Préparation sophrologique à la naissance

De
Publié par

La maternité est un des tout premiers domaines d’application de la sophrologie. Celle-ci prend en compte la personne dans sa globalité: corps et esprit. Elle permet à la femme de développer sa concentration, sa force physique et son équilibre mental à travers la relaxation dynamique. La femme ainsi préparée va trouver confiance et autonomie face à l’accouchement, diminuer ses inquiétudes, sa souffrance grâce à l’effet analgésique et vivre pleinement cet instant exceptionnel. Cet ouvrage pédagogique et complet sera un guide précieux pour l’accompagnant à cette pratique. Le CD présente les huit leçons.
Publié le : mercredi 26 mai 2010
Lecture(s) : 99
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782729611170
Nombre de pages : 344
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1
LA PRISE EN CHARGE DE LA MATERNITÉ
LES ATTENTES
Àl’heure actuelle, le couple réclame une prise en charge globale dans la préparation à la naissance qui prenne en compte non seulement le corps mais aussi l’esprit (conscience et affectif). La future mère souhaite que son compagnon puisse participer à la préparation prénatale, à l’accouchement et qu’il puisse bénéficier de l’apprentissage des soins au nouveauné dans les suites de couches. Le couple aimerait avoir un « interlocuteur privilégié » (médecin ou sagefemme) compétent et humain pour obtenir des réponses claires aux questions qu’il se pose tant pour le suivi de la grossesse que pour le déroulement de l’accouchement. La demande insistante de visiter les salles de naissance pour se familiariser aux locaux revient souvent.
L’ENTRETIEN INDIVIDUEL
er L’entretien individuel du 1 trimestre ou l’entretien précoce du e 4 mois de grossesse est destiné à la future mère ou au couple afin de préparer avec eux les meilleures conditions possibles de la venue au monde de leur enfant. Il offre l’opportunité de dialoguer en toute intimité avec la sagefemme sur les sujets liés à la natalité. Il établit un dialogue entre l’équipe soignante et les parents qui peuvent poser des questions et recevoir des informations claires et compréhensibles. La sagefemme qui l’effectue est souvent libérale car dans les très grandes maternités, il est « peu rentable », au niveau financier, d’employer une sagefemme pour seulement 8 patientes par jour (en consultation ordinaire elle examine environ 10 patientes par demi journée), puisqu’un entretien est censé durer environ 45 minutes. L’entretien permet à des personnes se sentant en état de fragilité, que ce soit par leurs conditions de travail ou les circonstances psychosociales, de s’exprimer en toute confiance. La sagefemme écoute, repère les éventuelles craintes, conseille, pro pose une aide adaptée (via les réseaux de périnatalité ou les centres de
La prise en charge de la maternité
3
P.M.I. : protection maternelle et infantile) et elle oriente, si nécessaire, vers une prise en charge particulière (psychologue, assistante sociale, suivi à domicile...). Cet entretien est fondamentalement lié à la notion de réseau associant tous les partenaires de la périnatalité inscrits dans la géographie proche ou « bassin de santé ».
Un outil de liaison pour les différents intervenants ou praticiens de santé estle carnet de santé maternité: il est un support indispensable dans lequel sont inscrits les résultats des examens et les constatations concernant le déroulement de la grossesse et la santé de la future mère. Ce carnet de santé maternité permet de connaître les différents intervenants pour améliorer la cohérence du suivi de la patiente.
L’entretien individuel permet de repérer et prévenir les difficultés qui pourraient être source de difficultés relationnelles avec le futur enfant ; son but est de préparer l’accueil de l’enfant à travers ce qu’on nommele projet de naissancequ’élaborent les futurs parents.
