Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 22,99 €

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

cover

Présentation d’ensemble

Bref aperçu des milieux naturels

Partie 1

 FOUGÈRES ET PLANTES ALLIÉES, UNE PREMIÈRE APPROCHE

Délimitation du sujet

Un livre sur les fougères: pourquoi ?

Des plantes méconnues

Des plantes paysagères

Une importante composante de la biodiversité insulaire

De discrètes beautés

Les fougères, qu’est-ce que c’est ?

D’incontournables noms latins

Les fougères et plantes alliées des Mascareignes

Une riche biodiversité

Une flore originale

Une répartition dépendant des conditions écologiques

Des espèces pionnières

L’épiphytisme

Les fougères arborescentes

La multiplication végétative

Les «fougères» et l’Homme

Une biodiversité à conserver

Partie 2

 QUELLE EST DONC CETTE «FOUGÈRE» ?

Livret de détermination des genres de fougères et plantes alliées (ptéridophytes) des Mascareignes

Quelle sorte de ptéridophyte ?

Clé artificielle de détermination des genres de fougères des Mascareignes

Partie 3

 DESCRIPTION DES ESPÈCES

Utilisation du guide

Les plantes « alliées » aux fougères

Les fougères

ANNEXES

1.  Cycle de reproduction des fougères

2.  À propos des ptéridophytes. Pour aller plus loin

3. Glossaire

4.  Liste des ptéridophytes des Mascareignes

5.  Liste alphabétique des abréviations standard et des noms d’auteurs cités

6.  Étymologie des noms de genres

7.  Réferences bibliographiques et ressources internet

8.  Listes et index

a.  Liste des noms vernaculaires de ptéridophytes

b.  Liste des genres et familles de ptéridophytes des Mascareignes

c.  Index général des noms scientifiques de genres et espèces

9.  Crédit photographique

10. Remerciements

Référence bibliographique à utiliser :

Grangaud, E., 2010. - Guide des Fougères et plantes alliées des Mascareignes - La Réunion, Maurice et Rodrigues. Biotope, Mèze (Collection Parthénope); Muséum national d'Histoire naturelle, Paris, 432 p.

Préface

L’ouvrage qu’Edmond Grangaud a réalisé vient combler une importante lacune dans la connaissance de la flore ptéridologique des régions insulaires subtropicales de l’océan Indien. Qui imaginerait que sur ces « territoires-confettis » dispersés et éloignés de tout continent, prolifère une aussi grande variété de fougères et de plantes alliées, communément appelées ptéridophytes?

Les ancêtres de ces végétaux sont apparus au cours du Dévonien, vers –400 Ma. Vers –300 Ma, au Carbonifère, les ptéridophytes constituent un apport substantiel au peuplement végétal.

Malgré cette grande ancienneté, les ptéridophytes, évocatrices austères de lieux humides et peu éclairés, restent méconnues. Pourquoi ? L’absence de fleurs aux couleurs vives et variées, donc de fruits, justifieraient-elles cette ignorance que certains botanistes s’efforcent de pallier?

Naturaliste, Edmond Grangaud l’est dans l’âme bien avant ses études universitaires. Tardivement, il s’est plus spécifiquement intéressé aux ptéridophytes. Admis au CAPES de sciences naturelles, il est d’abord assistant de zoologie à la faculté de Grenoble, puis il rejoint l’enseignement secondaire. Pendant près de trente ans il a mené sa carrière en Afrique avant de prendre racine à La Réunion. Naturaliste, Edmond Grangaud l’est aussi quand il anime des sorties « sur le terrain », accompagnant collègues métropolitains et amateurs locaux, ou encore des membres de la Société botanique de France ou de la British Pteridological Society, ou bien quand il participe à l’inventaire des ressources naturelles de La Réunion.

Lorsque Edmond Grangaud a contracté le virus de la ptéridologie, il a pu donner libre cours à sa passion à la faveur d’une nomination à un poste d’enseignant à La Réunion. Peu à peu, il acquiert les bases du métier de botaniste: récoltes de spécimens, confection d’un herbier, réunion de documents bibliographiques, observations des caractères morphologiques, relations avec les spécialistes du groupe, afin de parvenir à une identification sûre des espèces.

C’est dans ce cadre qu’il m’a contacté, en 2001, étant à la recherche de compléments d’informations. Depuis 7 ans, nos relations se sont développées, marquées par la fréquentation de l’herbier des ptéridophytes du Muséum national d’Histoire naturelle de Paris dont j’étais le responsable. Au vu du résultat final, cela valait la peine !

Sans doute, le titre « guide » est-il trop modeste au regard de la somme de connaissances résumées. Edmond Grangaud a réussi à rendre le sujet accessible à des lecteurs peu ou pas aussi passionnés que l’auteur.

Ce guide est facile à consulter, bien structuré. Abondamment illustré par des photos faites par l’auteur, les caractères spécifiques importants sont mis en évidence. La mention du milieu de vie est particulièrement intéressante et trouvera peut-être, dans les programmes à venir, un écho à la protection des espèces en voie de disparition.

Je suis très fier d’avoir été sollicité par Edmond Grangaud pour présenter cette synthèse des fougères et plantes alliées des Mascareignes dont je suis originaire. C’est un travail de grande qualité auquel je souhaite une grande réussite et un bon accueil de la part de la communauté des ptéridologues et des autres botanistes professionnels et amateurs.

