//img.uscri.be/pth/f97403d340789b1eb653a4964ab3d505402f84d9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Apprendre en apprenant

De
122 pages
À travers une quinzaine d'histoires vécues, l'auteur montre qu'on peut être un « prof » heureux d'exercer un métier pourtant si décrié aujourd'hui, si peu attirant pour les jeunes diplômés. Des récits touchants, parfois émouvants, drôles aussi, voire cocasses qui montrent en fin de compte que c'est le prof qui apprend de ses élèves, que ce sont eux qui font de lui un enseignant, comme nos enfants font de nous des parents.
Voir plus Voir moins

APPRENDRE EN APPRENANT Philippe IBARS
OU LES AIGLES DE BONAPARTE
Récits d’un enseignant
Une élève qui fait à son professeur un cours complet sur les tractopelles,
dans la cour carrée du Louvre, une autre qui essaie de cacher son handicap APPRENDRE EN APPRENANT
à un gardien de la Tour de Londres aux aguets, une autre encore qui veut
trouver des phares de 2CV Citroën à Venise, un garçon qui est ravi d’avoir OU LES AIGLES DE BONAPARTEune mauvaise note, un ancien élève devenu artisan qui explique à son ouvrier
tous les mérites de la « pédagogie » de son ancien professeur…
À travers une quinzaine d’histoires vécues, l’auteur montre qu’on peut être
un « prof » heureux d’exercer un métier pourtant si décrié aujourd’hui, si peu
attirant pour les jeunes diplômés.
Des récits touchants, parfois émouvants, drôles aussi, voire cocasses qui
montrent en fn de compte que c’est le prof qui apprend de ses élèves, que
ce sont eux qui font de lui un enseignant, comme nos enfants font de nous
des parents.
Philippe Ibars est enseignant. Il a été professeur d’anglais puis de lettres
modernes et des cultures de la communication. Il a exercé avec bonheur dans
des classes appelées « difciles », avec des élèves « culturellement défés » selon le
jargon ou la langue de bois en vigueur aujourd’hui. Il est aussi formateur de
travailleurs sociaux et enseigne la lecture de l’image, autre passion avouable avec
celle de l’écriture.
Récits d’un enseignant
Illustration de couverture : Philippe Ibars.
ISBN : 978-2-343-01870-6
13,50 €
Philippe IBARS
APPRENDRE EN APPRENANT OU LES AIGLES DE BONAPARTE








































1

















2






Apprendre en apprenant
ou les aigles de Bonaparte


Philippe IBARS








APPRENDRE EN APPRENANT
OU LES AIGLES DE BONAPARTE

Récits d'un enseignant













L’Harmattan




































© L’Harmattan, 2013
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-01870-6
EAN : 9782343018706




À toutes celles et à tous ceux qui ont permis, hier
et aujourd’hui, d’une manière ou d’une autre, que
s’envolent ces feuilles.

























7




8




Un vrai maître n’enseigne pas
seulement sa matière, il la
transcende et c’est son humanité
même qui est son enseignement.

Akira Kurosawa, à propos de son
film Madadayo, in Metropolis, Arte,
6 janvier 1996
9




10








Avant-propos



LES RÉCITS qui vont suivre ne sont pas inventés.

J’ai parfois modifié des éléments du cadre, la
présence de personnages secondaires, des détails
trop précis, et les prénoms, bien sûr, j’ai recomposé
les dialogues en essayant de retrouver l’esprit ou la
manière de s’exprimer des uns et des autres. Mais la
trame des histoires ici narrées est tout à fait réelle, ce
sont des épisodes de ma vie de prof.

J’utilise à dessein le mot prof, pas professeur, ce
dernier mot n’ayant plus cours dans notre vie de
tous les jours. J’aurais pu écrire « petit prof » : c’est
ainsi que par dérision ou par mépris on appelle
parfois ces enseignants de la base, à la manœuvre
dans des classes plus ou moins difficiles, parce que la
crise, parce que la famille, parce que l’école, aussi,
parce que cette tête qui explose dans cet étrange
corps qui change tous les jours.

Vient lentement mais sûrement le temps
d’accepter cette idée qu’il va falloir bientôt
« jubiler », le mot espagnol étant tout de même plus
drôle que notre gauloise « retraite » même si les
pouvoirs publics cherchent mille et une ruses pour
dérégler les horloges et en coincer quelque peu les
11