Couleurs et matières dans l'Antiquité

De
Publié par


Nos connaissances sur les usages de la couleur et de la polychromie dans la peinture et la sculpture antiques se sont considérablement renouvelées grâce aux découvertes archéologiques récentes, notamment en Macédoine, et au perfectionnement sans cesse accru des méthodes d'analyse physico-chimique des matières colorées. En outre, la littérature descriptive a fait l'objet de nombreuses études ces dernières années. Le présent volume prend en compte le résultat de toutes ces nouvelles recherches.

Les textes ici réunis couvrent un large spectre, allant des couleurs de la peinture au sens des couleurs chez les Latins en passant par le jeu des couleurs sur les matières. Idées reçues et évidences sont remises en cause : les couleurs ne se résument pas à des pigments, le jeu des matières et des couleurs exprime des valeurs symboliques et sociales complexes et fluctuantes.

En prenant appui sur l'analyse comparée de textes philosophiques, rhétoriques et techniques, ainsi que d'ecphraseis d'époque hellénistique et impériale, les auteurs tentent de définir le rôle de la couleur et des matières précieuses dans la reconstitution imaginaire de l'œuvre d'art peinte ou sculptée et d'évaluer, de ce point de vue particulier mais aussi largement polysémique, grâce aux usages métaphoriques de la « couleur », certains aspects de la réélaboration du modèle classique entre l'époque hellénistique et l'Empire.

Publié le : dimanche 1 janvier 2006
Lecture(s) : 112
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782728838349
Nombre de pages : 304
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
INTRODUCTION
AgnèsROUVERET
Lhistoireainsiesquisséeaideraàapprécierlacomplexitédes conditionslinguistiquesd’oùs’estdégagéelanotionde«rythme». Onestbienloindesreprésentationssimplistesquuneétymo-logiesuperficiellesuggérait,etcenestpasencontemplantlejeu desvaguessurlerivagequelHellèneprimitifadécouvertle «rythme»;c’estnousaucontrairequimétaphorisonsaujourd’hui quandnousparlonsdurythmedesflots. (É.Benveniste,ldesmelèobPrraleégénuqesiitniug
CetteconclusiondÉmileBenvenisteautermedunelumineuseétudesur lanotiondeΔ¢¥∫»ntpoireecalpseposarpnsneeilàanaesyledpuorriatestarsn etdelareprésentationdescouleursenGrèce.Cedomaineestsansdoutelun deceuxoùlinterprétationdelacultureantiquehéritéedelatraditionphilo-e logiqueduXIXtaoincèelisnénotreappréciemelctnidnonoitlapledusabur 1 destextesetdesmonuments.CommelesouligneJ.J.Pollitt,unevision «primitiviste»desanciensGrecs,incapablesdexprimerlavariétédescouleurs sinonparlescontrastesentrelebrillantetleterne,informeencoredestravaux relativementrécentssurlasémantiquedestermesdecouleur. Pourcommenceràretrouverlacomplexitédelexpériencedelacouleur danslAntiquitéclassique,ilaurafalluunesériedephénomènesconvergents danslaculturecontemporaineetdanslessciencesdelAntiquité.Parmiles plusévidents,onpeutmentionnerdesdécouvertesarchéologiquesmajeures commelespeinturesfunérairesdeMacédoine,desprogrèsscientifiquesdans laconnaissancedesphénomènesdelavisionoudanslanalysedesmatières colorées,unintérêtaccrupourlestextesantiquesconsacrésàlhistoiredes sciencesetdestechniques.Lenombre,laqualitéetladiversitédesouvragesparus danslescinqdernièresannéestémoignentdurenversementpresquecomplet
