Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 25,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Imagerie de l'œil et des voies visuelles

De
105 pages
Les textes soumis à votre lecture résument le 25ème cours d’imagerie du Pont d’Oye (Habay-la-Neuve, Belgique).


Toujours sous le signe de l’interdisciplinarité, le cours et le présent volume abordent l’imagerie de l’oeil et des voies optiques.


La complexité de la séméiologie de l’appareil visuel suggère au praticien un examen clinique rigoureux et approfondi (peu courant en cette période de rentabilité forcée !) avant de prescrire la « bonne imagerie », dont la spécificité répond à la subtilité des signes cliniques.


D’où la nécessité renforcée d’un abord décloisonné de la pathologie de l’appareil visuel, où les différentes spécialités dialoguent afin que la mise au point soit spécifique, subtile et la plus adéquate possible.


Tel est l’objectif du présent ouvrage.
Voir plus Voir moins

LES ANNALES DU cEPUR
cOLLEGE D’ENSEIGNEMENT POST UNIVERSITAIRE DE RADIOLOGIE
IMAGERIE DE L’ŒIL
IMAGERIE DE L’ŒIL ET DES VOIES VISUELLES
ET DES VOIES VISUELLES
sous la direction de
Stéphane LOURYAN, Marc LEMORT sous la direction de
Stéphane LOURYAN, Marc LEMORT
èmeLes textes soumis à votre lecture résument le 25
cours d’imagerie du Pont d’Oye (Habay-la-Neuve,
Belgique).
Toujours sous le signe de l’interdisciplinarité, le
cours et le présent volume abordent l’imagerie de
l’œil et des voies optiques.
La complexité de la séméiologie de l’appareil visuel
suggère au praticien un examen clinique rigoureux
et approfondi (peu courant en cette période de
rentabilité forcée !) avant de prescrire la « bonne
imagerie », dont la spécificité répond à la subtilité des
signes cliniques.
D’où la nécessité renforcée d’un abord décloisonné
de la pathologie de l’appareil visuel, où les
différentes spécialités dialoguent afin que la mise au
point soit spécifique, subtile et la plus adéquate
possible.
Tel est l’objectif du présent ouvrage.
www.livres-medicaux.com
saurampsmédical
IMAGERIE DE L’ŒIL ET DES VOIES VISUELLES
Stéphane LOURYAN, Marc LEMORTIMAGERIE
DE l’ŒIL
ET DES VOIES
VISUELLESCe logo a pour objet d’alerter sur la menace que représente pour
l’avenir de l’écrit, tout partculièrement dans le domaine universi -
taire, le développement massif du « photocopillage ».
Cete pratque qui s’est généralisée, notamment dans les établis -
sements d’enseignement, provoque une baisse brutale des achats
de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de
créer des oeuvres nouvelles et de les faire éditer correctement
est aujourd’hui menacée.
Nous rappelons donc que la reproducton et la vente sans
autorisaton, ainsi que le recel, sont passibles de poursuites.
Les demandes d’autorisaton de photocopier doivent être
adressées à l’éditeur ou au Centre français d’exploitaton du droit de
copie :
3, rue Hautefeuille, 75006 Paris.
Tél. : 01 43 26 95 35.
Tous droits de traducton, d’adaptaton et de reproducton par tous
procédés, réservés pour tous pays.
Toute reproducton ou représentaton intégrale ou partelle, par quelque
procédé que ce soit, des pages publiées dans le présent ouvrage, faite sans
l’autorisaton de l’éditeur est illicite et consttue une contrefaçon. Seules
sont autorisées, d’une part, les reproductons strictement réservées à
l’usage privé du copiste et non destnées à une utlisaton collectve, et
d’autre part, les courtes citatons justfées par le caractère scientfque
ou d’informaton de l’oeuvre dans laquelle elles sont incorporées (art.L.
122-4, L. 122-5 et L. 335-2 du Code de la propriété intellectuelle).
