer ces mécanismes, nous avions pris l'exemple de quelques bactéries. Le tableau page 7, donne les taux de sensibilité et de résistance à différents antibiotiques, en France, d'après le rapport d'activité de l'ONERBA*, de décembre 2011. Les résultats présentés concernent l'année 2010. De nouvelles alertes sont apparues ultérieurement : les résistances, au départ, géographiquement ponctuelles, ont rapidement diffusé, et atteignent des antibiotiques, dont certains sont quali~és de dernier recours.
Staphylococcus aureuset la résistance aux pénicillines. La pénicillinase hydrolysant la pénicilline G a été la première enzyme découverte, inactivant un antibiotique, et elle reste encore présente dans la quasi-totalité des souches. Larésistance à la méticilline(Staphylococcus aureusrésistant à la méticilline : SARM), mise en évidence dès la mise sur le marché de cet antibiotique, est devenue de plus en plus inquiétante, à partir des années 1990, dans certains pays, dont la France. Une prise de conscience, au cours des années 2000, a permis, en France, une régression du nombre de SARM, qui reste néanmoins un agent redoutable d'infections nosocomiales. En 2011, un autre gène de résistance a été identi~é chez les bovins, en Grande-Bretagne et au Danemark, dans des souches provenant du lait. Cette résistance n'est pas repérée par les techniques moléculaires développées pour le gènemecA(6).
5
Streptococcus pneumoniaeposé les mêmes problèmes quant à a l'augmentation de sa résistance à la pénicilline, antibiotique qui était resté jusqu'en 1985, le composé toujours ef~cace dans les pneumopathies. En 2001, plus de 50 % des souches étaient résistantes à la pénicilline G. Mais, ici également, une bonne information a été suivie d'une diminution de la prescription antibiotique, et a favorisé la diffusion de la vaccination ® (Prevenar13 ), ce qui a permis de redonner une certaine sensibilité aux souches. Mais, en 2011, on a signalé une augmentation des méningites à pneumocoque en France (Interscience conference on antimicrobial agents chemotherapy, Chicago, septembre 2011). Leur nombre est passé de moins de 600 méningites à pneumocoque dans les années 2002-2003, à un peu plus de 800 en 2008-2009, et les pneumocoques impliqués sont le plus souvent des sérotypes non vaccinaux. Des résultats similaires sont enregistrés en Europe et notamment en Espagne. Les souches non vaccinales sont-elles plus épidémiques ou plus pathogènes ?
 Les bacilles à Gram négatif, particulièrement les entérobactéries, sont souvent porteurs de bêta-lactamases à spectre élargi (BLSE) (Tableau), dont les gènes, situés sur des plasmides, sont particulièrement diffusibles. L'attention a été surtout attirée, en 2009, par l'apparition de larésistance aux carbapénèmes, antibiotiques souvent quali~és de dernier recours. Un patient suédois, originaire d'Inde, en voyage à New Delhi, a contracté une infection urinaire àKlebsiella pneumoniaeaux carbapénèmes (4). résistant Cette résistance était due à une nouvelle bêta-lactamase, dénommée NDM-1 (New Delhi métallo-bêta-lactamase) dont le gène est porté par un plasmide. Cette résistance a rapidement diffusé de l'Inde et du Pakistan, vers la Grande-Bretagne, et plusieurs pays européens. Elle a été retrouvée au Maroc, en Egypte, au Canada, au Japon. Plusieurs bactéries en sont porteuses (Escherichia coli,Acinetobacter baumannii,A. lwofci, Providencia stuartii…). Les bactéries résistantes sont impliquées dans des infections hospitalières, communautaires et sont aussi présentes dans l'eau de boisson et de bassins, à New Delhi (11). Unerésistance à la ciprojoxacine, associée à une multirésistance chezSalmonella entericasérotype Kentucky, a été signalée au cours d'une épidémie atteignant l'Europe et les Etats-Unis (8). Il s'agit d'un clone bien dé~ni, véhiculé principalement par les volailles, et probablement sélectionné au cours de plusieurs étapes. Il proviendrait d'Egypte où le recours massif aux antibiotiques, dans les années 1990, aurait favorisé son apparition, puis le passage dans la~lière volaille, en Afrique, grande consommatrice deuoroquinolones, aurait sélectionné cette bactérie.
 Enterococcus faecaliset la résistance à la vancomycine ne pose pas de problème important actuellement en France, par suite d’attitudes énergiques mises en œuvre dès que l'aspect épidémique a été détecté (moins de 1 % des
6
   
 396')28%+) () "! 4%61-      !?7)%9 !?977-6     0-278   
      396')28%+) () 739',)7 7)27-&0)7 > 0% 4?2-'-00-2)! 42)913'359) &7 !)+
-2*)'8-327   -2:%7-:)7 79.)87   %27      79.)87   %27       
463(9'86-')7 () "
 396')28%+) () 739',)7 " (%27 0C)74@') '327-(?6?)                                   
