Café littéraire N°6 - Février 2012- Version 2.1.

De
Publié par

Café littéraire 2.1. est un mensuel d'activités littéraires destiné aux élèves de l'enseignement secondaire supérieur et est un complément de Café littéraire 2.0.



Il a pour but de promouvoir la littérature en diffusant des critiques de sorties littéraires, quel qu'en soit le support (papier, ebook, livre audio) et quel qu'en soit le genre (roman, poésie, BD, ouvrage de vulgarisation...) ; faciliter l'accès des élèves à la littérature en les dotant d'un cadre de référence et de clés, de concepts leur permettant de s'approprier la notion de littérature ; faire découvrir en présentant les auteurs actuels ou anciens qui ont enrichi le patrimoine littéraire universel.

Au sommaire de ce mois- ci : Les fables - Activités et pistes didactiques.

Publié le : mercredi 1 février 2012
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 2034808821060
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Version 2.1. Café littéraireune édition www.kwalire.comPistes didactiques Piste1 -Lesécrivainsvoyageurs,uneétaPeLittéraire
2
Ils vont, ils viennent, ils se ïxent rarement, mais s’attachent toujours. Ils observent, écoutent, échangent, écrivent, livrent et parfois se livrent. Qui ? Les écrivains voyageurs, cette race de globe-trotteurs à plumes et carnets.
Mais ce n’est pas uniquement la beauté de la langue et l’esprit littéraire qui a amené ces hommes et ces femmes à nous livrer des récits de voyage. Compte-rendu d’exploration, prise de possession d’un espace, vériïcation d’hypothèses, confrontation à une autre culture, etc. les motivations sont multiples.
Car ces récits de voyage sont aussi les récits de recherches de nouvelles routes commerciales, d’expansions militaires, de missions religieuses de conversion, de découvertes scientiïques… Les voyages de Bougainville, par exemple, sont accompagnés d’expéditions scientiïques qui tentent de dresser des inventaires géographiques, astronomiques, botaniques, zoologiques et ethnographiques des territoires découverts (Voyage autour du monde 1766-1769, paru en 1771).
Les voyages, depuis Montaigne au moins (philosophe français né 1533 et mort en 1592), vont également servir de lieux de confrontations des idées philosophiques et politiques. Ce sera le cas notamment pour Voltaire, Diderot ou Montesquieu, pour ne parler que du XVIIIe siècle.
A côté des voyages militaires, commerciaux, religieux, politiques ou philosophiques, on trouve aussi les voyages initiatiques, occasions d’apprentissages et de développements individuels, que ce soient les Carte du monde, 1546, Pierre Descelliers Grand Touréducatifs des Anglais aisés du XVIIIe http://www.culture.gouv.fr/culture/nllefce/fr/carte2.htm siècle ou les voyages romantiques, épreuves du moi livré à lui-même dans des lieux chargés de symboles (les Alpes, les grandes villes culturelles d’Italie, etc.)
Cette multiplication des motivations d’écriture s’accompagne d’une multiplicité des genres littéraires. Le récit de voyage peut tout aussi bien être de simples carnets de route que des lettres, des journaux intimes, des chroniques scientiïques, des poèmes, des romans, des nouvelles, etc. Bref des formes factuelles ou ïctionnelles qui nous relatent des détachements et des attachements individuels ou collectifs, pragmatiques ou spirituels, à chaque fois riches d’enseignements sur autrui ou sur l’auteur...
Voici une série de textes d’écrivains voyageurs. Lis-les et, avant tout, prends du plaisir à parcourir ces extraits drôles, étonnants ou interpellants.
1
didactique
iste P
Version 2.1. une édition www.kwalire.comPistes didactiques Café littéraire Piste1 -Lesécrivainsvoyageurs,uneétaPeLittéraire
3
Exercice I. Relève dans cet extrait toutes les marques de l’énonciateur : pronoms, déter-minants possessifs, terminaisons verbales, termes d’adresse.
Stendhal,Mémoires d’un touriste(1857)
Vers la ïn du mois de mai 1837, Stendhal, en tant qu’Inspecteur général des Monuments historiques, entreprend une inspection en Auvergne. Mais Stendhal présente son récit sous le couvert d’une ïction : le voyage d’un marchand de fer qui, ayant effectué une partie de sa carrière aux colonies, veut désormais connaître la France.
« Nantes, le 25 juin 1837.
Rien de plus désagréable en France que le moment où le bateau à vapeur arrive: chacun veut saisir sa malle ou ses paquets, et renverse sans miséricorde la montagne d’effets de tous genres élevée sur le pont. Tout le monde a de l’humeur, et tout le monde est grossier.
Ma pauvreté m’a sauvé de cet embarras: j’ai pris mon sac de nuit sous le bras, et j’ai été un des premiers à passer la planche qui m’a mis sur le pavé de Nantes. Je n’avais pas fait vingt pas à la suite de l’homme qui portait ma valise, que j’ai reconnu une grande ville. Nous côtoyions une belle grille qui sert de clôture au jardin situé sur le quai, devant la Bourse. Nous avons monté la rue qui conduit à la salle de spectacle. Les boutiques, quoique fermées pour la plupart, à neuf heures qu’il était alors, ont la plus belle apparence ; quelques boutiques de bijouterie éclairées rappellent les beaux magasins de la rue Vivienne. Quelle différence, grand Dieu ! avec les sales chandelles qui éclairent les sales boutiques de Tours, de Bourges, et de la plupart des villes de l’intérieur ! Ce retour dans le monde civilisé me rend toute ma philosophie, un peu altérée, je l’avoue, par le froid au mois de juin, et par le bain forcé de deux heures auquel j’ai été soumis ce matin. D’ailleurs le plaisir des yeux ne m’a point distrait des maux du corps. Je m’attendais à quelque chose de comparable, sinon aux bords du Rhin à Coblentz, du moins à ces collines boisées des environs de Villequier ou de la Meilleraye sur la Seine. Je n’ai trouvé que des îles verdoyantes et de vastes prairies entourées de saules. La réputation qu’on a faite à la Loire montre bien le manque de goût pour les beautés de la nature qui caractérise le Français de l’ancien régime, l’homme d’esprit comme Voltaire ou La Bruyère. Ce n’est guère que dans l’émigration, à Hartwell ou à Dresde, qu’on a ouvert les yeux aux beautés de ce genre. »
1
didactique
iste P
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.