//img.uscri.be/pth/d4e5edd17e6ce7d1364d34f7e6ebf4ec9a8597d7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,00 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Les mots-clés en soins palliatifs

De
140 pages
Il ne s’agit pas d’un manuel de soins palliatifs, la plupart des données techniques, des noms de médicaments, des posologies, des modes d’emplois précis, ayant été volontairement omis pour laisser toute sa place à une compréhension des orientations accessible au plus grand nombre. Bien sûr, la consultation de l’ensemble des entrées finit par brosser un tableau global, sans qu’elle soit cependant indispensable à la compréhension d’un thème spécifique. Lorsque des sujets nécessitent cependant pour leur compréhension celle de sujets connexes, des renvois aux entrées concernées sont insérés dans le texte.


Michel Benamou, 52 ans, est médecin, spécialiste en Gériatrie, diplômé en Soins Palliatifs et en Prise en charge de la Douleur, et Docteur en Sciences. Praticien hospitalier dans un hôpital de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, il est responsable depuis de nombreuses années d’une Unité de Soins Palliatifs et d’une Equipe Mobile de Soins Palliatifs.
Voir plus Voir moins
Soins PalliaIfs
L’objecf de ce ïvre est de mere à dïsposïon un répertoïre desmots des soins palliaIfs » « , un pet exïque aïsément consutabe pour quïconque, profes sïonne ou non, ressent e besoïn de comprendre une noon parcuïère. I ne s’agït pas d’un manue de soïns païafs, a pupart des données technïques, des noms de médïcaments, des posoogïes, des modes d’empoïs précïs, ayant été voontaïrement omïs pour aïsser toute sa pace à une compréhensïon des orïentaons acces sïbe au pus grand nombre. Bïen sûr, a consutaon de ’ensembe des entrées inït par brosser un tabeau go ba, sans qu’ee soït cependant ïndïspensabe à a com préhensïon d’un thème spécïique. Lorsque des sujets nécessïtent cependant pour eur compréhensïon cee de sujets connexes, des renvoïs aux entrées concernées sont ïnsérés dans e texte.
diplômé en Soins PalliaIfs et en Prise en charge de la Douleur, et Docteur en Sciences. PraIcien hospitalier dans un hôpital de l’As sistance Publique – Hôpitaux de Paris, il est responsable depuis de nombreuses années d’une Unité de Soins PalliaIfs et d’une Equipe Mobile de Soins PalliaIfs.
mots-clés Lesen Soins PalliaIfs
Michel BENAMOU Soins palliaIfs Δ
sauramps médical
Les mots-clés en Soïns Païafs
Ce ogo a pour objet d’aerter sur a menace que représente pour ’avenïr de ’écrït, tout parcuïèrement dans e domaïne unïversïtaïre, e déveoppement massïf du « photocopïage ».
Cee praque quï s’est généraïsée, notamment dans es éta-bïssements d’enseïgnement, provoque une baïsse brutae des achats de ïvres, au poïnt que a possïbïïté même pour es auteurs de créer des oeuvres nouvees et de es faïre édïter correctement est aujourd’huï menacée.
Nous rappeons donc que a reproducon et a vente sans auto-rïsaon, aïnsï que e rece, sont passïbes de poursuïtes.
Les demandes d’autorïsaon de photocopïer doïvent être adressées à ’édïteur ou au Centre françaïs d’expoïtaon du droït de copïe : 3, rue Hautefeuïe, 75006 Parïs. Té. : 01 43 26 95 35.
Tous droïts de traducon, d’adaptaon et de reproducon par tous procédés, réservés pour tous pays. Toute reproducon ou représentaon ïntégrae ou paree, par queque procédé que ce soït, des pages pubïées dans e présent ouvrage, faïte sans ’autorïsaon de ’édïteur est ïïcïte et constue une contrefaçon. Seues sont autorïsées, d’une part, es reproducons strïctement réservées à ’usage prïvé du copïste et non desnées à une uïsaon coecve, et d’autre part, es courtes cïtaons jusiées par e caractère scïenique ou d’ïnformaon de ’oeuvre dans aquee ees sont ïncorporées (art.L. 122-4, L. 122-5 et L. 335-2 du Code de a proprïété ïnteectuee).
