Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,50 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Bibliothérapie en médecine générale

De
84 pages
Ce qui nous atteint n’est pas ce qui se passe autour de nous, mais l’idée que nous nous faisons de ce qui nous arrive. Si nous ne pouvons changer le monde ou éviter des épreuves, nous pouvons en revanche travailler sur le regard que nous portons sur le monde. Or quel plus grand réservoir d’idées, de matière à penser que le livre ? La lecture est une thérapie car elle est de nature à modifier ce que nous nous racontons à nous-mêmes, sur nous-mêmes, sur les autres, sur nos émotions et nos comportements. Cet ouvrage raconte comment l’idée de la bibliothérapie a cheminé depuis la littérature jusqu’aux laboratoires de recherche en psychologie. Les propriétés thérapeutiques de la lecture sont expliqués: le livre est érigé en un véritable outil de soin que les médecins de première ligne peuvent utiliser selon différentes modalités de prescription qui sont développées.


Remettant le patient au coeur de la démarche de soin, la bibliothérapie est un acte de confiance envers les patients et la reconnaissance de l’autonomie du sujet dans la relation thérapeutique.
Voir plus Voir moins
La bibliOThérapiE EN médEciNE géNéralE
Ce logo a pour objet d’alerter sur la menace que représente pour l’avenîr de l’écrît, tout partîculîèrement dans le domaîne unîversîtaîre, le développement massîf du« photocopîllage ».
Cette pratîque quî s’est généralîsée, notamment dans les établîssements d’enseî-gnement, provoque une baîsse brutale des achats de lîvres, au poînt que la possî-bîlîté même pour les auteurs de créer des oeuvres nouvelles et de les faîre édîter correctement est aujourd’huî menacée.
Nous rappelons donc que la reproductîon et la vente sans autorîsatîon, aînsî que le recel, sont passîbles de poursuîtes.
Les demandes d’autorîsatîon de photocopîer doîvent être adressées à l’édîteur ou au Centre françaîs d’exploîtatîon du droît de copîe : 3, rue Hautefeuîlle, 75006 Parîs. Tél. : 01 43 26 95 35.
Tous droîts de traductîon, d’adaptatîon et de reproductîon par tous procédés, réservés pour tous pays. Toute reproductîon ou représentatîon întégrale ou partîelle, par quelque pro-cédé que ce soît, des pages publîées dans le présent ouvrage, faîte sans l’autorî-satîon de l’édîteur est îllîcîte et constîtue une contrefaçon. Seules sont autorîsées, d’une part, les reproductîons strîctement réservées à l’usage prîvé du copîste et non destînées à une utîlîsatîon collectîve, et d’autre part, les courtes cîtatîons justîiées par le caractère scîentîique ou d’înformatîon de l’oeuvre dans laquelle elles sont încorporées (art.L. 122-4, L. 122-5 et L. 335-2 du Code de la proprîété întellectuelle).
©SAURAMPS MEDICAL, 2013 Dépôt légal : Janvîer 2013 I.S.B.N. : 978 2 84023949 9 EAN : 9782840239499 Imprîmé en France
Coecîon Médecine & Humanisme
La BibliOThérapiE EN médEciNE géNéralE
PiErrE-ANdré Bonnet
11, boulevard Henri IV 34000 Montpellier www.livres-medicaux.com
L’auteur
Pierre-André BONNETEsT médEciN géNéralisTE daNs lE VauclusE ET OccupE uN pOsTE dE chEf dE cliNiquE dEs uNivErsiTés à la faculTé dE médEciNE dE Marseïe. Tïtuaïre d’un master Recherche en Santé Pubïque, ï parcïpe à dEs prOjETs dE rEchErchE EN médEciNE géNéralE ET ENcadrE dEs ThèsEs dE médEciNE.
LE présENT OuvragE EsT la vErsiON rEmaNiéE dE sa ThèsE d’ExErcicE, sOuTE-NuE à la faculTé dE médEciNE dE MarsEillE EN OcTObrE 2009.