LE PROJET DE NAISSANCE
Nombreux sont les parents qui aimeraient pouvoir établir un « projet de naissance », ce qui n’est pas encore bien mis en place dans les grands centres hospitaliers. Ces souhaits parentaux, exprimés par écrit, peuvent être insérés dans le dossier médical. Pour notre part, nous préférons ne pas le réduire à un document copiécollé, découvert sur Internet, rédigé parfois en termes revendicatifs par des consommateurs exigeants. Tous les couples peuvent trouver une sagefemme qui va accom pagner la discussion et la réflexion sur les sujets sensibles, notamment certains protocoles établis qui n’ont pas toujours de justification scienti fique démontrée : déambulation pendant le travail, perfusion, monito ring permanent, péridurale, positions d’accouchement, épisiotomie... Nous verrons dans les séances comment des parents bien informés et préparés peuvent être acteurs le jour J et, en cas de difficulté, être capables de participer activement en formulant les questions adéquates qui favorisent les réponses médicales et, si nécessaire, en négociant d’autres thérapeutiques. Ce travail que nous effectuons depuis des années, à la lumière des demandes des patientes et des travaux publiés par l’OMS, l’ANAES et
4
GÉNÉRALITÉS
1 le CNGOF permet de modifier la communication médecinpatient, de pousser les obstétriciens à réfléchir profondément sur leurs pratiques, sur certains actes médicaux banalisés et leurs effets soidisant bénéfiques mais qui peuvent s’avérer délétères.
LE CHOIX
Actuellement en France, les futures mères habitant des grandes villes peuvent choisir leur méthode de préparation à la naissance : « classique », sophrologie, yoga, piscine, chant prénatal, haptonomie... Àla campagne, il n’y a pas toujours une sagefemme formée à la méthode que le couple voudrait suivre. Les séances de préparation avec une sagefemme, que ce soit sur le mode classique, sophrologique ou avec du yoga, sont au nombre de huit (en incluant l’entretien individuel) ; remboursées par la sécurité sociale à 100 %, elles se déroulent soit au sein des maternités ou cliniques d’accouchement soit dans le cabinet d’une sagefemme libérale. La plupart du temps ces séances de préparation comprennent des explications simples sur les différents examens et consultations, l’accouchement, l’accompagnement du conjoint, l’allaitement, les suites de couches... Ces informations sont souvent abordées sous forme de dialogue avec les mères, primipares et multipares mélangées. La durée varie en fonction du nombre de patientes : plus ou moins quarantecinq minutes à une heure quinze lorsqu’il y a 1 à 3 patientes, environ deux heures pour 8 à 10, parfois 12 patientes. Il est utile de signaler qu’un accompagnement par acupuncture ou homéopathie de la grossesse et de l’accouchement existe au sein de certaines maternités. Les patientes l’apprécient énormément.
1.; ANAES : Agence nationale d’accréOMS : Organisation mondiale de la santé ditation et d’évaluation en santé ; CNGOF : Comité national des gynécologues et obstétriciens français. Nous tenons compte également du rapport Mattéi de 2003, du plan périnatalité 20052007 de DousteBlazy sorti en 2004 et celui de la HAS (Haute Autorité Santé) en 2005.
2
PRÉSENTATION DE LA SOPHROLOGIE
HISTORIQUE
C’est en 1960, à Madrid, que le docteur Alfonso Caycedo, neuropsy chiatre espagnol d’origine colombienne, a établi les fondements de la sophrologie. A. Caycedo a créé le mot sophrologie, qu’il fait reposer sur l’éty mologie suivante : sos: harmonie, sérénité, tranquillité, équilibre ; phren: psyché, âme, esprit, conscience ; logos: étude, traité, science. La sophrologie est donc l’étude de la conscience et des moyens qui permettent d’obtenir la tranquillité, l’équilibre, l’harmonie de l’esprit.
L’enseignement de base des 3 premiers degrés de relaxation dynamique (RD) se révèle extrèmement « fécond » pour les femmes enceintes. le premier degré s’inspire du yoga indien (respiration, mouvements, concentration...) ; le deuxième degré est influencé par des pratiques bouddhiques tibé taines de contemplation ; le troisième degré s’appuie sur la méditation zazen japonaise.
Ces trois premiers degrés construits à partir des exercices tradi tionnels occidentaux ou orientaux, ont fait leur preuve d’action sur la conscience de l’être humain à travers les siècles. Ces méthodes
6
GÉNÉRALITÉS
commencent par la connaissance de soi, le contrôle et la maîtrise des émotions pour atteindre « le spirituel » de l’homme.
