L'IMAGE SOCIALE DE LA SANTE

De
Publié par

Au cours de l'histoire humaine, l'aspiration à la santé s'est manifestée de façon de plus en plus insistante. Au delà des soins, la médecine a progressivement développé des mesures de prévention non seulement au niveau des individus, mais à l'échelle des communautés de vie et de travail. Pour s'amplifier toujours plus, ces tendances requièrent des études méthodiques des représentations que les populations ont de la santé. Telle est la démarche de cet ouvrage qui s'articule en trois enquêtes.
Publié le : samedi 1 février 2003
Lecture(s) : 127
Tags :
EAN13 : 9782296309500
Nombre de pages : 226
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

A la recherche de L'IMAGE SOCIALE de la SANTÉ

Principaux ouvrages du même auteur.

HOUTAUD A d' [1977 b] : Recherches en Lorraine sur les facteurs psychosociaux de la santé. H. Champion. Paris. 3 vol. 232,304 et 372.. HOUTAUD A. dl, FIELD M.-G et GUEGUEN R. [1989 a]: Les représentations de la santé, bilan actuel, nouveaux développements. Collection Colloques INSERM vol. 178. Les éditions INSERM. Paris. 500 p. HOUTAUD A. dl et FIELD M.-G. [1989 b]: La santé, approche sociologique de ses représentations et de ses fonctions dans la société. Presses Universitaires de Nancy. 256 p. HOUTAUD A. d' [1994] : Inlage de la santé. Piesses Universitaires de Nancy. 224 p. HOUTAUD A. d'et FIELD M.-G. [1995] : Cultural Images of Health. A neglected Dimension. Nova Science Publishers Inc. NevvYordo 177 p. HOUTAUD A. d' [1997] : Sociologie de la santé. Langage et savoirs. Environnenlent et éthique. L'Harnlattan. Paris. 400,p. HOUTAUD A. d' [1999] : La santé à travers les sciences humaines et sociales. Approche lingustique et sociologique. [1999]. Masson. Paris. 134 p.

L'Harmattan, 2003 ISBN: 2-7475-3683-1

@

A la recherche de L'IMAGE SOCIALE de la SANTÉ

Alphonse d'HOUT AUD Directeur de recherche à l'INSERM

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

Sommaire.

A la recherche de L'IMAGE SOCIALE de la SANTÉ.

Introduction:

Essais sur les représentations

de la santé.

Partie I :

INVESTIGATIONS SOCIOLOGIQUES SUR L'IMAGE DE LA SANTÉ.

Section 1 : Une question ouverte dans le Nord-Est de la France. Ch. 1: Résultats de deux enquêtes. CIl. 2: L'étude des 30 items les plus fréquents. Ch. 3: Profils de quelques thèmes plus souvent évoqués. Section 2 : Des qllestions fenl1ées en Lorraine et aux Pays-Bas. Ch. 4: Les réponses par OUI ou NON aux questions fennées à Nancy. Ch. 5: Les réponses par CHOIX de l'iteln le plus itnportant de chacune des questions fenl1ées. Ch. 6: Tendances selon les catégories socio-professiolmelles. Ch. 7: Variations en fonction des groupes d'âge. Ch. 8: Influences du niveau culturel. Ch. 9: Les CHOIX des 3000 répondants de Ninlègue (PaysBas), cOlnparés avec ceux des 11000 de Nancy

(Lorraine).
Ch. 10 : Des associations ou constellations d'attitudes relatives à la santé

Partie II:

UN IMAGINAIRE SOCIAL DE LA SANTÉ A PARTIR DES ENQUETES PRECEDENTES.

Section 3 : La provenance de la sallté selon les enquêtés. Ch. Il : Deux origines plutôt fatalistes. Ch. 12 : Quatre influences davantage sociales. Ch. 13 : Deux attitudes plus persolll1alisées. Section 4 : Les définitions de la santé d'après les enquêtés. Ch. 14 : Deux fOffilulations négatives. Ch. 15 : Trois attentes du bien-être. Ch. 16 : Trois aspirations au bonIleur. Ch. 17 : Deux orientations vers l'avenir.

Partie III: UNE EBAUCHE DE L'IMAGE SOCIALE DE LA SANTÉ.
Section 5 : Des approches contrastées de la santé. Ch.I8 : Variations individuelles et collectives des Ï111ages de la santé. Ch.I9: Des croyances fatalistes et des influences sociales à des attitudes plus persolll1alisées. Ch.20: Chenlins hasardés et voies engageantes vers la santé. Section 6: En 111archevers la santé COIllll1unautaire. Ch.21: UIle i111age sociale de la santé par delà ses IIllages individuelles. Ch. 22 : La santé C0l111Ue valeur dans les sociétés. Ch. 23 : Pour une politique de la santé.

