Café littéraire N°6 - Février 2012 - Version 1.0.

De
Publié par

Café littéraire 1.0. est un mensuel littéraire destiné aux élèves de l'enseignement secondaire inférieur mais aussi à tout lecteur intéressé par la lecture jeunesse.



Il a pour but de promouvoir la littérature en diffusant des critiques de sorties littéraires, quel qu'en soit le support (papier, ebook, livre audio) et quel qu'en soit le genre (roman, poésie, BD, ouvrage de vulgarisation...) ; faciliter l'accès des élèves à la littérature en les dotant d'un cadre de référence et de clés, de concepts leur permettant de s'approprier la notion de littérature ; faire découvrir en présentant les auteurs actuels ou anciens qui ont enrichi le patrimoine littéraire universel.

Au sommaire de ce mois- ci :

Une haine bien ancienne

Deux jambes de bois

Un ras-le-bol amoureux

Des nouveautés à prendre ou à laisser

Un petit garçon pas très sage

Des feuilletons, mais pas de télé

Une bouteille à la mer

Des activités…

Publié le : mercredi 1 février 2012
Lecture(s) : 33
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 2034808810064
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Café littéraire
Version 1.0. une édition www.kwalire.com
C’est nouveau (ou presque)
Unarrière-arrière-petit-filsdétective