©SAURAMPS MEDICAL, 2012
Dépôt légal : Novembre 2012
I.S.B.N. : 978 2 840238492
EAN : 9782840238492
Imprimé en FranceLES Ann ALES DU CEPUR
Collège d’enseignement Post Universitaire de radiologie
IMAGERIE
DE L’ŒIL
ET DES VOIES
VISUELLES
Sous la direction de
S. Louryan et M. Lemort
Avec la collaboration de
d. BaleriaUx - C. ChristoPhe - J. Costa - Ph. david - P. emonts - t. Ferreira
P. gUedin - m. lemort - s. loUryan - g. rodesCh - Ch. van neChel - F. Ziereisen
11, boulevard Henri IV
34000 Montpellier
www.livres-medicaux.comListe des Auteurs
D. BALERIAUX M. LEMORT
Hôpital Erasme - Route de Lennik 808 - 1070 Institut J. Bordet - bd de Waterloo 121 - 1000
Bruxelles Bruxelles
dbaleri@ulb.ac.be marc.lemort@bordet.be
C. CHRISTOPHE S. LOURYAn
Service d’Imagerie Pédiatrique ULB Faculté de Médecin, CP 619 - Route de
Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabio- Lennik 808- 1070 Bruxelles
la - Bruxelles slouryan@ulb.ac.be
J. COSTA G. RODESH
Institut J. Bordet - bd de Waterloo 121 - 1000 Hopital FOCH - 40 rue Worth - 92150 Suresnes
Bruxelles
joana.costa@bordet.be CH. VAn nECHEL
Hôpital Brugmann - place Van Gehuchten 4 -
Ph. DAVID 1020 Bruxelles
Hôpital Erasme - Route de Lennik 808 - 1070 christian.van.nechel@chu-brugmann.be
Bruxelles
philippe.david@erasme.ulb.ac.be F. ZIEREISEn
Hôpital Universitaire des enfants Reine Fabiola
P. EMOnTS - place Van Gehuchten 4 - 1020 Bruxelles
Institut J. Bordet - bd de Waterloo 121 - 1000 France.ziereisen@huderf.be
Bruxelles
patrick.emonts@bordet.be
T. FERREIRA
LUMC, Leiden, The Netherlands
T.A.Ferreira@lumc.nl
P. GUEDIn
Hopital FOCH - 40 rue Worth - 92150 Suresnes
pierre.guedin@wanadoo.frDans la même collection :
Monographie du CEPUR
Journées du Pont d’Oye
Louryan, Lemort, Balériaux Louryan, Lemort
Imagerie des nerfs périphériques Neuroimagerie du vieillissement
Sauramps Médical - 2004 Sauramps Médical - 2008
2840233819 9782840235279
Lemort, Louryan Louryan, Lemort
La neuroradiologie au quotidien Neuroimagerie de l’enfant
Sauramps Médical - 2005 Sauramps Médical - 2009
2840234327 9782840236252
Louryan, Lemort Louryan, Lemort
Neuroradiologie et grossesse Imagerie des méninges
Sauramps Médical - 2006 Sauramps Médical - 2010
2840234815 9782840236887
Louryan, Lemort Louryan, Lemort
Imagerie de la cavité buccale Imagerie des douleurs rachidiennes
Sauramps Médical - 2007 Sauramps Médical - 2011
9782840235279 9782840237556
Monographie du CEPUR
Journées de Vittel
Dupuis, Peetrons Dupuis, Peetrons
Imagerie du mouvement Le Thorax
Sauramps Médical - 2002 Sauramps Médical - 2007
2840233053 9782840235187
Dupuis, Peetrons Dupuis, Peetrons
Imagerie des contrastes Imagerie des nerfs
Sauramps Médical - 2003 Sauramps Médical - 2008
2840233479 9782840235750
Dupuis, Peetrons
Dupuis, PeetronsSurveillance et imagerie médicale
Imagerie de la femmeSauramps Médical - 2004
Sauramps Médical - 20092840233746
9782840236177
Dupuis, Peetrons
Imagerie des pathologies professionnelles Dupuis, Peetrons
Sauramps Médical - 2005 Imagerie pédiatrique
2840234238 Sauramps Médical - 2010
9782840236801
Dupuis, Peetrons
L’imagerie difficile
Sauramps Médical - 2006
2840234654Sommaire
Introduction ..........................................................................................................................9
L’orbite et son contenu : considérations embryologiques et anatomiques
s loUryan ..........................................................................................................................11
Voies visuelles: radio-anatomie IRM (y compris les techniques spéciales)
J Costa, m lemort, s loUryan ............................................................................................23
Problèmes cliniques courants en neuro-ophtalmologie
Ch. van neChel ...................................................................................................................39
Imaging of orbital masses in adults
