Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,75 €

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le jeune enfant sourd

De
184 pages
Les jeunes sourds de maintenant atteignent des niveaux supérieurs à leurs aînés. La technologie a beaucoup évolué tant en ce qui concerne les moyens de communication que de l'arrivée des prothèses auditives numériques plus performantes, des implants cochléaires de plus en plus pratiqués, permettant à un certain nombre de sourds un meilleur accès à l'oralisation. Comment toutes ces nouveautés sont-elles accueillies ? Comment s'articulent-elles?
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Lejeune entant sourd
Consensus

et controverses

Groupe d'Etudes et Recherches sur la Surdité

1, square du Croisic, 75015 Paris www.gers-biling.net

Le bilinguisme, aujourd'hui et demain Comment, pourquoi le le bilinguisme précoce? Bilinguisme et implants, qu'en est-il ? Novembre 2003 - 17 € Edition G ERS/CTNERHI

Le bilinguisme: bien lire, aimer lire Comment utiliser fructueusement la connaissance de la LSF pour entrer dans l'écrit? Doit-on considérer l'écrit comme une transcription de l'oral ou bien comme une langue à part entière avec ses propres contraintes phonologiques ? Quels sont les moyens et les méthodes trouvés par les équipes bilingues pour y parvenir? Pour les tout-petits, la maternelle, le primaire, le secondaire? Novembre 2004 - 15 € Edition GERS

Relations Sourds-Entendants dans les équipes CONTACTS Sourds-Entendants n° 1 Que se passe-t-il dans les équipes Sourds- Entendants ? Parents, professionnels sourds et entendants, quels points de vue? Novembre 2005 15 € Edition GERS

-

Être Biculturel: le cas des Sourds CONTACTS Sourds-Entendants n° 2 Etre biculturel est fréquent chez les entendants. Qu'en est-il des personnes sourdes? Vivre sa surdité en étant biculturel, bilingue, sans complexes, pour une meilleure qualité de vie... Novembre 2006 - 15€ Edition 1'Hannattan/GERS

Lejeune

enfant sourd
Consensus et controverses

Actes
Journée d'études
18novembre 2007
Groupe d'Etudes
L'

~mattan

et Recherches sur la Surdite

CONTACTS
SOURDS-ENTENDANTS
N°) Mars 2007 La revue Contacts Sourds-Entendants a été fondée par le GERS en 2006 pour être un lieu de diffusion des idées échangées entre Sourds et Entendants ; également pour promouvoir une éducation des Sourds conforme à leurs besoins identitaires, avec le souci constant de leur donner le maximum de chances tant sur le plan culturel que sur celui de leur épanouissement personnel. Le « bilinguisme », français oral/écrit et langue des signes, en est la pierre angulaire. Tout comme l'accès à la lecture, et à l'oralisation quand cela est possible, le droit de l'enfant sourd à la langue des signes doit être respecté. Cette langue témoigne du génie humain, de sa capacité à générer une langue gestuelle riche et complexe. Pour de nombreux Sourds profonds et sévères, elle représente un besoin vital. Nous souhaitons aborder ici tout ce qui peut intéresser la surdité des enfants et des adultes, dans un large esprit d'ouverture. Les propositions de textes sont les bienvenues; un document rassemblant les normes de présentation est à la disposition des auteurs.
Directrice de la publication: Annette Gorouben Dessin de couverture: Pascal Finjean
Infographie: Marc et Martine Renard

- Éditions

du Fox

GERS: 1, square du Croisic, 75015 Paris www.gers-biling.net

@ L'Harmattan,

2008

5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr

ISBN: 978-2-296-05893-4 EAN : 9782296058934

Comité de lecture
Yves Delaporte
Ethnologue, Directeur de recherche au CNRS

Annette Gorouben Orthophoniste,Présidentedu GERS Dr Jean-Claude Gorouben Pédiatre,Ancien Interne des Hôpitaux de Paris Ex-chef de Clinique Hélène Hugounenq
Doctorante en ethnologie sociale

Dr Elisabeth Zucman
Médecin de rééducation fonctionnelle, Présidente d'honneur du GPF

Remerciements
Nos remerciements chaleureux à la Fondation Orange pour son appui lors de la réalisation des journées d'études du GERS. La traduction en langue des signes française (LSF) des conférences de la journée du 18 novembre 2007 a été assurée par les interprètes du SILS (Service d'Interprètes en Langue des Signes).

