La médecine demain ?

De
Publié par

Nous sommes en train de vivre un changement de paradigme de la thérapeutique, de l’actuelle chimie (voici vingt ans qu’aucune molécule nouvelle n’a été mise sur le marché) à une thérapie génique individualisée par stimulation ou remplacement des gènes déficients. Or, les résultats dans ce domaine se comptent encore sur les doigts d’une seule main… Notre approche originale n’en est pas éloignée, car elle systématise les troubles organiques par la notion hippocratique des « terrains » (fragilité génétique), et elle observe ensuite, au sein de ces différents terrains, le comportement de marqueurs biologiques larges, ce qui nous permet de mieux comprendre l’évolution de notre état de santé et les corrections nécessaires à apporter.

Grâce aux BNS, nous identifions au sein du protéome sérique (fidèle expression du génome) les divers déficits des régulations et pouvons proposer par le calcul sur bases de données médicales, une thérapie tissulaire (végétale, animale et/ou minérale) de correction parfaitement adaptée.

Les plantes, qui sont nos lointaines cousines (nous avons un ancêtre commun procaryote), ont développé des capacités de régulation particulières pour survivre aux conditions de température, d’hygrométrie, de pauvreté du sol, d’attaques des prédateurs, etc. Ainsi, chaque plante a hypertrophié des capacités particulières,
observables dans ses formes, couleurs, saveurs, odeurs, cycle végétal… Elle sera donc médicinale pour l’homme qui, par sa maladie, aura perdu les régulations correspondantes. Quand nous prescrivons une plante (ou ses sels et essences) sur ces bases, nous ne faisons pas une thérapeutique symptomatique, mais une véritable « greffe de tissu végétal », avec des effets de régulation souvent étonnants.


Françoise et Jean-Yves Henry sont passionnés depuis trente ans par cet outil de compréhension « holistique » du vivant et par les résultats obtenus à l’aide de moyens simples, écologiques et économiques. Ils vous invitent à les rejoindre dans cette réflexion sur leur site : www.medecine-integree.com.

