Algérie mon enfance v(i)olée

De
Publié par

Ce livre est le récit autobiographique de l'enfance de l'auteur en Algérie entre 1974 et 1987, de sa naissance à son arrivée en France. Née d'un père algérien et d'une mère française, évoluant dans une famille athée, dans un quartier très populaire, elle a subi des viols et d'autres agressions physiques et psychologiques. Ce livre est à la fois un récit personnel mais aussi un regard sociologique et anthropologique sur la société algérienne postcoloniale, à l'aube des années noires à venir.
Publié le : mercredi 1 juin 2011
Lecture(s) : 52
EAN13 : 9782296466470
Nombre de pages : 224
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
  
                                  
      
 
 
ALGÉRIE
Mon enfance v(i)olée 
Graveurs de mémoire  Jean-Paul FOSSET,Histoire damour, histoire de guerres ordinaires. 1939 - 1945 Évian 1962, 2011. Oruno. D. LARA,La magie du politique. Mes années de proscrit, 2011. Jean Michel HALLEZ,40 boulevard Haussmann, 2011. Yvon CHATELIN,Recherche scientifique en terre africaine, 2011. Pierre REGENET,Ma dernière pomme. De PRETY à Bissey, Chroniques en culotte courte, 2011. Jean-Paul KORZEC,Dans lombre du père, 2011. Rachel SAMUEL,On mappelait Jeannine, 2011. Michel LAPRAS,Culottes courtes et bottes de cheval, « Cétait comment la guerre ? »,2011. Béatrice COURRAUD,je nest rien oublié Mes années 60,Non  2011. Christine BELSOEUR,Une vie ouvrière. Un demi-siècle de parcours militant, 2011. Jean-René LALANNE,Le canard à bascule, 2011. Louis NISSE,Lhomme qui arrêtait les trains, 2011. Danièle CHINES,Leur guerre préférée, 2011 Jacques FRANCK,Achille, de Mantes à Sobibor, 2011. Pierre DELESTRADE,La belle névrose, 2011. Adbdenour Si Hadj MOHAND,Mémoires d'un enfant de la guerre. Kabylie (Algérie) : 1956  1962, 2011. Émile MIHIÈRE,Tous les chemins ne mènent pas à Rome, 2011. Jean-Claude SUSSFELD,De clap en clap, une vie de cinéma (Récit), 2010. Claude CROCQ,Une jeunesse en Haute-Bretagne, 1932-1947, 2011. Pierre MAILLOT,Des nouvelles du cimetière de Saint-Eugène, 2010. Georges LE BRETON,Paroles de dialysé, 2010. Sébastien FIGLIOLINI,La montagne en partage. De la Pierra Menta à lEverest, 2010. Jean PINCHON,Mémoires d'un paysan (1925-2009), 2010, Freddy SARFATI,L'Entreprise autrement, 2010.  
 
    
  
 
Lina Batami        
ALGÉRIE   Mon enfance v(i)olée 
   
                    
 
                               
 
 
© LHarmattan, 2011 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-296-55393-4 EAN : 9782296553934 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
     
    
    
  
Un
g
ra
n
d
me
 
 
rc
i
à
ma
t
s c
h
è
re
A
n
n
e
.
 
 
PRÉFACE 
La nature a ses monstres, ses malfaçons, ses impasses. Roger CAILLOIS, L sedure critÉ pierres  
  Il a fallu plusieurs faits divers en France pour que le grand public découvre enfin, avec horreur, les conditions de vie ou de survie, des filles dans ce que lon appelle les cités ou quartiers sensibles. Vitry-sur-Seine en 2002, Sohane est brûlée vive, Marseille en 2004, Gophrane est lapidée à mort, Neuilly-sur-Marne en 2005, Shéhérazade est rescapée après avoir été aspergée dessence et brûlée vive, Oullins en 2009, Fatima est étranglée puis brûlée par son jeune frère, en 2010, la dramaturge algérienne Rayhana est agressée et aspergée dessence.  Ces violences faites aux femmes considérées comme des êtres inférieursont souvent, mais pas exclusivement, pour dénominateur commun : l'honneur et le déshonneur, le Bien et Mal en somme.  Sans oublier les viols collectifs ou tournantes qui se pratiquent en toute impunité presque ou au quotidien dans ces zones de non-droit, car peu nombreuses sont celles qui osent en parler et porter plainte. Voici ce que récemment, les accusés dun viol collectif suividu décès de la victime, ont lancé à la courdassises des Bouches-du-Rhône : «Cécilia,ce nest pas un violdans le quartier y a beaucoup de relations comme ça avec une fille et plusieurs garçonsça peut choquer, mais pour nous,cest normal ».  Tous ces crimes ne sont pas seulement de simples faits divers, des cas uniques ou isolés, mais bien des réalités
illégitimes aux portes de nos villes ; une réalitési loin, si proche.      Merci àfeueSamira Bellil, davoir eu le courage de porter plainte contre ses violeurs et décrire en 2002Dans lenfer des tournantes: un récit courageux où elle nous livre ses années de violence physique et morale à Garges-lès-Gonesse. On peut y lire ceci : «Une fille qui traîne, cest une pute, donc quelle ne se plaigne sil lui arrive des embrouilles». Cette phrase résume, à elle seule, tout un système de fonctionnement et de pensée que lon retrouve dans lescités.  Àjai voulu apporter le témoignage de monmon tour, enfance en Algérie, dans les années 70-80, dans une cité, et oser un parallèle avec ce qui se passe sur le territoire français aujourdhui.  Mais avant je voudrais faire le point avec les partisans de la théorie du ghetto. En Algérie, ma famille et moi ne vivions pas dans un ghettoau sens propre du terme et pourtant, en France, la condition de la femme dans les quartiers, nest qu'une copie conforme de ce que j'ai vécu là-bas en Algérie, avec cette équation qui revient toujours et qui rappelle celle extraite du livre de Samira Bellil citée ci-dessus : une Française ou une fille émancipée qui regarde vers la modernité et athée de surcroît, est une pute.   Sans contester ou remettre en question l'état déplorable des banlieues françaises aux tours interminables et tristes, les difficultés rencontrées par les femmes dans les quartiers subsistent bien au-delà des soucis matériels ou financiers, et il me paraît donc très réducteur de voir les choses sous cet aspect uniquement. Le problèmenest pasnon plus, et seulement,dorigineculturelle, mais ilrésulte dun contexte
10  
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.