Ah, que la politique était jolie !

De
Publié par

« De Gaulle avait son style, à périodes raciniennes. Georges Pompidou caressait Balzac, Valéry Giscard d’Estaing rêvait de Maupassant, François Mitterrand châtiait son langage en songeant à Chateaubriand. Jacques Chirac fréquentait plutôt Henry Bordeaux. Nicolas Sarkozy côtoie, lui, Frédéric Dard. » (Extrait de « Eloquence ») « Que la France était gauloise, jadis ! Alex Alégrier, qui fut propriétaire du restaurant réputé Lucas Carton, m’a raconté que, dans les années trente, deux vedettes de la politique, Aristide Briand et Léon Bérard, faisaient après un déjeuner tête à tête quelques pas sur le trottoir. Passa une très belle femme. Briand : “Je la baiserais bien.” Bérard : “Dites : volontiers.” Même les pensées salaces, alors, exigeaient d’être exprimées dans une langue correcte. » (Extrait de « Sexe ») « Je n’aurais jamais imaginé, me confiait Raymond Barre, que la vie politique soit aussi répugnante. » (Extrait de « Haine ») De 1945 à la fin des années 1980, de « De Gaulle, Charles » à « Mitterrand, François », d’ « Antisémitisme » à « Justice », d’ « Argent » à « Eloquence », de « Bouffe » à « Sexe » et « Whisky » en passant par « Armée », Jean Ferniot revisite en un brillant abécédaire plus de cinquante ans de politique française, dont il fut, au cours de sa longue carrière de journaliste, l’un des témoins privilégiés. Traits et portraits, aphorismes, confidences inédites, réflexions singulières ressuscitent librement les hommes, les événements, et une époque qui fait dire, avec l’auteur : « Ah, que la politique était jolie… »
Publié le : mercredi 10 février 2010
Lecture(s) : 26
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246725299
Nombre de pages : 320
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« De Gaulle avait son style, à périodes raciniennes. Georges Pompidou caressait Balzac, Valéry Giscard d’Estaing rêvait de Maupassant, François Mitterrand châtiait son langage en songeant à Chateaubriand. Jacques Chirac fréquentait plutôt Henry Bordeaux. Nicolas Sarkozy côtoie, lui, Frédéric Dard. » (Extrait de « Eloquence ») « Que la France était gauloise, jadis ! Alex Alégrier, qui fut propriétaire du restaurant réputé Lucas Carton, m’a raconté que, dans les années trente, deux vedettes de la politique, Aristide Briand et Léon Bérard, faisaient après un déjeuner tête à tête quelques pas sur le trottoir. Passa une très belle femme. Briand : “Je la baiserais bien.” Bérard : “Dites : volontiers.” Même les pensées salaces, alors, exigeaient d’être exprimées dans une langue correcte. » (Extrait de « Sexe ») « Je n’aurais jamais imaginé, me confiait Raymond Barre, que la vie politique soit aussi répugnante. » (Extrait de « Haine ») De 1945 à la fin des années 1980, de « De Gaulle, Charles » à « Mitterrand, François », d’ « Antisémitisme » à « Justice », d’ « Argent » à « Eloquence », de « Bouffe » à « Sexe » et « Whisky » en passant par « Armée », Jean Ferniot revisite en un brillant abécédaire plus de cinquante ans de politique française, dont il fut, au cours de sa longue carrière de journaliste, l’un des témoins privilégiés. Traits et portraits, aphorismes, confidences inédites, réflexions singulières ressuscitent librement les hommes, les événements, et une époque qui fait dire, avec l’auteur : « Ah, que la politique était jolie… »
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi