Alan Vega, conversation avec un indien

De
Publié par

La vie de la figure majeure de l’underground new-yorkais

Figure majeure et fascinante de l'underground new-yorkais, Alan Vega a marqué profondément l'histoire du rock'n'roll, avec son groupe Suicide ou en solo, autant que le champ des arts plastiques, par ses installations lumineuses. De la sculpture à l'expérimentation sonore, de l'activité politique engagée aux courses hippiques, d'Elvis aux figures du Christ, de Spinoza à la judéité, Alan Vega, conversation avec un indien est une incursion dans l’oeuvre foisonnante de l’artiste ; une lecture nomade, urbaine, poétique et polyphonique, scandée par les voix d’Agnès b., Bob Gruen, Pascal Comelade, Dirty Beaches, Marc Hurtado, Perkin Barnes, Christophe, Martin Rev...

Une biographie qui vous plonge au coeur d'un New-York survolté

EXTRAIT

Bâtard saturnien d’Elvis, Alan Vega cumule les mystères. Patronyme biffé, date de naissance flottante. Vega : patronyme élu — hasard d’un soir de 1973 sur les trottoirs de New York downtown. Nom d’une étoile proche de la Terre autant que du Soleil, l’une des plus brillantes que l’œil humain puisse apercevoir. Vega, qui appartient à la bien-nommée constellation de la Lyre. Vega, c’est aussi une Chevrolet, quatre cylindres, quatre-vingt-dix chevaux, lancée par General Motors en 1968. Un gouffre économique pour la firme de Détroit. Le mythe américain dans son versant cauchemardesque. Le lustre et le trash. Initialement né Alan Boruch Bermowitz le 23 juin 1938, d’un père fils d’immigré russe naturalisé et d’une mère américaine, tous deux Juifs. Alan n’est Vega qu’après avoir été d’abord Alan Boruch Bermowitz, puis Alan Suicide — alors qu’il commence, fin des années 1960, à exposer ses installations à la galerie Ok Harris —, ou encore Nasty Cut lors des premiers concerts de Suicide avec Martin Rev et Paul Liebegott. Peu importe.

A PROPOS DE L’AUTEUR

Alexandre Breton, né en 1973, est professeur de philosophie en région parisienne et producteur pour Radio France pour qui il a notamment réalisé des portraits d’Archie Shepp, Christophe, Alan Vega, Jonas Mekas. Il est aussi directeur artistique du festival parisien City Sounds, dédié aux musiques actuelles et prépare une anthologie du cinéma expérimental américain.
Publié le : jeudi 21 janvier 2016
Lecture(s) : 1 145
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782367230566
Nombre de pages : 115
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La vie de la figure majeure de l’underground new-yorkais

Figure majeure et fascinante de l'underground new-yorkais, Alan Vega a marqué profondément l'histoire du rock'n'roll, avec son groupe Suicide ou en solo, autant que le champ des arts plastiques, par ses installations lumineuses. De la sculpture à l'expérimentation sonore, de l'activité politique engagée aux courses hippiques, d'Elvis aux figures du Christ, de Spinoza à la judéité, Alan Vega, conversation avec un indien est une incursion dans l’oeuvre foisonnante de l’artiste ; une lecture nomade, urbaine, poétique et polyphonique, scandée par les voix d’Agnès b., Bob Gruen, Pascal Comelade, Dirty Beaches, Marc Hurtado, Perkin Barnes, Christophe, Martin Rev...

Une biographie qui vous plonge au coeur d'un New-York survolté

EXTRAIT

Bâtard saturnien d’Elvis, Alan Vega cumule les mystères. Patronyme biffé, date de naissance flottante. Vega : patronyme élu — hasard d’un soir de 1973 sur les trottoirs de New York downtown. Nom d’une étoile proche de la Terre autant que du Soleil, l’une des plus brillantes que l’œil humain puisse apercevoir. Vega, qui appartient à la bien-nommée constellation de la Lyre. Vega, c’est aussi une Chevrolet, quatre cylindres, quatre-vingt-dix chevaux, lancée par General Motors en 1968. Un gouffre économique pour la firme de Détroit. Le mythe américain dans son versant cauchemardesque. Le lustre et le trash. Initialement né Alan Boruch Bermowitz le 23 juin 1938, d’un père fils d’immigré russe naturalisé et d’une mère américaine, tous deux Juifs. Alan n’est Vega qu’après avoir été d’abord Alan Boruch Bermowitz, puis Alan Suicide — alors qu’il commence, fin des années 1960, à exposer ses installations à la galerie Ok Harris —, ou encore Nasty Cut lors des premiers concerts de Suicide avec Martin Rev et Paul Liebegott. Peu importe.


A PROPOS DE L’AUTEUR

Alexandre Breton, né en 1973, est professeur de philosophie en région parisienne et producteur pour Radio France pour qui il a notamment réalisé des portraits d’Archie Shepp, Christophe, Alan Vega, Jonas Mekas. Il est aussi directeur artistique du festival parisien City Sounds, dédié aux musiques actuelles et prépare une anthologie du cinéma expérimental américain.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Un Américain à Paris

de le-nouvel-observateur

Mika

de archipel

America Antichronologica

de le-texte-vivant11767

Facéties d'une vie de gamin

de le-texte-vivant11767

Vie en transit

de le-texte-vivant11767

suivant