)
1.J.Pollitt,«PERI CRWMATWNnietsrtrGeekapancient:Whati»,rsounathguohloctuob M.A.TiveriosetD.Tsiafakis(éd.),ientGreekArtofoColrniAcneeGr.ceeThleRoroloniicnAtneC th th andArchitecture(700-31B.C.).ProceedingsoftheConferenceheldinThessaloniki(12-16April 2000)8.,euqino.p,2002,alssheT
7
AgnèsRouveret
del’étatdelarechercheencesdomaines.Leproposdecerecueilestdecontribuer àcetteapprochediversifiéedesphénomènesdelacouleurdanslAntiquitépar unelecturecroiséedetexteslittéraires,philosophiquesettechniquesévaluésà lalumièredesnouvellesdonnéesscientifiquesetarchéologiques. Autermeduparcoursproposédansleprésentvolume,lesremarquesde lhumanisteBlaisedeVigenèrenoussemblentoffrirlameilleuredéfinitionde laréalitéantiquequenousessayonsdecerner.«Latraditiondescouleursest fortchatouilleuse»,observe-t-il,etlesartisansdelacouleur,peintres,brodeurs etteinturiers«nousapprennentsanscomparaisonplusdescouleurs,etde 2 leursdifférences,quetouteslestraditionsetdiscoursdesanciensphilosophes ». LacontributiondeRichardCrescenzoreposesurunprojetjudicieux:analyser latraductiondestermesgrecsdecouleurprésentsdanslesImagestroseatedilPh e enlanguevernaculaireduXVIncdeviéentmeeétluciffidenuesinnalasycèel.oS majeuredesrecherchessurlexpressiondusensible,lasignificationmêmedes mots,fortementconnotésd’unecultureoud’unepériodeàl’autre.Qu’ils’agisse détoffes,dechevelures,decarnations,derobesdeschevaux,lechoixdumot propreestconditionnéparlexpériencequotidienneetparlesassociations métaphoriquesactivesauseindeslangues. Cetraitestflagrantdansl’enquêtedeLaurenceVillardsurl’essorduchroma-e tismeauIVsiècle.Lacouleurchair,l’andreikelon,retientl’attentiondespeintres. 3 Ilenvademêmepourlessculpteurs,quilstravaillentlemarbreoulebronze. SophieDescampsLequimeanalyselejeudesincrustationsdalliagescuivreux deteneursdifférentes,quipermetauxbronziersgrecsetromainsdélaborer unepalettecoloréeoùlablondeurdubronzeprendléclatduvivant.Cest bienencorelethèmemajeurdesecphraseisaséticNinntlliseCadybazduetertta Choniatès,traduitesetcommentéesparMarionMuller-Dufeudanssariche anthologiedetextessurlescouleursdubronze,tandisquelesnoticesde visiteurssurlesrefletsbleutésdecertainesstatuessemblentplutôtreleverdes mirabilia. Lelienétymologiqueentrecraeptua,,»«erc'wamà,c«ur»,ouleprepro lalanguegrecque,seprêteaisémentàdescommentairesphilosophiques.Les médecins,quantàeux,décèlentlessymptômesdelamaladiedanslessubtiles variationsdecouleurdelépiderme.Àlirelénumérationdesnuancesdu blancaujaunâtrerassembléedanslapocrhipueatiqoCitnollceelidtsiff,ielic dacseculerGrsceauxcouleurs.cesedccétiéaf
Lexplorationdusensibleconstitueunexcellenttestpourévaluersousun autrejourlesécritsantiques.Àcôtédesœuvrescanoniquessélectionnéespar latraditionpourleursqualitéslittéraires,desréflexionsdexperts,plussensibles àlaréalitématérielledescouleursetdesmatières,livrentdesinformations
2.R.Crescenzo,infra,p. ***. 3.V.BrinkmannetR.Wünsche(éd.),plutrkineSukitkentaFaeigrbrettid:tnuBöGe 2003etbibliographiecomplémentaire,p.***.