1 LA MÉTHODE SOPHROLOGIQUE
Les états et niveaux de la conscience
A. Caycedo a voulu redéfinir la conscience et a proposé de l’appré hender en états et niveaux.
Trois états de la conscience Les états de la conscience sont les variations qualitatives de la conscience ou ses possibilités existentielles (fig. 2.1). La conscience ordinaireest celle qui se caractérise par une vie quoti dienne en équilibre ; c’est dans cet état que se placent de nombreux êtres humains ; La conscience pathologiqueest celle qui définit les altérations psy chologiques ou mentales ; c’est une conscience « déstructurée », « désorganisée » ; La conscience sophroniquetend vers la sérénité ; c’est la possibilité de voir apparaître, grâce à l’entraînement, une « nouvelle conscience ».
Plusieurs niveaux de conscience Les niveaux sont les variations quantitatives en rapport avec le niveau de vigilance. C’est ainsi qu’on distingue de nombreux niveaux de vigilance dont trois principaux : – le niveau de veille ; – le niveau de sommeil ; le niveau sophroliminal ou niveau « au bord du sommeil » que nous franchissons normalement au moment de nous endormir et au moment de nous éveiller.
1.Pour en savoir plus sur la sophrologie, nous vous conseillons un guide pratique de sophrologie générale comportant la description très claire de tous les exercices, écrit par un psychologue, sophrologue, psychothérapeute :Comprendre et pratiquer la sophrologie, B. ETCHELECOU, InterEditions, Dunod (2007) et chez le même éditeur,Découvrir la sophrologie, P. GAUTIER(2008).
lit
Présentation de la sophrologie
7
Le niveau sophroliminal Ce mot désigne les limites diffuses qui séparent les niveaux de veille des niveaux de sommeil. Ces limites, selon A. Caycedo, constituent une « bande » ou « phase très sensible » que le sophrologue va utiliser dans un sens positif pour renforcer les structures de la personnalité du patient. Dans ce niveau, il existe uneperméabilitéexceptionnelle de la conscience.
Conscience pathologique
NIVEAUX
ÉTATS
Conscience ordinaire
VEILLE
Conscience sophronique
NIVEAU SOPHROLIMINAL
SOMMEIL
Figure 2.1. États et niveaux de conscience
La sophronisation La sophronisation (fig. 2.2) est le processus qui amène à la modification de niveau de conscience afin d’atteindre le niveau sophroliminal. Plus simplement, c’est une promenade de détente physique qui débute depuis le haut du corps, à la tête, pour se terminer par les InterEditionsDunod – La photocopie non autorisée est un dé p ed .
8
GÉNÉRALITÉS
Elle est dirigée par le sophrologue, qui modifie le timbre et le rythme de sa voix en la rendant plus calme, douce, régulière, par ce qu’on appelle leterpnoslogos*. Ensuite, avec l’habitude, le sujet pratique la sophronisation lui même, mentalement, sans l’aide duterpnoslogosdu sophrologue. Pour pratiquer une sophronisation, on commence par la fermeture des yeux et on cherche à relâcher tous les muscles du corps depuis le visage jusqu’aux pieds. On continue cette relaxation jusqu’à ce que soit obtenu l’état de conscience « au bord du sommeil ».
Veille
Sophronisation
1-Fermeture des yeux 2-Relâchement musculaire par la promenade à travers le corps 3-Relâchement mental
Veille
3-Ouverture des yeux 2-Mouvements étirements Désophronisation 1-Respirations NIVEAU SOPHROLIMINAL -Activation intrasophronique -Sophroacceptation progressive -Relaxation dynamique
Figure 2.2. Sophronisation et désophronisation
La désophronisation La désophronisation est le processus qui fait revenir la personne à son niveau de veille, c’estàdire à sa conscience ordinaire. Elle se fait toujours de la même façon : – activation de la respiration : 2 ou 3 respirations profondes ; reprise douce du tonus musculaire : mouvements du visage, des mains, des pieds, étirement complet du corps (bras, jambes, colonne vertébrale) ; – ouverture des yeux.
Trois principes de base
1. Le vécu direct du schéma corporel L’intégration puis l’acceptation progressive du schéma corporel et du schéma existentiel sont deux étapes fondamentales pour la femme enceinte qui se trouve dans la période où son corps va se modifier et
Présentation de la sophrologie
9
où sa vie quotidienne, familiale, sociale, professionnelle va se trouver remaniée par la venue prochaine d’un enfant.