Conclusion: L'Üllage sociale de la santé: d'aujourd'hui à denlain.

Introduction:

ESSAIS SUR LES REPRÉSENTATIONS DE LA SANTÉ.

1. Vers une synthèse de quatre ouvrages antérieurs. A la suite de nombreuses recherches et publications sur l'image de la santé, nous proposons ici une adaptation de leurs éléments essentiels, dépouillés des analyses trop spécialisées. Nous le faisons à l'intention non seulement des collègues chercheurs et universitaires, mais aussi à celle des professionnels de la santé en fonnation initiale ou continue et même à celle d'un public élargi, désireux d'un accès aisé et rapide à l'image sociale de la santé. a) En effet, après avoir réalisé de 1970 à 1986 plusieurs séries d'investigations suivies de publications scientifiques, n011S avons obtenu de l'I.N.S.E.R.M.1 une aide pour réaliser en 1988 à Nancy un colloque international. L'ensemble des communications a fait l'objet d'un ouvrage sous le titre suivant: Les représentations de la santé. Bilan actuel. Nouveaux développements (500 pages: volumes 178 de la collection Colloques INSERM [1989, a])2. Les résultats de nos propres recherches y ont été analysés (pp. 61-178). b) Dans le prolongement et l' approfo11dissement de ce colloque, nous avons publié La santé: approche sociologique de ses représentations et de ses fonctions dans la société (Presses Universitaires de Nancy, 256 pages [1989,b]). Une fois esquissées quelques approches historiques et linguistiques des tennes et de la notion de santé (pp. 9-31), nous avons exposé les principaux résultats de 110S e11quêtesnancéiennes (pp. 33-104). Ensuite nous en
2

l Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale.

Les renvois bibliographiques sont faits par les dates de publication,

n1ises entre crochets après les noms des auteurs.

avons situé les perspectives 111éthodologiques (pp. 155-201). Elargissant le propos aux problèmes posés par la santé dans la société, notre collègue Mark G. Field, professeur à l'université de Harvard à Boston (U.S.A.), a cOlnplété nos analyses psychosociologiques3 par des réflexions socio-économiques (pp. 203-239). Le Professeur Michel Manciaux (département de santé publique, Faculté de Médecine de Nancy I) a ajouté une postface: De la santé représentée à la santé publique (pp. 241-246). L'ouvrage s'est achevé par les bibliographies des trois auteurs (pp. 247-256). c) Nous avons eu l'opportunité de revenir à ce domaine de nos recherches par un autre livre: Image de la santé (Presses Universitaires de Nancy, 224 pages [1994]), dont le professeur Jean-Pierre Deschanlps, directeur de l'Ecole de santé publique à l'Université de Nancy I, a fait la préface (pp. 9-12). Une fois évoquée la santé dans les sociétés anciennes et actuelles (pp. 13-30), nous avons exposé les résultats de nos enquêtes en question ouverte (pp. 53-120) et en questions fennées (pp. 121-190). Après un développement sur le passage de la santé vécue à la santé perçue (pp. 191-202), nous avons situé l'inlage de cette denlière dans une perspective communautaire au service de tous (pp. 203-210). d) Avec le Pro Field, nous avons rédigé pour un public anglophone Cultural Images of Health, a neglected dimension (Nova Science Publishers Inc, New-York, 177 pages [1995]), dont le contenu est dû, pour l' esselltiel, aux trois livres précédents.

2. A la lumière de deux autres livres sur la sociologie de la santé.
Les travaux précédents, ainsi que beaucoup d'autres sur les différents professiol1l1els de la santé, sur les consolnmations de boissons non alcooliques ou de drogues licites (surtout alcool et tabac) et illicites chez les jeunes ou les adultes, nous ont incité à une réflexion générale sur notre discipline: la sociologie de la santé. a) D'où notre nouvelle publication: Sociologie de la santé: langage et savoirs, environnement et éthique (L'Harmattan, 400 pages [1997]), également préfacé par le professeur J.-P. Deschamps (pp. 9-12). Brièvement introduits par des approches
3