Introducon à a coecon Médecïne & Humanïsme
L’homme n’est pas réducbe à une machïne !
1èmE èmE CE graNd cri, laNcé par lEs viTalisTEs aux XVIII - XIX sièclE, et reprïs de oïn en oïn par es sennees aux avant-postes de a sciENcE EN marchE, a biEN bEsOiN d’êTrE rElayé EN échO au débuT dE NOTrE milléNairE.
eNTrE TEmps, la médEciNE a mONTré dEs capaciTés dE guérisON dEs maladEs pris EN chargE, cOmmE jamais au sEiN dE NOTrE humaNiTé.
eN mOiNs d’uN sièclE, l’imagEriE médicalE a pErmis dE scruTEr es corps vïvants dans es moïndres détaïs, e génïe généque a donné naïssance à a médecïne prédïcve, approche « prévenve » pOur dEs humaiNs EN dEvENir. LE champ médical a éTé labOuré par lEs pENsEurs du juridiquEmENT cOrrEcT pOur sE TraNsfOrmEr EN liEu d’exécuon de protocoes ïssus de a démarche quaïté. Cee puïs-saNcE iNdusTriEllE NE sEmblE pas avOir dE limiTEs, la lOgiquE impla-cabe de ’améïoraon des praques et des technïques aura raï-sON dE la maladiE. eT pOurTaNT ON mEurT TOujOurs…, ET surTOuT ON soure toujours…
LE maladE N’EsT pas uNE machiNE…Mais cE qui EsT NOuvEau au sEiN du cri pOussé par NOs prédécEssEurs, c’EsT qu’il fauT lE dOublEr
1. UN Ouvrage coecf récent sur a queson du vïtaïsme :Repenser le vitalisme sous a dïrecon de Pasca Nouve. Scïence hïstoïre et socïété PUF. Parïs. 2011.
5
6
d’un crï à ’adresse de a popuaon et de ses décïdeurs: Le médecïn n’est pas une machïne !...
La voïà a nouveauté: tous dans e même sac, maades et soï-gnants, emportés par e lot de a modernïté et post-modernïté.
Vous vouez un dïagnosc ? Des ogïcïes très performants vous proposent ce servïce sans contraïntes reaonnees. Vous vouez être conseïé pour votre traïtement ? Tous es sïtes en ïgne spé-cialisés vOus décrirONT par lE mENu cE dONT vOus avEz bEsOiN. VOus vouez une prescrïpon, une ordonnance ? L’ e-commerce y pour-vOira saNs cONTraiNTEs réglEmENTairEs par lE miraclE dE la mONdiali-saon. Au tota, a-t-on toujours besoïn du médecïn ?
En tant que médecïn, aï-je besoïn de voïr un humaïn sourant ou bïen e compte-rendu du scanner et de a prïse de sang suîsent ?
eN TaNT quE maladE, ai-jE bEsOiN dE vOir uN humaiN sOigNaNT Ou bïen ’avïs de ’expert détermïné par es contraïntes jurïdïco-scïen-iques est suîsant ?
Le maade est un humain.
Le médecin est un humain.
2 La reaîon médecin-maade nait d’une Rencontre
entre humains et non d’une procédure technique.
Voïà es premïères des convïcons quï nous anïment au seïn de ’assocïaon Médecïns Humanïstes assocïés.
2. DansLa païence et l’înquîétude(édïon Romïat. Parïs. 2004), Mïche Georoy déveoppe cee noon de Rencontre (avec un R) que peut être a reaon médecïn-paent.
Introducon à a coecon Médecïne & Humanïsme
Cee assocïaon a été créée ain de promouvoïr es travaux de médecïns (thèses en parcuïer) soutenant dans eurs démarches cEs dimENsiONs humaiNEs quE NOus évOquiONs ci-dEssus.