2. L’activation du positif Cette stimulation consiste à faire appel à l’optimisme et aux qualités positives du sujet. Toute action positive dirigée vers la conscience sous forme de sensations, de mots ou d’images, éveille une dynamique positive de l’ensemble de l’être humain.
3. L’alliance sophronique C’est la relation qui s’établit entre le sophrologue et le patient.
La relaxation dynamique
C’est une pratique d’éveil de la conscience qui conduit doucement à un cheminement intérieur. Elle vise à exercer une action favorable et bienfaisante sur la conscience. Elle commence par un relâchement volontaire du tonus des muscles du corps (sophronisation) dans lequel viennent s’inscrire des exercices ou stimulations musculaires et articulaires, des respirations et des récupérations après l’effort.Ces exercices sont appelés « activations intrasophroniques ».
Le premier degré : concentration lit Élaborée à partir d’exercices appartenant au Raja Yoga. Au départ en position debout, le patient va être attentif à la libéra tion volontaire de ses tensions corporelles tout en se promenant, en « lecture » du corps, avec douceur, de la tête aux pieds (sophronisation). Puis, pour renforcer son schéma corporel, une série de onzeexercices physiquessera pratiquée en synchronisant la respiration de façon à éveiller les sensations qui seront accueillies et ainsi amener le pratiquant à une « présence » intime et agréable de son corps. Ce premier degré est appelé égalementrelaxation dynamique concen trativecar le sophrologue va aider le patient à se concentrer sur ses sensations de façon à les intégrer. Enfin, dans la relaxation dynamique – les développements ultérieurs nous le préciseront – corps et conscience travaillent ensemble, ce InterEditionsDunod – La photocopie non autorieest un dé qu différencie cette discipl n de la simple gymnastique.Il ne s’agit
10
GÉNÉRALITÉS
pas du corps pour le corps, mais du corps pour la conscience d’être. Ce travail s’inscrit dans une globalité de la personne. Celui qui s’entraîne, apprend à écouter son corps, à le faire parler, à le sentir, le ressentir et à en développer l’harmonie.
Le deuxième degré : contemplation Appelée égalementrelaxation dynamique contemplative. e Ce 2 degré fait appel à la dimension externe de la conscience, celle qui nous situe dans l’espace et dans le temps. Constitué d’exercices de visualisation liés à des exercices corporels, il nous apprend à nous resituer concrètement et harmonieusement, à la fois dans notre schéma corporel, déjà équilibré dans le premier degré, et dans notre schéma existentiel, adapté au contexte de notre vie, et de notre personnalité. Influencé par des pratiques de méditation bouddhique tibétaine, il est complété d’exercices dont le but est d’affiner notre perception des organes des sens.
e Béatricedegré. Elle avait choisi la sophrologie poura beaucoup travaillé le 2 se sentir « mieux dans sa peau » ; elle dit « avoir du mal à trouver sa place... ». e Elle définit l’entraînement du 2 degré ainsi : « D’abord c’est une prise de conscience plus aiguë de soi, ensuite du monde où l’on vit, de l’existence qu’on mène. Une prise de conscience de la façon dont on s’inscrit dans sa famille, dans son travail, dans ce monde avec cet enfant. »
Le troisième degré : méditation Il s’agit d’une posture assise, inspirée de la méditationzazen(za: s’asseoir etzen: concentration) japonaise. En Zazen, celui qui pratique est assis en lotus (ou demilotus), sorte de tailleur : jambes croisées très haut sur les cuisses avec un coussin (zafu) sous les fesses pour basculer le bassin vers l’avant. En sophrologie, nul besoin d’avoir la souplesse de croiser les jambes, l’assise se pratique au bord de la chaise, les yeux entr’ouverts, la respiration placée dans lehara, centre énergétique situé entre le pubis et le nombril. e Posture, respiration, vigilance sont les trois mots clés du 3 degré. Méditation vient du latinmeditariqui signifie être transporté en son centre. La progression à travers les trois degrés suit une logique :
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.