Amable de Baudus (1761-1822) - tome 1 : 1761-1799

De
Publié par

Amable de BAUDUS (1761-1822) sort enfin de l’ombre. Il le mérite. Quelle vie mouvementée ! Magistrat à Cahors, il en fut le premier maire élu sous la Révolution. Émigré, il rédigea des gazettes à Leyde et Altona, avant de fonder le Spectateur du Nord à Hambourg (1797-1802). Cette revue littéraire mensuelle, diffusée dans toute l’Europe, le mit en rapport avec Chateaubriand, Delille, Chênedollé, Rivarol, Jacobi, Charles de Villers, Klopstock, Mme de Genlis, Gentz, Charles de Vielcastel, Montlosier, Karamzine, Mme de Flahaut, l’abbé de Pradt, Esmenard, Mallet du Pan, l’abbé Marie, Laborie, Pougens, La Harpe, Lally-Tollendal, La Maisonfort et bien d’autres.


Par ailleurs, la publication d’analyses de la situation politique en Europe offrit à Amable d’entrer en contact avec Ancillon, d’Antraigues, Drake, le général Dumouriez, le duc d’Escars, Fontanes, le baron Louis, Pichegru, le chancelier Pasquier, etc. Ses observations politiques furent
remarquées : Fouché l’amnistia et Talleyrand l’envoya observer le congrès de Ratisbonne. Amable y noua une amitié durable avec Metternich, et Talleyrand, satisfait, employa Amable au ministère des Relations
extérieures.


En 1806, Murat, roi de Naples, emmena Amable dans son royaume comme gouverneur de ses fils. De retour en France à la Restauration, Amable, fidèle en amitié, organisa l’évasion de son ami Lavalette, ancien directeur général des Postes de l’Empire, condamné à mort. Le duc de Richelieu, autre ami d’Amable, enverra celui-ci recueillir des renseignements en Europe et le chargera de la censure de la presse. Tâche ingrate qu’il accomplira jusqu’à l’année de sa mort en 1822.


Au fil des pages de ces archives familiales inédites, on croise le père d’Amable, Hugues de Baudus, condamné à mort par Fouquier-Tinville, puis Elie de Baudus, fils d’Amable, aide de camp de Bessières, de Soult puis de Napoléon. On y trouve aussi des billets de Rivarol, de Juliette Récamier, de la reine Caroline, de Napoléon, et des centaines de lettres qui font revivre une époque, celle de la Révolution, de l’Empire et de la Restauration.