8
,Munich,
Introduction
richesetprécises.Leurconcentrationetleurconvergence,àcertainespériodes, deviennentenelles-mêmesdesindiceshistoriques. Lescontributionsrassembléesicipermettentdanalysercesphénomènes pourdeuxmomentsprivilégiés:l’époqueclassiqueetledébutdelapériode hellénistique,d’unepart,lafindelaRépubliqueetleHaut-Empire,de l’autre. Lessourcesantiquessurlapeinturegrecquedéfinissentdeuxpôlesdexcel-lenceentrelâgedePériclèsetceluidAlexandre.Lapériodelaplusrécenteest 4 mieuxconnuegrâceauxdécouvertesarchéologiques.Aucontraire,lapeinture e monumentaledelasecondemoitiéduV-..C.vJecnetspresorequealeècsi uneinconnue,saisissableparlestémoignagesindirectsdelapeinturesurvases oulespasticheshellénistiquesetromains.Pourtant,commelesouligneLaurence Villard,lesconvergencesfrappantesentrelesdiscourstechniquesdesméde-cins,despeintresetdesphilosophessurlacouleurconstituentdetrèssûrs indicesdelimportancedesrecherchesencedomaine. Àproposdesépigrammesdescriptives,EvelynePriouxremarquequeles pointesfondéessurdesindicationstechniquesoudesnomsdematièressont assezraresdanslesanthologieslittéraires,commelareagéMéldenoenoCru. EllessontaucontrairenombreusesdanslerecueilattribuéàPosidippede Pella,connuparlepapyrusdeMilan(Vl.IIIogV039.enteréctionilacpbu,ed) Lattentionportéeauxtechniquesdanslestextesélaboréspourlacourdes Lagidessajouteauxindicesantérieurementconnus,enparticulierparlebiais delaQuellenforschunglàpaiqpleuéruleelioerntastHidruop,lAncienePlinee confirmerlimportancedelapremièremoitiéduIIIièclsaveJ...-Cnsdaal5 formationdundiscourshistoriqueetcritiquesurlespeintresetlessculpteurs. Uneautredécouvertemajeurepourlhistoiredestechniquesestencoredue e àunesourceécrite.CestdansunpassagedelalchimisteZosimos(IIIsiècle), e conservégrâceàlatraductionensyriaquedunmanuscritduXVsiècle,quese cachaitlesecretdufameuxbronzedeCorinthe,tantrecherchédescollection-6 neursromains. Cettepatinedunnoirinaltérablesignaleaussiunprofondchangementde goûtàlafindelapériodehellénistique.Larecherchechromatiquejoueen effetsurlecontrasteentreleblancetlenoirdesmatériauxdunefaçontrès différentedesrecherchessurleclair-obscurdespeintresclassiques.Elle signaleunengouementdurablepourunusagedécoratifdelacouleuretpour laconstructiondeffetsparadoxaux,trèssensiblesdanslartaugustéenaprèsla victoiresurl’Égyptelagide.Despeinturespariétales,commeletriclinium noirdelavilladelaFarnésineoulesalondemêmecouleurdelavillade Boscotrecase,etlusagedesmarbrespolychromesendonnentdesexemples manifestes.CestendancessedéveloppentsouslEmpire.Onconstate,par
4.H.Brécoulaki,infraRA.veout,re,.pet*** 5.A.Rouveret,infra,.p***. 6.S.DescampsLequime,infra.***p.,
infra,*.p.**
9
AgnèsRouveret
exemple,laplaceprédominantedesmarbresdanslelivreXXXVIdelHistoire naturelleedilPcensaonécrxauerpiersteàlacrihtecture. UneconvergenceheureusedeladocumentationpermetàValérieMaugan decomparerlesréférencesauxmarbresdecouleurdansl’œuvredel’ency-clopédisteaveclespoésiesdeStaceetdeMartial.Lesmarbressélectionnés constituentuntopos,ntraecosteetruilaslPnidentoiedevuramomsiapel aveclatranquilleexaltationduluxedanslesSilvesoulesÉpigrammes.Dans 7 ladeuxièmeSilveien,donrephryglviudtaljlatauxIre,Iudbramisopnoit blancheurveinéedepourpreestcomparéeausangdAttis,etdumarbrevert deLacédémoneondulantcommelherbe,évoque,parlejeudesmatières,la chairetlesvégétaux.Cetteécritureprécieusequi,parledétourduminéral, retrouvelethèmedelanatureetduvivantestlameilleureillustrationde