Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 10,99 €

Téléchargement

Format(s) : PDF

avec DRM

Vous aimerez aussi

INTRODUCTION
AgnèsROUVERET
Lhistoireainsiesquisséeaideraàapprécierlacomplexitédes conditionslinguistiquesd’oùs’estdégagéelanotionde«rythme». Onestbienloindesreprésentationssimplistesquuneétymo-logiesuperficiellesuggérait,etcenestpasencontemplantlejeu desvaguessurlerivagequelHellèneprimitifadécouvertle «rythme»;c’estnousaucontrairequimétaphorisonsaujourd’hui quandnousparlonsdurythmedesflots. (É.Benveniste,ldesmelèobPrraleégénuqesiitniug
CetteconclusiondÉmileBenvenisteautermedunelumineuseétudesur lanotiondeΔ¢¥∫»ntpoireecalpseposarpnsneeilàanaesyledpuorriatestarsn etdelareprésentationdescouleursenGrèce.Cedomaineestsansdoutelun deceuxoùlinterprétationdelacultureantiquehéritéedelatraditionphilo-e logiqueduXIXtaoincèelisnénotreappréciemelctnidnonoitlapledusabur 1 destextesetdesmonuments.CommelesouligneJ.J.Pollitt,unevision «primitiviste»desanciensGrecs,incapablesdexprimerlavariétédescouleurs sinonparlescontrastesentrelebrillantetleterne,informeencoredestravaux relativementrécentssurlasémantiquedestermesdecouleur. Pourcommenceràretrouverlacomplexitédelexpériencedelacouleur danslAntiquitéclassique,ilaurafalluunesériedephénomènesconvergents danslaculturecontemporaineetdanslessciencesdelAntiquité.Parmiles plusévidents,onpeutmentionnerdesdécouvertesarchéologiquesmajeures commelespeinturesfunérairesdeMacédoine,desprogrèsscientifiquesdans laconnaissancedesphénomènesdelavisionoudanslanalysedesmatières colorées,unintérêtaccrupourlestextesantiquesconsacrésàlhistoiredes sciencesetdestechniques.Lenombre,laqualitéetladiversitédesouvragesparus danslescinqdernièresannéestémoignentdurenversementpresquecomplet
)
1.J.Pollitt,«PERI CRWMATWNnietsrtrGeekapancient:Whati»,rsounathguohloctuob M.A.TiveriosetD.Tsiafakis(éd.),ientGreekArtofoColrniAcneeGr.ceeThleRoroloniicnAtneC th th andArchitecture(700-31B.C.).ProceedingsoftheConferenceheldinThessaloniki(12-16April 2000)8.,euqino.p,2002,alssheT
7
AgnèsRouveret
del’étatdelarechercheencesdomaines.Leproposdecerecueilestdecontribuer àcetteapprochediversifiéedesphénomènesdelacouleurdanslAntiquitépar unelecturecroiséedetexteslittéraires,philosophiquesettechniquesévaluésà lalumièredesnouvellesdonnéesscientifiquesetarchéologiques. Autermeduparcoursproposédansleprésentvolume,lesremarquesde lhumanisteBlaisedeVigenèrenoussemblentoffrirlameilleuredéfinitionde laréalitéantiquequenousessayonsdecerner.«Latraditiondescouleursest fortchatouilleuse»,observe-t-il,etlesartisansdelacouleur,peintres,brodeurs etteinturiers«nousapprennentsanscomparaisonplusdescouleurs,etde 2 leursdifférences,quetouteslestraditionsetdiscoursdesanciensphilosophes ». LacontributiondeRichardCrescenzoreposesurunprojetjudicieux:analyser latraductiondestermesgrecsdecouleurprésentsdanslesImagestroseatedilPh e enlanguevernaculaireduXVIncdeviéentmeeétluciffidenuesinnalasycèel.oS majeuredesrecherchessurlexpressiondusensible,lasignificationmêmedes mots,fortementconnotésd’unecultureoud’unepériodeàl’autre.Qu’ils’agisse détoffes,dechevelures,decarnations,derobesdeschevaux,lechoixdumot propreestconditionnéparlexpériencequotidienneetparlesassociations métaphoriquesactivesauseindeslangues. Cetraitestflagrantdansl’enquêtedeLaurenceVillardsurl’essorduchroma-e tismeauIVsiècle.Lacouleurchair,l’andreikelon,retientl’attentiondespeintres. 