La guerre des sexes, un avenir ?

Publié par

Les hommes et les femmes sont faits pour vivre heureuxcertes ! Mais sont-ils faits pour vivre (longtemps) ensemble ? Nous vivons dans une société patriarcale fonde sur la préséance masculine. Comment les râles sexuels sont-ils distribués sur la scène du grand théâtre social ? Naît-on homme ou femme ou le devient-on ? Selon quelle alchimie s'déifient nos identités sexuées ? Le féminisme s'est penché sur ces questions épineuses et y a apport ses réponses . Mais le féminisme, qu'est-ce que c'est au juste ? Et puis, qu'est-ce que le " masculisme " ? Est-ce que ce sont les témoins d'une guerre incontournable entre les sexes ou la préfiguration d'une nouvelle alliance ? Sur le champ d'opération de la " sphère intime ", la pacification est-elle possible ? Hommes et femmes sont-ils vraiment faits pour vivre ensemble ? Les hommes et les femmes sont faits pour vivre heureuxcertes ! Mais sont-ils faits pour vivre (longtemps) ensemble ? Nous vivons dans une société patriarcale fonde sur la préséance masculine. Comment les râles sexuels sont-ils distribués sur la scène du grand théâtre social ? Naît-on homme ou femme ou le devient-on ? Selon quelle alchimie s'déifient nos identités sexuées ? Le féminisme s'est penché sur ces questions épineuses et y a apport ses réponses . Mais le féminisme, qu'est-ce que c'est au juste ? Et puis, qu'est-ce que le " masculisme " ? Est-ce que ce sont les témoins d'une guerre incontournable entre les sexes ou la préfiguration d'une nouvelle alliance ? Sur le champ d'opération de la " sphère intime ", la pacification est-elle possible ? Hommes et femmes sont-ils vraiment faits pour vivre ensemble ?
Publié le : dimanche 1 avril 2007
Lecture(s) : 273
EAN13 : 9782296371095
Nombre de pages : 152
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

LA GUERRE DES SEXES: UN AVENIR?

Patrick Traube

LA GUERRE DES SEXES: UN AVENIR?

ESSAI

ODIN éditions 39 avenue Saint-Fiacre,78100 Saint-Gennain-en-Laye

DU MEME AUTEUR

Des sang... des hommes, CDRS, 1995. Plus jamais seul I, Labor, 1999. Le Choix amoureux, Labor, 1999. Comment choisir sa psychothérapie 1, Chiron, 1998. Je m'aime... tois aussi I, Labor, 2000. Crime à Chatimand, (théâtre), Editions des Ecrivains,1999. Une nuit en Sologne, (théâtre), LUX, 200l. Péchés capitaux et capiteux, à paraître. Violence(s), côté face et profil, à paraître.

ISBN 2-913167-14-4

GRAPHISME ET ILLUSTRATION:

FRANÇOIS A. W ARZALA

@

ODIN éditions, mars 2001

Le code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.

Le dualisme sexualisé est le paradigme de tous les dualismes, le paradigme de l'histoire du monde. C'est dire à quel point son actuelle remise en cause par nos sociétés touche à ce qu'il y a de plus archaïque en nous et risque debouleverser ordreimmémorial l' du monde humain. (E.BADINTER)

TABLE DES MATIERES

INTRODUCTION

11

L'histoire de la pomme et de la chute. 12 De la lutte anti-sexiste aux engagements subtils de la « guerre des sexes» 18

CHAPITRE 1. LA DOMINATION MASCULINE: TOUJOURS ET PARTOUT? 1.Tous les hommes sont égaux mais certaines moins que d'autres! Théâtre d'opération sur la « scène publique »: état des lieux Les grandes alvéoles de la ruche laborieuse Les fondations culturelles: droit, religion, langue... Le discours médiatique et ses jeux de mots Le mâle dominant: une constante universelle? L'épineuse question des origines. Les différences sexuelles: héritées ou apprises?

23

23 23 25 32 35 39 43 47

CHAPITRE 2. ON NE NAIT PAS FEMME (HOMME), ON LE DEVIENT...SI TOUT VA BIEN! 53 1.Homo Sapiens: bourgeon prometteur ou parachèvement? 2. Le comportement sexué: nature ou culture?