Ce fut le sujet de notre thèse d'Etat [1977, b]. 8

sociologiques antérieures de la santé (pp. 13-17), ses 18 chapitres sont distribués en deux parties, comprenant chacune quatre sections. En Partie I (pp. 19-199), nous allons du langage aux savoirs: des mots et des rites pour dire la santé (pp. 21-80) ; la santé dans le trésor de la langue française (pp. 81-114), vers une philosophie de la santé (pp. 115-162) ; les sciences à la recherche de la santé (pp. 163-199). En Partie II (pp. 201-364), nous cheminons alors de l'envirolmelnent à l'éthique: dans l'attente d'une gestion lucide de l'environnement naturel (pp. 203-227); disparités sociales et géopolitiques de l'état de santé (pp. 229-311); pour un environnement social au service de la santé de tous (pp. 313-336) ; vers l'appropriation de la santé par les personnes (pp. 337-364). En conclusion nous esquissons le passage multi-millénaire de la santé comme destin à la santé comme projet (pp. 365-371). Bibliographie et table des ll1atières (pp. 373-397) achèvent le livre. b) Dans le prolongelnent du précédent, un nouvel ouvrage a, plus spécialement, été conçu en fonction de la fOTIllationinitiale et continue des professiollllels de la santé, avec un vocabulaire sélectiollllé pour faciliter une cOll1préhensionplus aisée. La santé à travers les sciences humaines et sociales, approche linguistique et sociologique (Masson, 134 pages [1999]) a été publié dans une collection visant plus directement les cadres et étudiants des instituts de formation aux soins infinniers (I.F.S.I.), ainsi que les enseignants et étudiants du prelnier cycle des études ll1édicales (P.C.E.M. 1). Après l'introduction (pp. 1-6) sont présentées les quatre parties: ce que dit le langage de la santé (pp. 7-37) ; la santé à la lumière des sciences (pp. 39-59); un environnement pour être bien portant (pp. 61-89) ; la santé des citoyens au cœur de leur société (pp. 91115). Ell conclusion, la santé est envisagée dans son évolution de la fatalité à la prise en charge (pp. 116-188). Bibliographie, glossaire, iIldex (pp. 119-132) facilitent l'utilisation d'un livre agréablement présenté par l'éditeur. Son originalité plus lnarquée est d'insister davantage sur la santé des bien portants dans l'actuelle perspective de l'envirollllelllent durable qui la préserve efficacell1ent4.En cela ce petit livre reprend l'axe principal COllUl1un aux cinq ouvrages précédents et en constitue l'apogée et COlmnel' aboutissell1ent.
4 Voir S. Veil [1992] : Notre planète, notre santé. 9

3. Pour une recherche de l'image sociale de la santé. Notre ouvrage actuel, le septième de cette série, est justen1ent conçu à la façon du précédent5. C0l11111e en effet, il lui, est, au-delà des collègues, adapté à des lecteurs engagés vers les professions de santé et, en plus, accessible à un public élargi. Il traite, en priorité, de la santé chez les bien portants et constitue une brève synthèse des quatre ouvrages que nous avons déjà consacrés à 1'Ï111agee la santé (cf. 9 1). En ce sens, il assume l' essel1tielde leur d contenu selon la présentation la 1110inseclmiqlle possible. t Toutefois, la prel11ièrepartie, étant dOlméla nature de son objet (les résultats de nos enqllêtes), C01l1porte de nombreux graphiques, plus expressifs pour des lecteurs moins spécialisés que des tableaux ou de longues descriptions et explications. En tout cas, par rapport aux quatre pre111iers livres qu'il synthétise, ce septième a été allégé de certaines considérations plus poussées, pour lesquelles nous avons préféré renvoyer à eux. 4 Sites et populations des enquêtes. a) Depuis plus de trois décennies6, la région de Nancy bénéficie d'un Centre de Médecine Préventive (C.M.P.), où se réalisent des exanlens ou bilans de santé au bénéfice des cotisants
5

C'est-à-dire un peu à la façon du sixiènle (La santé à travers les

sciences hun1aines et sociales) par rapport au cinquiènle (Sociologie de la santé: langage et savoirs, environnen1ent et éthique). 6 Les résultats de nos enquêtes organisées depuis 1970 jusqu'en 1986 ont été publiés au fur et à mesure de leurs réalisations: soit à la suite de conlnlunications à des colloques ou congrès, soit dans des articles de revues nationales ou internationales. Au ~ 1 de cette introduction, nous avons déjà renvoyé à quatre ouvrages où de 1988 à 1995 nous avons pu reprendre les mênles données de façon plus synthétique et plus 11léthodique. A présent, de 2000 à 2002, nous nlettons à profits le tenlps disponible de notre retraite pour rédiger ce nouvel ouvrage encore plus synthétique avec les conlnlentaires et les réflexions que ces résultats nous inspirent en définitive, dans l'espoir de nlettre à la disposition des enseignants et des étudiants des professions de santé un instnlnlent de travail l11éthodologiquenlent et sociologiquelllent plus satisfaisant pour leur forlllation initiale ou continue. 10