3 Ilenvademêmepourlessculpteurs,quilstravaillentlemarbreoulebronze. SophieDescampsLequimeanalyselejeudesincrustationsdalliagescuivreux deteneursdifférentes,quipermetauxbronziersgrecsetromainsdélaborer unepalettecoloréeoùlablondeurdubronzeprendléclatduvivant.Cest bienencorelethèmemajeurdesecphraseisaséticNinntlliseCadybazduetertta Choniatès,traduitesetcommentéesparMarionMuller-Dufeudanssariche anthologiedetextessurlescouleursdubronze,tandisquelesnoticesde visiteurssurlesrefletsbleutésdecertainesstatuessemblentplutôtreleverdes mirabilia. Lelienétymologiqueentrecraeptua,,»«erc'wamà,c«ur»,ouleprepro lalanguegrecque,seprêteaisémentàdescommentairesphilosophiques.Les médecins,quantàeux,décèlentlessymptômesdelamaladiedanslessubtiles variationsdecouleurdelépiderme.Àlirelénumérationdesnuancesdu blancaujaunâtrerassembléedanslapocrhipueatiqoCitnollceelidtsiff,ielic dacseculerGrsceauxcouleurs.cesedccétiéaf
Lexplorationdusensibleconstitueunexcellenttestpourévaluersousun autrejourlesécritsantiques.Àcôtédesœuvrescanoniquessélectionnéespar latraditionpourleursqualitéslittéraires,desréflexionsdexperts,plussensibles àlaréalitématérielledescouleursetdesmatières,livrentdesinformations
2.R.Crescenzo,infra,p. ***. 3.V.BrinkmannetR.Wünsche(éd.),plutrkineSukitkentaFaeigrbrettid:tnuBöGe 2003etbibliographiecomplémentaire,p.***.
8
,Munich,
Introduction
richesetprécises.Leurconcentrationetleurconvergence,àcertainespériodes, deviennentenelles-mêmesdesindiceshistoriques. Lescontributionsrassembléesicipermettentdanalysercesphénomènes pourdeuxmomentsprivilégiés:l’époqueclassiqueetledébutdelapériode hellénistique,d’unepart,lafindelaRépubliqueetleHaut-Empire,de l’autre. Lessourcesantiquessurlapeinturegrecquedéfinissentdeuxpôlesdexcel-lenceentrelâgedePériclèsetceluidAlexandre.Lapériodelaplusrécenteest 4 mieuxconnuegrâceauxdécouvertesarchéologiques.Aucontraire,lapeinture e monumentaledelasecondemoitiéduV-..C.vJecnetspresorequealeècsi uneinconnue,saisissableparlestémoignagesindirectsdelapeinturesurvases oulespasticheshellénistiquesetromains.Pourtant,commelesouligneLaurence Villard,lesconvergencesfrappantesentrelesdiscourstechniquesdesméde-cins,despeintresetdesphilosophessurlacouleurconstituentdetrèssûrs indicesdelimportancedesrecherchesencedomaine. Àproposdesépigrammesdescriptives,EvelynePriouxremarquequeles pointesfondéessurdesindicationstechniquesoudesnomsdematièressont assezraresdanslesanthologieslittéraires,commelareagéMéldenoenoCru. EllessontaucontrairenombreusesdanslerecueilattribuéàPosidippede Pella,connuparlepapyrusdeMilan(Vl.IIIogV039.enteréctionilacpbu,ed) Lattentionportéeauxtechniquesdanslestextesélaboréspourlacourdes Lagidessajouteauxindicesantérieurementconnus,enparticulierparlebiais delaQuellenforschunglàpaiqpleuéruleelioerntastHidruop,lAncienePlinee confirmerlimportancedelapremièremoitiéduIIIièclsaveJ...