t Ferreira ........................................................................................................................... 49
Pathologies courantes des voies visuelles
P david, d BalériaUx ...........................................................................................................59
L’imagerie de l’œil et de l’orbite chez l’enfant
F. Ziereisen, C. ChristoPhe ..................................................................................................61
Imagerie des troubles de la motilité oculaire
P david, d BalériaUx 77
Imagerie et traitement des fistules carotido-caverneuses
P gUedin, g rodesCh ..........................................................................................................79
Atteintes orbitaires secondaires des cancers systémiques et regionaux
P emonts ..............................................................................................................................87
Radiosensibilité oculaire et mesures de protection : notions classiques
et idées nouvelles
m lemort ............................................................................................................................95Remerciements
Les auteurs expriment leur gratitude au Dr Jean Dechenne,
partenaire local du cours du Pont d’Oye,
à Mme Anne Bauwens,
responsable administrative de l’organisation,
et à M. Michel Verheyden,
en charge des aspects audio-visuels.Introduction
ème Les textes soumis à votre lecture résument le 25 cours d’imagerie du Pont d’Oye
(Habay-laneuve, Belgique).
Toujours sous le signe de l’interdisciplinarité, le cours et le présent volume abordent l’imagerie de
l’œil et des voies optiques.
La complexité de la séméiologie de l’appareil visuel suggère au praticien un examen clinique
rigoureux et approfondi (peu courant en cette période de rentabilité forcée !) avant de prescrire la «
bonne imagerie », dont la spécificité répond à la subtilité des signes cliniques.
D’où la nécessité renforcée d’un abord décloisonné de la pathologie de l’appareil visuel, où les
différentes spécialités dialoguent afin que la mise au point soit spécifique, subtile et la plus
adéquate possible.
Tel est l’objectif du présent ouvrage.
Celui-ci abordera successivement l’anatomie, l’anatomie IRM, le point de vue du
neuro-ophtalmologiste, et les différentes pathologies rencontrées chez l’adulte et l’enfant. L’imagerie
interventionnelle sera également abordée, ainsi que les manières d’éviter l’irradiation intempestive du cristallin.
S. Louryan
Président du CEPUR
Membre de l’Académie royale de Médecine de Belgiquel ’orbite et son contenu : considérations
embryologiques et anatomiques
Stéphane Louryan
Laboratoire d’Anatomie, Biomécanique et Organogenèse - Université Libre de Bruxelles,
Faculté de Médecine - Route de Lennik, 808, CP 619, B 1070 Bruxelles -, Belgique
Courriel : Slouryan@ulb.ac.be
Développement oculaire (Fig. 1 et 2)
Le premier évènement qui annonce le développement oculaire est, durant la gastrulation,
l’apparition d’un champ oculaire pair au sein de la plaque neurale. Celle zone exprime le
gène Pax-6, sous l’influence de l’expression localisée de Sonic Hedgehog (Shh) au sein de
la plaque préchordale. Un défaut de ce processus, observé dans les holoprosencéphalies, où
l’expression de Shh peut être déficiente, explique les synophtalmies ou cyclopies observées
dans ce syndrome. Emergeant du diencéphale, la vésicule oblique primaire va se rapprocher
de l’ectoderme au sein duquel apparaît la placode cristallinienne sous l’influence de divers
facteurs ecdodermiques et neuraux.
La vésicule optique primordiale contient les futures populations qui donneront naissance à
l’épithélium pigmentaire, à la rétine et au pédicule optique. ces populations expriment de
manière spécifique des facteurs de transcription. La rétine est spécifiquement induite par des
signaux ectodermiques de type fibroblast growth factors.