©SAURAMPS MEDICAL, 2017 Dépôt éga : Févrïer.2017 I.S.B.N. : 979.1030301069 EAN : 9791030301069 Imprïmé en France
Les mots-clés en Soïns Païafs
Mïche BENAMOU
11, boulevard Henri IV 34000 Montpellier www.saurampsmedical.com
L’auteur
Mïche Benamou, 52 ans, est médecïn, spécïaïste en Gérïatrïe, dïpômé en Soïns Païafs et en Prïse en charge de a Doueur, et Docteur en Scïences. Pracïen hospïtaïer dans un hôpïta de ’As-sïstance Pubïque – Hôpïtaux de Parïs, ï est responsabe depuïs de nombreuses années d’une Unïté de Soïns Païafs et d’une Equïpe Mobïe de Soïns Païafs.
5
Les progrès de a médecïne sur un pan dïagnosque et théra-peuque permeent de guérïr un grand nombre de maadïes ou de proonger a vïe, maïs aussï de prédïre des maadïes fataes ou ’ïncurabïïté d’une maadïe en cours de traïtement.
Autant a guérïson ou ’aongement de a durée de vïe avec conservaon d’un bon état généra témoïgnent d’un progrès ïn-dïscutabe, autant e faït de prévoïr a mort d’une personne ïnter-roge, d’autant qu’ï reste ïmpossïbe d’en précïser es déaïs et es condïons. Car tout au pus est-on capabe de donner des éé-ments stasques de durée de survïe, quï n’ont pas de iabïïté précïse pour une sïtuaon donnée : a connaïssance scïenique permet seuement d’aîrmer qu’ï n’y a pas ou pus de thérapeu-que eîcace.
I s’agït à d’un savoïr bïen dérangeant car cee prédïcon peut, dans certaïnes sïtuaons, être étabïe sans que a personne ressente encore es symptômes de son ma et soupçonne ce quï ’aend.
Ces nouvees capacïtés de a médecïne moderne sont en grande pare responsabes d’une dïsncon entre soïns curafs et soïns païafs.
Les objecfs des soïns curafs sont caïrs : guérïr avant tout, ou préserver a vïe avec une bonne quaïté, maïs aussï com-prendre es mécanïsmes de chaque maadïe et faïre des progrès thérapeuques.
Les soïns païafs dïèrent assez franchement des précédents par eur ambïon fondée sur une approche des besoïns d’une personne donnée, orsque maheureusement son pronosc vïta est engagé.
5 Δ
Préface
Les motsclés en Soins Palliatifs
Ces besoïns sont tout autant des besoïns de soïns, nous y re-vïendrons, que des besoïns en rapport avec a desnée de chaque ïndïvïdu, maïs concernent égaement es besoïns de son entou-rage. I s’agït de faïre en sorte que magré a maadïe, chaque per-sonne puïsse vïvre avec a meïeure quaïté de vïe possïbe seon ses vaeurs cuturees et son humanïté. Cee médecïne au proit de cet art de vïvre très ïndïvïdue ïncuant des croyances person-nees, spïrïtuees, reïgïeuses ou phïosophïques doït de surcrot s’ïnscrïre dans ’ensembe des rïtes et coutumes socïaux acquïs au cours des sïèces et propres à chaque cïvïïsaon.
Cee phase païave constue de pus un moment de crïse exïstenee pour a personne sourante.