'n

--v
~

~
G
Introduction

Sommaire

~
9 .17 ...... ..35

Annette Gorouben La loi 2005 : implications Hélène Hugounenq L'intégration, ce n'est pas si simple Aude de Saint-Loup... L'intégration
Ama ud B 0 uh i er.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61

La scolarisation de l'élève sourd, un chemin très fréquenté.
Christophe Touchais 69 Les implants cochléaires chez l'enfant sourd, perspectives et développement
B eno ît Viro le. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .83

Non au diagnostic précoce de la surdité
Dr Jean-Michel Delaroche ...99

Parents entendants, les raisons d'un non-choix pour leur enfant sourd
Marie-Laure Fruchard ... .119

Choix des parents et éducation des jeunes sourds: quelles conditions et quelles politiques publiques?
Jérémie Boroy ...149

Parcours de scolarisation bilingues avec ou sans maintien du français oral: vers des pratiques différenciées
Anne Vanbrugghe.. Clin d'œil sur la recherche... Annette Gorouben .157 ..177

Annette

Gorouben

Présidente du GERS

'fJ

..,
~

~
Introduction

G

~

Nous aurions pu intituler ainsi cette journée... Ce qui concerne la surdité fait toujours débat. Chacun des thèmes abordé aujourd'hui produit son cortège d'interrogations: pourquoi, pour qui, comment? La loi 2005 introduit des changements qui se voudraient bénéfiques pour toutes les personnes que l'on pourrait nommer « non standard». «L'égalité des chances» est une bien jolie formule. Bien des points en sont remarquables, pleins de bonnes intentions; mais qu'en est-il des réalisations? Les moyens employés sont-ils à la hauteur des propositions? Hélène Hugounenq, doctorante en ethnologie et anthropologie sociale à l'EHESS, exerce une charge d'enseignement à l'université Marc Bloch de Strasbourg. Après avoir appris la langue des signes, le thème de ses recherches tourne autour de cette langue et de ses locuteurs. Elle a d'abord étudié l'évolution de l'enseignement de la langue des signes aux entendants par les sourds. Puis, elle a interrogé la notion d'intégration des sourds

o

ui mais...

CONTACTS

-

N8,

- Lejeune

entant sourd. Consensus

et controverses

à travers une observation des pratiques langagières des sourds et une analyse des discours autour de la langue des signes. Aujourd'hui, ses recherches s'orientent vers une ethnologie de l'écrit des sourds. Elle s'intéresse ici à l'aspect de la loi de 2005 concernant la langue des signes dans l'éducation des sourds. Inclusion, intégration, scolarisation? Les termes choisis ontils autant d'importance que la façon dont on fait les choses? Comment les jeunes sourds vivent-ils leur scolarisation? Le thème de l'intégration et de la scolarisation des jeunes sourds est vu à travers trois regards. Aude de Saint-Loup, directrice du cours Morvan, a été professeure d'histoire-géographie en milieu ordinaire puis au Cours Morvan dont elle est devenue directrice en 1999. Ses recherches sur l'histoire des sourds, particulièrement au MoyenÂge, ont donné lieu à quelques articles passionnants. En tant que directrice de cette école spécialisée qui fut longtemps la seule à permettre à une élite de jeunes sourds d'accéder aux études supérieures, elle aborde leur enseignement actuel, ses réussites et ses écueils. Arnaud Bouhier, sourd, est enseignant de technologie au Cours Morvan. Il est bilingue (français oral/écrit et LSF) et nous parle de ce que fut sa scolarité. En milieu ordinaire jusqu'en troisième, puis au Cours Morvan quand ce lui fut devenu trop difficile, et enfin à l'université où ce fut, dit-il, «un parcours du combattant », il nous parle de sa propre expérience, puis de ses observations concernant ses élèves issus soit de l'intégration soit du milieu spécialisé. Christophe Touchais, sourd lui aussi, bilingue mais ayant choisi l'expression en LSF, s'inquiète de ce qui se passe autour de l'enfant sourd en intégration, de la mobilisation de multiples personnes de divers services, le situant ainsi comme sujet central d'une pièce de théâtre aux trop nombreux acteurs.

12

Introduction

- Annette Gorouben

Les implants cochléaires font-ils toujours aussi peur? Que sait-on maintenant? C'est un thème récurrent dans beaucoup de conversations entre sourds. Une information aussi objective que possible leur est due et c'est ce que nous souhaitons apporter aujourd'hui, afin que les enfants porteurs d'implants puissent bénéficier de l'aide des professionnels sourds et de la LSF dont ils ont besoin à notre avis comme tous les jeunes enfants sourds. Benoît Virole, psychologue bien connu en surdité, directement au contact d'enfants implantés, nous apporte son éclairage fin et nuancé à la fois sur l'apport de cette technologie, mais aussi sur la prudence dont il faut faire preuve pour que l'équation enfant