Le schéma morphologique du développement de l’œil est bien connu : la vésicule optique
primaire va se déprimer en cupule, ou vésicule optique secondaire, qui « s’enroule » autour de
la vésicule cristallinienne issue de la placode correspondante, qui s’est invaginée.
L’enroulement de la cupule laisse une fente inférieure, ou fissure choroïdienne, dont la persistance peut
générer des colobomes.
Fig. 1 : phase précoce du développement oculaire.
A : coupe frontale réalisée chez l’embryon de souris de 9 jours montrant les relations de la vésicule optique (vo) avec
la placode cristallinienne (c). B : moulage de cire de la collection His-Ziegler (collection du Musée d’Anatomie et
Embryologie de la Faculté de Médecine -ULB)
11Imager Ie de L’ŒIL eT deS VOIeS VISUeLLeS L’OrbITe eT SOn cOnTenU : cOnSIdÉra TIOnS embrYOLOgIQUeS eT anaTOmIQUeS
Fig. 2 : A, B, C : coupes transversales successives réalisées chez des embryons humains de 13, 15 et 27,5 mm.
A : le futur nerf optique (flèche) est issu du pédicule optique reliant la vésicule optique secondaire au prosencéphale.
B : l’épithélium interne donne lieu au développement rétinien (R ) , tandis que la couche externe annonce la couche
pigmentaire (CP) ; La flèche centrale désigne l’artère hyaloïdienne. M = blastème musculaire.
C : on voit bien le vitré (V). La cornée (co) est formée, tandis que les paupières (P) sont encore soudées. Les
ébauches musculaires sont plus différenciées par rapport à B.
D : image en microscopie électronique à balayage d’un embryon de souris de 9,5 jours, dont le développement a été
perturbé par administration d’un agent tératogène (acide 13-cis rétinoïque). la flèche désigne la zone d’invagination
de la placode cristallinienne.
Ces phénomènes sont assez précoces et se déroulent entre 24 et 40 jours chez l’embryon
humain Un défaut du processus peut mener à une anophtalmie ou à une microphtalmie (fig.
3). Les processus d’histogénèse des différentes parties du globe sont plus tardifs, à partir de
èmela 5 semaine.
èmeLa formation des diverses couches de la rétine commence vers la 9 semaine et constitue un
processus relativement tardif. Les paupières, les glandes lacrymales (invagination de
l’ectoèmederme) et le canal lacrymo-nasal se développent également à partir de la 6 semaine.
èmeLe cristallin apparaît « plein » dès la 7 semaine, tandis que l’espace situé en arrière se
remplit d’un tissu gélatineux appelé le « vitré », contenant des glycosaminoglycans et de l’acide
hyaluronique.
Initialement, il est vascularisé par l’artère hyaloïdienne, terminale de l’artère centrale de la
rétine, et constitue ainsi le vitré primitif.
Il est essentiel que l’artère évolue pour laisser place au vitré définitif, sa persistance est source
de problèmes fonctionnels, et impose l’exérèse du vitré.
12l’orbite et son contenu : consiDÉrAtions eMbrYoloGiQues et AnAtoMiQues
Fig. 3 : développement anormal de l’œil.
A : coupe réalisée chez un embryon de souris dont la mère a été traitée à l’acide 13-cis rétinoïque. exophtalmie
apparente par hypodéveloppement des structures osseuses de l’orbite.
B : embryon de rat de la souche « Dumbo »avec microphtalmie.
L’épithélium interne de la vésicule optique génère la rétine, tandis que la couche externe est à
l’origine de l’épithélium pigmentaire.
ème A partir de la 6 semaine du mésenchyme se condense autour de l’ébauche oculaire et
donnera naissance à la choroïde et à la sclérotique.
c onsi Dérations anatomiques.
L’anatomie de la région orbitaire est des plus complexes, et la plupart des traités d’anatomie
y consacrent des chapitres extrêmement détaillés. Il nous apparait ainsi plus profitable, afin
d’éviter des énumérations de faits déjà connus, d’envisager les particularités anatomiques
notables par le biais des pathologies couramment rencontrées, pour autant que l’imagerie
médicale joue un rôle dans leur diagnostic.
