Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Remèdes et recettes à la menthe

De
59 pages
La menthe séduit par sa fraîcheur, ses possibilités d’utilisation et ses parfums multiples. Mais connaissez-vous les menthes gingembre, banane, fraise ou chocolat ? Voici plus de 60 remèdes et recettes à base de menthe : baume à la menthe, huile de massage apaisante, cataplasme pour les voies respiratoires, liqueur de menthe poivrée, feuilles de menthe au chocolat, granité mentholé…
Au sommaire :
Les différentes espèces et variétés de menthe, 31 préparations de santé-beauté, et 23 recettes de cuisine, le tout accompagné de conseils et d'astuces pour utiliser efficacement la menthe.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Remèdes et recettes menthe à la LaurentBourgeois
Illustrations de Nouchca
rusticaéditions
Avant-propos
amenthe,voilàune plante qui saitsefaireaimer.Safraîcheur nous séduit,elle Lnous évoque lanature, l’été,et vouspourrez le constaterdans cet ouvrage,ses possibilités d’utilisationsontnombreusestantdupoint devuemédicinalqueculinaire. En cuisine, on l’apprécie autant avec les plats salés quesucrés oùap elle porte souventunetoucheintéressante etexotique.
La diversité des menthes permet de varier les plaisirs et de découvrir de nouvelles saveurs, classiques ou très originales. Qui connaît les menthes gingembre, banane, fraise ou chocolat ? Autant de fragrances surprenantes, méconnues, qui n’attendent que votre savoir-faire et votre inventivité pour former la base de recettes inédites.
De plus, la culture de ces plantes reste très simple : nul besoin d’avoir les doigts verts pour réussir à faire pousser quelques pieds de menthe, au jardin ou dans des pots sur le rebord d’une fenêtre. Mais quelle que soit l’utilisation que vous allez faire de ces plantes, choisissez toujours des produits naturels et biologiques. Procurez-vous des plants cultivés sans engrais, ni produits de traitements chimiques, et continuez à les élever de façon naturelle.
Dans la mesure du possible, il vaut toujours mieux utiliser votre menthe fraîche, elle conservera plus de saveur que si elle est sèche ou congelée.
Vous aurez certainement besoin de poudre de menthe séchée, de lotions ou de crèmes. Essayez d’en confectionner vous-même, vous observerez que certaines préparations ne demandent pas un grand savoir-faire. Choisissez comme matières premières des produits naturels, issus de l’agriculture biologique, garants du respect de l’environnement et de votre santé.
Introduction
Lenomde lamenthenous vient delamythologiegrecque, plus Histoires et légendes précisémentd’unenymphe nommée Minthê dont s’était épris Hadès, le dieu des enfers.l’épouse d’Hadès, les ayant surpris, la nymphe Perséphone, fut changée en végétal, Hadès perdit son amour mais conserva à jamais son délicat parfum en souvenir d’une folle passion.
La plante était déjà connue des Égyptiens. Des archéologues ont retrouvé des fragments de er menthe séchée dans des pyramides datant du I millénaire avant notre ère.
Les Hébreux utilisaient la menthe comme stimulant. Les druides en brûlaient les feuilles pour faire fuir le mauvais esprit. Les grands philosophes grecs puis romains en ont recommandé l’utilisation, mais leurs avis divergent sur ses ré elles propriétés : certains la jugeaient aphrodisiaque et l’interdisaient même aux soldats a vant un départ en campagne, quand d’autres pensaient le contraire. Les Romains utilisaient la menthe en parfumerie, mais aussi pour aromatiser leurs vins et leurs sauces.
e La menthe trouvait place dans les jardins des monastères du Moyen Âge. Au IX siècle, un moine a ainsi pu déclarer qu’« il préférait compter les étincelles de la fournaise de Vulcain plutôt que d’essayer de dénombrer les différentes sortes de menthes » !
Dans les pays d’Afrique du Nord, la menthe est depuis toujours le symbole de l’hospitalité ; on accueille les voyageurs avec un verre de thé à la m enthe. Elle est aussi dédiée aux harems. Cette plante représente le mariage, la chaleur du cœur et l’éveil de l’esprit.
De culture trèsfacile,la menthe convient parfaitement au jardinier amateur désireux defaire pousser un peu de verdure. Néanmoins, pour obtenir de belles plantes et préservervotre santé, proscrivez toute utilisation de produits chimiques.
Plantation et entretien
Culture
La plantation doit se réaliser dans un sol bien travaillé, en espaçant chaque plant d’au moins 40 cm. Dans le sud de la France, opérez en septembre-octobre, plutôt qu’au printemps ; les plantes pourront ainsi profiter de l’automne, puis de l’hiver pour développer leur système racinaire et seront plus résistantes à la sécheresse quand arrivera la saison estivale. En région plus froide et plus arrosée, la plantation peut s’effectuer au printemps (de mars à juin) ou en automne (en septembre-octobre).