Nous sommes à a croïsée de dïscïpïnes dïverses tees que a médecïne, a psychoogïe, a phïosophïe, e reïgïeux, a socïoo-gïe, ’anthropoogïe, e monde du travaï, maïs aussï ’organïsa-on, ’économïe, ’éthïque …
Les soïns païafs et ’accompagnement vïsent à prendre en compte ’ensembe de ces dïmensïons, toutes aussï ïmpor-tantes es unes que es autres. C’est a raïson pour aquee nous sommes, tous en tant que cïtoyens, concernés par e dïsposïf mïs en pace pour es mere en œuvre, car es quesons médï-caes ne sont qu’une des facees de a mosaque. L’ambïon de ce ïvre est bïen d’ouvrïr ’ensembe de cee probémaque sur a in de vïe au pubïc non spécïaïsé et de faïre en sorte que es ééments en débat soïent e pus documentés et aussï caïrs que possïbes.
A tre d’exempe, je voudraïs soumere queques domaïnes où a rélexïon coecve mérïte un approfondïssement :
Une premïère queson fondamentae est de réléchïr à ce quï doït être révéé à a personne concernée et à que moment. Les droïts des maades, caïrement ïnscrïts dans es oïs de 2002 et d’avrï 2005, préconïsent de donner au paent es ïnformaons concernant sa santé ain qu’ï puïsse parcïper aux décïsïons
6 Δ
7
6
Les motsclés en Soins Palliatifs
reaves à ses soïns, et en parcuïer éventueement refuser un acharnement thérapeuque. Cee ïntenon, bonne en ee-même, peut néanmoïns être dïîcïe à appïquer orsqu’ï y a un rïsque vïta à court terme. En eet, pour prendre des décïsïons, cee personne doït être ïnformée dans es détaïs sur son état, ee doït garder son esprït crïque, être en capacïté d’anayser a sïtuaon et de faïre des choïx écaïrés. Toutes ces condïons supposent a vaïdïté du prïncïpe d’autonomïe de a personne.
Maïs ’annonce de sa mort à venïr est un traumasme extrê-mement vïoent. Certaïns parvïennent à faïre face et à rester ucïde, maïs d’autres beaucoup pus nombreux s’eondrent psy-choogïquement ou traversent de ongues pérïodes de dépres-sïon ou d’anxïété majeure. Cee annonce ne peut manïfeste-ment pas être traversée sïmpement. I faudra à a majorïté des personnes du temps pour retrouver un équïïbre, temps quï peut faïre défaut en cas de maadïe très évouve ou de sïtuaon cï-nïque précaïre.
De pus, ors de phases très avancées de maadïes, es paents peuvent présenter des troubes psychïques d’orïgïne organïque, ïés à des métastases cérébraes, ou à des ésïons neuroogïques d’autres natures quï rendent ’ïnformaon et a compréhensïon déïcate. L’état d’épuïsement physïque ïntervïent égaement en atérant ’énergïe des personnes sourantes. L’équïïbre psy-chïque a besoïn de forces, justement en défaut, pour surmonter ces tensïons ïées à ’ïncertude du endemaïn. Enin, a présence de symptômes non contrôés comme a doueur ou d’autres troubes physïques ïntenses teïntent ’humeur et ’état menta des paents.
Lorsque e pronosc vïta est en jeu, e devoïr d’ïnformaon (écaïrée) de a personne est aïnsï à reavïser, ou au moïns doït-ï être dïscuté au cas par cas. L’autonomïe de décïsïon est até-rée par es facteurs déjà évoqués, aors qu’ï faut encore prendre en consïdéraon ’envïronnement des soïns et es réacons de ’entourage.
7 Δ
Préface
Les motsclés en Soins Palliatifs
Faut-ï toujours annoncer une échéance fatae ? A que mo-ment ? Le pus souvent, ï y a un décaage dans e temps entre e dïagnosc médïca, souvent précoce, et es symptômes de a maadïe, donc a prïse de conscïence du paent, ou au moïns a dïsponïbïïté de a conscïence du paent. Faut-ï annoncer tôt, orsque a personne est encore peïne d’énergïe, ou faut-ï aendre ’aeïnte physïque quï aïde à ressenr a maadïe ?