implanté == enfant entendant == intégration scolaire en milieu
ordinaire ne soit pas la règle. Le dépistage néonatal universel de la surdité à deux jours de vie? Les avis sont partagés. Il faut en parler, réfléchir à ce que cela peut induire d'inquiétudes souvent non justifiées (faux positifs) pour les familles et que s'expriment ici les réticences. Le Dr Jean -Michel Delaroche, pédopsychiatre, psychanalyste, est responsable du secteur infanto-juvénile « Enfance et Surdité» du Centre Hospitalier d'Orsay, aux Ulis (Essonne). Il est président de Rarnses (Réseau d'Actions Médicopsychologiques et Sociales pour Enfants Sourds), association qui a pour vocation de rapprocher les différents professionnels concernés par la santé mentale de l'enfant sourd. Ramses vient d'organiser le 12 octobre 2007 à Paris sa 9ème journée d'étude « Lorsque l'enfant sourd paraît... Prévention des troubles psychiques du bébé et du jeune enfant sourd ». Comment les parents peuvent-ils s'y retrouver dans toutes ces controverses qui agitent le milieu professionnel entendant et le milieu sourd? Oral/LSF ? Comment le choix des parents est-il le plus souvent orienté? La dichotomie artificielle qui leur est souvent imposée s'appuie sur des dangers plus fantasmatiques que réels, mais la possibilité de choix réel est aussi tributaire d'un parcours bien difficile. C'est Marie-Laure Fruchard, maman 13

CONTACTS - N8; - Lejeune entant sourd. Consensus et controverses

de deux enfants sourds implantés, qui nous parle avec humour et combativité de son itinéraire, des obstacles rencontrés pour parvenir à réaliser le choix qui est le sien: le bilinguisme pour ses enfants sourds, Quelles sont les propositions éducatives faites aux parents et quelles sont les politiques qui devraient logiquement se mettre en place? Où en est-on? Jérémie Boray, lui-même sourd de naissance, est diplômé de l'Institut d'Études Politiques (Sciences Po de Paris) et a exercé les professions de journaliste et d'assistant-parlementaire. Depuis 2004, il est président de l'Unisda qui fédère les principales associations nationales représentatives des personnes sourdes ou malentendantes et de leurs familles. À ce titre, il siège à la commission permanente du Conseil national Consultatif des Personnes Handicapées (CCPH), dont il est actuellement le vice-président, au conseil de la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie (CNSA), au conseil d'administration de l'Agefiph et au comité national du Fonds pour l'Insertion des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique. Il participe à de nombreux groupes de travail pilotés par les pouvoirs publics et nous parle des difficultés d'application ou de la non-application des lois votées en 2005, de leur impact sur les choix éducatifs des jeunes parents qui, face aux administrations, se trouvent dans l'embarras. Enfin Anne Vanbrugghe, professeure formatrice à L'Institut National Supérieur de formation et de recherche pour l'éducation des jeunes Handicapés et les Enseignements Adaptés de (INS-REA) de Suresnes où elle coordonne le département Surdité, nous parle de l'enseignement du français au sein de l'enseignement fait aux jeunes sourds. Que devient le français oral au sein de ces différents aménagements? Convaincue de la nécessité de la LSF pour tout enfant sourd ou malentendant, Anne Vanbrugghe examine, sans concession, la question de l'expression orale de l'enfant sourd, les conditions strictes du 14

Introduction

- Annette Gorouben

maintien de l'oral dans les projets bilingues et les situations où celui-ci apparaît complètement incongru, voire destructeur. Vous voyez bien combien de questions importantes se posent encore et toujours Nous ne prétendons pas ici apporter des réponses, mais parler de ces sujets sensibles qui inquiètent en différents lieux Il ne s'agit évidemment pas de s'opposer stupidement à des progrès éducatifs ou techniques, de prôner un conservatisme stérile. Cela ne mène à rien. Il s'agit plutôt de présenter certains aspects qui demandent à être discutés, réfléchis; de nommer les inquiétudes, de leur donner corps en les présentant à la discussion, et d'infléchir éventuellement des orientations trop rigides, non bénéfiques aux enfants sourds Les thèmes dont nous débattons sollicitent les professionnels de la surdité, les parents et bien entendu les personnes sourdes, les premières intéressées.

15

Dessin de Pascal Finjean pour le colloque du GERS du 21 novembre

2004

Hélène Hugounen9
Doctorante en ethnologie et anthropologie EHESS (Paris) sociale

~

<1
~
:

~
o

La loi 2005

implications

~

Résumé
La loi n° 2005-102 du Il février 2005 dite« pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées» devait donner de grandes orientations pour favoriser l'intégration des personnes handicapées. Mais que peut-on en attendre réellement? Parmi les orientations proposées, nous nous pencherons principalement sur celles qui concernent la langue des signes. Reconnaissant officiellement cette langue, et réaffirmant la liberté de choix entre une communication bilingue et une communication en langue française uniquement, cette loi est apparue comme une victoire, la victoire des sourds, la fin du besoin de se justifier, de se battre pour faire valoir leurs droits. Mais une reconnaissance linguistique et politique suffit-elle pour une prise en compte de la langue des signes dans l'enseignement, dans les efforts d'accessibilité? Dans quel cadre la loi 2005 s'inscrit-elle? Quelle est sa spécificité par rapport à celles qui l'ont précédée, et qui paraissaient également en faveur de la langue des signes?