En sols un peu pauvres, il est préférable d’apporter à la plantation un amendement organique : un peu de fumier, des engrais naturels (guano, corne torréfiée, sang desséché) ou du compost. Cet apport sera ensuite à renouveler si la menthe donne des signes de faiblesse (croissance plus lente, feuilles plus claires ou touffes moins denses…).
L’arrosage reste indispensable au bon développement des menthes, surtout si elles sont plantées en plein soleil. Il faut arroser régulièrement, de préférence le soir ; un dispositif goutte-à-goutte convient bien.
Le développement important de cette plante peut rapidement devenir un problème. La première solution, adoptée par beaucoup, consiste à installer les menthes dans de gros contenants. Ainsi, les plantes restent cantonnées dans un espace défini et ne se mélangent pas entre elles. En contrepartie, il faudra leur apporter plus d’eau. Une solution intermédiaire consiste à planter ses menthes dans de gros pots, puis à placer ceux-ci directement en terre, en veillant à ce que le bord du pot se trouve légèrement au-dessus du niveau du sol, pour éviter que les racines superficielles ne gagnent la terre alentour.
On peut aussi faire le choix de la culture en pleine terre, en canalisant la propagation des plantes au moyen de remparts de briques ou de tuiles romaines. Inutile d’enfoncer ces séparations très profondément, 30 cm suffisent, l’enracinement des menthes est assez superficiel.
La taille et la récolte
N’ayez pas peur de rabattre les plantes très court plusieurs fois au cours de l’année, pour favoriser la croissance de nouvelles pousses. Afin de prolonger la durée de récolte, vous pouvez abriter vos menthes, soit sous un petit tunnel chenille, soit sous une cloche en verre. La repousse sera également plus précoce au printemps.
La culture en pot ou en jardinière
Enpot, choisissez un terreau assez riche et, au besoin, ajoutez un peu de compost ou du fumier bien décomposé. Veillez à effectuer des rempotages réguliers, en moyenne tous les 6 mois, en choisissant chaque fois un pot légèrement plus grand que le précédent. Cela permet d’apporter un complément de terreau qui va alimenter la plante. Enjardinre, évitez de cultiver plusieurs variétés de menthe ou séparez-les en les cloisonnant pour contenir leur désir d’expansion.
Surveillez régulièrement les besoins en eau de la plante en observant la surface du pot ou de la jardinière : celle-ci ne doit jamais être trop sèche, mais attendez que le terreau se ressuie (sèche légèrement) avant d’arroser.
La multiplication
La technique de multiplication la plus employée pour reproduire les menthes reste le bouturage. Celui-ci s’effectue au printemps ou en été, en prélevant sur des plantes saines et vigoureuses, des pousses terminales de 8 à 10 cm. Il faut ensuite effeuiller les boutures sur leur moitié inférieure et les piquer dans de petits contenants ou dans des plaques remplies de terreau de multiplication. Les plantes n’ayant pas encore émis de racines, il faut limiter au maximum les pertes d’eau par évapotranspiration, soit en plaçant les boutures à l’étouffée (sous un film plastique), soit en maintenant une hygrométrie importante par des brumisations. Pour la même raison, veillez à diminuer la surface des feuilles en coupant de moitié celles qui ont été conservées lorsqu’elles sont de grande taille. En bonnes conditions, les premières racines peuvent apparaître au bout d’une semaine.
La conservation
Les feuilles se conservent au réfrigérateur pendant quelques jours; enveloppez-les dans du papier absorbant humide puis placez le tout dans un sachet en plastique.
La préférence doit être donnée aux feuilles fraîches, mais l’on peut aussi avoir recours au séchage pour utiliser de la menthe toute l’année pour la préparation de tisanes.
Pour préserver au mieux les parfums, quelques règles de base s’imposent lors de la cueillette :
récoltez la menthe en été, juste avant la floraison, c’est le moment où les essences sont les plus concentrées ; opérez le matin, avant que le soleil ne soit trop fort, mais après la rosée, car les plantes doivent impérativement être sèches lors de la récolte ; utilisez des outils bien aiguisés pour ne pas blesser les plantes ;
prélevez toujours des tiges entières et assez longues, n’arrachez pas les feuilles ;
ne prélevez que les parties saines des plantes.
Suspendez ensuite les tiges dans un lieu sec, sombre et chaud (23 à 25 °C). Trois semaines après la récolte, effeuillez-les et stockez les feuilles dans des récipients opaques, fermés hermétiquement, où elles conserveront leurs qualités pendant 1 an.
Une autre solution, plus rapide, consiste à placer les plantes dans un four à micro-ondes, sur du papier absorbant, durant 1 min à puissance maximum ; le séchage est de bonne qualité et permet de conserver leur couleur.
Vous pouvez enfin avoir recours à la congélation. Le plus simple est de hacher les feuilles dans des
bacsàglaçons remplisd’eau ;ilsuffit ensuitedetacher un oudeux glaçons pourles ajouterdans diverses préparations. Mais vous pouvez également congeler des tiges entières dans un sachet en plastique fermé, pour les conserver jusqu’à la fin de l’hiver.
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin