//img.uscri.be/pth/fe51fdac9d1f985fa4b2b7d889021bf33d54080e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Traumatismes et résilience

De
260 pages
A la souffrance du sujet traumatisé, quelles réponses peut apporter la sophrologie ? D'éléments cliniques, en passant par une "vivance pratique" de la notion d'alliance, ce 46e congrès, introduit par Boris Cyrulnik, s'est terminé par des témoignages de la relation thérapeutique et de la résistance à la résilience.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Traumatismes et résilience
© L'HARMATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03737-0 EAN : 9782343037370
e XXXXVI Congrès de la Société Française de Sophrologie Traumatismes et résilience Sous la direction de Jean-François Fortuna et Claude Chatillon avec la collaboration de Claudie Terk-Chalanset
Autres publications de la SFS aux éditions L’Harmattan : La sophrologie face aux difficultés de la vie Dépressions et chemins de vie L’hystérie dans tous ses états Les différents modes d’être au temps L’amour au temps des thérapies Violences… Les images en sophrologie La sophrologie face au changement Sophrologie et Créativité Sophrologie et Addictions La place de la Sophrologie dans l’avenir de notre société Sophrologie et Estime de soi Le sophrologue face aux attentes du sujet en crise Sophrologie sans Frontières Sophrologie et Vie quotidienne
INTRODUCTION L’apport des états de conscience modifiés dans l’accompagnement et la reconstruction du sujet traumatisé Notre époque, comme toutes les époques, comporte son lot de traumatismes qu’ils soient collectifs face à des désastres naturels, sociétaux face aux crises que nous traversons, ou individuels en raison de notre histoire et des évènements que nous subissons. Ce qui change, par contre, ce sont les avancées réalisées par les professionnels de la santé pour soigner les personnes souffrant de stress post-traumatiques. Les sophrologues se situent dans cette ligne et sont souvent mobilisés dans le cadre de leur activité par les difficultés et les souffrances des êtres traumatisés jusqu’à parfois en ressentir les échos dans leur propre vécu. Des notions précieuses comme celle de pulsion d’attachement, de résilience, nous permettent une compréhension en profondeur des dommages subis. Comment comprendre et faire comprendre la notion si positive de résilience et mettre en mots la souffrance, comment redonner un sens à ce qui n’en a pas ? Cette faculté à rebondir, à vaincre des situations traumatiques nous vient de Boris CYRULNIK. La résilience n’est pas une aptitude innée mais s’enracine dans l’enfance et dans la relation qu’entretiennent les parents avec leur enfant. Une relation sécurisante avec l’enfant l’aidera à rassembler ses forces pour s’en sortir lors de traumas collectif ou individuel.
Mais cela n’est pas suffisant. Le groupe, l’entourage se révèlent également essentiels pour aider les victimes de traumatismes. Se sentir épaulé, soutenu aussi bien lors de harcèlement moral que dans la souffrance au travail évite au sujet un repli sur lui-même et une aggravation de sa souffrance pouvant aller jusqu’à des troubles psychosomatiques, la dépression, leburn-outou l’alexithymie. De plus, le contexte de crise économique et écologique mondial change la donne. Ainsi les victimes du tsunami puis de la centrale nucléaire de Fukushima ont affaire à l’état japonais et à une presse qui nient la gravité de la situation. Les populations restées sur les zones contaminées se voient traitées de « paria » si elles réclament une nourriture non irradiée pour leurs enfants. La raison d’état prime donc sur la raison humaine mais quelles sont les limites du supportable pour les humains ? Le sophrologue se doit de réfléchir à ces questions vitales et a le devoir de se positionner quand la loi collective du silence s’impose aux individus. Cette urgence sociale, politique et psychothérapeutique questionne. Il nous a paru important d’en débattre lors de notre e 46 Congrès de la SFS. À cette occasion Boris CYRULNIK, neurologue, psychiatre, éthologue et psychanalyste connu de tous nous a honoré de sa présence. Quel regard portons-nous, Sophrologues et Sophrothérapeutes sur cette notion de résilience ? Quelle hypothèse de travail proposons-nous ? Pourquoi certaines personnes, après avoir apparemment dépassé certains traumatismes, voient réapparaitre comme l’écrit C. VOLF, écrivain de l’ex-RDA, «la radioactivité du passé dans le présent.»
8
Ce qui apparait également ce sont les variétés de traitement psychothérapeutique où le corps et la vie émotionnelle ont toute leur place, que ce soit en sophrologie avec le travail psychothérapeutique sur les images, en EMDR, enSomatic Expériencing, enFocusing, etc. S’agit-il d’abréaction dans ces nouvelles thérapies qui s’appuient souvent sur les dernières découvertes des neurosciences ou d’un nouvel éclairage sur les compétences du corps à réguler le trauma ? C’est de tout cela que nous avons essayé de débattre et de réfléchir lors de ces journées où quatre thèmes ont été abordés : -Psychothérapies et résilience -Différentes approches du traumatisme -Les réponses de la sophrologie à la souffrance du sujet traumatisé -La relation thérapeutique, de la résistance à la résilience RÉSUMÉ DES COMMUNICATIONS I. PSYCHOTHÉRAPIES ET RÉSILIENCE Nombre des écrits de Boris CYRULNIK abordent cette notion de Résilience. Il écrit notamment dans son ouvrageLe vilain petit Canard, «on est toujours émerveillé devant ces enfants qui ont pu sortir d’épreuves immenses et se faire une vie d’homme malgré tout». Boris CYRULNIK a traité essentiellement de l’apport de l’hypnose dans le traitement du traumatisme. Gérard OSTERMAN, médecin attaché au CHU de Bordeaux, psychothérapeute-analyste, spécialisé dans les conduites addictives, a abordé les effets du traumatisme au niveau psychosomatique.
9