//img.uscri.be/pth/560494b3ae9a516be3a0a3a1fdc9b54ce6a88b0d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'information médicale

De
94 pages
Informer le patient et par extension le grand public avant tout acte médical est une obligation légale. Certes, mais l'application de la loi reste une gageure et d'une complexité qui donne lieu à une interprétation disparate et plurielle. Cet ouvrage se propose d'éclairer les particularités de l'information médicale au centre d'une relation singulière entre médecin-malade.
Voir plus Voir moins

L'INFORMATION MEDICALE
Informer le patient et le grand public:
de l'obligation légale à la pratique@
L'Harmattan, 2009
5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan l@wanadoo.fr
ISBN: 978-2-296-07267-1
EAN: 9782296072671Lionel CHARBIT
L'INFORMATION MEDICALE
Informer le patient et le grand public:
de l'obligation légale à la pratique
L' HarmattanPratique et Ethique médicales
Collection dirigée par Richard Moreau et Roger Teyssou
La collection Les Acteurs de la Science, prévue pour recevoir des
études sur l'épopée scientifique moderne, se dédouble pour accueillir
des ouvrages consacrés spécifiquement aux questions fondamentales
que la santé pose actuellement. Cette nouvelle série cherche à faire le
point objectivement et en dehors des modes sur des connaissances, des
hypothèses et des enjeux souvent essentiels pour la vie de l'homme.
Elle reprend certains titres publiés auparavant dans Acteurs de la
science.
Déjà parus
Docteur Jean CHABRIER, Seules les femmes savent marcher
avec des talons aiguilles. Souvenirs d'un gynécologue
accoucheur,2008.
Philippe RAUL T-DOUMAX, L'assurance-maladie au risque
de la mondialisation, 2008.
Philippe PIRNA Y, L'aléa thérapeutique en chirurgie, 2008.
Angélique SENTILHES-MONKAM, L 'hospitalisation à
domicile, une autre manière de soigner, 2007.
Vincent DELAHA YE et Lucie GUYOT -DELAHA YE, Le désir
médical, 2007.
Georges DUBOUCHER, Adieu ma belle Médecine. Logique
d'une métamorphose, 2007.
Aziz Charles MESBAH, Mémoires d'un pédiatre, 2007.
Bruno GREFFE, Mes gardes de nuit à l 'hôpital, 2006
Georges TCHOBROUTSKY, Les limites de la médecine, 2006.
Vanina MOLLO, Catherine SAUV AGNAC, La décision
médicale collective, 2006.
Jacques FRANCK, La ballade du généraliste, 2006.
Henri LAMENDIN, Petites histoires de l'art dentaire d'hier et
d'aujourd'hui,2006.
Arnault PFERSDORFF, Ethique et pédiatrie, 2006.
Claude WAGNER, L'ergothérapie, 2005.
Philippe RAULT-DOUMAX, Etablissements de soins publics
et privés. Y a-t-il un avenir au partenariat hôpital-clinique,
2005.Lionel Charbit est chirurgien, ancien interne et chef de clinique de
l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris. Excepté son activité
médicale, il a occupé une fonction de responsable qualité dans un
établissement de santé et participe aujourd'hui, en tant qu'expert
visiteur pour la Haute Autorité de Santé, à des visites de
certification des établissements de santé.
Site Internet de l'auteur: http://www.infochir.frCe travail a été initié dans le cadre du Master Gestion et Politiques
de Santé- Sciences-Po Paris, dirigé par Didier Tabuteau, conseiller
d'Etat et professeur à Sciences-Po.
Merci à Paul Benkimoun, journaliste au Monde, pour sa
disponibilité et sa gentillesse.Du même auteur chez 1'Harmattan
Commun des mortels
Voyage au bout de la vie ou l'expérience d'unjeune chirurgienINTRODUCTION
La loi du 4 mars 2002, relative aux droits des malades et à la
qualité des systèmes de santé, a instauré une démocratie sanitaire
en France. Résultat d'un siècle de réflexions philosophiques,
sociétales et éthiques, cette loi proclame pour la première fois que
tout usager du système de santé, et afortiori tout malade, a le droit
à l'autonomie, au secret et à la transparence. Le législateur a
souhaité replacer la personne malade au cœur de la relation
médicale, au sein d'une relation plus égalitaire, où le patient est
reconnu comme un véritable citoyen. Bien que ce principe fût au
cœur de textes fondateurs de la médecine clinique, tels que le
Serment d'Hippocrate ou le Code de déontologie médicale, le
législateur réaffirme néanmoins les droits fondamentaux du patient
comme un principe constitutionnel de sauvegarde de la dignité de
la personne humaine!, qui procède des droits de l'homme. La loi
du 4 mars 2002 précise que toute personne a le droit d'être
informée sur son état de santë, donnant ainsi la prééminence à
l'information médicale qu'elle place au centre de ces droits
fondamentaux, au-delà de la seule obligation déontologique faite
au médecin. Même si le cadre normatif de ce droit a été défini par
la loi, sa codification n'en reste pas moins une gageure pour le
législateur, qui pose les bases légales d'une communication intime,
en s'immisçant dans le face-à-face médecin-malade, si spécifique
qu'on le qualifie de colloque singulier.
Toutefois, l'information médicale personnalisée s'oppose parfois à
celle du grand public, dont le malade, en tant qu'être social, est
coutumier. Impliquant des mécanismes complexes, les modalités
d'information sont multiples, et les sources d'information légion,
comme en témoigne le nombre croissant de sites Internet dévolus à
la santé. Ainsi, le praticien se trouve face à l'obligation légale