du régime général de la Caisse Primaire d'Assurance Maladie de Nancy. Au fil des années ces exanlens ont été progressivelllent étendus à d'autres cantons de la Meurthe-et-Moselle, plus tard à des sectellrs voisins en Lorraine et en Challlpagne-Ardelll1e. Ainsi, plus récemment (de 1993 à 1997), près de 220000 adultes de plus de 20 ans (105194 hommes et 114432 fel11l11es) ont bénéficié de tels y bilans. b) Nous avons pu y proposer une question ouverte sur la meilleure définition de la santé à 4000 persoillles prélevées panni les 70000 ayant répondu favorablelllent à l'invitation de ce Centre de Médecine Préventive de Nancy de 1970 à 1973 (en section l, ch. 1 à 3). Panlli eux, il y avait : -125 agriculteurs et salariés agricoles (3, 1 %), -997 ouvriers (24,9 0/0), -797 enlployés (19,9 %), -680 cadres l110yens(17 %), -534 cadres supérieurs et assimilés (13,4 %), -867 non-actifs (21,7 %). La l11êmequestion ouverte a pu être reprise au sein d'une autre enquête dans une région un peu plus nlrale du Nord-Ouest de la Lorraine et du Nord-Est des Ardelll1esauprès d'un échantillon de 1000 adtlltes : nous COlllparerons les réponses des deux sites au chapitre 1. c) Ell 1978, nous avons poursuivi auprès de 11000 clients du l1lêmecentre d'exalllens de santé par une investigation avec des questions fermées, puis auprès d'un échantillon de conlparaison constitué de plus de 3000 habitants dans la région sanitaire de Nitllègue (Pays-Bas). Nous parlerons de ces questions et de ces populations en section 2 (ch.4 à 9). Dans l'intervalle des deux séries d'enquêtes, la population des examens de santé à Nancy a fortelllent augnlenté, nlodifiant quelque peu sa cOlnposition socio-professiolll1elle. Par exenlple, il y a davantage d'ouvriers (30,2 % au lieu de 24,9 %) et de cadres supérieurs (17,5 % au lieu de 13,4 %), nlais 1110insde cadres 1110yens (10,7 % au lieu de 17 %) et d'elnployés (13 % au lieu de 19,9 %), etc... Surtout les agriculteurs et salariés agricoles ont disparu, leur caisse d'assurance nlaladie ayant décidé d'organiser son propre bilan séparélnent Il

5. D'une question ouverte à des questions fermées.
Ainsi, pour accéder aux diverses représentations de la santé, nous avons choisi de mettre en œuvre la séquence classique d'une question ouverte dont les données guident la confection des questions fermées ultérieures. En outre, notre préférence pour la question ouverte auto-remplie tient à notre recherche d'effectifs socio-professionnellement variés et numériquement importants. Certes le recours à des entretiens permet plus d'approfondissement au COllrs des interrogatoires, lesquels restent susceptibles d'une grande adaptation à chaque répondant dans sa situation propre. Cependant, outre les limites quantitatives de cette méthode, on est fondé à craindre une homogénéisation possible des réponses sous l'influence de la personne ou des opinions de l'interviewer. En revanclle, notre questionnaire a pu être inséré dans ceux des bilans de santé, distribué et récupéré avec eux par les employés de ce service, qui sont reCOIIDUSomme étant généralement sans c interférence sur le contenu des réponses. A cette seconde étape, l'exploitation des questions a pu se faire par ordinateur en même temps que celle des autres données des examens. Aux deux étapes, nous avons préféré recourir à un échantillon de comparaison hors de toute influence imputable au seul Centre de Médecine Prévelltive : dans le Nord-Est de la France pour la question ouverte, aux Pays-Bas (dans la région de Nimègue) pour les questions fennées. Justeluent un des objets des sections 1 et 2 en Partie I sera de faire apparaître les convergences ou même d'éventuelles divergences entre les dellx prenlières enquêtes, puis entre les deux suivantes.

