//img.uscri.be/pth/18f477213325ce5d58ec699e663d5f4989d4732b
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Oui, vos reins sont bien malades !

De
202 pages
Parce que l'insuffisance rénale est une maladie fréquente, et considérant que près de trois millions de Français en seraient touchés, les auteurs de ce livre, "malades lambdas", souhaitent transmettre leurs connaissances acquises. Ce troisième livret vous permettra d'entrer dans la phase terminale de l'insuffisance rénale chronique et de mieux comprendre ce qu'elle impose comme contraintes aux patients concernés, donc ce qu'ils doivent gérer au quotidien (dialyses ou transplantés).
Voir plus Voir moins
Ligue Rein et Santé – Rein échos
vos reins sont bien OUI, malades ! LivretLes prendre en charge et les soigner 3
Oui, vos reins sont bien malades ! Livret 3 – Les prendre en charge et les soigner
Ligue Rein et Santé – Rein échos OUI,VOS REINS SONT BIEN MALADES! Livret 3 – Les prendreen charge et les soigner *
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05460-5 EAN : 9782343054605
Sommaire
Préface................................................................................ 7 Introduction...................................................................... 11 1. L’épuration extra-rénale............................................... 15 2. La greffe rénale .......................................................... 123 3. Éléments de la prise en charge................................... 159 4. Synthèse finale ........................................................... 171
5
Préface
Les maladies rénales sont tout à la fois banales et ésotériques, sournoises, méconnues et négligées depuis longtemps. Quand elles évoluent vers l’insuffisance rénale terminale, elles sont dramatiques. Ce constat est d’autant plus amer que la prévention est souvent possible et que le dépistage permet de modifier l’évolution de ces maladies. Or ni l’une ni l’autre ne sont organisés à ce jour. La néphrologie est une science récente. Son domaine est celui des maladies rénales alors que les affections chirurgicales, tumeurs et calculs en tête, sont l’apanage de l’urologie avec laquelle la néphrologie a de nombreux points de rencontre. La greffe rénale en est la plus belle illustration : transplantation effectuée par l’urologue, prévention du rejet du rein greffé gérée par le néphrologue. Spécialité médicale fascinante, la néphrologie est mal appréhendée par les jeunes étudiants en médecine. Il n’est donc pas surprenant qu’elle soit méconnue du grand public (et jusqu’à très récemment des autorités de tutelle). Qui sait ce que signifie« néphrologie », « néphrologue »? Pas grand monde ! Pire, le terme de rein est utilisé à mauvais escient : « j’ai mal aux reins » entend-on souvent dire alors que ceux-ci ne sont pas en cause. L’éducation sanitaire peut corriger ces croyances et, abordée dès le premier cycle d’enseignement, influencer les comportements ; c’est la prévention primaire.
Les maladies rénales (néphropathies) sont d’origines diverses : -Héréditaires, dont l’âge d’expression est très variable, elles doivent être dépistées dans la famille des personnes atteintes ;
7
-secondaires à des maladies chroniques, le diabète sucré et l’hypertension artérielle en sont les causes les plus fréquentes, mais de nombreuses autres pathologies sont concernées ; la prévention et le dépistage sont alors fondamentaux ; -secondaires à des événements aigus, infections comme une hépatite, intoxications accidentelles par certaines plantes, des champignons ; de manière malheureusement non exceptionnelle, les médicaments peuvent être responsables d’une maladie rénale aiguë et/ou chronique, ou encore et surtout aggraver une maladie rénale préexistante ; la prévention active est essentielle ; -primitives quand aucune cause particulière n’est identifiée. L’insuffisant rénal chronique ne prend trop souvent conscience de sa maladie qu’à un stade déjà avancé ;« le ciel lui tombe alors sur la tête »comme dit Michel Raoult, le président fondateur de la Ligue Rein et Santé. Cette révélation brutale n’est pas propice à la compréhension de son état et des conséquences sur toutes les facettes de sa vie quotidienne, bouleversant l’alimentation et l’hygiène générale, l’exercice professionnel, les projets de vie. Par ailleurs, de nombreuses interrogations surgissent régulièrement et doivent rapidement obtenir des réponses pertinentes pour permettre une appropriation la plus complète et la plus exacte possible, intégrant la gestion thérapeutique. L’éducation thérapeutique est une des modalités de réponse, mais non exclusive. La confrontation avec des pairs, la possibilité d’échanges faciles, suivis et répétés avec des patients sélectionnés, qualifiés d’« experts », et des professionnels de santé doivent être développées.
8
Les établissements de santé mettent au point des outils avec en particulier les réseaux ville-hôpital qui permettent la continuité des soins. Les associations de patients tiennent une place essentielle pour favoriser la communication entre patients mais aussi entre patients et professionnels, indispensable à la qualité de la prise en charge. Elles permettent de dispenser l’information utile au bon moment, de défendre les intérêts des patients et de participer aux orientations et au choix de l’organisation des soins. Le chemin est semé d’embûches : nombre, disponibilité, formation et rémunération des intervenants dans un contexte socio-économique de plus en plus contraint.
Prévention, dépistage, défense des patients et de la néphrologie, information et communication sous toutes les formes disponibles et gratuites pour une portée et une efficacité maximales, tels sont le credo et les lignes de force de l’engagement sans concession de Michel Raoult depuis dix ans au nom de la Ligue Rein et Santé. Il s’agit d’un remarquable élan d’humanisme et de générosité, action bénévole dont les produits sont offerts à tous et dont les acteurs, président en tête, s’effacent au profit du but recherché.
Professeur agrégé Francis Didelot Praticien conseil Ancien chef de service de la clinique de néphrologie et de l’unité d’hémodialyse de l’hôpital d’instruction des armées du Val-de-Grâce, 75 005 Paris.
9