Le globe oculaire et ses particularités
Le globe est formé de plusieurs couches successives : la sclérotique se poursuit
antérieurement par la cornée, l’uvée se compose de la choroïde (avec l’épithélium pigmentaire) et de
l’iris, et la rétine se poursuit directement par le nerf optique (fig. 4).
Le vitré, formé de gel, occupe la chambre postérieure et repose contre la rétine, il peut faire
l’objet d’un décollement du vitré (fig. 5), phénomène assez fréquent et souvent
asymptomatique.
La rétine peut quant à elle se dissocier de la couche pigmentaire et réaliser le décollement de
la rétine dont on connait la gravité.
La forme du globe est sphérique, mais peut parfois adopter un aspect elliptique, notamment
dans le cas de myopie grave (fig. 5).
L’innervation sensitive de la sclérotique et de la cornée est assurée par le nerf naso-ciliaire,
branche du nerf ophtalmique (issu du trijumeau). L’accommodation (via le muscle ciliaire) et
13Imager Ie de L’ŒIL eT deS VOIeS VISUeLLeS L’OrbITe eT SOn cOnTenU : cOnSIdÉra TIOnS embrYOLOgIQUeS eT anaTOmIQUeS
Fig. 4 : globe oculaire normal.
A : schéma anatomique « classique »
B : IRM en pondération T2 avec antenne de surface. GL= glande lacrymale.
Fig. 5 : deux cas d’anomalies du globe en tomodensitométrie
A : aspect elliptique dans un cas de myopie sévère
B : décollement bilatéral du vitré (flèche)
la pupillo-constriction sont sous le contrôle du système parasympathique (noyau
d’EdingerWestphal) dans le mésencéphale, trajet via le nerf III ou oculomoteur, relais dans le ganglion
ciliaire. La pupillo-dilatation est contrôlée par l’orthosympathique péricarotidien, arrivant à l’œil
via l’artère ophtalmique. en cas de lésion de la chaine orthosympathique cervicale, le myosis
14l’orbite et son contenu : consiDÉrAtions eMbrYoloGiQues et AnAtoMiQues
que l’on observe rentre dans le cadre du syndrome de Claude Bernard-Horner. Le ptosis
palpébral qui s’y associe s’explique par la présence dans les paupières des muscles lisses tarsiens
innervés par l’orthosympathique.
Le dispositif lacrymo-palpébral (fig. 6)
Les paupières sont renforcées par de petites lentilles cartilagineuses, appelées tarses. Outre
les muscles tarsiens, déjà cités, elles contiennent des glandes sébacées spécialisées, décrites
par l’anatomiste Meibomius (1590-1655).
Les abcès qui se développent à partir de ces glandes constituent les chalazions ou les orgelets.
Dans leur partie interne (« nasale »), les paupières supérieure et inférieure sont percées d’un
petit orifice ménageant chacun en petit canal ; les deux canaux se rejoignent pour former le sac
lacrymal ; celui-ci se poursuit dans le canal lacrymal, creusé dans les os lacrymal et ethmoïde,
et débouchant dans le méat inférieur des fosses nasales.
La glande lacrymale, quant à elle, se situe dans la partie supéro-externe de l’orbite. Elle est
innervée par le nerf lacrymal (branche latérale de l’ophtalmique) mais les fibres sécrétoires
suivent un chemin très complexe (noyau lacrymo-muco-nasal, dans la protubérance nerf
facial nerf grand pétreux superficiel nerf vidien à ganglion sphéno (ou ptérygo)-palatin
nerf maxillaire ou V2  branche orbitaire du V2  nerf lacrymal).
Le tarissement des larmes (pouvant mener à une ulcération cornéenne) est une complication
redoutable de la paralysie faciale.
Fig. 6 : les voies lacrymales.
A : schéma anatomique
B : coupe tomodensitométrique en haute résolution dans le plan horizontal.
15