6. Faire parler des manuels autant que des cadres.
a) AlI COllrs de toutes nos précédentes investigations nous avons tenu à solliciter autant des manuels que des cadres: c'est-àdire ceux qui s'expriment malaiséluent con1llle ceux qui savent le faire habituellement, de manière à ce que les actions informatives et éducatives futures puissent faire droit aux besoins et aux attentes de tous, manifestés à travers leurs opinions et conduites. b) Bien sûr, la réussite d'un processus de ce genre demeure spécialement dépendante des capacités linguistiques et des modalités d'expression écrite ou orale des répondants pris en considération, du

12

nl0ins dans les chalnps sénlantiques restreints que la santé exploite au sein des territoires des langages humains. Alors on devine aisélnellt les difficultés ardues d'une approche sociologique des représentations. Car, quelles que soient les nléthodes adoptées pour la quantification et les regroupell1ents des éléll1ents de réponse, se pose inévitablenlent le délicat problèllle des signifiants et des signifiés (voir ch. 22, ~ I). En bref, plusieurs tenl1es rencontrés dans des milieux variés recouvrent parfois un contenu sinlilaire. Synlétriquenlent un seul tenlle enlployé dans des échantillons différellts conlporte, dans certains cas, plusieurs acceptions. C'est dire conlbien de telles difficultés linguistiques rendent conlplexes les études et analyses des variations socio-professionnelles ou socioculturelles ou par âge des représentations de la santé. c) Pour cOlnpliquer encore davantage nos approches linguistiques, rappelons que toute représentation individuelle réfère à des aspects cognitifs ou cOlnportementaux tout en confrontant les expériences de chacun avec les infonl1ations et nonl1es ayant cours dans la société alnbiante. Voilà pourquoi nos principaux résultats ont fait apparaître notall11l1entune cOlnplénlentarité des rôles sociaux respectifs des nlanuels et des cadres par delà leurs insistances inégales sur tel ou tel thèll1eayant trait à la santé. Cette denlière surgit alors soit pour les uns C0l11111e 1110yende se confonl1er aux finalités de la société, nlêlne au détri111ent e leurs d persolmalités propres, soit, au contraire pour les autres, COll1111e une façon supplénlentaire de récupérer la société à leur profit. Or, de telles appropriations ou désappropriations de la santé interviel1l1ent en conlplénlent de celles des fnlÎts du travail. De cette nlanière, les représentations de la santé contribuent à faire apparaître des conflits entre partenaires sociaux, dont elles apportent des reflets cognitifs en liaison avec les valeurs caractérisant les divers ll1ilieux. 7. A la découverte d'un imaginaire social de la santé. a) Pour tout chercheur en sociologie de la santé, en effet, il inlporte, par delà les niveaux plus accessibles des conduites et des opinions, des attitudes et des Inotivations, de parvenir peu à peu aux représentations qui leurs sont sous-jacentes et qui rendent conlpte des réalités psychosociales dont elles sont l' éll1anation.

13

Par exemple, la notion actuelle de santé a, dans les diverses civilisations gréco-latines et judéo-chrétiennes, certaines origines linguistiques et religieuses 7, qui demeurent des reflets persistants des

attitudes humaines en face de la vie et de la mort. Car les langages subsistent comme des institutions sociales multi-séculaires, voire l11illénaires, où les générations successives enregistrent leurs expériences fondamentales en ces domaines vitaux pour tous. De tels acquis sollicitent leurs descendants dans certaines formulations des attentes collectives en matière de survie avant ou après la mort. En particulier, la notion antique, surtout jlldéo-chrétienne, de salut a fortement concouru à dégager les vies religieuses individuelles hors de l'emprise des Etats pour les rattacher à des valeurs universelles qui dépassent les requêtes matérielles ayant cours dans telles ou telles sociétés d'alors. En ce sens, les idées sur le salut personnel ont acheminé progressivement à la conception juridique récente de toute santé individuelle. De même la poursuite d'un salut éternel pour chacun a préparé les mentalités modernes à se préoccuper résolument des santés tel11porelles de tous les individus humains, érigés de plus en plus souvent en personnes ayal1t aussi des droits en contrepartie de leurs devoirs envers leurs semblables ou leurs sociétés d'appartenance. b) Ainsi rejoint-on l'aspect social d'lule telle image de la santé, quand elle révèle les tendances caractérisant les opinions et les attentes des principales strates dans nos sociétés d'Europe occidentale. Ou quand elle établit un lien entre les patients qui aspirent à vivre le plus longtemps possible en restant bien portants et les professionnels dont la vocation est de combler au mieux de telles attentes par des actions curatives l11aiségalel11entinformatives et préventives auprès de leurs clientèles respectives. Sociale, cette image l'est bien davantage par l'orientation vers l'avenir de nos sociétés actuelles. Elle suscite ce dernier et l'impulse en cOl1tinuité avec le long passé culturel dont elles proviennent et qu'elles prolongent ou amplifient. En ce sens, la santé concourt à faire évoluer sociétés et professionnels vers un l11ieuxêtre qui est rendu possible grâce à l'expansion constante et nlêl11e accélérée des sciences et teclmologies bionlédicales.
7

Voir nos précédents ouvrages [1989, b, 1994, 1995, 1997, 1999]. 14

Partie l :

INVESTIGATIONS SOCIOLOGIQUES SUR L'IMAGE DE LA SANTÉ.