linquiétudeéprouvéeparPlinelAncienlorsquilattribuelamortdelart 8 picturalàlavoguedesmarbresetdesincrustationspolychromes. Onremarqueenmêmetempsquelatraditionlittérairefixedurablement certainesmétaphores.LéclatdespierresprécieusesquiinspireàPosidippe er plusieursépigrammesdesLithikaauseetrIhoreprivilégiéeétapnemleusiècpourdécrirelesprairiesenfleurs.Lanalysedescouleursdupaysagedansla littératurelatineproposéeparJeanTrinquierlivredesrésultatstoutaussi pertinentsquelenquêtedeRichardCrescenzosurPhilostrate.Si,danslaprose e françaiseduXIXredjauecsirsedunéestntmlémeal,elcrueluocioptnsiès paysagères,danslaproselatine,elleneconstituepasunélémentdeuidentia. Cestdanslapoésiequelacouleurjoueunrôleimportant.Unjeusubtilsur desexpressionsstéréotypées,grâceàlacompositionsavanteduvers,fixeles coordonnéessensiblesdunpaysagechezCatulleouVirgile,oulesmétamor-9 phosesdunfruitmûrissantdansuneodedHorace.ChezlépicurienLucrèce, lévocationdespaysagestrouveuneexpressionoriginaleetinéditeparcequelle contribueàlargumentationphilosophiquesurlesensible. Cescodeslittérairesnontaucunecontrepartiedanslapeinturepaysagère destopia.que,parexemplenOrmeraeurnteiotmundraral,pneétejauefimr desairieéms,laprelfuesrialleédrantesstCe.cossetnelerslisageairettérpya codesexpressifsrenforcentlaconclusiondeJeanTrinquiersurlanécessitéde nepas«identifierhâtivementlenon-dit,lenon-représentéaveclenon-perçu 10 oulenon-éprouvé».
Entrelescodesdescriptifsouartistiques,lesvocabulairestechniques,les expressionsmétaphoriquesoulesvaleurssocialesdelacouleur,lelecteur
7.Stace,Silves,II,87.v2,sq.:gan,fcMua..Vinfra.**p.*,8.UnecommunicationinéditedAncaVasiliu(CNRS/UMR7062),intitulée«Lespierreschez PaulleSilentiairedansladescriptiondeSainte-Sophie»,montrecommentcettematérialitédes marbrespolychromesdevientlepointdedépartdexercicesspirituelsàByzance. 9.Odes21-0fc:.J.irTuinq,er,II,5,v.1infra**..*p, 10.J.Trinquier,infra.**.*p,
10
Introduction
modernequitentedappréhenderlesrealiaelsouessertinpesdesetcrse trouvecertesplacédansunesituation«fortchatouilleuse».Cestcequenous rappelleHarikliaBrécoulaki,enreprenantlaiouexataquaestsrenteipesd «tétrachromatistes»pourdémonter,defaçonsalutaire,lespiègesderemarques apparemmenttechniques,transmisesparlessourceslatinesplusieurssiècles aprèslaréalisationdestableaux.Lespassages,contradictoiresentreeux,de CicéronetdePlinelAncienontfaitcoulerbeaucoupdencre.H.Brécoulaki montreladoubleréflexionprésentedanscesdeuxtextes.Lapremièresemble fortementconditionnéeparuneesthétiqueatticisantequiassociebeauté,santé 11 etsimplicité.Lasecondesattacheàloriginedesmatièrescoloranteset opposedeuxsortesdepigments.Lespremiers,coûteuxetexotiques,souvent liésauxtechniquesdelateinturerie,créentdeseffetsimmédiatsetfacileset connotentleluxeetlarichesse.Lesautrespigments,composésessentiellement doxydesdefer,révèlent,parleursmélangessavants,lavirtuositédesmaîtres duclair-obscur.Lesconclusionssontdoublementintéressantespournotre enquête.Enpremierlieu,l’analysearchéologiquemontreunemploiconjointde cespigmentssurunmêmemonument,commeceluidAghiosAthanasios,près deThessalonique,pourrépondreàdesbesoinsexpressifsdifférents.Ensuite, cesremarquessurletétrachromatismesinscriventdanslecontextespécifique delartrhétorique.Ilsagitdedéfinirmétaphoriquementdesstyleslittéraires.LacontributiondeCarlosLévysurlanotiondecoloroéhticirsneczhesle delarhétoriquelivredesconclusionsinéditesetinattenduesquiouvrentaussi