Frédéric BADRÉ
Paris, janvier 2008

Les fougères, un exemple de diversité

Au premier abord, il peut sembler paradoxal qu’une grande entreprise de travaux publics s’intéresse aux papillons, puis aux fougères. Mais, dans un milieu naturel, la présence des insectes comme de ce grand embranchement végétal, constitue un signe de bonne santé écologique. Aussi après les papillons, les fougères nous sont apparues comme un nouvel exemple de la biodiversité réunionnaise d’autant plus symbolique que les questions liées à la réalisation de grands équipements de transports sur l’île de la Réunion se posent comme un des enjeux majeurs du développement de l’île. Certaines réalisations de ces grands équipements montrent qu’il est possible de concilier développement et respect de l’environnement. Le chantier de la route des Tamarins, dernier grand équipement réalisé, s’est déroulé dans des conditions exemplaires en ce qui concerne la préservation des milieux, la protection de la faune et de la flore. La contrainte environnementale a été prise en compte, dès la conception de la route, dans les choix architecturaux des nombreux ponts qui ponctuent le trajet, dans l’organisation des chantiers et dans les méthodes d’exécution des travaux. Recensement de la faune et de la flore présentes sur le parcours, balisage des plantes et des arbustes à protéger, prélèvement de graines de plantes endémiques pour leur replantation ultérieure, remise en état des sites après travaux, dépollution systématique des terres souillées, collaboration avec une société d’études ornithologiques pour la mise en sécurité des nids d’oiseau, dispositifs divers pour limiter au maximum l’impact des poussières sur l’environnement, récupération et recyclage des roches extraites, sensibilisation des personnels à la protection de l’environnement, etc. Ce sont autant d’exemples d’une gestion responsable des grands travaux. L’autre raison qui nous a incités à soutenir la réalisation de ce livre, c’est son caractère pédagogique et scientifique comme nous l’a démontré le précédent sur les papillons. Qualités que ne peuvent qu’apprécier des bâtisseurs soucieux de l’environnement naturel. Nous sommes donc heureux d’associer une nouvelle fois notre nom à un ouvrage scientifique de référence, accessible à un public profane. Nous espérons que cet ouvrage comme le précédent sur les papillons attirera l’attention d’un public averti, mais aussi d’un lectorat plus large auquel nous sommes sensibles, celui des jeunes. Avec ce travail sur les fougères de La Réunion, une nouvelle richesse naturelle méconnue, quoique familière, se trouve dévoilée. Les jeunes réunionnais apprécieront sans nul doute la démarche, eux qui aiment leur île et sont avides d’en découvrir toutes les particularités. Sensibilisée à l’enjeu environnemental, la jeunesse réunionnaise souhaite contribuer à préserver la nature grandiose et diversifiée qui l’entoure. Elle a conscience que se joue là une des clés de son avenir. Un sentiment que nous partageons totalement.

Inouk Moncorgé

Fougères, un monde à découvrir...

Terrestres ou épiphytes, les fougères et plantes alliées, regroupées sous l’appellation complexe de ptéridophytes, sont souvent originales: minuscules ou arborescentes, localisées sur des troncs d’arbres, des rochers, dans des parois rocheuses, juste posées ou intimement liées au sol. Alors que ces espèces constituent 33% de la flore réunionnaise (plantes à fleurs et ptéridophytes), leur diversité n’est que rarement soulignée.

Une extraordinaire combinaison de contrastes environnementaux a fait de l’île de La Réunion un univers de biodiversité unique au monde: la flore et la faune locales ont dû s’y adapter pour survivre et de très nombreuses espèces endémiques illustrent cette évolution.

La protection de ce patrimoine naturel passe notamment par la sensibilisation et la connaissance des habitats et des espèces.

Alliant passion, rigueur scientifique et pédagogie, Edmond Grangaud a su réaliser un « guide » pratique et accessible tant par sa simplicité que par son niveau de qualité. Les nombreuses et magnifiques photos, détaillant particularités botaniques et forme générale des différentes espèces, donnent envie aux passionnés ou simples curieux de nature de feuilleter cet ouvrage et de découvrir cet univers végétal si particulier. Que l’auteur en soit ici remercié et félicité.

Le Parc national de La Réunion, créé en 2007, a pour vocation essentielle de sauvegarder, de valoriser et de transmettre aux générations futures un patrimoine naturel et culturel d’exception. L’œuvre de Edmond Grangaud s’inscrit pleinement comme un outil de découverte d’une partie de ce patrimoine. Le Parc national a souhaité s’associer à cette démarche et participer ainsi au partage de ces connaissances, un véritable symbole en cette année de la biodiversité.

Daniel GONTHIER

Président du Parc national de La Réunion

Photo de droite: Se maintenant au sein d’une végétation exotique, un individu de Cyathea grangaudiana, fougère arborescente endémique de Maurice.

Avant-propos

Ce guide est le premier ouvrage grand public entièrement consacré aux seules fougères et plantes alliées (ptéridophytes) des Mascareignes. Il se veut être une introduction à la flore ptéridologique de l’ensemble de cet archipel. Son ambition est d’apporter à tout amateur de nature et d’environnement, qu’il soit déjà botaniste ou simplement d’esprit ouvert et curieux, résident ou de passage, désireux d’en savoir plus sur les richesses naturelles de ces îles, une information permettant d’aborder de façon simple ce groupe végétal à la fois fascinant et méconnu.