Café littéraire N°9 - Mai 2012 - Version 2.0.

De
Publié par

Café littéraire 2.0. : News, critiques, classiques en romans, BD ou essais : Café littéraire, la revue des étudiants qui ont du tempérament (secondaire supérieur).


Il a pour but de :

Promouvoir la littérature en diffusant des critiques de sorties littéraires, quel qu'en soit le support (papier, ebook, livre audio) et quel qu'en soit le genre (roman, poésie, BD, ouvrage de vulgarisation...) ;

Faciliter l'accès des élèves à la littérature en les dotant d'un cadre de référence et de clés,
de concepts leur permettant de s'approprier la notion de littérature ;

Faire découvrir en présentant les auteurs actuels ou anciens qui ont enrichi le patrimoine littéraire universel.


Au sommaire de ce mois- ci :

Des femmes fortes

Une enquête en mots

Un voyage en Sibérie et à Berlin

Des merveilleux nuages

Des nouveautés à prendre ou à laisser

Des classiques de la littérature fantastique

Un dossier sur la littérature fantastique

Une petite place pour les sorcières, loups-garous et autres monstres

Des activités…


Publié le : mardi 1 mai 2012
Lecture(s) : 6
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 2034808820094
Nombre de pages : 20
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Café littéraire
Version 2.0. une édition www.kwalire.com
C’est nouveau (ou presque)
LaverLhonneurperdu

Niveau
2
La réédition en poche du best-seller de SoI Oksanen nous donne l’occasion de revenir sur ce troisième roman de la jeune auteure Inlandaise.
PurgeInnois n’a pas le en double sens du mot français : l’action de nettoyer et celle, métaphorique, de déporterou d’éliminer des éléments « impurs ».Puhdistus en Innois renvoie à l’action de nettoyer, de laver, de puriIer, de désinfecter. Les purges, ce sont les potions médicinales qu’Aliide concocte dans son arrière-cuisine.
Aliide, le personnage central du roman, est une vieille estonienne martyrisée par la vie et par les hommes qui vit dans une maisonnette perdue dans la campagne, une maisonnette aux cloisons amovibles, aux placards à double fond, qui
accueillaient les clandestins, politiques ou non, qui venaient se réfugier chez la vieille femme.
Au début des années 90, Zara, une jeune femme en guenilles, atterrit sans connaissance au milieu de la cour de la maison d’Aliide. La vieille femme l’accueille. Zara et Aliide Inissent par s’avouer les violences dont elles ont été victimes et qui les ont rendues honteuses de leur corps.
Purge est un roman fort que la critique avait encensé à sa sortie et qui, selon l’auteure, entendait laver l’honneur perdu des petits pays baltes,
SoI Oksanen est née en 1977 à Jyväskylä, à 270 kilomètres au nord d’Helsinki. De mère estonienne et de père Inlandais, elle a d’abord étudié la littérature puis la dramaturgie avant de se lancer dans l’écriture. Son premier roman,Les vaches de Staline (2003), combinait boulimie et histoire soviétique. Dans son deuxième roman,Baby Jane(2005), l’auteure se penchait sur les attaques de panique et les désillusions des jeunes générations d’adultes d’aujourd’hui. Son troisième roman,Purge, donne aussi une voix à ce qu’elle appelle des « destins bâillonnés », des « personnages muets » et des « histoires tues ». Un Ilm est prévu en 2012.
d’abord occupés par l’Armée Rouge, conquis ensuite par les Allemands, repris enIn par les Russes, dans une indifférence quasi générale.
Purge SoI Oksanen Le livre de poche 2012 395 p. 7,60 € Traduit du Innois par Sébastien Cagnoli
Retour sommaire
3 Version 2.0. C’est nouveau (suite) Café littéraireune édition www.kwalire.com L’origineduLangageNiveauQuel a été le premier mot prononcé par l’homme ? Qu’est-ce qui a poussé l’homme préhistorique à poser cet énorme pas qui consiste à inventer un langage ? Voici les questions entêtantes que se pose un professeur de littérature qui mourra avant d’avoir pu y répondre. Sa sœur reprendra le ambeau, en sa mémoire.
Miltiadis est professeur de littérature comparée à Paris. Lors du dernier Noël avant sa mort, il avoue à sa sœur qu’il aimerait connaître le premier mot prononcé par l’Homme. La découverte de ce mystère serait pour lui son ultime quête, celle qu’il veut à tout prix réaliser avant sa mort. Malheureusement, quelques semaines plus tard, il décède sans avoir percé l’énigme.
Sa sœur décide de poursuivre son œuvre et tente de trouver une réponse à l’interrogation que son frère se posait. Elle rencontre alors les plus grands scientiIques et chercheurs – notamment Jean-Pierre Changeux, le spécialiste du cerveau – et se met à écrire le
récit de ses recherches.
Alexakis propose une épopée surprenante et érudite qui pourtant ne lasse pas. Le procédé de déconstruction temporelle utilisé par l’auteur casse la linéarité qu’un récit chronologique aurait fatalement imposée. Le premier chapitre du roman est une initiation aux mots, à leur déchiffrement, aux secrets de leur naissance, aux mystères de leur origine. Le deuxième chapitre est consacré au deuil est aux souvenirs que ce deuil suscite chez la sœur de Miltiadis. Le reste du roman est consacré à la quête langagière. CarLe premier mot n’est pas seulement un roman savant sur le langage, c’est aussi un roman d’amour fraternel.
Le premier mot Vassilis Alexakis Folio 2012 382 p. 7,30 €
Vassilis Alexakis est né à Athènes en 1943. Il a émigré en France où il a suivi des études de journalisme (Lille) avant de s’installer à Paris en 1967, peu de temps après le coup d’état des Colonels en Grèce. Il a travaillé pour plusieurs journaux français dontLe Mondeet pourFrance Culture. En 1974 paraît son premier roman,Le sandwich, écrit en français. Il a reçu le Prix Médicis en 1995 pourLa langue maternelleet le Grand Prix du roman de l’Académie française en 2007 pourAp. J-C.Il vit aujourd’hui entre la France et la Grèce.
Retour sommaire
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.