Publié le : vendredi 1 janvier 2010
Lecture(s) : 62
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999991689
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
1761
Naissance d’Amable : 6 septembre 1761 Amable est né à Cahors, en Quercy, le 6 septembre 1761. Il est le troisième Baudus dans la liste de la « rue des Trois Baudus » à Cahors. Le registre des actes de naissances de la paroisse Notre-Dame des Soubiroux de la ville de Cahors mentionne (orthographe respectée) : « Noble Marie Jean Louis Amable Baudus de Villenove, fils légitime à noble Joseph Hugues Baudus de Villenove, lieutenant au Présidial et Sénéchal de Caors et à dame Anne Marie de Malartic mariés est né le sixième septembre mille sept cens soixante un, et a été baptisé le lendemain par M. Baudus son oncle chanoine de l’église cathédralle, vicaire général et official du diocèse signé et a eu pour parrein messire Jean Louis Amable de Malartic premier président à la Cour des Aydes de Montauban et pour mar-reine Dame Jeanne Elisabeth de Baudus de Deloncle, oncle et tante du baptisé qui ont substitué à leurs places Etienne Jouanton natif de Castelneau de Monratier et Marie Sudrie de la paroisse St Barthelemi de Caors l’un et l’autre orphelins résidans dans les hopitaux de cette ville à eux destinés non signés pour ne savoir de ce interpellés ont été présens à ce baptême les cy après signés Baudus de Villenove, Baudus père costes, Baudus vic, Gary curé. Signés au registre : Baudus de Villenove, Baudus père, Costes Hary curé. » 7 septembre 1761 :Baptême d’Amable à Notre-Dame des Soubiroux, à Cahors.
67
Amable de Baudus (1761-1822)
1775-1779 : Les études De même qu’il y a unerue des Trois-Baudusà Cahors, il y eut un quatuor remarquable en Quercy : Baudus, Murat, Bessières et Cavaignac. En effet, Amable de Baudus,qui sera l’homme de confiance du prince de Talleyrand, du duc de Richelieu et du roi Murat,est âgé de dix ans, au collège de Cahors, alors que MURAT y est pensionnaire avec Jean-Baptiste BESSIERES, futur maréchal duc d’Istrie dont Elie Elzéar de Baudus, fils d’Amable, sera aide de camp. Bessièresest né en 1768 (7 ans après Amable) à Prayssac, près de Cahors. JoachimMurat est né en 1767 (6 ans après Amable) à Labastide-Fortunière (Lot). Cavaignacest né en 1762 (1 an après Amable) à Gourdon (Lot). L’amitié fidèle de ces Quercinois ne cessera qu’à leur mort : le maréchalBESSIERES, duc d’Istrie, mourra au côté d’Elie de Baudus, son aide de camp, le corps traversé par un boulet, en 1813. Quant à MURAT, devenu roi de Naples, il nommera Amable gouverneur du prince Achille, son fils aîné, et c’est au nom de cette amitié qui liait Murat et Amable, que Napoléon envoya ce dernier en mission auprès de Murat, peu de temps avant que le roi de Naples ne soit fusillé en 1815. Jean-BaptisteCAVAIGNAC, qui fut avocat au parlement de Toulouse, fit partie du gouvernement du royaume de Naples où il or-ganisa l’enregistrement et les domaines. Murat le nomma conseiller d’Etat. Son épouse écrira dans ses mémoires qu’Amable, «homme de bien et de mérite, devint pour elle un ami». Il fut préfet de la Somme pendant les Cent-Jours. En 1815, à la deuxième restauration, il fut exilé par la loi rendue contre tous les conventionnels qui avaient voté la mort de Louis XVI. Jean-Louis Amable fit de brillantes études à l’Université de TOULOUSEmême temps que RAMEL, CAVAIGNAC et Bertrand en BARRERE de VIEUZAC. Ce dernier, né à Tarbes en 1755, eut des succès au barreau et fut député aux Etats-Généraux. Président de l’Assemblée pendant le jugement de Louis XVI, il l’appelaLouis le Traitre: «prononça ces terribles paroles  et L’arbre de la liberté ne croît qu’arrosé par le sang des tyrans. » Il décrétera plus tard «la Terreur à l’ordre du jour» et portera les surnoms de «le Monstre», «l’Anacréon de la guillotine», «la Hyène»…
1779
Bachelier en droit « Catalogue des manuscrits de la bibliothèque de l’université de Toulouse, 1916 : n° 132. Graduation de bacheliers en droit 19 juillet 1769, 13 mars 1793 » : Baudus, in utroque : Discretus vir anna joannes baptista ludovicus ama-biles Baudus cadasens fuit factus baccalaureus in utroque jure sub domino de Brian pro domino Delabroque professoribus eodem die (primo de juli 1779).
69
1782
Avocat du roi : 23 mai 1782 Le 23 mai 1782, Amable fut nommé avocat du Roi en la cour du Sénéchal et présidial de Cahors. Avocat du roi, c’est l’équivalent du procureur de la République de nos jours. Un présidial était un tribunal équivalent au Tribunal de Grande Instance actuel. Il en remplit les fonctions jusqu’à l’installation du ci-devant district de Cahors qui eut lieu en 1790 (D’après une note sur les services de Louis Amable demandant une pension pour sa femme).
Poitiers, le palais de justice
70
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi