Café littéraire N°8 - Avril 2012 - Version 2.0.

De
Publié par

Café littéraire 2.0. : News, critiques, classiques en romans, BD ou essais : Café littéraire, la revue des étudiants qui ont du tempérament (secondaire supérieur).



Il a pour but de promouvoir la littérature en diffusant des critiques de sorties littéraires, quel qu'en soit le support (papier, ebook, livre audio) et quel qu'en soit le genre (roman, poésie, BD, ouvrage de vulgarisation...) ; faciliter l'accès des élèves à la littérature en les dotant d'un cadre de référence et de clés, de concepts leur permettant de s'approprier la notion de littérature ; faire découvrir en présentant les auteurs actuels ou anciens qui ont enrichi le patrimoine littéraire universel.

Au sommaire de ce mois- ci :

Une anglaise et son vélo

Un écrivain déraciné

Des chevaliers en béton

Un petit garçon agile

Des nouveautés à prendre ou à laisser

Werther en mots et en musique

Le blues du contrebassiste

Quelques livres pas chers pour aborder la musique

L’actualité du livre

Des activités…


Publié le : dimanche 1 avril 2012
Lecture(s) : 18
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 2034808820087
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Café littéraire
Version 2.0. une édition www.kwalire.com
C’est nouveau (ou presque)
2
L’orpheLinetLeconcierge NiveauL’auteur deMontedidio, prix Femina Etranger en 2002, avait écrit sept ans plus tardIl giorno prima della felicitàque les éditions Gallimard avait rapidement traduit sous le titreLe jour avant le bonheur. Désormais, c’est en poche que ce beau roman d’initiation est disponible. Naples, immédiat après-guerre. avec un buvard. Le vent que « Les vitres de Naples se Un jeune orphelin joue au nous faisions était plus beau. passaient le soleil entre football. Comme c’est le plus Les autres écrasaient les mots elles. Celles qui en avaient adroit, c’est lui qui grimpe sur sous leur petit carton blanc ». le plus par leur position le les corniches pour rechercher renvoyaient vers le bas à le ballon qui atterrit sur les Ça c’est pour le cadre. celles qui en avaient le moins. balcons de l’immeuble en face.L’histoire ne s’arrête pas là, sa Elles étaient complices... En Sur un de ces balcons, il ydensité est évidente malgré le bas, dans la loge, arrivait un aussi une jolie petite Ille que lenombre de pages peu élevé. carambolage de lumière qui narrateur cherche des yeux. L’avenir réserve des suprises faisait dix rebonds avant de au narrateur et des reprises Inir dans le trou où j’étais ». Ce petit garçon uet vit sousavec le passé. Le jour avant le bonheur, Erri la protection de don Gaetano, De Luca © Folio/Gallimard le gardien de l’immeuble. Ce Ce roman, édition en poche dernier lui apporte un plat du roman publié en 2010 chez chaud le soir et lui réchauffe Gallimard, retrace la naïveté une tasse de lait le matin. Il lui et la gravité de l’enfance, apprend aussi à jouer aux cartes mais sans les lourdeurs et à lui montrer comment qu’on retrouve parfois quand il peut se rendre utile. Don un auteur décide que son Gaetano aussi est un orphelin, narrateur est un jeune enfant. mais qui lui a grandi dans un Pas de pathos, pas de formules orphelinat, pas dans le réduit ingénues et empesées que sont d’un immeuble, comme le censés avoir les enfants. Plutôt narrateur. de la poésie et de la candeur. Une belle justesse dans le ton. A l’école, le jeune garçon fait partie des pauvres, ceux dont Erri De Luca est né à Naples en Le jour avant le bonheur on rase la tête à cause des1950. Il a été maçon, puis s’est Erri De Luca poux et qui n’ont pas droit à décidé à apprendre l’hébreu Folio un buvard pour sécher l’encre pour traduire la Bible. Son 2012 de leur cahier : « Sous notre œuvre, marquée par une forme 158 p. soufe, le bleu de l’encre de quête spirituelle, est saluée 5,10 € tremblait en changeant de par la critique internationale.Traduit de l’italien couleur. Les autres l’essuyaientpar Danièle Valin
Retour sommaire
Version 2.0. Café littéraireune édition www.kwalire.com UnLivretroistropétroit?
C’est nouveau (suite)

Niveau
3
Si le signal de lecture de cette BD est élevé, le nombre de cœurs attribués par la rédaction est important aussi. Le scénario est à la hauteur des « fantaisystes » les plus exigeants. Encourageons les albums qui ne nous prennent pas pour des imbéciles, même si c’est au prix d’une certaine lisibilité.
Voici une bande dessinée pour les fans de medieval fantasy. Servitureplonge dans un nous royaume au bord du chaos, où les alliances d’hier sont sur le point de se défaire, où le sujet loyal et le traître sont de plus en plus difIciles à discerner, où les invitations sont des guets-apens et où la sécurité des routes n’est plus une promesse.
Faisons un peu la Ine bouche : certaines bandes dessinées présentent un scénario plat, déjà-vu, d’une simplicité linéaire. Ce n’est pas le cas ici, qui plante un décor complexe, qui dessine des relations dont il est difIcile de démêler les nœuds et des événements où tenants et aux aboutissants
souvent complexes. Côté densité et complexité du scénario, on est servi.
Alors pourquoi se plaindre ? Parce qu’il arrive un moment où, à force de tracer des chemins, on perd sa route, on ne sait plus très bien qui est qui, où on est, où on va et les références à des enjeux historiques ou à des situations parallèles sont parfois tellement nombreuses qu’on Init par perdre le Il de l’histoire.
Une certitude : se plonger dans le livre III exige une relecture des tomes précédents et principalement du livre I, parce que le livre II est une sorte de parenthèse qui prendra son
sens, en partie à la In du livre III, mais surtout à mon avis dans le livre V.
Les dessins, quant à eux, sont excellents, le découpage rythmé et le choix des plans ou des angles de vue est par endroits surprenants, mais présente des qualités esthétiques ou narratives indiscutables. Le dessinateur et coloriste Eric Bourgier installe l’action dans un cadre sépia qui renforce le mystère et participe à la création d’une atmosphère fantasy.
Servitude, c’est du costaud. Ce n’est pas pour les poids-plumes de la BD, mais bien pour les catégories supérieures.
La sagaServitude, c’est : Livre I - Le chant d’Anoroer Livre II - Drekkars Livre III – L’adieu aux rois Livre IV - Iccrins Livre V - Shalin
Servitude, livre III – L’adieu aux rois Scénario Fabrice David et Eric Bourgier Dessin et couleurs Eric Bourgier Soleil 2011 55 p. 14,50 €
Retour sommaire
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.