-Cnsdaal5 formationdundiscourshistoriqueetcritiquesurlespeintresetlessculpteurs. Uneautredécouvertemajeurepourlhistoiredestechniquesestencoredue e àunesourceécrite.CestdansunpassagedelalchimisteZosimos(IIIsiècle), e conservégrâceàlatraductionensyriaquedunmanuscritduXVsiècle,quese cachaitlesecretdufameuxbronzedeCorinthe,tantrecherchédescollection-6 neursromains. Cettepatinedunnoirinaltérablesignaleaussiunprofondchangementde goûtàlafindelapériodehellénistique.Larecherchechromatiquejoueen effetsurlecontrasteentreleblancetlenoirdesmatériauxdunefaçontrès différentedesrecherchessurleclair-obscurdespeintresclassiques.Elle signaleunengouementdurablepourunusagedécoratifdelacouleuretpour laconstructiondeffetsparadoxaux,trèssensiblesdanslartaugustéenaprèsla victoiresurl’Égyptelagide.Despeinturespariétales,commeletriclinium noirdelavilladelaFarnésineoulesalondemêmecouleurdelavillade Boscotrecase,etlusagedesmarbrespolychromesendonnentdesexemples manifestes.CestendancessedéveloppentsouslEmpire.Onconstate,par
4.H.Brécoulaki,infraRA.veout,re,.pet*** 5.A.Rouveret,infra,.p***. 6.S.DescampsLequime,infra.***p.,
infra,*.p.**
9
AgnèsRouveret
exemple,laplaceprédominantedesmarbresdanslelivreXXXVIdelHistoire naturelleedilPcensaonécrxauerpiersteàlacrihtecture. UneconvergenceheureusedeladocumentationpermetàValérieMaugan decomparerlesréférencesauxmarbresdecouleurdansl’œuvredel’ency-clopédisteaveclespoésiesdeStaceetdeMartial.Lesmarbressélectionnés constituentuntopos,ntraecosteetruilaslPnidentoiedevuramomsiapel aveclatranquilleexaltationduluxedanslesSilvesoulesÉpigrammes.Dans 7 ladeuxièmeSilveien,donrephryglviudtaljlatauxIre,Iudbramisopnoit blancheurveinéedepourpreestcomparéeausangdAttis,etdumarbrevert deLacédémoneondulantcommelherbe,évoque,parlejeudesmatières,la chairetlesvégétaux.Cetteécritureprécieusequi,parledétourduminéral, retrouvelethèmedelanatureetduvivantestlameilleureillustrationde linquiétudeéprouvéeparPlinelAncienlorsquilattribuelamortdelart 8 picturalàlavoguedesmarbresetdesincrustationspolychromes. Onremarqueenmêmetempsquelatraditionlittérairefixedurablement certainesmétaphores.LéclatdespierresprécieusesquiinspireàPosidippe er plusieursépigrammesdesLithikaauseetrIhoreprivilégiéeétapnemleusiècpourdécrirelesprairiesenfleurs.Lanalysedescouleursdupaysagedansla littératurelatineproposéeparJeanTrinquierlivredesrésultatstoutaussi pertinentsquelenquêtedeRichardCrescenzosurPhilostrate.Si,danslaprose e françaiseduXIXredjauecsirsedunéestntmlémeal,elcrueluocioptnsiès paysagères,danslaproselatine,elleneconstituepasunélémentdeuidentia. Cestdanslapoésiequelacouleurjoueunrôleimportant.Unjeusubtilsur desexpressionsstéréotypées,grâceàlacompositionsavanteduvers,fixeles coordonnéessensiblesdunpaysagechezCatulleouVirgile,oulesmétamor-9 phosesdunfruitmûrissantdansuneodedHorace.ChezlépicurienLucrèce, lévocationdespaysagestrouveuneexpressionoriginaleetinéditeparcequelle contribueàlargumentationphilosophiquesurlesensible. Cescodeslittérairesnontaucunecontrepartiedanslapeinturepaysagère destopia.que,parexemplenOrmeraeurnteiotmundraral,pneétejauefimr desairieéms,laprelfuesrialleédrantesstCe.cossetnelerslisageairettérpya codesexpressifsrenforcentlaconclusiondeJeanTrinquiersurlanécessitéde nepas«identifierhâtivementlenon-dit,lenon-représentéaveclenon-perçu 10 oulenon-éprouvé».