UNE bONNE parT dE la médEciNE acTuEllE a éTé dE privilégiEr lEs di-mensïons «scïeniques», es évauaons chïrées, es stasques, es résutats extrapoabes au coecf, a compréhensïon moécu-lairE ET sON pENdaNT dE pharmacOpéE…. nOus sOmmEs cONsciENTs que cee approche a permïs en grande pare es résutats manï-èmE festes en santé de notre in de XXsièclE.
Mais lEs humaNiTés NOus évEillENT à uNE NécEssairE prOximiTé entre deux humaïns, un maade et un médecïn, aux mïe quesons quï se posent dans cee rencontre et quï renvoïent à de a phïoso-phiE, dE la psychOlOgiE, dE la sOciOlOgiE, dE l’hisTOirE, ETc. tOuT cEci ne sembe pus faïre pare du champ de rélexïon médïca, au poïnt que ’un d’entre nous s’ïnterrogeaït ï y a peu: « aï-je e droït de faïre une thèse, sans chïre nï quesonnaïre, quï quesonne e sens d’un accompagnement médïca ? ».
SE décliNENT avEc NOTrE apprOchE plusiEurs dimENsiONs qui iNTEr-rogent notre médecïne actuee:
Quïd de a noon de responsabïïté, non pas a responsabïïté jurï-diquE qui EsT vENuE TraNsfOrmEr chacuN d’ENTrE NOus EN pOrTEur dE parapluiE OuvErT, mais la rEspONsabiliTé cOrOllairE iNTaNgiblE d’uNE reaon. A ’heure où es décïsïons sont prïses par des groupes de personnes ne connaïssant e paent que sur dossïer (Réunïon Concertaon Purïdïscïpïnaïre), vïvante ïmage de a « cousïon de 3 ’anonymat »décrïte par Baïnt, à ’heure où se mupïent es référents de deuxïème ïgne maïs que se raréient ceux de premïère ïgne au chevet du paent, à ’heure où ’ïmagerïe ïmpose e dïctat de «ce que ’on voït»,
3. BaliNT M.Le médecîn, le malade et la maladîe. Bîblîothèque scîenïique Payot. Parîs. 1988.
Introducon à a coecon Médecïne & Humanïsme
7
8
et «quï est donc rée», et qu’ «ï faut faïre dïsparaïtre», chïrurgïcaement ou médïcaement, que médecïn pour écaïrer e «pauvre maade»?
Le «pauvre maade» est une expressïon que ’on retrouve au moyen-âge à propos de ces personnes reçues au seïn des Hôte-Dïeu, démunïs de TOuTE sOrTE, saNs rEssOurcEs, vagabONds ET pèlEriNs, EN mauvaisE saNTé… n’EsT-il pas TOujOurs là cE maladE, démuNi facE au TrOp plEiN dE cONNais-sances, sans ressources humaïnes pour y faïre face, ne sachant où et avec qui pOsEr sEs valisEs, EN mauvaisE saNTé ET lE sachaNT….
C’est pour uï, pour ce pet de notre socïété, que cee rélexïon doït avOir liEu. C’EsT lui qui rEsTE sur lE carrEau dE NOTrE sOciéTé dE richEssE, voïre d’opuence, maïs où es besoïns de base (soïdarïté, souen dans ’épreuve, contact humaïn…) rïsquent de manquer.
Quïd d‘un système de santé prenant en compte es parcuarïtés du maade, ses dïmensïons psychoogïques et socïaes, ses dïîcutés à accé-dEr aux sOiNs, sEs pauvrETés au sENs largE. CErTEs, l’EspriT dE la sécuriTé sOcialE, issu dE l’après guErrE, prévauT ENcOrE, ET NOmbrE dE pErsONNEs, sTrucTurEs, pOursuivENT daNs cE sillON qui rappEllE lE mEillEur dE l’accuEil de ’Hôte-dïeu. Maïs pour combïen de temps, avant que es consïdéra-ons inancïères au servïce de ’économïque (et récïproquement…) ne jeent dans ’oubï a dïmensïon socïétae de a santé et e soucï de tout hOmmE cOmmE fONdEmENT dE la saNTé publiquE.