Présentation.
En Partie I, nous présentons la double série (sections 1 et 2) des recherches que nous avons annoncées en introduction et dont les données seront commentées dans les Parties II et III.

La section 1 va être consacrée aux deux premières enquêtes conduites au moyen d'une question ouverte (ch.l à 3), tandis que la section 2 le sera aux deux enquêtes suivantes par questions fermées (ch. 4 à 9). Dans cette double série il sera fait appel aux variations des réponses selon la catégorie socio-professionnelle et l'âge (ch. 2, 6 et 7), la deuxième investigation recourant, en outre, à certains niveaux socio-culturels au sujet de quelques items plus importants (ch. 8). Pour tenniner seront esquissées des associations ou constellations d'attitudes relatives à la santé (ch. 10). A l'évidence, l'homogénéité de la Partie I vient du regroupement des principaux résultats de ces deux séries d'enquêtes que nous avons eu l'opportunité de mener sur l'image de la santé. Dans son prolongement, les Parties II et III présenteront un approfondissement des commentaires et remarques que ces données nous ont inspirés au fur et à mesure de leur présentation à des réunions de chercheurs et dans des articles ou des ouvrages publiés depuis trois décennies. En faveur de la fOffi1ation initiale ou continue des professionnels de la santé, ce nouveau livre va inclure également des 15

remarques méthodologiques et épistémologiques au cours des réflexions plus spécifiquement psycho-sociologiques, dans la mesure où les investigations présentées en Partie I, fondées sur des effectifs exceptionnellement élevés, l'autorisent. Nous tenons aussi à ce que cet exposé soit en même temps l'occasion d'une initiation pédagogique, par delà les représentations de la santé, aux démarches critiques à mettre en oeuvre dans toute recherche sociologique concrète. Du reste, une telle initiation ne vise pas seulement un certain apprentissage de la recherche en sciences humaÎ11eset sociales, mais encore l'orientation de ces professionnels vers une certaine sagacité dans la lecture critique des données scientifiques diffusées par leurs propres revues, ainsi que par les media atteignant leurs patients.

16

Section 1 : UNE QUESTION OUVERTE DANS LE NORD-EST DE LA FRANCE.

Chapitre 1 : Résultats de deux enquêtes.

1. 1 Ce qu'est la santé d'après les réponses à une question ouverte. Au Centre de Médecine Préventive de Nancy (Lorraine), nous avons eu l'occasion d'entreprendre une investigation de longue durée par question ouverte auprès d'un échantillon de 4000 adultes, prélevés, rappelons-le, pam1i les 70000 usagers qui se sont présentés à l' exan1en de santé au cours de trois alll1ées et den1ie (1970-1973). Ces 4000 répondants (par écrit) à une question ouverte sur la meilleure définition de la santé nous ont fourni exactement 6172 éléments de réponse, soit une moyenne d'un et den1ipar individu. Au cours de la lecture des documents rédigés de la sorte, les mots-clés ou expressions rencontrés ont été notés en1piriquement de façon à dégager progressiven1ent les divers thèmes ainsi manifestés. Dans une première étape, les ten11esou loclltions ont fait l' objet de classifications provisoires, fournissant alors de premières grilles d'exploitation pour la suite. Avec le temps, les unes et les autres ont été peu à peu an1éliorées et complétées, aboutissant en fin de compte aux qllaral1teet un élél11entsde réponse retenus, souvent désignés ici par le terme d'items ou encore par l'expression de définitions de la santé: nous allons l11aintenantles énun1érer par ordre décroissant de leur fréquences en six niveaux (au ~ 1.2) : au-dessus de 400, de 300 à 400, de 200 à 300, de 100 à 200, de 50 à 100 de 25 à 50.

1.2 Classement des 41 items par ordre décroissant de leur importance numérique.
a) Deux expressions sont apparues plus de 400 fois chez les 4000 répondants (donc chez au moins 1 sur 10) du Centre de Médecine Préventive: - ne pas être malade 472 - la pleine forme 401. Soit 873 mentions (un peu n10ins du septième des 6172). b) De 300 à 400 notations, nous avons rencontré:

- le bon
- le

équilibre physique 360
356

-

bon équilibre mental la joie de vivre 324.