Entrelescodesdescriptifsouartistiques,lesvocabulairestechniques,les expressionsmétaphoriquesoulesvaleurssocialesdelacouleur,lelecteur
7.Stace,Silves,II,87.v2,sq.:gan,fcMua..Vinfra.**p.*,8.UnecommunicationinéditedAncaVasiliu(CNRS/UMR7062),intitulée«Lespierreschez PaulleSilentiairedansladescriptiondeSainte-Sophie»,montrecommentcettematérialitédes marbrespolychromesdevientlepointdedépartdexercicesspirituelsàByzance. 9.Odes21-0fc:.J.irTuinq,er,II,5,v.1infra**..*p, 10.J.Trinquier,infra.**.*p,
10
Introduction
modernequitentedappréhenderlesrealiaelsouessertinpesdesetcrse trouvecertesplacédansunesituation«fortchatouilleuse».Cestcequenous rappelleHarikliaBrécoulaki,enreprenantlaiouexataquaestsrenteipesd «tétrachromatistes»pourdémonter,defaçonsalutaire,lespiègesderemarques apparemmenttechniques,transmisesparlessourceslatinesplusieurssiècles aprèslaréalisationdestableaux.Lespassages,contradictoiresentreeux,de CicéronetdePlinelAncienontfaitcoulerbeaucoupdencre.H.Brécoulaki montreladoubleréflexionprésentedanscesdeuxtextes.Lapremièresemble fortementconditionnéeparuneesthétiqueatticisantequiassociebeauté,santé 11 etsimplicité.Lasecondesattacheàloriginedesmatièrescoloranteset opposedeuxsortesdepigments.Lespremiers,coûteuxetexotiques,souvent liésauxtechniquesdelateinturerie,créentdeseffetsimmédiatsetfacileset connotentleluxeetlarichesse.Lesautrespigments,composésessentiellement doxydesdefer,révèlent,parleursmélangessavants,lavirtuositédesmaîtres duclair-obscur.Lesconclusionssontdoublementintéressantespournotre enquête.Enpremierlieu,l’analysearchéologiquemontreunemploiconjointde cespigmentssurunmêmemonument,commeceluidAghiosAthanasios,près deThessalonique,pourrépondreàdesbesoinsexpressifsdifférents.Ensuite, cesremarquessurletétrachromatismesinscriventdanslecontextespécifique delartrhétorique.Ilsagitdedéfinirmétaphoriquementdesstyleslittéraires.LacontributiondeCarlosLévysurlanotiondecoloroéhticirsneczhesle delarhétoriquelivredesconclusionsinéditesetinattenduesquiouvrentaussi despistesnouvellespourinterpréterlaremarqueplinienne.C.Lévysouligne, eneffet,laplaceparticulièreetproblématiqueducoloreuqirotéhrnelesetprofondschangementsdesignificationquiaffectentlanotionentrelafinde laRépubliqueetlépoqueflavienne.ChezCicéron,ellerelèvedu«jenesais quoi»quidonnesaspécificitéàlurbanitasm,pxeemirsiaelletétasilaus généraldudiscours.ChezSénèquelePère,aucontraire,lescoloresldeornatus sedéplacentverslecontenududiscoursetdeviennent«lélémentprincipal dunerhétoriquedelimaginaire».Onremarqueaussilesdifférencesentre l’approchedeDenysd’HalicarnasseetcelledeCicéron.Enparticulier,le théoriciengrecétablitunlienbeaucoupplusprégnantentrelesmétaphores picturalesetmusicalesetlacompositiondesphrasesdudiscours.Lanotion d’harmogèAncienPlinelevtnoinusrlnidu,pdaissauentseréedegassapelsn 12 clair-obscur,occupeuneplacecentraledanscedispositif.LadémonstrationdeC.Lévysuggèreuneautrefaçondaborderleproblème poséparlesjugementsdesécrivainslatinssurlespeintrestétrachromatistes, 13 analysésparH.Brécoulaki.Danslepassagecicéronien,lesquatrecouleurs
