Moi, violent ? Pour en finir avec nos idées reçues sur l'adolescence

De
Publié par

Suicide, addictions, faits divers, (auto)mutilations, anorexies… La violence semble faire partie de l’univers des adolescents. Leurs crises secouent ceux qui les côtoient, aussi bien les familles que les
« professionnels de la jeunesse ».
Les parents veulent les protéger de leurs « conduites à risques ». Les institutions, de l’école à la justice, les accusent de se comporter en anarchistes, qui ne respectent ni loi, ni dieu, ni maître. La société, qui envie leur jeunesse et leur beauté, les trouve volontiers incultes et dangereux. Pour nous tous, les adultes, ils sont menaçants, surtout lorsqu’ils vont en « bande ».
Mais n’est ce pas notre propre violence que nous projetons sur eux ? Nous les mettons en cause, comme responsables de nos guerres, de nos crises… Pour solder l’affrontement entre l’islam et la République, des adultes excluent quelques adolescentes voilées du collège. Pour dénoncer la vente libre des armes, des adultes écrivent et filment le portrait de deux adolescents tueurs, film que d’autres adultes palmeront à Cannes.
A montrer ainsi les jeunes du doigt, nous risquons d’en faire des boucs émissaires et des monstres. Quand ils n’aspirent qu’à la paix…
Publié le : mercredi 14 septembre 2005
Lecture(s) : 50
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709632973
Nombre de pages : 185
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Suicide, addictions, faits divers, (auto)mutilations, anorexies… La violence semble faire partie de l’univers des adolescents. Leurs crises secouent ceux qui les côtoient, aussi bien les familles que les
« professionnels de la jeunesse ».
Les parents veulent les protéger de leurs « conduites à risques ». Les institutions, de l’école à la justice, les accusent de se comporter en anarchistes, qui ne respectent ni loi, ni dieu, ni maître. La société, qui envie leur jeunesse et leur beauté, les trouve volontiers incultes et dangereux. Pour nous tous, les adultes, ils sont menaçants, surtout lorsqu’ils vont en « bande ».
Mais n’est ce pas notre propre violence que nous projetons sur eux ? Nous les mettons en cause, comme responsables de nos guerres, de nos crises… Pour solder l’affrontement entre l’islam et la République, des adultes excluent quelques adolescentes voilées du collège. Pour dénoncer la vente libre des armes, des adultes écrivent et filment le portrait de deux adolescents tueurs, film que d’autres adultes palmeront à Cannes.
A montrer ainsi les jeunes du doigt, nous risquons d’en faire des boucs émissaires et des monstres. Quand ils n’aspirent qu’à la paix…
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Imago

de multivers

De Sarah à Denise

de publishroom18173

suivant