Soit 1040 mentions (plus du sixième du total). Les cinq thèmes précédents (sur 41) ont foun1i 1913 éléments (un peu l110ins du tiers de l'ensemble). c) Sept autres itel11s ont fait chacun l' 0bj et de 1672 réponses de la part de 200 à 300 enquêtés:

-passer un bilan régulièrement - se surveiller 257 - être suivi par un médecin 251 - se bien connaître 248 - l'essentiel 231

263

- la plus
- la

grande richesse 214 vie sans contrainte 208.

De ce fait on aboutit à 3585 notations, soit beaucoup plùs que la moitié du total des 6172 pour seulel11ent12 des 41 thèmes (un peu plus du quart d'entre eux). d) Arrivons aux 12 iten1ssurvenant entre 100 et 200 fois:

- le bon équilibre - le bonheur 174
- ne pas - le bon
- avoir

181

sentir son corps 169 moral 162 - se sentir bien dans sa peau 156

une vie régulière 155
150 141 guérir 114

- pouvoir travailler - avoir une vie saine

-profiter de la vie 122 - mieux vaut prévenir que
18

- ne pas

faire d'excès 102
une alimentation équilibrée 100.

- avoir

Ces 1726 notations s'ajoutent aux 3585 précédentes, conduisant à 5311 (86 %) pour 24 de nos 41 définitions de la santé (58,5 %). e) Panni les 17 autres ite111s,8 font l' objet de 50 à 100 111entionssoit 534) : (

-pouvoir

- ne pas
- un

affronter

tous les problèmes

92

penser à la maladie 78 - la bonne humeur 73
esprit sain dans un corps sain 72

-faire du sport 62 - l'équilibre dans la ,famille
- l'optimisme 52 - avoir bon appétit 52.

53

f) Les 9 den1iers oscillent de 25 à 50 111entionssoit 327) : (

- vivre

le plus possible

au grand

air 49 41

- voir
- bien

le médecin le moins possible 41
avoir peur de l'avenir
40 dormir

- ne pas

- l'épanouissement 37 - la sobriété 35 -le dynamisme 32 - se reposer 27 - vivre le plus longtemps possible 25. Une telle énu111ération par ordre décroissant d' i111portance nUll1érique n'a pas tenu conlpte des significations (les thènles) véhiculées par ces tenl1es ou expressions (les itell1s). Voilà pourquoi nous allons, au 9 1-4, proposer une seconde classification en fonction des sens (ou contenus) des itell1s (ou contenants). En ll1êll1e te111pS,nous C0111parerons les résultats de cette pre111ière enquête avec ceux d'une investigation ll1enée en dehors du Centre de Médecine Préventive: le 9 1-3 va d'abord présenter celle-ci.

1.3 Une seconde enquête dans le Nord-Est de la France.
Dans toute recherche, ll1êll1e si elle repose sur des effectifs i111portants, il i111porte de recourir à un autre échantillon pour une 19

con1paraison des dOlmées. Tel a été robjet d'une seconde enquête dans un secteur géographique distinct de la zone d'influence du C.M.P. de Nancy, à savoir dans le nord de la Meuse et des Ardelll1es. Nous avons eu, en effet, la possibilité d'introduire la nlêlne question ouverte dans un questiolll1aireplus général. Sur un ll1illier de perSOlll1essollicitées, 824 y ont répondu par écrit avec un total de 1095 tenl1es ou locutions. Pour confronter ceux-ci avec les 6172 élén1ents des 4000 clients du bilan de santé, nous procédons à dix regroupenlents d'itell1s autour des principales thén1atiqlles rencontrées. 1.4 Les 41 items en 10 groupements thématiques.

Sites d'enquêtes: Répondants: Réponses: Pourcentages:
a) 4 thènles sur la 111aladieet le 111édecin:

Ardennes et Meuse 824 1095 100 %

Nanc\ C.M.P. 4000 61 72 100 %

- ne pas être malade - être suivi par un médecin - ne pas penser à la maladie

- voir le médecin le moins possible Ense111bledes 4 thèn1es : b) 4 thènles sur la prévention:
- passer un bilan - se surveiller
- se hi en connaître
vaut prévenir que guérir Ensenlble des 4 thènles : c) 7 thènles sur des règles d'hygiène: régulièrement

7.1 4.5 1.2 1,3 14,1

7.6 4.1 1.3 0,7 13,7 4.3 4.2 4.0 l ,8 14.3 3.8 1,0 0,8 0.8 0,6

- mieux

2.8 1,0 0.7 4,5 3,0 1,0 1,7 0,7 1.6

- ne pas

faire d'excès - faire du sport - avoir bon appétit - vivre le plus possible au grancl air - bien dormir 20