Faut-ï dïre ce que a scïence nous apprend ou humaïnement, aïsser assez d’espoïr pour ne pas fermer toutes es fenêtres et aïsser au paent pus d’espace pour penser sa vïe ?
L’annonce de a décïsïon de transfert en unïté de soïns païa-fs peut aussï provoquer un traumasme vïoent s’ï est perçu comme une annonce de mort à court terme. Ce transfert doït être préparé, avec des expïcaons sur ce quï e move et e bé-néice quï en est aendu. Toutes ces noons doïvent être nuan-cées et travaïées pour évïter au mïeux de déstabïïser encore pus un paent déjà fragïïsé.
Autre thème de rélexïon : es demandes d’euthanasïe repré-sentent un aspect rare et émouvant de ce moment de vïe. Une tee demande peut faïre suïte à une annonce de maadïe grave. Nous avons évoqué combïen certaïns peuvent en ces cïrcons-tances traverser de moments dépressïfs ou de grande vunéra-bïïté, et cee demande peut aors exprïmer un de ces moments de désespoïr. De faït, nous observons souvent, en tant que cïnï-cïens, une grande varïaon dans e temps de cee demande à mourïr tant a personne est prïse de senments ambïvaents et de conlïts psychïques.
Le débat pubïc à propos des demandes d’euthanasïe devraït être dïssocïé de a rélexïon sur es soïns païafs car ces deux concepts dïèrent profondément.
L’organïsaon et ’accès aux soïns païafs sont reconnus d’uïté pubïque, c’est un droït pour tous et c’est a demande de ’ïmmense majorïté des paents. Accéder à des soïns de quaïté
8 Δ
9
8
Les motsclés en Soins Palliatifs
dans es phases avancées des maadïes et vïvre seon ses choïx constuent ’aente de a majorïté de a popuaon.
De son côté, a demande d’euthanasïe est rare. Ee peut être moduée par des soïns adaptés et un accompagnement dans e temps. Maïs certaïnes demandes persïstent magré des soïns païafs bïen conduïts. Cee ïnterpeaon pose des quesons éthïques, socïaes, soïgnantes, très compexes. À mon avïs e choïx d’un ïndïvïdu n’engage que uï-même aors qu’à ’ïnverse, une égïsaon en a maère ïmpïque toute a socïété et sym-boïse ’atude de notre coecvïté face à ces sïtuaons poï-gnantes.
Un autre rïsque de ce débat consïste en une sïmpïicaon des quesons autour d’une dïscïpïne. Actueement, a médïcaïsa-on de a in de a vïe rïsque de réduïre a controverse à un sujet médïca. De faït, es hôpïtaux et a coecvïté des soïgnants sont es pus concernés par a geson de ces sïtuaons.
Pourtant, a in de vïe et a mort concernent tout e système socïa, et ï seraït juste, de mon poïnt de vue, de mener un débat généra sur es moyens à accorder à cee phase de a vïe et sur es quesons éthïques quï ’entourent. De faït, aujourd’huï, ’ef-fort inancïer pubïc ne vïent que du système sanïtaïre. I seraït pernent d’ïmpïquer aussï es régïons par exempe ou d’autres sources socïaes de inancements pour parcïper au déveoppe-ment de maïsons d’accompagnement et de in de vïe. Le système sanïtaïre ne devraït inancer que a pare ïée aux soïns, e traïte-ment de a doueur et autres symptômes, es soïns corpores, es pansements compexes … ; ’accompagnement, uï, reève d’une démarche socïae, d’un modèe coecf quï reste à déinïr dans ses modaïtés et ses moyens. La pace des maades chronïques dans a socïété, cee de ceux dont e pronosc vïta est enga-gé, pourraïent changer, en reconnaïssant et en soutenant eurs droïts, eur capacïté à choïsïr eur ïeu de vïe, eur façon de vïvre et d’ïncarner eurs convïcons et eurs croyances. La pace des rïtes et des vaeurs socïaes aques partagées dans a socïété au
9 Δ
Préface