Publié le : samedi 19 septembre 2015
Lecture(s) : 9
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782970060536
Nombre de pages : 188
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Enpratique
Nousdévelopponsiciuneréflexionpratiquesurlamédecinequinousestproposéeactuellement,cellecines’intéressantlaplupartdutempsqu’auxconséquencesdesaffectionsobservéesetfaisantl’impassesurlacorrectiondescausesdecellesci,selonleschémasuivant:Cause(s)AdaptationbiologiqueetpsychologiqueManifestationsOr,lasuppressionsymptomatiqueestsouventunpisaller,l’absencedesymptômenesignifiantpaslabonnesanté!Lacorrectiondeséquilibresbiologiquesquisoustendentleterraindupatientpermetd’agirsurlescausesouaméliorel’adaptation,réalisantainsiuneextinctionprogressiveetphysiologiquedessymptômes.Ilestdenombreuxcaslamédecineallopathiqueestimpuissante,nepouvantagirsurlescausesdutroubleetsecontentantdetraitementssymptomatiquessuccessifs.UnbonexempledelacomplexitédesphénomènesnousestfourniparlaDrépanocytose[39]:ils’agitd’unemutationd’ungènecodantl’hémoglobinequimodifiel’affinitédel’hémoglobinepourl’oxygène,cequidanscertainesconditionsdéformeleglobulerougeetluidonnelaformeenfaucillecaractéristiquedelamaladie.Or,cedéfautgénétiquen’expliquepaslesformesvariéesdel’évolutiondecetteaffection:certainspatientsprésententdescrisesdouloureuses,d’autresdeshémolyses,desinfarctus,ousimplementuneanémiechronique…d’autresfacteursinfluencentdoncl’expressionclinique?!Onpeutconstruireunmodèlemathématiquequirendcomptedel’influencedecesdifférentsfacteurslesunssurlesautres,larésultanteétantl’expressionpathologiquepersonnelle.
99
Fig.1:G=Gènecaractéristiquedelamaladie(peutêtremultiple:G1+G2+G3…:desantécédentsfamiliauxparfoisrévélateurs?);D=Autresgènesquiinfluencentlamaladie(voiesmétaboliques);E=Facteursenvironnementauximpliquésdanslamaladie(stressoxydatif);Int=Phénotypeintermédiaire:étatd’équilibredumilieuintérieur(inflammation,sclérose,thromboseouhémorragie,suppurationounécrose…);P=Phénotypepathologique:lessymptômescliniquesdecepatient.
Fig.2:BNSd’uncasdedrépanocytosequiconsultepourasthénieetictère:l’ensembledestestsduprofilbiologiqueesttrèsperturbé:l’inflammationchronique(hyperBêta+Gamma)estpatente,demêmequel’anémie
100
(hypoAlpha1)etlevided’énergie(hypoAlpha2).Lestressoxydatif(Euglobulines)estimportant.Lesrégulationsmétaboliquessontégalementperturbées.Cetexempled’unemaladieinvalidanteàl’évolutioncapricieuse,nouspermetdecomprendrequesil’onnepeutchangerlegènedéfectueux,onpeutévaluerprécisémentlesdifférentscofacteursdelamaladieet,enlescorrigeant,améliorerconsidérablementetdurablementl’étatcliniquedupatient.Mêmedansdesaffectionsnonspécifiés(certainesnelesontjamais!),ilpossibled’agiravecbénéfice,enoptimisantlesrégulationsduterrainquisoustendentlestroublesobservés.Notresantéestlerésultatdemillionsd’interactionscomplexes,tantauniveaudesstructuresquedesfonctions.Comprendrelesmécanismesderésiliencedesystèmesaussivariésquecomplexesestlaplupartdutempshorsdeportéed’uneapprochestrictementanalytique.L’utilisationdetestsbiologiques«larges»,dontlesdonnéesserecoupent,apporteuneperspectivenouvelledanslacompréhensiondestableauxcliniquesobservés,souventdénommé«terrain»ou«diathèse»,c’estàdirefragilitéparticulièreettendanceàreproduiretoujourslemêmetypedemaladie(ex.:terrainallergique,diabétique,rhumatismal...).Lechangementdeperspective,dudiagnosticponctuelàlacompréhensiondesfragilitésduterrainetàleurévolutiondanse letemps,constitueral’avancéemédicaleduXXsiècle.Enoutre,dansson«parcoursdesoins»,lepatientasouventl’impressiond’être«saucissonné»entrelesdifférentesspécialitésmédicales,quipeuvents’ignorerousecontredire!Lepositionnementdupatientfaceàsamaladieestessentiel:celuicisequestionnesurlanatureetlagravitédesesmanifestations,unemaladiequis’inscritcertainementdansunelogiqueévolutive,iln’estpasquecettemaladie!Seuleladistanciationprisedereculpermetd’intégrercetépisodepathologiqueàsonhistoire
101
etdeluidonnerunsens.Cepositionnementdupatientfaceàsestroublesestessentiel(unsoutienpsychologiquepeutêtrenécessaire),ilpermettrauneacceptationetunedynamiquedetraitementbienmeilleure,car«guérirunpatient,c’estl’aguerrir!».Ainsi,ilpourrafairequecetaccidentdeparcourslamaladienesignepasl’arrêtdesonhistoiredevie,maisqu’ilpuissel’intégreretladépasser.Lesdifférentesméthodesdetraitementsediscutentensuite.Labiologiedeterrain,parsonapprochesynthétiquedelasituationduterrain,proposeunealternativepersonnaliséeautraitementstandard(allopathique)delamaladiediagnostiquée.Nousallonsvousdécriredansleschapitresquisuiventquelquesaffectionstypiques,avecleurstraitementsclassiques,enmettantenavantlestroublesduterrainquenousavonspuobserver,ainsiquelestraitementsnaturelslesplussouventproposésparlecalcul,quisesontrévélésmajoritairementefficaces.Celivren’estpasunrecueilde«recettes»thérapeutiques:unemêmeaffectionpeutavoirdesmodalitésdifférentes,descausesetdesadaptationsvariables!D’oùl’intérêtd’uneévaluationduterrainquivamettrecesdysfonctionsenévidence,lesquantifier(cequelacliniquenepeutpasfaire)etchoisirlescorrectionsoptimalessusceptiblesd’améliorerlecas.Silabiologiedeterrainauncoût,ilestviteamortiparlaprécisiondiagnostiqueetlarapiditéd’actiondessolutionsproposées.Discoursdumédecinàsonpatient,enfindeconsultation:«Lepremiermédicamentestpourvotrearthrite,maiscetraitementpeutvouscauseruninfarctus.Lasecondeprescriptionestpourprévenircerisque,maiscemédicamentpeutendommagervotrefoie.Letroisièmeremèdeestdoncpourprévenircerisquehépatique,maisilpeutattaquervotrerate.Lequatrièmemédicamentprotègevotrerate,maisilrisquedefairedégénérerlaprostate.Lecinquième…!»
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.