//img.uscri.be/pth/dd960246784e1f6e6c79fa8ad59cb1f75e7eced0
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Vente de médicaments à la sauvette à l'Ouest-Cameroun

De
88 pages
Le marché des médicaments repose à l'Ouest-Cameroun sur un système de relations. Ce marché est animé par des déviants apparents qui sont les acteurs visibles. Mais il existe un second groupe de déviants clandestins constitué d'agents véreux des secteurs sanitaires publics, des structures pharmaceutiques et du personnel de la sécurité publique. Les pouvoirs publics déploient des moyens non négligeables pour combattre ce fléau. Mais il résiste puisque la lutte est orientée seulement vers les déviants apparents.
Voir plus Voir moins

A Nanga Bernard et Tchoudjang Pouémi

PRÉFACE Cet ouvrage de Nodem présente plusieurs analyses. Nous allons nous attarder sur les deux principales qui portent sur la description des aspects perceptibles de la vente de médicaments à la sauvette à l’Ouest-Cameroun et la reconstitution du système social obscur qui les soustend. La vente de médicaments à la sauvette n’est plus une surprise pour les Camerounais. Les activités frauduleuses sont devenues normales pour eux. L’auteur de ce travail explique ce phénomène à travers l’examen de l’étendue de ses racines dans les profondeurs de notre tissu social. Ces racines ne se laissent pas voir1 ou mieux se dissimulent derrière la carapace d’une grande probité morale. En fait, pernicieuses, elles sont constituées des acteurs sociaux dont les rôles originels sont justement orientés vers la lutte contre ces types de fléaux. La corruption sévit dans plusieurs secteurs économiques du Cameroun. Mais dans le cas d’espèce, elle gangrène un domaine directement lié à la vie. C’est pourquoi les vendeurs de médicaments, déviants apparents ainsi que leurs complices de l’ombre, déviants clandestins, mettent tous la vie des clients-patients en danger. Ce travail montre que bien des Camerounais sont ainsi passés de vie à trépas. Les déviants apparents et les déviants clandestins ne respectent ni la vie, ni la loi. Le symbole de miroir utilisé par Nodem nous amène à scruter ces comportements dans la société globale. Les dénonciations et les arrestations des grands commis de l’Etat en qui une partie de la “nation’’ faisait confiance, indiquent la généralisation et le caractère
« Les sociétés ne sont jamais ce qu’elles paraissent être ou ce qu’elles prétendent être » in G. Balandier, Sens et puissance, Paris, P.U.F., 1981, p.7.
1

7

nocif de ces types d’acteurs sociaux agissant à visage couvert. Tout comme les vendeurs de médicaments, ils s’enrichissent en pillant les ressources destinées au développement du pays et particulièrement celles devant servir à l’insertion des jeunes sans emploi. La multiplication des délinquants économiques et l’hémorragie financière qui s’ensuit entraînent entre autres, la recrudescence du grand banditisme ainsi que l’aventure des jeunes2 vers des pays dits développés. Les jeunes meurent au cours de ces entreprises à grands risques à l’instar des patients qui rendent l’âme après la consommation de la nivaquine périmée à la place de l’antibiotique, produit acheté aux marchés clandestins. Les vendeurs de médicaments à la sauvette, présentés dans cet ouvrage, usurpent les rôles de médecins et de pharmaciens. Ces faits perceptibles ne constituent cependant pas l’essentiel de ce travail. Cette appropriation frauduleuse des rôles s’inscrit dans le schéma de la culture de l’approximation déjà vulgaire au Cameroun. Les cas sont légion et vont de la légèreté dans la formation des jeunes à nos routes qui abritent des nids de poules juste après une réception des travaux effectués. Les nids de poules sont également à l’origine de moult accidents qui endeuillent des milliers de familles au Cameroun. Derrière ces pleurs se cachent des déviants clandestins qui se sont bien enrichis ; on a coutume de dire au Cameroun, en pareille situation, qu’ils se sont sucrés. Les déviants clandestins constituent un système nébuleux dont les rôles sociaux primordiaux sont des indicateurs de rectitude morale .Comment imaginer qu’un délégué médical tienne le même langage devant les médecins et les vendeurs clandestins des médicaments ? A la vérité, le délégué médical, dans ce contexte, a plus
2

Une partie des jeunes se dirige vers la vente clandestine des médicaments !

8