53 57

3. Comment devient-on psychiquement garçon ou fille? 60 4. Education traditionnelle et conformité aux rôles - 72 prescrits. 5. Mutation des savoirs, mutation des agirs. 77 6. MasculinlFéminin et apprentissage du rôle. 82 CHAPITRE 3. ROLES-DE-SEXE...GUERRE SEXES? 1. Guerre des sexes = lutte de classes? 2. Le premier sexe 3. Deux féminismes dos à dos 4. Le désir ne se conjugue pas semblablement au masculin et au féminin.. 5. Changer l' homme ou changer la société? 6. Virilité triomphante? Virilité tâtonnante ? DES 89
91 99 108 115 123 129

CONCLUSION: LES LENDEMAINS (DU COUPLE) CHANTERONT-ILS? 137

BIBLIOGRAPHIE

147

INTRODUCTION Les hommes et les femmes sont faits pour vivre heureux... mais pas ensemble! titre un film récent (1996), signé Philippe De Broca. Il s'agit d'une comédie. Rien de très sérieux. L'humour y est roi autant, sinon plus, que l'amour ou le désamour. D'ailleurs, la tirade est drôle, plaisante, amusante, facétieuse. Elle provoque le rire, à tout le moins, fait sourire. Mais, si nous branchons nos écouteurs ultrasensibles, ce rire ne fait-il pas entendre en retour un écho subliminal ambigu? Ne dissone-til pas (oh, d'une fraction de comma) comme un piano déménagé sans ménagement? Ne ressemble-t-il pas comme un frère à Rigoletto, le bouffon maudit célébré par Piave et Verdi, qui par un jeu habile de zygomatiques offre au regard des courtisans de Mantoue sa lumière pétillante et sa grimace lugubre? Bref, n' a-t-il pas une fâcheuse tendance à virer sa cuti vers le jaune? Et quand
« ça rit jaune », n'est-ce pas parce que - selon une ex-

pression connue mais pas conne - ...« c'est un peu vrai quelque part » ? A l'évidence, cette réplique anodine qui sonne comme une plaisanterie sans prétention et sans malice présente, en seconde lecture, des aspérités inattendues. Le mot d' esprit, selon Freud, n'est-il pas précisément le mot sur lequell' esprit bute et l'inconscient trébuche? Et si l'on s' y attardait un peu?

11

L'histoire de la pomme et de la chute! Les hommes et les femmes sont faits pour vivre heureux! Qui niera la chose, qui en contestera l'évidence? Nous sommes tous et toutes logés à la même enseigne. Quels que soient notre âge, notre milieu social, notre condition physique, notre caractère, notre histoire personnelle, nous partageons une angoisse identique: nous redoutons la souffrance, celle de l'âme comme celle du corps, et déployons des prodiges d'imagination et d'inventivité pour en esquiver les rendez-vous. Quand nous la voyons venir de loin, nous changeons de trottoir. Le Fan-Club du Malheur ne fait pas recette. Le guichet« Mélancolie» délivre peu d'abonnements. Au premier jour de l'An Neuf, nous échangeons nos vœux de bonheur. Nous attendons de l'année qui vient comme de celles qui viendront, réussite, joie, santé et prospérité. Bien sûr, les mots n'ont pas le même sens pour tout le monde. Chacun définit le bonheur à sa façon et le convoque avec les moyens dont il dispose. Certains le cherchent à tort ou à travers et tournicotent en cercle vicieusement cadenassé. D'autres ne le cherchent pas ou ne le cherchent plus. Comme des naufragés haletants, ils s'agrippent au premier rocher venu. Monsieur Prévert dirait: ils suivent leur idée (leur idée du bonheur) et n'avancent pas parce que... c'est une « idée fixe» ! Le bonheur, comme l'amour, est enfant de bohème. Il n'a jamais connu de lois. Souvent il fait la nique. Il nous nargue avec un grand rire insolent et s'enfuit en nous congratulant d'un généreux pied de nez. Certains êtres «portent la poisse ». C'est en tout cas ce