Niveau
2
Alexandre Guérini ne s’attendait pas à cet accueil dans ce petit village d’Auvergne, bien loin de Paris : les gens semblent hostiles à sa présence et il est impossible pour lui de lier la moindre amitié. La raison gît dans le passé et les ancêtres des Guérini, Faure et autres Pastourel, habitants du village et héritiers rancuniers d’une affaire vieille de plus de 100 ans.
« SOYEZ RAISONNABLES, QUITTEZ LE VILLAGE ». Moins d’une et Alexandre, après une nuit de veille, aurait pu découvrir qui se cachait derrière ces messages déposés nuitamment dans la boîte aux lettres de sa propriété de la Bournerie. Malheureusement le « corbeau » était cagoulé et Alexandre revient bredouille à la maison.
Le lendemain, il fait la connaissance de Julien Faure, qui s’est créé un territoire dans les bois, avec une terrible cachette sous un arbre. Les deux adolescents se lient aussitôt d’amitié, mais une amitié qui ne durera qu’un après-midi… En effet, à peine entrés dans la maison familiale de Julien, le ton enjoué et sympathique de celui-ci se transforme en politesse froide et lointaine lorsqu’Alexandre décline son identité et son lieu de résidence.
Cette fois, c’en est trop. Alexandre veut comprendre les raisons de cette hostilité, qui prendra une forme plus violente à la rentrée des classes, quand un certain Stéphane Faure le harcèlera en raison de son nom de famille.
Une rencontre fortuite le mettra face à un indice qui le conduira à
« Et soudain : Jean-Baptiste Guérini, accusé de meurtre avec préméditation. Alexandre frissonna à la lecture de son propre nom de famille. »
120 ans plus tard,François Librini © Oskar, 2011
une stèle commémorative : «Ala mémoire d’Antoine Faure, assassiné ici même, le 14 mai 1883 ». Cette inscription sera le début de l’enquête véritable d’Alexandre, qui lui permettra de réunir toutes les pièces du puzzle. Un puzzle dont la première pièce est le jugement pour meurtre de Jean-Baptiste Guérini, un meurtre pour lequelle coupable déclaré a toujours proclamé son innocence…
120 ans plus tardest un polar pour les ados de facture classique, sur une trame des plus consensuelles. Pas de surprise donc de ce côté-là. Mais une introduction prenante, des rebondissements et une ïn pleine de suspense permettent de classer ce roman parmi les tout bons du genre. Les petites invraisemblances techniques et les raccourcis obligés n’altèrent en rien la qualité du livre et ne nous empêchent pas de croire à cette histoire. Une histoire
originale par son décalage dans le temps et la difïculté de trouver des indices permettant de savoir si l’arrière-arrière-grand-père d’Alexandre, Jean-Baptiste Guérini, est coupable ou pas. Une quête impossible sans audace, sans un brin de chances, sans un peu de science et beaucoup de persévérance et de solitude.
120 ans plus tard François Librini Oskar Polar Réédition Août 2011 228 p. 9,00 €
Si tu aimes François Librini, voici l’adresse de son blog :http:// f r a n c o i s. l i b r i n i . p a g e s p e r s o -orange.fr/. Un site sympa où tu apprendras plein de choses sur ce professeur des écoles, écrivain pour la jeunesse. Tu pourras même lire des extraits de ses romans.
3 Version 1.0. C’est nouveau (suite) Café littéraireune édition www.kwalire.com septansdelaUtrecôtédUmUr NiveauUn mur tombe. Un mur qui séparait deux réalités : l’une capitaliste où l’abondance semble régner et l’autre communiste où les plaisirs sont réduits à la plus simple expression. Mais cette nouvelle façon de vivre, désormais commune à toutes et à tous, marque l’enfance de la petite Anna qui se souvient. Un livre « ostalgique ».
par les Wessies (les Allemands police secrète qui espionnait, de l’ouest). écoutait, vériïait si tu étais un bon Allemand de l’est. Il y Tout commence et ïnit à avait, et c’est sans doute le plus la Kindergarten, le jardin perturbant pour Anna, le métier d’enfants. Avec les autres secret de son papa, qu’il taira à enfants de sa classe, Anna jamais. ramasse des châtaignes destinées aux animaux du zoo voisin. UnIl était une fois dans l’Estse présente travail collectif qui permettra comme un journal. Celui de à Frau Hentschel, l’institutrice, la petite Anna qui a connu un de recevoir un peu d’argent de événement bouleversant à la l’Etat pour acheter du matériel ïn de sa prime enfance : la scolaire. ïn d’un système dictatorial qui voulait soumettre toute Alors qu’Anna se dévoue tant liberté individuelle au proït de Le Mur de Berlin, comme on bien que mal pour devenir la collectivité. Dans sa galerie l’appelait, vient de tomber. une bonne petite socialiste au de l’enfance, peu de souvenirs Au propre comme au ïguré. foulard bleu, signe distinctif des positifs sont exposés. Mais il Berlin est la capitale actuelle de pionniers, des indices inïmes n’empêche que par-ci par-là, l’Allemagne, mais à l’époque annoncent le changement même si la vie n’était pas simple, elle était une ville enfermée, qui se prépare. Là un vieil comme dans toute société, il enclavée en territoire régi par homme désabusé qui insulte existait des petits coins de ciel un système politique particulier, le socialisme, ici sa maman qui bleu. le communisme, un système que rêve d’odeurs de l’ouest, là le ses concepteurs voulaient idéal. cousin qui habite de l’autre côté Un livre agréable à lire, instructif, Idéal ? La partie occidentale et qui envoie des colis, souvent un point de vue sur une situation (correspondant à notre système de la charcuterie, parfois des vécue sans compromis ni pour politique) en était séparée par Deutsche Marks. l’est ni pour l’ouest. Bref à un mur aïn d’éviter que les conseiller, mais avec une petite habitants de l’est ne se réfugient Dans le musée d’enfance d’Anna visite préalable en géographie de l’autre côté, à l’ouest. d’avant la chute du Mur, il y et en histoire pour bien saisir avait la poupée Pittiplatsch, la toutes les ïnesses du récit. Le Mur s’écroule poussé par un er parade du 1 mai où on déïlait vent de liberté. Un autre mur avec une eur rouge, les rares« Nous apprenions dès le berceau disparaitra pour Anna. Celui de vacances à la mer sur une petiteà être de bons citoyens socialistes son univers, de ses habitudes, île, le club Cola, les cornichonset, pour ce faire, même nos de son quotidien. Toutes ses en bocal et les voitures Trabant, distractions devaient d’être d’utilité certitudes s’envoleront d’un le luxe suprême. publique. » seul coup dans l’euphorie et les Il était une fois dans l’Est,Audren Deutsche Marks (la monnaie Mais dans le monde d’Anna © Médium, L’école des loisirs, allemande avant l’Euro) offerts d’avant la chute du Mur, il y 2011 en cadeau de bienvenue aux avait aussi la terrible STASI, la Ossies (les Allemands de l’est)
Il était une fois dans l’est -Audren -Médium - L’école des loisirs - Octobre 2011 - 109 p. -8,50 €
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.