11.Voirparex.Platon,Philèbe,51 c-d,Réptralte;aAW..,014«lPdl,sCih..Pagessim,leaton grec»,RA56.3-3p.,9419,12.NH*p..**irVousalisrteétiarus,XXXV,etocmmneatriea,poéslaePhiedmèelidodaraedGR. Janko,oB,smeoPOnIko,94te93sntmegarf,000x2O,,drof89.p2sq. 13.Brutus,70.
11
AgnèsRouveret
sontconsidéréescommeunsystèmesimple,susceptibledeprogresser,cequi nousrenvoieàlanaturedespigmentsetdeleursmélanges.PétroneetPline lAnciensontcontemporainsdelanouvelleacceptiondecolorrotéhrne,ueiq nonplusformemaiscontenududiscours.Lejugementsurlespeintrestétra-chromatistesconclutundéveloppementcommencévingtparagraphesplus tôt,avecladéfinitiondesprincipesdelapeintureenclair-obscur.Lestermes techniquesemployésappartiennentaussiàlathéoriedelamusique.Dans quellemesurePline,pourconstruiresadiatribecontrelesmœursdesontemps, 14 causedelamortdesarts,na-t-ilpascontaminédeuxordresderéalité?On trouverait,duncôté,léchellechromatiquequivadelobscuritéàlalumière, surlemodèledelharmoniemusicale,appliquéeaussiàlareuurobmcoosmpioit. Cejugementsurla«couleur»généraleduntableaudonnépourraitqualifier e lestyle«sansfard»desgrandspeintresduIVautresidun.JC-.aMecl.aviès côté,PlinelAncienqui,danslesparagraphes31à49,aénumérétousles pigmentsemployésparlespeintres,transposeraitdanssaconclusionles «couleurs»-valeursencouleurs-pigmentsgénérantlesaporiesquelonsait, puisquelabsencedubleunepermetpasderéunirlescouleursprimaires.CettepositiondelencyclopédisteestconfortéeparlanalysedeValérie Naasquilaisseapparaîtreundoublediscourspliniensurlescouleurs.Dansle projetdensemble,linventairedesrichessesdelanatureetdesréalisations humaines,lescouleursontunrôleimportantpuisquellesconstituentun critèrerécurrentpourlaclassificationdesmatériaux.Nousretrouvonsen latinlexactitudeterminologiqueévoquéeplushautàproposdesmédecins 15 grecs.Pline,commeAuluGelle,estsensibleauxdifficultésinhérentesàla descriptiondescouleursetmontre«unsoucidexactitudequivajusquau 16 néologisme».Maiscetteattentionpourladiversitédusensibleestbattue enbrècheparleprincipemoralisateur.Lorsquilsagitdévaluerlusagedes ressourcesnaturellesdanslasociétéromaine,lesmatériauxutilisésparles artistessetrouventaucentredescritiquessurlaluxuriaetelsoceuulsrsblemten concentrerlavindictedePlinel’Ancien.Àcôtédesremarquesdéjàmentionnées surlalimitationdescouleursdansleschefs-d’œuvreclassiques,V. Naas remarquelabsencepresquetot