Quid d’uNE apprOchE humblE du mONdE biOlOgiquE auquEl NOus appar-TENONs. La cOmpréhENsiON dE l’hOmmE prOgrEssE biEN sûr, ET lEs cONNais-saNcEs acquisEs EN uN sièclE sONT imprEssiONNaNTEs. Mais cOmmENT NE pas voïr que chaque découverte renvoïe à de nouvees quesons et que s’ENfuiE TOujOurs plus avaNT l’éNigmE dE la viE, cOmmE EN TémOigNE lE décrypTagE du géNOmE humaiN qui dEvaiT TOuT NOus ExpliquEr… Sur fONd de trïomphaïsme quasï quodïen des medïas à a goïre de a scïence en marche, se creuse e fossé de ’espérance suscïtée dans a popuaon par
Introducon à a coecon Médecïne & Humanïsme
cEs prOpOs ET l’OrdiNairE réaliTé dE la mOrT par caNcEr méTasTasé, pOlypa-ThOlOgiE dE la pErsONNE âgéE, ETc. qu’accOmpagNENT cOmmE ils pEuvENT lEs médEciNs dE TErraiN. SaNs dOuTE, plus dE sagEssE, dE parT ET d’auTrE, dimiNuEraiT lEs quiprOquOs ET lEs ExigENcEs qui EN décOulENT fONdéEs sur une fantasmaque d’un humaïn ïmmorte. A ’approche mécanïste sans égard pour notre dïmensïon d’humanïté (ïndéinïssabe), préférons a res-pEcTuEusE pOsTurE du mysTèrE facE à la viE ET à la mOrT.
Car, pOur quE s’accOmpagNENT lEs humaiNs ENTrE Eux jusqu’à la mOrT (de façon a moïns ïnsasfaïsante possïbe…), ï faut un cadre de référence.
La démarche humanïste, cee quï s’est déveoppée au sorr du Moyen-âge, nous montre aujourd’huï e chemïn. Dans un monde ïmprégné de dïscours reïgïeux, dans eque a référence à Dïeu étaït une évïdence, au seïn duque ’Egïse hïérarchïque dïusaït un dïscours normaf quï se vouaït révéaon du message évangéïque, des ïnteectues à la maNièrE d’erasmE Ou dE RabElais, prOpOsaiENT uNE auTrE prOsE. Ils NE cONTEsTaiENT pas ’exïstence de Dïeu. Leur démarche n’étaït pas ïconocaste. Ee étaït putôt rafrachïssante, renouant dans eurs écrïts, tes ceux sur ’abbaye de 4 thélèmE , avEc l’uTOpiE aux accENTs évaNgéliquEs. Ils mONTraiENT uN chE-mïn nouveau, tout en se reïant à a tradïon a pus cassïque, cee des ancïens de a Grèce anque maïs aussï cee du chrïsanïsme dépoussïéré de ses sïèces d’aourdïssement par ponicats ïnterposés.
nOTrE mONdE OccidENTal N’EsT plus cElui dE l’OmNipOTENcE rEligiEusE. Dïeu en a même été chassé par es phïosophes du soupçon (Nïetzsche, Marx, Freud). Notre socïété est putôt cee du tout scïenique, sensé TOuT ExpliquEr. Pas dE cONTrOvErsEs saNs quE sOiT appElé à la rEscOussE, ce quï est scïeniquement prouvé. Pas d’émïssïons téévïsées ou radïo-phonïques sans que soïent convoqués es experts scïeniques quï nous
4. Rabeaïs dansLa vîe très horrîicque du grand Gargantua,au chapiTrE 57,(par exemple, Flammarîon, Parîs. 1968)prOpOsE l’abbayE dE thélèmE cOmmE cadrE dE sON uTOpiE humaNisTE.
Introducon à a coecon Médecïne & Humanïsme
9