despistesnouvellespourinterpréterlaremarqueplinienne.C.Lévysouligne, eneffet,laplaceparticulièreetproblématiqueducoloreuqirotéhrnelesetprofondschangementsdesignificationquiaffectentlanotionentrelafinde laRépubliqueetlépoqueflavienne.ChezCicéron,ellerelèvedu«jenesais quoi»quidonnesaspécificitéàlurbanitasm,pxeemirsiaelletétasilaus généraldudiscours.ChezSénèquelePère,aucontraire,lescoloresldeornatus sedéplacentverslecontenududiscoursetdeviennent«lélémentprincipal dunerhétoriquedelimaginaire».Onremarqueaussilesdifférencesentre l’approchedeDenysd’HalicarnasseetcelledeCicéron.Enparticulier,le théoriciengrecétablitunlienbeaucoupplusprégnantentrelesmétaphores picturalesetmusicalesetlacompositiondesphrasesdudiscours.Lanotion d’harmogèAncienPlinelevtnoinusrlnidu,pdaissauentseréedegassapelsn 12 clair-obscur,occupeuneplacecentraledanscedispositif.LadémonstrationdeC.Lévysuggèreuneautrefaçondaborderleproblème poséparlesjugementsdesécrivainslatinssurlespeintrestétrachromatistes, 13 analysésparH.Brécoulaki.Danslepassagecicéronien,lesquatrecouleurs
11.Voirparex.Platon,Philèbe,51 c-d,Réptralte;aAW..,014«lPdl,sCih..Pagessim,leaton grec»,RA56.3-3p.,9419,12.NH*p..**irVousalisrteétiarus,XXXV,etocmmneatriea,poéslaePhiedmèelidodaraedGR. Janko,oB,smeoPOnIko,94te93sntmegarf,000x2O,,drof89.p2sq. 13.Brutus,70.
11
AgnèsRouveret
sontconsidéréescommeunsystèmesimple,susceptibledeprogresser,cequi nousrenvoieàlanaturedespigmentsetdeleursmélanges.PétroneetPline lAnciensontcontemporainsdelanouvelleacceptiondecolorrotéhrne,ueiq nonplusformemaiscontenududiscours.Lejugementsurlespeintrestétra-chromatistesconclutundéveloppementcommencévingtparagraphesplus tôt,avecladéfinitiondesprincipesdelapeintureenclair-obscur.Lestermes techniquesemployésappartiennentaussiàlathéoriedelamusique.Dans quellemesurePline,pourconstruiresadiatribecontrelesmœursdesontemps, 14 causedelamortdesarts,na-t-ilpascontaminédeuxordresderéalité?On trouverait,duncôté,léchellechromatiquequivadelobscuritéàlalumière, surlemodèledelharmoniemusicale,appliquéeaussiàlareuurobmcoosmpioit. Cejugementsurla«couleur»généraleduntableaudonnépourraitqualifier e lestyle«sansfard»desgrandspeintresduIVautresidun.JC-.aMecl.aviès côté,PlinelAncienqui,danslesparagraphes31à49,aénumérétousles pigmentsemployésparlespeintres,transposeraitdanssaconclusionles «couleurs»-valeursencouleurs-pigmentsgénérantlesaporiesquelonsait, puisquelabsencedubleunepermetpasderéunirlescouleursprimaires.CettepositiondelencyclopédisteestconfortéeparlanalysedeValérie Naasquilaisseapparaîtreundoublediscourspliniensurlescouleurs.Dansle projetdensemble,linventairedesrichessesdelanatureetdesréalisations humaines,lescouleursontunrôleimportantpuisquellesconstituentun critèrerécurrentpourlaclassificationdesmatériaux.Nousretrouvonsen latinlexactitudeterminologiqueévoquéeplushautàproposdesmédecins 15 grecs.Pline,commeAuluGelle,estsensibleauxdifficultésinhérentesàla descriptiondescouleursetmontre«unsoucidexactitudequivajusquau 16 néologisme».Maiscetteattentionpourladiversitédusensibleestbattue enbrècheparleprincipemoralisateur.Lorsquilsagitdévaluerlusagedes ressourcesnaturellesdanslasociétéromaine,lesmatériauxutilisésparles artistessetrouventaucentredescritiquessurlaluxuriaetelsoceuulsrsblemten concentrerlavindictedePlinel’Ancien.Àcôtédesremarquesdéjàmentionnées surlalimitationdescouleursdansleschefs-d’œuvreclassiques,V. Naas remarquelabsencepresquetotaledenoticessurlescouleursdest