       396')28%+) () 739',)7 7)27-&0)7 %:%003     > 8-'%6'-00-2)  8-'%6'-00-2)  %' '0%:90%2-59)  4-4?6%'-00-2)  4-4?6%'-00-2)  8%=3&%'8%1  '?*?4-1) 
 396')28%+) ()  1908-6?7-78%287 !?7)%9 36( %7()%0%-7 6?7-78%2') > 8-'%6'-00-2) ')*8%=-(-1) -1-4?2@1)       
 396')28%+) ()  1908-6?7-78%287 0-2 "9(9)78 6?7-78%2') > 8398)7 0)7 &A8%0%'8%1-2)7 < '3146-7 -1-4?2@1)   
      
   1908-6?7-78%287 !  <'3&%'8?6-)7 6?7-78%2') > -732-%=-() )8 6-*%14-'-2)          
 396')28%+) () "! 7)27-&0)7  0-2  %6-736( >    +)28%1-'-2)       83&6%1<'-2)     *0936359-23032)    6-*%14-'-2)     '386-13;%=30)    
 396')28%+) () 42)913'359)7 7)27-&0)7 79.)87   %27 ! 42)913'359) )8 &7)6:%83-6)7 6?+-32%9; >   4?2-'-00-2)     %13;<'-00-2)      ')*38%;-1)       )6<8,631<'-2)   
 396')28%+) (C)28?63&%'8?6-)7 " 7)27-&0)7 0-2 %6-736( >   +)28%1-'-2)     83&6%1<'-2)    %1-/%'-2)     %'-() 4-4?1-(-59)    '-463*03;%'-2)    -1-4?2@1)   
 396')28%+) ()    7)27-&0)7 !?7)%9 !#""! >  8-'%6'-00-2)    4-4?6%'-00-2)    ')*8%=-(-1)    -1-14?2@1)    +)28%1-'-2)    83&%1<'-2)    %1-/%'-2)    '-463*03;%'-2)   
Tableau.TAUX DE RÉSISTANCE ET DE SENSIBILITÉ DE BACTÉRIES ISOLÉES ENFRANCE,AU COURS DE L'ANNÉE2010(Rapport d'activité de l'Observatoire National de l'Epidémiologie de la Résistance Bactérienne aux Antibiotiques, ONERBA, décembre 2011). CNR : Centre national de référence ; AP-HP : Assistance publique - Hôpitaux de Paris. 7
souches sont résistantes). Mais la France est entourée de pays où le taux de résistance est élevé, 1 à 5 % en Suisse et en Espagne, 5 à 10 % en Belgique, en Allemagne, en Italie, 25 à 50 % en Grande-Bretagne, en Grèce. Par contre 3,6 % des souches deE. faecium sont résistantes à la vancomycine (cette bactérie ne représente que 10 % des infections à entérocoque) (réseau REUSSIR*, 2008).
Pseudomonas aeruginosareste toujours une bactérie préoccupante du fait de sa résistance à de nombreux antibactériens. Cette bactérie est toujours un hôte fréquent, sinon habituel, de l'arbre bronchique chez les patients atteints de mucoviscidose et de broncho-pneumopathie chronique obstructive, dont elle aggrave la maladie (13). Quelques souches ont été signalées résistantes à la polymyxine (9, 14, 15), d'autres à la ciprooxacine (13), mais les gènes correspondants n'étant pas situés sur un plasmide, la diffusion reste limitée. Par contre, depuis l'identi~cation dePseudomonas aeruginosade porteurs carbapénémase de type KPC en Colombie (2), d'autres souches ont été décrites en Amérique du Sud. En~n, en 2011, en Serbie, la bêta-lactamase NDM-1 a été identi~ée dans sept souches de bacille pyocyanique appartenant à deux clones différents, isolés au cours d'infections sévères, et dont ils ne sont pas forcément la cause (7). Aucun des patients n'ayant effectué de voyage, une souche endémique a été suspectée dans les Balkans, mais le transfert à partir d'entérobactéries serait peu vraisemblable (10).
 Les Acinetobacters n'ont pas été cités dans l'ouvrageUne histoire de la résistance aux antibiotiques.Ils n'ont pas de préférence pour un mécanisme de résistance particulier, mais sont très récalcitrants aux antibiotiques (3). La première souche d'Acinetobacter baumannii porteuse de la bêta-lactamase NDM-1 a été décrite en Inde, en 2010 (5). D'autres souches ont été identi~ées en Algérie (12), en Chine, en Egypte avec une variante d'enzyme, en Allemagne également, dans une souche isolée en 2007 !Acinetobacter lwofci(NDM-1) est aussi présent en Chine.