- la sobriété

- se reposer

Ensemble des 7 thèmes: d) 4 thèn1es sur la vie:

1,2 1 ~3 1O~5 4,0 1,9 4,1 3,3 13,3 4,9 5,2 2~7 1~1 13,9 3~1 1,9 3~O O~7 0~3 9~0

0,5
0~4

7~9 3,4 2,0 2,5 2~4 10,3 6~5 2~7 1,2 2,5 12,9 5~2 2~8 2~6 l ~2 0~5 12,3

- une vie sans

contrainte

- profiter de la vie
une vie régulière une vie saine Ensemble des 4 thèmes: e) 4 thèn1es sur le bien-être physique:

-avoir

- avoir

- la pleine forme - ne pas sentir son corps - un esprit sain dans un corps sain - se sentir bien dans sa peau Enselllble des 4 thèmes: f) 5 thèn1es sur le bien-être psychologique: - la }oi e de vivre - le bonheur - le bon moral - la bonne humeur - l'épanouissement Ensen1ble des 5 thèn1es : g) 5 thèn1es sur l'équilibre:

- le bon
- le
- le
bon bon

équilibre physique
équilibre équilibre moral

10,3
10,0 2~4 3~0 25,7 1~0 0~9 0~7 O~4 3.0 1.9 21

5,8
5,8 2,9 1 ~6 0~9 17.0 1 ~5 0~8 0~7 O~5 0.4 3.9 3.5

- avoir

une alimentation

équilibrée

- l'équilibre dans la famille Ensen1ble des 5 thèn1es : h) 5 thèn1es sur l'avenir: affronter tous les problèmes - l'optimisme - ne pas avoir peur de l'avenir - le dynamisme - vivre le plus longtemps possible Ensen1ble des 5 thèn1es : i) 2 thèn1es sur ce qu'est la santé:

- pouvoir

- la plus grande richesse

- l'essentiel
Enselllble des 2 thèll1es : j) 1 thème sur le travail:

1,4 3,3 2,7

3,7 7,2 2,4

-pouvoir

travailler

1.5 Remarques sur les thèmes. a) Dans les deux enquêtes, le groupement sur l'équilibre est le plus développé: 1 réponse sur 6 au C.M.P., 1 sur 4 dans l'autre site. Ensuite survient celui sur la maladie et la médecine: 1 sur 7 aux deux endroits. Celui sur le bien-être physique (13,9 et 12,9 %) précède celui sur la vie (entre 13,3 % et 10,3 %) et celui sur le bienêtre psychologique (9 % et 12,3 %). Les items sur la prévention sont beaucoup plus évoqués à Nancy (4,5 % et 14,3 %), alors que ceux sur l'hygiène restent plus cités en Meuse et Ardennes (10,5 % et 7,9 %). De ll1êmeau C.M.P. 011 pense deux fois plus à ce qu'est la santé (3,3 % et 7,2 %). Moins retenus dans les deux sites, les thèmes orientés vers l'avenir SOlltdell1eurés panl1i les plus faibles (3 % et 3,9 %), peu avant celui sur le travail (2,7 % et 2,4 %). Bien entendu, chaque lecteur est libre de procéder à des regroupements différents des nôtres et éventuellelllent de contester ceux-ci à partir de nos dOlmées Nous avons retenu ceux qui nous ont paru davantage obvies. b) Soulignons le faible rôle joué par le lnédecin dans les évocations spontanées des deux échalltillons (5,8 % et 4,8 %), de lnêllle que celui par la ll1aladie (8,3 % et 8,9 %): respectivement dans environ 1 questionnaire sur 20 et presque 1 sur 10. Par cOlnparaison, les allusions à la vie (13,3 0A>t 10,3 %) et celles à ce e ., qu est la santé (3,3 % et 7,2 %) l'elllportent ensemble dans 1 réponse sur 6. L'addition des groupelllents Sllr le bien-être physique et psychologique (22,9 % et 25,2 %) atteint autour de 1 réponse sur 4, à proximité de ceux relatifs à l'équilibre (25,7 % et 17 0/0)qui varient de 1 réponse sur 6 à 1 sur 4. c) Dans l'ensenlble, on explique aisé111ent'Îlnportance prise l par la prévention et par ce qu'est la santé à Nancy du fait du C.M.P. où les répondants vielll1entde passer des exa111cns e santé. d Les ressortissants de la Meuse et des Ardennes on( par c0111pensation, voqué davantage l'équilibre et 1'hygiène. é
22

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.