12

qu'ils se disent en considérant d'amont en aval le fleuve chaotique de leur vie. Ils attirent les ennuis comme une tige de fer attire la foudre. Mais est-ce un choix? Assurément non! En tout cas, pas un choix délibéré. Ceci n'infirme en rien la loi générale: personne n'aime être malheureux. Les masochistes eux-mêmes, contre toute apparence, n'échappent pas à la règle commune puisque, dans le malheur et la souffrance, ils cherchent la jouissance. Depuis l'ostracisme peu glorieux du jardin d'Eden, les fils d'Adam et les filles d'Eve devenus S.D.F. n'en finissent pas d'attendre la réouverture du paradis perdu dans l'espoir de s'y lover à nouveau. Les hommes et les femmes ne sont pas faits pour vivre ensemble! Quelle facécie ! Pas besoin d'ouvrages savants ou de collèges d'experts pour se convaincre du contraire. Attablons-nous à une terrasse de bistrot un jour de marché dominical et ouvrons les yeux sur le spectacle de la rue. Observons les gens qui déambulent paisiblement sous nos fenêtres. Un constat s'impose très vite: l'appariement entre mâles et femelles est la distribution usuelle sur la scène du grand théâtre humain. Les hommes et les femmes vont par paire, par couple, la main dans la main ou, à tout le moins, côte à côte. Parfois ils se parlent. Parfois, ils rient ensemble. Parfois ils se taisent dans toutes les langues et semblent, chacun de leur côté, poursuivre un rêve secret. Ils n'en sont pas moins englobés dans cette « bulle invisible» que Georges Simenon a si bien décrite à longueur de romans.

13

Certes, comme toute règle, celle-ci tolère des exceptions. Les registres de l'état civil regorgent de citoyens dont la mention « marié» étiquette une bouteille vide et masque des nostalgiques du célibat. Puis, il y a des solitaires résolus. Joyeux lurons ou joyeuses luronnes jouant l'indifférence et le dédain devant l'appel de l'amour ou ronds-de-cuir fatigués, retraités de la pratique de l'Autre. Mais le sont-ils par choix, par vocation? Certains oui, mais ils sont rares. La plupart jouent des pieds et des mains (parfois du coude) pour intégrer ou réintégrer le sérail. Dans l'espèce Homo sapiens-demens, la vie à deux est la norme dominante. Elle impose sa dictature sans grand renfort de police. Si l'autre est absent, sa place à tout le moins demeure vacante, seulement inoccupée, pour une durée déterminée ou indéterminée. Et puis, si les femmes et les hommes ne vivaient pas ensemble, comment feraient-ils des enfants? Comment assureraient-ils la survie de l'espèce? C'est vrai que faire des enfants n'oblige en rien les géniteurs officiels à partager la vie, à se scotcher l'un à l'autre, à se pomper l'air, à se muer en gêneurs mutuels. Mais alors comment les élèveraient-ils ? C'est plus difficile à faire seul mais néanmoins possible. De plus en plus de femmes décident de faire un enfant sans homme. (Bio)techniquement, cela ne pose plus grande difficulté. Aujourd'hui, on peut être géniteur sans être séducteur. On peut être éducateur sans être zélateur conjugal. L'argument de la procréation ne fait plus le poids, celui de l'élevage de la progéniture à peine plus.

14

Reste l'amour ! Nous ne pouvons vivre sans amour. C'est lui qui rend notre existence vivable et notre solitude habitable. C'est lui qui nous extrait de notre soliloque autistique et met du « turbo» dans nos moteurs. « L'amour meut le soleil et les autres étoiles », proclamait Dante. De nos existences, disait plus trivialement l'un de mes amis féru de ma-

thématiqueset dejeux de mots,l'amour est le « plusgrand
commun de nos mi-moteurs ». Tous les gens savent cela, même les poètes, même les mathématiciens, même les psychologues. Mais dans cette algèbre aussi, l'équation comporte des inconnues. L'amour implique-t-il nécessairement la conjonction des sexes en un frotti-frotta quotidien? Exiget-il comme tribut le partage des mêmes plats cuisinés et

l'immuable proximitéde l'alcôve? Après tout, le « faire
chambre à part» n'est plus, comme au temps de nos pères et nos mères, le stigmate honteux d'un écartèlement des cœurs. Le confort des corps, en revanche, y trouve son compte. Sous sa couette, au moins, on est chacun chez soi et les brebis sont bien gardées. Et même, au prix de quelques désagréments mineurs (que des aménagements à l'amiable peuvent efficacement bémoliser), le « faire maison-à-part » n'est pas sans séduction. Plus besoin de se coltiner avec les petites singularités de l'autre. Celles qui, sous la douce clarté de la lune de miel, se coloraient de reflets rose tendre pour se muer, aussitôt la lune estompée et le miel fondu, en manies rouge cru terriblement irritantes. Et puis, après tout, aucune loi n'interdit d'aimer à distance. On peut parfaitement aimer à

15

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.