 Mycobacterium tuberculosis(résistance à l'isoniazide et la multirésistant rifampicine) est très fréquent dans les pays de l'ancienne Union Soviétique : à Minsk, en Biélorussie, 35,5 % des nouveaux patients ont des souches multirésistantes et parmi ces souches, 14,0 % sont ultrarésistantes (résistance aux deux antibiotiques précédents, à uneuoroquinolone et à un autre antibiotique) (16). L'ultrarésistance est présente dans soixante-dix-sept pays et ne laisse, selon l'OMS, pratiquement aucune possibilité de traitement avec les produits actuels.
_____________________________________________________________ * signi~e que le mot est répertorié dans le glossaire p. 283 8
Références
Avant-Propos
(1)2007- Susceptibility ofPseudomonas aeruginosa to antimicrobials: a 2004 French multicentre hospital study. J Antimicrob Chemother. 2007,59: 1021-1024. Cavallo JD, Hocquet D, Plesiat P, Fabre R, Roussel-Delvallez M; GERPA (Groupe d'Etude de la Résistance dePseudomonas aeruginosaaux antibiotiques).
(2)2007- First identi~cation ofPseudomonas aeruginosaproducing a KPC-type carbapenem- isolates hydrolyzing beta-lactamase. Antimicrob Agents Chemother. 2007,51: 1553-1555. VillegasMV, Lolans K, Correa A, Kattan JN, Lopez JA, Quinn JP; Colombian Nosocomial Resistance Study Group.
(3)2009- Infections caused byAcinetobacter baumannii susceptible only to polymyxin in a gynecologic oncology unit. Int J Gynaecol Obstet. 2009,105: 264. VorgiasG, Iavazzo C, Makarova E, Akrivos T, Falagas ME.
(4)2009- Characterization of a new metallo-beta-lactamase gene, bla(NDM-1), and a novel erythromycin esterase gene carried on a unique genetic structure inKlebsiella pneumoniaetype 14 from India. sequence Antimicrob Agents Chemother. 2009,53: 5046-5054. YongD, Toleman MA, Giske CG, Cho HS, Sundman K, Lee K, Walsh TR.
(5)2010-of blaOXA-23 with blaNDM-1 and armA in clinical isolates of Coexistence Acinetobacter baumanniifrom India. J Antimicrob Chemother. 2010,65: 2253-2254. KarthikeyanK, Thirunarayan MA, Krishnan P.
(6)2011- Meticillin-resistantStaphylococcus aureuswith a novelmecA homologue in human and bovine populations in the UK and Denmark: a descriptive study. Lancet Infect Dis. 2011,11: 595-603. García-ÁlvarezHolden MT, Lindsay H, Webb CR, Brown DF, Curran MD, Walpole E, Brooks K, L, Pickard DJ, Teale C, Parkhill J, Bentley SD, Edwards GF, Girvan EK, Kearns AM, Pichon B, Hill RL, Larsen AR, Skov RL, Peacock SJ, Maskell DJ, Holmes MA.
(7)2011-of NDM-1 metallo- Emergence -lactamase inPseudomonas aeruginosaclinical isolates from Serbia. Antimicrob Agents Chemother. 2011,55: 3929-3931. JovcicB, Lepsanovic Z, Suljagic V, Rackov G, Begovic J, Topisirovic L, Kojic M.
(8)2011- International spread of an epidemic population ofSalmonella enterica serotype Kentucky ST198 resistant to ciprooxacin. J Infect Dis. 2011,204: 675-684. Le Hello S, Hendriksen RS, Doublet B, Fisher I, Nielsen EM, Whichard JM, Bouchrif B, Fashae K, Granier SA, Jourdan-Da Silva N, Cloeckaert A, Threlfall EJ, Angulo FJ, Aarestrup FM, Wain J, Weill FX.
(9)2011- PhoQ mutations promote lipid A modi~cation and polymyxin resistance ofPseudomonas aeruginosain colistin-treated cystic found ~brosis patients. Antimicrob Agents Chemother. 2011,55 : 5761-5769. MillerAK, Brannon MK, Stevens L, Johansen HK, Selgrade SE, Miller SI, Høiby N, Moskowitz SM.
(10)2011- Plasmid-mediated transfer of the bla(NDM-1) gene in Gram-negative rods. FEMS Microbiol Lett. 2011,324: 111-116. PotronA, Poirel L, Nordmann P.
(11)2011- Dissemination of NDM-1 positive bacteria in the New Delhi environment and its implications for human health: an environmental point prevalence study. Lancet Infect Dis. 2011,11: 355-362. WalshTR, Weeks J, Livermore DM, Toleman MA.
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.